La famille nombreuse de Delphine Balley

Delphine Balley

LE 1111 - Galerie Celine Moine & Laurent Giros Fine Art

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Photographie / La photographe Delphine Balley présente au 1111 deux images inédites en dialogue avec des œuvres de Rodin, et ajoute quelques pages à son Album de famille...

Ne pas céder sur son désir, creuser un même sillon, s'entêter, poursuivre... C'est sans doute à cela qu'on reconnaît un artiste, une œuvre. Depuis ses premières expositions à la galerie Le Réverbère jusqu'à aujourd'hui, force est de constater l'opiniâtreté thématique créative de Delphine Balley (née en 1974 à Romans dans la Drôme). Son point de départ est pourtant très simple voire un peu casse-gueule : l'Album de famille qui débute en 2002 et où l'artiste met en scène sa propre famille, interrogeant à travers des images très picturales sa mémoire familiale. Une mémoire qui a priori ne nous intéresse guère, voire qui pourrait s'écraser contre le mur du nombrilisme narcissique de nombre d'artistes et d'écrivains français ! Mais Delphine Balley injecte tant de fantasmagories, d'humour, d'aspects incongrus et d'étrangeté dans ses images qu'elle tord le cou à Narcisse et fait écho à beaucoup d'autres dimensions...

Famille brisée dans un grand éclat de rire

Échos bien sûr à un certain inconscient collectif autour des grands rites familiaux (le mariage, la réunion de famille, le deuil...), échos aussi à une mémoire collective beaucoup plus large qui draine avec elle son flot de légendes, de superstitions, de petits et grands monstres cachés dans les placards de la raison et de la bienséance morale. Delphine Balley fait exploser la famille dans un grand éclat de rire ou dans un grand bain de sang, et arrache à sa vertu bien des fantômes et des perversions. L'aspect figé et très composé de ses photographies est à la mesure de la violence (ou au contraire de la drôlerie) qui, souvent, traverse les relations entre les personnages. Quand ce n'est pas une violence beaucoup plus directe dans une autre série inspirée de faits divers d'une presse écrite délicieusement surannée.

Les deux images inédites qu'elle expose actuellement au 1111 dialoguent avec une sculpture de Rodin et un portrait de Camille Claudel. Une belle rencontre dans l'intimité de cette galerie-appartement, avant de retrouver Delphine Balley en grand au Musée d'Art Contemporain pour une exposition monographique prévue courant 2021.

Delphine Balley & Auguste Rodin
Au 1111 jusqu'au 18 janvier 2020

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 3 décembre 2021 Cinq expositions à ne pas manquer ce mois-ci et autant d’interrogations sur : la finitude humaine, l’identité aliénée, la lumière, le corps des femmes, l’écologie.
Dimanche 5 novembre 2017 Ce mois-ci, on prend les peintures colorées de Marie-Anita Gaube, les sculptures centenaires de Rodin, les portraits branchouilles d’Olivier Chabanis, les explorations psycho-architecturales de l’Attrape-Couleurs et l’improbable expo de street art...
Mardi 23 mai 2017 Pour commémorer le centenaire de sa disparition, Jacques Doillon statufie Auguste Rodin dans ses œuvres. L’incandescence contenue de Vincent Lindon et le feu d’Izïa Higelin tempèrent heureusement une mise en scène par trop classique. En lice à...
Vendredi 22 juin 2012 «Cette exposition aux Musées Gadagne correspond à une envie depuis longtemps d’exposer non pas mes photos sur des murs blancs, mais de les insérer dans un (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter