Cherchez le garçon : "Eté 85" de François Ozon

Eté 85
De François Ozon (Fr, 1h40) avec Félix Lefebvre, Benjamin Voisin, Philippine Velge

Drame / Généalogie d’une histoire d’amour entre deux garçons à l’été 85 qui débouchera sur un crime. François Ozon voyage dans ses souvenirs et lectures d’ado et signe son "Temps retrouvé". Sélection officielle Cannes 2020.

Normandie, été 1985. David sauve Alexis d’un naufrage. Très vite, une amitié profonde se noue entre les deux adolescents, qui se mue en romance passionnée. Mais les amours d’été sont souvent éphémères et celle-ci débouchera sur un drame ainsi que sur un crime…

 lire aussi : François Ozon : « il n’y a pas une manière pour diriger les acteurs »

Nul ne guérit jamais de son enfance — et encore moins de son adolescence. L’une comme l’autre laissent une marque indélébile et invisible sous la peau adulte, pareille à une scarification intérieure. D’aucuns apprennent à apprivoiser leurs cicatrices en les caressant quand d’autres les torturent en les creusant ; tous les conservent néanmoins à portée de main. Ou d’inspiration lorsqu’il s’agit d’artistes. François Ozon ne fait évidemment pas exception.

En adaptant La Danse du coucou, un roman découvert en 1985 alors qu’il avait peu ou prou l’âge des protagonistes, le cinéaste effectue une sorte “d’autobiographie divergée”. Non qu’il s’agisse ici de raconter au premier degré son propre vécu d’ado, mais plutôt d’user du substrat de l’intrigue écrite par Aidan Chambers pour concaténer et agréger l’essence de l’époque, pour récréer une atmosphère fidèle à son ressenti d’alors. Dénuée de nostalgie mortifère ou contemplative — un parfait contrepoint au terriblement affecté Call Me By Your Name de Luca Guadagnino — cette reconstitution respecte son titre programmatique en capturant la trame sonore et visuelle du fameux été. Outre la bande originale, où cold wave et rock romantique commencent à s’effacer devant les coups de boutoir de la déferlante italo disco, l’image renvoie fidèlement au mitan des années 1980 par ce qu’elle montre à l’écran (mode vestimentaire, décors) et comment elle le fait : le choix du support, le Super16 gonflé, dont le grain sensuel et pulvérulent évoque autant le suranné que la texture de la peau. Elle était aussi la pellicule de prédilection des jeunes réalisateurs de l’époque.

Un lever de rideau

Avec ce film se déroulant en proximité de plage, faisant s’étreindre Eros et Thanatos jusqu’à l’obsession, où l’un des protagonistes se travestit en femme, avec la présence de Melvil Poupaud entre autres rappels et allusions dont l’énumération et l’exégèse seraient ici fastidieuses, on pourrait croire que François Ozon effectue une synthèse récapitulative de son œuvre accomplie. Ce serait prendre (et comprendre) Été 85 de travers dans la mesure où, précisément, l’auteur retourne au bourgeon matriciel de son cinéma : cette cellule-souche qui a engendré toutes ses réalisations antérieures, chacune étant dépositaire d’un fragment de ce film en devenir, de ce film à venir désormais advenu.

En première ligne de cette romance initiatique, la paire de jeunes comédiens interprète une partition remarquable d’harmonie et de subtilité. En particulier Benjamin Voisin, déjà doublement remarqué en ce début d’année dans Un vrai bonhomme et La Dernière Vie de Simon, dont le côté solaire et légèrement inquiétant — sur un bateau la chemise entrouverte — n’est pas sans évoquer le débutant Alain Delon dans Plein Soleil. De bon augure.

Été 85
Un film de François Ozon (Fr, 1h40) avec Félix Lefebvre, Benjamin Voisin, Philippine Velge…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Mardi 4 février 2020 À part Thomas et Madeleine, personne ne connaît le secret de Simon, petit orphelin capable de prendre l’apparence de ceux qu’il touche. Quand Thomas est victime d’un accident, Simon le remplace sans prévenir qui que soit. Dix ans plus tard, Simon va...
Lundi 11 février 2019 D’une affaire sordide saignant encore l’actualité de ses blessures, Ozon tire l’un de ses films les plus sobres et justes, explorant la douleur comme le mal sous des jours inattendus. Réalisation au cordeau, interprétation à l’avenant. En...
Mardi 5 février 2019 Coup de tonnerre pour l’Église en général, cataclysme pour le diocèse de Lyon, apocalypse pour Philippe Barbarin et les autres personnes mises en cause (...)
Mercredi 31 mai 2017 Une jeune femme perturbée découvre que son ancien psy et actuel compagnon mène une double vie. Entre fantômes et fantasmes, le nouveau François Ozon transforme ses spectateurs en voyeurs d’une œuvre de synthèse. En lice à Cannes 2017.
Mardi 20 septembre 2016 Sans grand moyen mais avec une ambition artistique immense, Cannibale est la preuve que le théâtre est une arme d'émotion massive avec cette fable moderne sur l'amour et la douleur.
Mardi 4 novembre 2014 De François Ozon (Fr, 1h47) avec Romain Duris, Anaïs Demoustier, Raphaël Personnaz…
Mercredi 10 juillet 2013 Avec ce portrait d’une adolescente qui découvre le désir et brave les interdits, François Ozon prouve sa maîtrise actuelle de la mise en scène, mais ne parvient jamais à dépasser le regard moralisateur qu’il porte sur son héroïne. Christophe Chabert
Lundi 8 octobre 2012 Pendant longtemps, François Ozon se méfiait de la presse, des interviews et de la nécessité d’expliquer ses films. Depuis Potiche, on le sent plus détendu, plus sûr de lui et prêt à rentrer dans les méandres de son œuvre avec humour et malice. La...
Mercredi 3 octobre 2012 De François Ozon (Fr, 1h45) avec Fabrice Luchini, Kristin Scott-Thomas, Emmanuelle Seigner…
Mardi 2 novembre 2010 Pour son déjà douzième long-métrage, l’insaisissable François Ozon s’empare d’une pièce de boulevard signée Barillet et Grédy pour en tirer une adaptation très libre, politique, drôle et mélancolique, au casting parfait et à la mise en scène fluide...
Jeudi 21 janvier 2010 De François Ozon (Fr, 1h30) avec Isabelle Carré, Louis-Ronan Choisy…
Mercredi 4 février 2009 De François Ozon (Fr, 1h30) avec Alexandra Lamy, Sergi Lopez…
Mercredi 30 mars 2005 FRANÇOIS OZON (Fox Pathé Europa)
Mercredi 21 mars 2007 François Ozon renoue avec la veine de 8 femmes dans ce mélodrame en anglais qui ne craint ni les clichés, ni les excès, mais n'évite pas une ironie assez destructrice. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !