Mariana Otero : « c'est parce qu'on est très préparé qu'on peut accueillir l'imprévu »

Histoire d'un regard
De Mariana Otero (Fr, 1h33)

Histoire d’un regard - Gilles Caron / Mariana Otero consacre un portrait sensible au photographe Gilles Caron dont elle rappelle l’extraordinaire vista. Une démarche analytique et réflexive qui en dit aussi long sur l’homme au boîtier que la femme à la caméra…

Dans Histoire d'un regard, votre démarche à la fois biographique et autobiographique montre qu'il faut s'intéresser au corpus entier d'un artiste pour comprendre une œuvre. De fait, votre film renvoie autant à l'œuvre photographique de Gilles Caron qu'à vos documentaires précédents…
Mariana Otero
: Votre hypothèse est sûrement juste, mais c'est totalement inconscient chez moi : l’œuvre échappe à celui qui la fait ! Peut-être qu'Histoire d'un regard est la suite d'Histoire d'un secret… Il y a quelque chose pour le goût du déchiffrage de l’image : chercher dans l’image la trace d’un instant qui a eu lieu — qui n’est plus là mais dont on peut avoir l’idée. Dans Histoire d'un secret, j’avais l’impression de poursuivre une espèce de fascination pour les images. Non pas pour ce qu’elles représentent en elles-mêmes, mais pour le fait qu’elles sont la trace de quelque chose qui s’est passé pour la personne photographiée (ou peinte) ainsi que pour celle qui l’a réalisé. C’est plutôt de ce côté que penche Histoire d'un regard, où ce n’est pas tant le sujet de la photo de presse qui m’intéresse, utilisée parce qu’elle illustre un sujet (la guerre) ; moi je m’intéressais à la trace de celui qui les a faites, l’artiste.

à lire aussi : Œil pour œil : "Histoire d'un regard"

Paradoxalement, Gilles Caron est quelqu'un ayant laissé peu de traces…
Son corps a disparu. Comme dans Histoire d'un secret, il s’agit d’une disparition : il y a quelque chose qui me fascine qui fait que je répète. Mais je ne me serais jamais dit : « tiens, après Histoire d'un secret, je vais refaire un film là-dessus. » C’est en partant à la rencontre de Gilles Caron que, de nouveau, j’ai été fascinée et attrapée par quelque chose de plus fort que moi

Vous interrogez l’absence en interrogeant les foules qu’il photographie (mai 68, les guerres, Derry…), cette foule qui est chez lui comme chez vous un thème récurrent…
Il était beaucoup dans des foules. La guerre, c’est l’indétermination : il y a plein de gens, des situations souvent difficiles à comprendre. Or lui comprenait très vite et très bien, parce qu’il avait vécu la guerre d’Algérie ; il avait cette capacité à très vite saisir la situation, à savoir quel endroit était dangereux, où se mettre. Par exemple, en Israël pendant la Guerre des 6 jours, il refuse d’aller en autocar avec les autres journalistes et se loue une voiture. Tout cela, il le fait parce qu’il connaît la guerre.

En somme, le hasard est très relatif : il se travaille…
Ah oui, absolument ! Beaucoup dans le documentaire et je pense que pour la photo, c’est la même chose. C’est parce que l’on a beaucoup travaillé en amont que l’on va pouvoir accueillir l’imprévu, et que l’instant va devenir efficace. La chance absolue, qui tombe comme ça, ça n’existe pas.

Quand j’ai regardé les premières planches contacts sur Cohn-Bendit en mai 68, et vu qu’en cinq ou six images Gilles Caron arrivait sur le policier, j’ai été un peu déçu : ça semblait être de la pure chance. Et en fait non : en remettant les rouleaux dans l’ordre, je me suis rendue compte que pour arriver très bien placé à ce moment, il y avait eu tout le travail préalable. Et ce qui vaut ici en une demi-heure, vaut pour toute son œuvre. Mais il ne faut pas être bloqué parce qu’on a préparé — en documentaire ou en photographie : ce qu’on a prévu ne doit pas être un programme. Le réel est toujours plus riche que vous l'aviez imaginé.

Dans un document sonore que vous reprenez, Caron se revendique sans a priori photographe de guerre et de people, que cette dualité explique sa polyvalence, son efficacité sur le terrain…
Je trouve cette position intéressante : il ne méprise rien, il s’intéresse à tout. Chaque expérience lui servait. Il les prenait toutes avec beaucoup d’humilité, pensant que ça pouvait lui servir pour autre chose : il avait autant de goût à photographier un people qu’un soldat égyptien perdu. Il portait une attention égale à la singularité des gens comme à celle des corps. C’est pourquoi celui du modèle ou du mannequin, il le photographiera comme celui du soldat.

à lire aussi

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 6 mai 2024 Un conte mythologique imparfait mais à la direction artistique sans faille (Les 4 âmes du coyote), un coup d'essai étonnant à la fois solaire et orageux (Les trois fantastiques), et un film pas toujours évident à appréhender, mais souvent fascinant...
Mardi 31 octobre 2023 Le festival Lumière vient de refermer ses lourds rideaux, les vacances de la Toussaint lui ont succédé… Mais ce n’est pas pour autant que les équipes de (...)
Mardi 31 octobre 2023 Si le tourisme en pays caladois tend à augmenter à l’approche du troisième jeudi de novembre, il ne faudrait pas réduire le secteur à sa culture du pampre : depuis bientôt trois décennies, Villefranche célèbre aussi en beauté le cinéma francophone....
Mardi 5 septembre 2023 C’est littéralement un boulevard qui s’offre au cinéma hexagonal en cette rentrée. Stimulé par un été idyllique dans les salles, renforcé par les très bons débuts de la Palme d’Or Anatomie d’une chute et sans doute favorisé par la grève affectant...
Mardi 29 août 2023 Et voilà quatre films qui sortent cette semaine parmi une quinzaine : N° 10, La Beauté du geste, Alam puis Banel & Adama. Suivez le guide !
Lundi 5 septembre 2022 Bien qu’il atteigne cette année l’âge de raison avec sa 7e édition, le Festival du film jeune de Lyon demeure fidèle à sa mission en programmant l’émergence des (...)
Mercredi 17 août 2022 Et si Forrest Gump portait un turban et dégustait des golgappas plutôt que des chocolats ? L’idée est audacieuse mais aurait mérité que le réalisateur indien de Laal Singh Chaddha se l’approprie davantage. Si l’intrigue réserve forcement peu de...
Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Vendredi 13 mai 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mardi 26 avril 2022 Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X