Carole Fives : sous le pinceau, la plume

Carole Fives

Librairie Descours

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Roman / Avec "Térébenthine", son dernier roman, Carole Fives nous emmène sur les traces d'une étudiante des Beaux-Arts. Où faute de voir s'épanouir une artiste-peintre, on voit naître une écrivaine.

C'est un fait les Beaux-Arts mènent à tout (autant qu'il mène à rien, vous diront des générations de parents d'aspirants artistes tremblants). L'Histoire de la pop culture est pleine d'anciens étudiants en école d'art qui ont brillé dans d'autres disciplines, à commencer par la musique et, bien sûr, la littérature. D'autant que tous les chemins peuvent mener à la littérature. Or c'est bien à la croisée de ces sentiers incertains que l'on se retrouve dans le dernier roman de Carole Fives. Où l'autrice d'Une femme au téléphone et de Tenir jusqu'à l'aube, qui semblaient se répondre — le rapport à une mère trop seule, envahissante, d'un côté ; le rapport à la maternité en solo, tout aussi envahissante, d'autre part — nous emmène sur les pas d'une étudiante des Beaux-Arts de Lille (qu'elle a elle même fréquentés) au début du siècle. Nous sommes en 2004 et la narratrice, qui entre dans le monde étudiant, rêve de peinture, de toiles, de palettes. Rêve d'être peintre.

Oui mais voilà, aux Beaux-Arts au début des années 2000, la peinture est moribonde, démodée, has-been, presque une hérésie. Les peintres, quand ils refusent de se convertir à l'art contemporain et au culte du concept tout puissant, peignent dans les sous-sols, cachés de tous. Si l'on pensait avant d'entrer aux Beaux-Arts qu'il n'était pas gagné de faire carrière dans l'art, alors en choisissant de peindre on est sûr de parvenir à échouer. Les professeurs le disent. Cela n'empêche pas la jeune femme de rencontrer deux autres mordus de peinture, cet art préhistorique : Lucie, pétillante et à la grande capacité d'adaptation, et Luc futur artiste incompris et déjà torturé qui n'entend pas faire de compromis. À eux trois, ils forment le groupe des "Térébenthine", ainsi que les a surnommé un camarade de promo dans un élan de sarcasme.

Écrivez, merde !

Cela n'empêche pas non plus la jeune femme de constater combien l'enseignement de l'art fait abstraction des figures féminines qui y ont brillé — ces femmes existent, on oublie simplement d'en parler. Il s'agira pour elle et Lucie de souligner cette omission et de contribuer à la réparer. Vouloir devenir peintre, ce n'est déjà pas gagné, alors peintresse, ce n'est plus la foi qu'il faut, c'est carrément la rage. Or, la rage la narratrice ne l'a pas ou plus : au moment de boucler son projet de fin d'études, il y a comme un blocage, quelque chose qui résiste et qui étrangement ne se traduit que dans les mots, alignés sur la toile faute de pouvoir y peindre autre chose. Comme si ses idées de peintre s'exprimait mieux dans les mots que dans les pigments, au bout de la plume plutôt que du pinceau. Au point qu'une prof, à qui elle s'en ouvre, lui intime, au zénith du blasement : « alors, écrivez, merde, écrivez ! ». L'idée fait d'autant mieux son chemin que le chemin est déjà fait.

À travers cette chronique d'une éducation artistique — mais aussi sentimentale — et du milieu de l'art, snob, misogyne pour ne pas dire pire, terriblement vain parfois, Carole Fives raconte la naissance d'un écrivain qui peu à peu se libère de la chrysalide du peintre qu'elle croyait être. Ce qui n'est pas le pire moyen de sortir, à tous les sens du terme, des Beaux-Arts comme de soi-même. L'idée de ce roman, souvent touchant et sans doute très inspiré de son propre parcours, l'autrice l'a eu après avoir appris le décès d'un de ses professeurs : le peintre Iskander Nougmanov, suicidé avec sa femme Natacha en 2017. Là sans doute, une étincelle a permis à l'écrivaine de se reconnecter avec la jeune femme qu'elle était alors, avec aussi l'artiste qu'elle voulait être et qu'elle est devenue, mais en empruntant une autre voie — une autre voix —, pavée de mots.

Carole Fives, Térébenthine (Gallimard)
À la Librairie Michel Descours le mercredi 9 septembre à 19h

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Connaître...

Mardi 29 mars 2022 Prétendre que les auteurs de polar sont des éponges serait tendancieux ; poreux au monde ainsi qu’à ses turbulences semble une formulation plus exacte. Quant à leurs romans, ils ressemblent à ces carottes extraites par les glaciologues aux pôles,...
Mardi 15 mars 2022 C'est le type de petit festival que l'on adore et qui, lui aussi, fait son retour : Vendanges graphiques, à Condrieu, réunit le temps d'un week-end, (...)
Lundi 17 janvier 2022 Il y a The Old Firm à Glasgow (Celtic-Rangers), une quasi guerre de religion entre catholiques et protestants ; le Fla-Flu à Rio (Flamengo-Fluminense) qui a compté jusqu'à 200 000 spectateurs dans un Maracana (95 000 places) pour une fois étriqué ;...
Mardi 4 janvier 2022 S'il faut être prudent avec la recrudescence des cas de Covid, il est prévu que cette année, les grands raouts littéraires se tiennent de manière classique – comme on les aime. Avec, pour certains, des pré-programmations croustillantes.
Jeudi 18 novembre 2021 Nouveau brassage d'idées pour cette édition de Mode d'Emploi, porté par la Villa Gillet, autour des enjeux liés au journalisme et à la démocratie. En vedette : le journaliste américain William Finnegan, l'Historien Pierre Rosanvallon et...
Vendredi 10 septembre 2021 Depuis l'Ardèche, où il vit désormais, l'auteur lorrain Frédéric Ploussard a commis l'un des plus terribles (et sans doute le plus drôle) romans de la rentrée littéraire. Ça s'appelle Mobylette, c'est nourri au mélange et ça pétarade sec.
Jeudi 26 ao?t 2021 Sur la toile, sa mort, filmée en direct, a fait le tour du monde et le bonheur macabre des amateurs de Darwin Awards, ce Hall of Fame des morts idiotes. Franz Reichelt aurait pu être l'inventeur du parachute, il n'est que le type qui s'est tué en se...
Vendredi 2 juillet 2021 Héritier de la veine politique et sociale qui a marqué le polar français moderne, Thomas Cantaloube, désormais entièrement tourné vers la fiction, publie une seconde Série Noire scotchante, Frakas.
Mardi 29 juin 2021 Tronchet se penche dans une fiction très réaliste sur le traumatisme du Mundial 82 : la demi-finale sévillane de sinistre mémoire qui vit la Mannschaft écrabouiller les Bleus… À lire en ces temps d'Euro pas glorieux pour la bande à Deschamps.
Vendredi 11 juin 2021 Officiellement, la 16e édition du Lyon BD Festival se tient les 12 et 13 juin. Mais chacun sait que, dans les faits, le rendez-vous de la bande dessinée a commencé depuis une septaine déjà. Rien à voir avec quelque éviction prophylactique :...
Samedi 24 avril 2021 Après une semi-éclipse et une version numérique l’an passé, Quais du Polar confirme la tenue de sa 17e édition du 2 au 4 juillet prochains. En décalage par rapport à ses dates habituelles ; avec aussi une translation dans l’espace…
Vendredi 5 mars 2021 Après dix ans de silence éditorial, l'auteur québéco-lyonnais Alain Turgeon livre avec "En mon faible intérieur" un nouvel épisode de sa vie comme elle va et comme elle ne va pas. Un nouveau grand petit livre pour l'un des trésors les mieux...
Vendredi 26 février 2021 Avant les tapis rouges, Thierry Frémaux a longtemps foulé avec une respectueuse gravité les tatamis de judo. Dans "Judoka", un récit où rien ne fait écran à cette part d’intime, le directeur général de l’Institut Lumière/délégué général du Festival...
Vendredi 19 février 2021 La scénariste lyonnaise Virginie Ollagnier et la dessinatrice Carole Maurel se sont emparées du mythique reportage en immersion de Nellie Bly, "10 jours dans un asile", pour façonner un simili-biopic de la journaliste américaine, enfin mise en...
Mardi 16 février 2021 Voyage en circuit court au lointain. C'est que propose la maison d’édition lyonnaise Maison Georges avec ce merveilleux ouvrage d'Eva Offredo pour enfants, pour tout savoir du Japon via les femmes qui font ce pays.
Vendredi 5 février 2021 Graphiste, illustrateur polyvalent, spécialiste en « petits mickeys et lettrages », mais aussi expert en battles dessinées, Efix a fêté il y peu vingt ans de BD… ce que sa juvénile silhouette ne laisse pas supposer. Un bonheur ne venant jamais seul,...
Mercredi 20 janvier 2021 II fut l’architecte du campus de la Doua, de l’hôpital cardio, de la bibliothèque de la Part-Dieu et pourtant Jacques Perrin-Fayolle (1920-1990) est aussi méconnu du grand public que ses œuvres sont fréquentées. Le professeur d’histoire de...
Mercredi 9 décembre 2020 Dans une saison littéraire parcourue du frisson glacé du secret de famille, le Renaudot 2020 est venu couronner l'Histoire du fils de l'Auvergnate Marie-Hélène Lafon, l'une des plumes les plus subtilement acérées du paysage français. Un roman à...
Mercredi 21 octobre 2020 Avec "Saturne", Sarah Chiche reconstitue l'irrésolvable puzzle d'une enfance marquée par l'absence envahissante de son père décédé quand elle n'avait que 15 mois. Une magnifique étude des dysfonctions familiales et de la manière dont elles dévorent...
Mercredi 14 octobre 2020 Avec Cinq mains coupées, Sophie Divry délaisse un temps la fiction pour le récit, celui des cinq Français ayant perdu une main lors des manifestations de Gilets Jaunes. Un portrait collectif qui trace les contours de l'effrayante banalisation des...
Mercredi 23 septembre 2020 Agrégée d'anglais, professeure en classes préparatoires et traductrice, Anne Robatel a mis à profit ses expériences et interrogations d'enseignante pour livrer un essai très libre, Dieu, le point médian et moi, réflexion personnelle sur un...
Vendredi 11 septembre 2020 Avec Mes fous, son dernier roman, l'éminent Jean-Pierre Martin suit les pas d'un homme qui cherche refuge dans la folie des autres. Un beau traité de mélancolie et comment la soigner. Ou pas.
Vendredi 10 juillet 2020 Avec son quatrième roman, Nina Hagen interprète Bertolt Brecht, l'auteur lyonnais Lilian Auzas poursuit une œuvre singulière qui se penche sur les destins de grandes figures féminines berlinoises. Et les délivre d'un certain nombre de malentendus.
Jeudi 9 juillet 2020 Thriller technologico-rural haletant sorti au mois de janvier, 404 est le roman à lire cet été. Où l'auteur stéphanois Sabri Louatah, auteur de la tétralogie Les Sauvages, adaptée en série, continue, sur fond d'uchronie où les deepfakes...
Lundi 13 juillet 2020 Jusqu'à ce qu'un petit-fils retrouve une valise de trésors dans un grenier familial, il n'y avait qu'un témoignage photographique en couleur de la France sous la Deuxième Guerre mondiale, celui de la propagande. La soixantaine de clichés de...
Mercredi 24 juin 2020 « Le récit non réaliste en poèmes d’une expérience réduite et partielle de quelques années, mes premières années d’infirmier.» Ainsi Sammy Sapin dévoile-t-il le (...)
Mercredi 24 juin 2020 Avec Le Jour où la dernière clodette est morte, paru aux toutes fraîches Éditions Le Clos Jouve, la Lyonnaise Judith Wiart livre un court roman fragmentaire qui fait jaillir les souvenirs et les anecdotes existentielles comme autant d'éclats de vie...
Mardi 9 juin 2020 Camille de Toledo, écrivain et chercheur, repense sa résidence croisée initiée à Lyon en un rendez-vous de conversations à distance, chaque mardi. Toujours sous l'égide de l’École Urbaine de Lyon, la Fête du Livre de Bron et l’European...
Mardi 9 juin 2020 Bonne nouvelle ! Lancée à la sortie du confinement, la collecte participative pour la maison d’édition lyonnaise naissante Façonnages Éditions est déjà un succès. (...)
Mercredi 27 mai 2020 Alors que la destinée des livres du printemps a été avalée par un pangolin mondialisé – quel pitch de roman cela ferait –, et que l'injonction présidentielle à lire s'est heurtée à la fermeture des librairies, les affaires reprennent pour les...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !