L'endroit vaut l'Enfer : "It Must Be Heaven"

It must be heaven
De Elia Suleiman ( Fr-Pal, 1h37) avec Elia Suleiman, Ali Suliman...

Le Film de la Semaine / De la Palestine à Paris et à New York, rêveries éveillées et contemplations interloquées d’un promeneur particulier, Elia Suleiman, observant l’absurdité d’un monde à peine exagéré, où la surenchère de bêtise humaine l’emporte sur la bonne intelligence et la tolérance… Inclassable, Mention spéciale à Cannes en 2019.

Le film s’ouvre sur une procession religieuse entravée par de mauvais plaisants, sans doute avinés, retranchés dans une église. Leur obstination oblige le prêtre à les déloger manu militari, avant de reprendre le cours de ses récitatifs. Avec ce prologue évoquant, par son irrespect bon enfant, un épisode contemporain d’un Don Camillo palestinien inédit et apocryphe, Suleiman (absent de la scène) donne le ton : à force de prendre les rites, règlements politico-administratifs et autres commandements religieux au sérieux, les humains en ont oublié leur sens de l’humour autant que la poésie.

Maudits mots dits

Chaque film de Suleiman peut s’appréhender comme un nouveau tome de son bloc-notes d’observateur mutique nous donnant à le voir en train de contempler le monde ; comme la revue de presse d’un Guy Bedos pince-sans-rire qui aurait choisi le silence, usant des armes burlesques de Keaton, Tati ou Iosseliani. Notons que le regard n’est pas exempt d’auto-ironie : dans un fragment parisien le mettant en présence avec le producteur Vincent Maraval, celui-ci le renvoie à sa situation caricaturale de cinéaste palestinien enfermé dans son carcan revendicatif.

Or It Must Be Heaven tend justement à dépasser l’exclusive palestinienne. Bien sûr, il y a des allusions explicites à la situation des territoires occupés avec la présence de militaires israéliens un peu bas du front ; ou une métaphore de la colonisation (avec un voisin qui vient arroser le citronnier de Suleiman dans son jardin, avant de cueillir ses citrons), mais ces séquences trouvent leur place dans l’ensemble et parfois leur équivalence dans les autres pays observés. Ainsi, le Paris post-attentats est-il aussi parcouru par des militaires étranges, une surprésence policière procédurière et les habitants y déploient-ils également leur désir d’appropriation du bien d’autrui. Quant à New York, le ridicule ordinaire s’y manifeste par un excès en toute chose : un sur-armement des civils et une pudibonderie maladive traduisant une peur disproportionnée de l’autre, donc un individualisme écrasant.

« C’est le Paradis ! » proclame le titre, avec un merveilleux second degré. Mais un paradis bien fragile : le film nous le rappelle incidemment avec un plan de la cathédrale Notre-Dame filmé pour représenter l’éternité ; on sait ce que vaut cette éternité depuis…

It Must Be Heaven
Un film de et avec Elia Suleiman (Fr-Qat-All-Can-Tur-Pal, 1h42) avec également Gael García Bernal, Tarik Kopty…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 3 septembre 2019 Francis Ford Coppola, Bong John Ho, Ken Loach, Daniel Auteuil et Marina Vlady ne seront pas seuls à visiter les salles obscures lyonnaises en octobre prochain : Frances McDormand, Donald Sutherland, Marco Bellocchio, Gael Garcia Bernal ou Vincent...
Mardi 9 juillet 2019 Dolorès, 21 ans, est accusée du meurtre de Camilla, sa meilleure amie survenu trente mois plus tôt à l’issue d’une soirée entre ados très arrosée. Alors que va se tenir le procès, la jeune fille vit recluse chez elle, l’opinion publique l’ayant déjà...
Mardi 28 novembre 2017 Un petit Mexicain parcourt le Royaume des Morts pour déjouer une malédiction familiale et obtenir une bénédiction en retour. Coutumier des quêtes en milieu hostile (Monstre & Cie, Le Monde de Nemo), Lee Unkrich pousse plus loin le curseur et...
Mardi 3 janvier 2017 D’un authentique épisode de la vie clandestine du poète chilien Pablo Neruda, Pablo Larrain tire un dys-biopic tenant de la farce, du polar politique et du western. Une palpitante mise en abyme de la création artistique célébrant la supériorité de...
Mardi 26 février 2013 Le référendum de 1988 au Chili, pour ou contre le dictateur Pinochet, raconté depuis la cellule de communication du «Non» et son publicitaire en chef, ou quand la radicalité formelle de Pablo Larraín se met au service d’un véritable thriller...
Jeudi 5 mai 2011 De Gael Garcia Bernal, Carlos Reygadas, Rodrigo Pla, Rodrigo Garcia… (Mex, 1h50)
Jeudi 9 juillet 2009 Chronique intime et historique en quatre actes, le nouveau film d’Elia Suleiman raconte avec une maîtrise parfaite de la tragi-comédie la vie presque quotidienne d’une famille arabe dans l’état d’Israël. Aussi drôle que bouleversant. Christophe...
Mardi 30 septembre 2008 Une épidémie de cécité conduit à des mesures sanitaires radicales : une fable au futur récent signée Fernando Meirelles, soutenue par une mise en scène expérimentale et terrifiante. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter