Flore : « je me permets plus d'audace »

Rituals release party : Flore + SNKLS + MrHoHo

Mob Hôtel

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Dancefloor / Cinq mois après la sortie de son deuxième album, "Rituals", la DJ et productrice lyonnaise Flore continue de défendre ce projet dans un contexte forcément particulier. Épilogue d'une recherche artistique née en 2013 et préalablement matérialisée sur un live et trois EP's, ce nouvel album dit beaucoup de l'évolution de sa créatrice.

Ton second album, Rituals, est sorti dix ans après son grand frère, RAW. Qu'est-ce qui motive, après tout ce temps, à créer et défendre un projet d'une telle envergure ?
Flore Morfin : Il s'est passé plein de choses. Le premier album était sorti un peu dans la douleur, les relations avec le label avaient été assez compliquées. À sa sortie, il y avait eu de très bons retours, mais très peu de dates. À ce moment-là, la musique électronique était en pleine mutation avec l'explosion du dubstep qui avait tout terrassé sur son passage. Du coup, je suis ressortie de cette expérience avec la gueule de bois. En même temps, c'est aussi ça qui m'a poussé à créer mon label. Ça a pris un petit moment puisqu'il est apparu cinq ans après la sortie de l'album. Je ne voulais pas le créer toute seule, je voulais trouver le bon associé. Quelques années après la sortie de cet album j'ai commencé à travailler sur la première forme de Rituals qui était en fait un live audiovisuel et qui augurait déjà ma phase de mutation musicale. C'est parce qu'il y a eu ce projet-là qu'il y a eu l'envie de sortir des disques issus de ce live.

à lire aussi : Flore : quai du Polaar

En écoutant cet album, on comprend rapidement que tu as beaucoup évolué en tant qu'artiste. Une évolution en miroir de celle qui était à l'œuvre dans le monde de la musique électronique en France...
Ah oui clairement. Le truc c'est que quand le premier album est sorti, j'étais très éprise de culture anglaise, du côté très club, chose qui a toujours eu du mal à être acceptée en France. Aujourd'hui, ce qui est intéressant, c'est que tout est hyper mélangé. Je souhaite bon courage aux disquaires pour ranger les disques dans une catégorie ou une autre. Il y a toujours de la techno et toujours de la house clairement identifiable, mais je trouve que les choses les plus intéressantes sont à la frontière entre plusieurs esthétiques. Il y a une vraie culture des musiques électroniques en France aujourd'hui, alors qu'il y a dix ans je ne suis pas tout à fait certaine qu'elle existait. On était toujours tourné vers les autres pays. Maintenant ce sont les pays étrangers qui commencent à regarder ce qu'il se passe en France.

Sur Rituals, tu voyages d'une techno très froide à de l'ambient très aérienne en gardant toujours en fil rouge une esthétique tribale, quasi chamanique. D'où te vient cette inspiration ?
En ce moment, puisque personne ne peut danser, je vois autour de moi des gens très tristes, presque désespérés. Le rapport à la musique, au partage de la musique avec d'autres personnes, la sensation du son fort, ce sont des choses qui rassemblent les gens, sans vouloir faire de réponse bateau. C'est une forme de rituel païen qu'on pratique depuis la nuit des temps. Il y a ce côté cérémoniel et c'est quelque chose qui m'inspire beaucoup en termes de son. Moi j'adore les percussions, la polyrythmie, les rythmiques assez sophistiquées. La résonance du tambour c'est un truc qui me touche. Tu peux être certain que quand je sèche sur un morceau, je mets des toms et tout va mieux.

à lire aussi : L'aphone et la Flore : on a écouté "Rituals"

Justement, on retrouve dans l'album beaucoup de percussions et beaucoup d'incantations vocales. Il s'en dégage un ressenti très organique, émotionnel. C'était ce que tu cherchais à créer ?
Je pense qu'aujourd'hui j'ai plus confiance, je suis moins timide dans le fait d'essayer de retranscrire des émotions. Je suis aussi plus confiante en mes compétences techniques, clairement. Ce n'est pas forcément évident de se rapprocher de quelque chose d'organique en utilisant des samples, des sons isolés, tout ça. Je suis arrivée à un moment où je me permets plus d'audace parce que je pense que les gens sont plus réceptifs. Pendant très longtemps, j'étais sur le registre de la colère et de l'exutoire. Je pense qu'il y a toujours beaucoup de ça dans Rituals, mais il y a aussi beaucoup de morceaux qui évoquent plus le doute, la mélancolie, des terrains que je ne m'autorisais pas à explorer parce que je trouvais ça trop intime.

Rituals est sorti pendant le confinement. Aujourd'hui encore, le monde de la nuit navigue à vue. Comment envisages-tu le futur en tant que DJ ?
Je suis assez pessimiste je dois dire. Le bout du tunnel, on ne le verra pas demain. Après on peut envisager d'autres formes d'événements et de musique. Je ne suis pas la seule à me poser la question. Ça correspond à quoi de faire de la musique dancefloor si on ne peut plus faire de dancefloor ? Ça te pousse en tant qu'artiste à te questionner sur d'éventuels autres terrains d'expression, ce qui est très intéressant. Il y aura des choses, sous d'autres formes, avec d'autres artistes, à qui on ne laissait pas beaucoup de place avant. J'espère quelque part aussi que le temps des soirées avec trois headliners est révolu. On ne pourra plus se le permettre. Vu l'état de l'économie de la musique pour les artistes, les salles et les organisateurs, ce serait un non-sens. Ça fait des années que je dis que quand on achète de la musique, c'est comme quand on achète de la nourriture. Il y a une vraie nécessité de repenser tes dépenses, de savoir à qui tu donnes ton argent.

Flore + SNKLS + MrHoHo
Au Mob Hotel le samedi 12 septembre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 8 mars 2024 Musiciennes, écrivaines, comédiennes, historiennes, tatoueuses... En cette journée internationale pour les droits des femmes nous vous proposons une sélection des femmes qui ont marqué le Petit Bulletin ces dernières années.
Mercredi 1 mars 2023 Grande figure du journalisme contemporain, grande reporter au Monde, Florence Aubenas sera l’invitée d’un grand entretien lors de la Fête du Livre de Bron. Elle sort en ce mois de février Ici et Ailleurs — une sélection de 47 de ses articles parus...
Jeudi 6 octobre 2022 C'est bien connu des coureurs de concert, le mois d'octobre est un peu le mois automnal où le budget sortie se met carrément dans le rouge tant la saison bat son plein. Histoire de trancher et de soulager votre compte en banque, nous nous sommes...
Mardi 20 septembre 2022 Comme d'usage, avec le retour des élèves dans les classes, voici celui des musiciens dans les salles après un été de batifolage en plein air. À la différence qu'ici l'office n'est pas en partie assuré par des types trouvés au hasard dans la rue. Il...
Mercredi 9 septembre 2020 Laurent Wauquiez est passé à deux doigts de se remettre l'ensemble du monde culturel à dos. Il est retombé lundi, à peu près, sur ses pattes. Mais comment a-t-il fait pour glisser ainsi sur une peau de banane, après des semaines de mesures...
Mercredi 8 juillet 2020 Crash-test : la culture en PLS, en quelques jours, tel est le bilan immédiat de la crise induite par le Covid-19, virus pas très mélomane qui a mis a terre un pan entier de l’économie du pays — et pas n’importe lequel, celui qui donne du sens à nos...
Jeudi 25 juin 2020 Affecté par la mort de son épouse et traité pour troubles schizophréniques, Joel élève son fils Mason aidé par une baby-sitter mais sous surveillance d’une psy. Lorsque d’étranges phénomènes conduisent un exorciste à s’intéresser à Mason, son foyer...
Vendredi 12 juillet 2019 Sur les pentes de la Croix-Rousse, un petit et fort sympathique lieu associatif d'art contemporain vient d'éclore, début juin 2019. Kommet est né à l'initiative d’Émilie d'Ornano, commissaire d'exposition indépendante et historienne de...
Mardi 27 novembre 2018 À la Villa Gillet, pas de pause : sitôt fermée les portes de la perception de La Chose Publique, reprennent les rencontres avec un duo d'enquêteurs hors-normes : Florence Aubenas et Ted Conover. 
Mardi 2 octobre 2018 Toujours aussi éclectique dans ses choix littéraires et scientifiques et exigeante dans ses thématiques, la Villa Gillet inaugure une saison de rencontres qui s'annonce aussi dense que passionnante.

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X