J'avais deux camarades : "Jojo Rabbit"

Jojo Rabbit
De Taika Waititi (Eu, 1h48) avec Roman Griffin Davis, Thomasin McKenzie, Taika Waititi

Burlesque / Un garçonnet dont le confident imaginaire est Hitler, se retrouve à sauver des nazis une orpheline juive. Taika Waititi s’essaie au burlesque dans une fable maladroite ne sachant jamais quel trait forcer. Une déception à la hauteur du potentiel du sujet.

Allemagne, années 1940. Tête de turc de sa section des Jeunesses hitlériennes, le malingre et craintif Jojo trouve du réconfort auprès d’un ami imaginaire, Adolf en personne. Tout s’embrouille lorsqu’il découvre une adolescente juive cachée dans les murs de sa maison…

L’accueil enthousiaste rencontré par Jojo à Toronto, doublé d’un Prix du Public, en a fait l’un des favoris dans la course à l’Oscar. Sur le papier, le postulat du film a de quoi susciter la curiosité tant il semble cumuler les transgressions volontaires. Résumons : Jojo conte tout de même la fin de la Seconde Guerre mondiale côté allemand du point de vue d’un jeune féal du Führer en adoptant un registre absurdo-burlesque avec des stars populaires, le tout sous la direction de Taika “Ragnarok” Waititi qui s’adjuge de surcroît le rôle d’Hitler. Ça fait beaucoup, mais pourquoi pas si une cohérence supérieure gouverne les choses. Ce n’est malheureusement pas le cas.

Hitler ? Connais pas…

Waititi ne sachant pas quel ton maintenir, son film apparaît violemment hétérogène. Taillant sur mesure ses séquences aux profils de ses comédiens (Scarlett Johansson en femme forte sacrifiée, Sam Rockwell en demeuré au fond pas si méchant, Rebel Wilson en brutasse), il tente la farce anachronique, le conte moral poétique, la potacherie trash à la Farrelly, le screwball de Tex Avery, dans un zapping assommant… mais son humour, trop peu corrosif, tombe souvent à plat. On objectera que Waititi cherchait sans doute à “déréaliser“ son tableau, à induire un décalage en cassant le rythme… Précaution inutile : le fait que tous les protagonistes parlent anglais avec un vague accent allemand (on en est encore là…) ou le Komm gib mir deine Hand des Beatles en ouverture (bien trouvé, pour le coup) suffisent à créer de la distance avec le sujet et donner des airs de réalité parallèle à cette fiction.

S’il est permis de manquer une comédie, se rater sur cette période s’avère problématique. On ne fera pas grief à Waititi de n’être ni Chaplin, ni Lubitsch, ni Jerry Lewis, ni Mel Brooks, ni Gérard Oury, mais ses devanciers tournaient à tout le moins en ridicule Hitler dans leurs films — quant à Tarantino, il n’avait pas hésité à le cramer. Ici, Adolf devient un sympathique faire-valoir, dépourvu d’ambiguïté. À notre époque où l’inculture historique prend des proportions effroyables, où le second degré n’est plus compris, l’hypothèse n’est pas à exclure que certains apprécient la banalisation du personnage, voire trouvent ici une nostalgie bon enfant IIIe Reich. De quoi glacer les sangs.

Jojo Rabbit
Un film de Taika Waititi (É-U, 1h42) avec Roman Griffin Davis, Thomasin McKenzie, Scarlett Johansson…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 28 mars 2017 À l’instar de ses héros humains améliorés par les machines, ce film en prises de vues réelles s’hybride avec toutes les technologies visuelles contemporaines pour revisiter le classique anime de Mamoru Oshii (1997). Une (honnête) transposition,...
Mardi 24 janvier 2017 de Garth Jennings (E-U, 1h48) avec les voix (vo/vf) de Matthew McConaughey/Patrick Bruel, Reese Witherspoon/Jenifer Bartoli, Scarlett Johansson/Élodie Martelet…
Mercredi 25 juin 2014 Le corps extra-terrestre de Scarlett Johansson arpente l’Écosse à bord d’un 4X4 pour y lever des quidams et les faire disparaître dans une étrange matière noire : pour son troisième long métrage, Jonathan Glazer ouvre grand la porte d’un cinéma...
Lundi 31 mars 2014 Moins foireux que les derniers Iron Man et Thor, ce nouveau Captain America séduirait presque par sa tentative de croiser son héros avec un film d’espionnage sombre et politique. Mais, comme d’hab’, ce sont les effets spéciaux et les incohérences...
Mardi 18 mars 2014 En racontant l’histoire d’amour entre un homme solitaire et une intelligence artificielle incorporelle, Spike Jonze réussit une fable absolument contemporaine, à la fois bouleversante et effrayante, qui fait le point sur l’humanité d’aujourd’hui du...
Mercredi 30 janvier 2013 Quand il entreprend de tourner Psychose, Alfred Hitchcock sort du triomphe de La Mort aux trousses, un projet qu’il a longuement mûri et qui marque (...)
Mercredi 11 avril 2012 Un père de famille endeuillé achète un zoo pour offrir une nouvelle vie à ses enfants et se retrouve d’une communauté en souffrance. Superbe sujet à la Capra, que Cameron Crowe transforme en fable émouvante où l’on apprend à rêver les yeux ouverts...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !