Musiques actuelles : légende d'automne

Covid-19 / Sans aucune visibilité quant à leur conditions d'ouverture pour la rentrée, les diffuseurs de musiques actuelles, pour la plupart désœuvrés, oscillent entre optimisme mesuré, méthode coué et pessimisme radical, y compris à long terme. Un tableau guère réjouissant.

Pour savoir ce que les amateurs de musiques dites actuelles auront à se mettre sous la dent en cette ère pré-"post-Covid", on pourrait se contenter de jeter un œil aux agendas des différentes salles, où l'on trouve ça et là quelques dates (Épicerie Moderne, Transbordeur), parfois beaucoup (Radiant).

à lire aussi : « Le jour où l'on a le droit, il y aura direct un concert programmé »

Problème, ces agendas, en grande partie constitués de reports du printemps, sont pour Cyrille Bonin qui gère le Transbordeur : « un cache-misère ». Un trompe-l'œil même. Car si les discours et les réalités varient en fonction des modèles économiques et d'accueil, une réalité semble inéluctable, qu'énonce Benjamin Petit, coordinateur du Marché Gare : « rouvrir les salles dans les conditions de mesures sanitaires actuelles, c'est inenvisageable. Point. »

Alors chacun bricole un peu. Le Ninkasi a maintenu son festival — en plein air du 5 au 13 septembre — et promet quelques concerts de groupes locaux et éventuellement nationaux si les conditions, comme nous le précise son DG musiques Fabien Hyvernaud, sont assouplies vers « un simple port du masque sans distanciation sociale ». Bénéficiant d'une économie diversifiée avec la réouverture de son offre de restauration et la manne de sa brasserie, le réseau « a la capacité d'appuyer sur le bouton assez vite pour remettre les choses en marche. »

Discours similaire à celui tenu dans nos pages par le Sonic qui n'attend lui aussi que le feu vert, mais... dans un esprit de survie et d'urgence bien plus prononcé pour ce pur indépendant au bord du gouffre. Du côté des SMAC, subventions et missions d'actions culturelles liées à ce statut ont permis au Périscope et l'Épicerie Moderne de réaccueillir des artistes en résidence. Le Périscope entend, nous dit Benjamin Kohler, chargé de communication du lieu, se « mobiliser davantage sur ces questions », sans d'ailleurs avoir attendu les injonctions présidentielles sur ce drôle « d'été apprenant » né, sous les yeux d'une Culture sidérée, entre le jambon et le fromage.

Si le Marché Gare, concerné par ce statut mais actuellement hors-les-murs pour travaux jusqu'en septembre 2021, ne peut accueillir ce genre d'activités, il envisage de se tourner à la rentrée vers « de petites formes, en extérieur pourquoi pas ? Et des projets originaux de médiation. » Les trois salles, affairées chacune à sa survie, continuent aussi de travailler main dans la main à la recherche de solutions communes faites de bouts de ficelle et d'imagination. Quant au fait de ne pouvoir accueillir de concert, « l'absence de frais engagés compense le manque de recette » nous dit Benjamin Kohler. Une réalité propre au modèle SMAC, loin de la panacée.

Rendez-vous en janvier ?

Pour le Transbordeur, indépendant en délégation de service public, pour encore au moins cinq ans, les choses sont plus tranchées ainsi que l'a toujours clamé un Cyrille Bonin « sur la ligne dure de la non réouverture. Les autres m'ont convaincu de revenir sur la ligne plus optimiste du "on verra bien", mais j'ai peur que ma ligne ne l'emporte. Me concernant, en termes de protection des employés, du public, des artistes, même une réouverture en janvier 2021 me paraît hypothétique. » Lui, comme plusieurs de ses confrères évoquent une reprise possible des activités « à plein régime », c'est-à-dire avec des "internationaux", en... septembre 2021.

Et lorsqu'on lui demande pourquoi il figure tout de même quelques dates au calendrier automnal du Transbo, Cyrille Bonin explique qu'outre des procédures d'annulations lourdes et un dialogue compliqué avec les billetteries comme la Fnac (qui traîne des pieds pour rembourser), leur maintien est une manière d'espérer et de tenir pyschologiquement ! Preuve avec les mots d'un Fabien Hyvernaud, ajoutant qu'il a « besoin de voir la lumière au bout du tunnel » que les choses dépassent la sphère économique. Le secteur, déjà passablement « traumatisé par les attentats de novembre 2015 », traversant également une véritable crise existentielle.

Si Cyrille Bonin, également du bureau du Prodiss (syndicat national du spectacle musical et de variété), se réjouit que le modèle économique (un centre culturel subventionné) et la configuration (une jauge modulable et assise) d'un Radiant puisse proposer une programmation soutenue – « je préfère que Biolay se fasse chez eux plutôt que nulle part » –, il met néanmoins en garde : « il faut faire attention de ne pas donner le sentiment qu'en dépit des contraintes sanitaires, tout est rentré dans l'ordre. Au risque que le ministère du Travail décrète qu'on peut sortir tout le monde du chômage partiel. »

Car c'est bien comme cela que tout le monde tient à peu près debout, sous perfusion façon « communisme hardcore » (Cyrille Bonin toujours), du chômage partiel et de PGE qu'il va bien falloir rembourser un jour. Très considérées au début de la crise quand il s'est agit... de les fermer, les salles de musiques actuelles se sont senties quelque peu à la remorque au moment du redémarrage. Impression renforcée par les tombereaux d'injonctions paradoxales du gouvernement à l'image de la gestion, calamiteuse, d'une Fête de la Musique dont on est bien en peine de dire si elle a eu lieu ou non. Comme il est impossible de dire si la rentrée musicale se fera autrement que sous la forme d'un mirage.

Reste encore la solution de se montrer philosophe face à une situation qui frôle la catastrophe. Tel Benjamin Petit : conscient que cette crise n'est sans doute pas la dernière, le capitaine du Marché Gare suggère qu'elle soit au moins l'occasion de repenser l'économie du live dans les musiques actuelles, notamment son impact en CO2 – réflexion déjà conduite par un certain nombre d'artistes – comme l'Arka Kinari de Filastine, dont nous vous parlions il y peu ici. « D'un point de vue personnel, dit-il, cela impliquerait de mettre davantage encore en avant la scène locale, même si nous le faisons déjà beaucoup. » Bref, de plus en plus de circuit court mais aussi, ajoute Benjamin Petit, envisager « la fin de ces exclusivités ridicules à l'échelle régionale et même nationale » qui voient des artistes étrangers (mais pas toujours) faire des sauts de puce d'un bout à l'autre de l'Europe et parfois en dépit de tout bon sens géographique, pour une ou deux dates dans un seul pays ou région. Un vœu pieu, comme à peu près tout le reste mais qui mérite d'être entendu.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 29 mars 2022 Un peu plus de deux ans après la tournée de Reward, la Galloise Cate le Bon est de retour sur une scène lyonnaise. Avec Pompeii, un album tout en minimalisme pop, composé et enregistré durant le grand confinement, et qui plonge dans la torpeur tout...
Mardi 1 mars 2022 Au Marché Gare, les travaux s'approchent de leur terme prévu en mai, avant le passage de la commission de sécurité, en juin pour une réouverture de la SMAC en septembre, avec l'inauguration suivie des premiers concerts, pour...
Mardi 1 mars 2022 Événement du côté du Ninkasi avec la venue du commandant en chef de feu Sonic Youth, qui depuis la séparation du groupe phare de l'indie rock américain multiplie les saillies solo comme pour mieux combler et dérouter ses fans éplorés.
Mardi 4 janvier 2022 Le retour en force du Covid a entraîné de nouvelles restrictions sanitaires, annoncées le lundi 27 décembre par le Premier ministre : spectacles assis, jauges limitées à 2000 personnes en intérieur, le tout au moins jusqu’au lundi 24...
Jeudi 23 septembre 2021 Faute d'avoir pu correctement reporter son édition du printemps dernier — transbahutée au printemps prochain — le Festival Transfer s'offre un genre d'édition automnale et hors-série, en collaboration avec Cold Fame et sa traditionnelle...
Mardi 30 mars 2021 Le Marché Gare, qui fête ses 15 ans dans le contexte que l'on sait, entre ce printemps dans la deuxième phase de ses importants travaux de rénovation. On en sait désormais un peu plus sur ce lifting qui devrait s'achever en début d'année prochaine...
Mercredi 9 décembre 2020 La nuit, c'est fini, pourrait-on affirmer en paraphrasant la Mano Negra. Clubs et discothèques sont à l'agonie, oubliés des discours et souvent des aides nationales, tenus par la ministre de la Culture à l'écart de son périmètre d'action. Les cris...
Dimanche 6 septembre 2020 Qu'on a été naïf de penser que peut-être la rentrée musicale se ferait sans trop de dégâts : en raison du passage du Rhône en zone rouge et des obligations (...)
Jeudi 12 mars 2020 Les annulations et reports s'accumulent dans presque toutes les structures de la métropole, impactant durement tout un écosystème déjà fragile. Voici ce qui nous a été communiqué. Nous mettrons cet article à jour au fur et à mesure. (dernière mise à...
Lundi 9 mars 2020 Le virus Covid-19 qui se répand partout dans le monde a contraint le gouvernement à limiter les rassemblements publics à 1000 personnes jusqu'au 15 avril : tour d'horizon des salles impactées.
Mercredi 12 février 2020 Exilé sur la planète Terre, le hérisson bleu Sonic vit heureux caché dans une petite ville, jusqu’au jour où il déclenche accidentellement une gigantesque décharge énergétique. Le gouvernement dépêche un savant fou, le Dr Robotnik, pour tirer les...
Mardi 7 janvier 2020 La deuxième partie de la saison danse s'annonce tout à la fois sous le signe de la découverte et des reprises. Et aussi du retour à Lyon de grands chorégraphes comme Sidi Larbi Cherkaoui, Akram Kahn, Eun-Me Ahn...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !