Emmanuel Venet : le fou et l'artisan

Psychiatrie / Le psychiatre et écrivain lyonnais Emmanuel Venet publie "Manifeste pour une psychiatrie artisanale" aux éditions Verdier. Critique.

« Sur une vie entière, environ un tiers de la population a souffert, souffre ou souffrira d'une pathologie psychiatrique » souligne, dans son Manifeste pour une psychiatrie artisanale (Verdier) tout juste paru, le psychiatre et écrivain lyonnais Emmanuel Venet. Pourtant, on constate une chute libre du nombre de lits en psychiatrie. Les structures de proximité ferment ou fusionnent, les services d'urgence multiplient les grèves... A contrario, les établissements spécialisés du privé ont le vent en poupe, réservés à certains types de pathologies et surtout à une clientèle relativement aisée. L'état des lieux d'Emmanuel Venet est amer et se double d'un inquiétant changement de paradigme thérapeutique : l'approche humaniste et individualisée de la psychiatrie est remplacée par un traitement à court terme et superficiel des symptômes, une volonté thérapeutique qui vise davantage à (ré)adapter les patients au monde socio-professionnel, plutôt qu'à libérer leur créativité psychique. « Face à ce rouleau compresseur, il est temps de rappeler que l'exercice de la psychiatrie s'apparente à un artisanat d'art » plaide Venet. Rappelant par là que le psychisme humain n'est pas soluble dans les statistiques ou les standards désincarnés.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 3 octobre 2017 Moins dense qu'à l'origine, où il prenait la forme d'un festival, l'événement littéraire Threads est revenu en mai dernier sous le nom de "Threads se la (...)
Mardi 14 février 2017 Ce jeudi 16 février, la Villa Gillet réunit trois écrivains sous le signe de la différence et de l'altérité... Dans l'ordre alphabétique : le turque Metin (...)
Mardi 6 septembre 2016 Les "Asperger", du nom de ce syndrome autistique qualifiant certains autistes géniaux, ont toujours été une matière à fiction fort riche (de Rain Man à la série (...)
Vendredi 27 septembre 2013 Au commencement, une question, tristement banale, après l'amour : «A quoi penses-tu ?». Qui ouvre les vannes de l'esprit du musicologue qui a emmené sa (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter