Lyon : les Ateliers de la Danse seront adossés au groupe scolaire Kennedy

Danse / L'opposition a grincé après l'annonce de l'abandon du projet d'Ateliers de le Danse dans l'ancien Musée Guimet. Ateliers qui seront relocalisés dans le 8e, sur le site du groupe scolaire Kennedy, tout proche de la Maison de la Danse. Une décision qui impacte par ricochet l'avenir du Musée Guimet mais aussi de l'ancienne ENSBA.

L'annonce a bousculé et montré que les Verts et leurs alliés n'hésiteraient pas à aller à l'encontre des habitudes prises sous le règne Collomb et que les caciques de la culture lyonnaise devraient remettre leur trône en jeu : ainsi Dominique Hervieu, directrice de la Maison de la Danse, maîtresse de cérémonie de la Biennale de la Danse, l'incontournable pivot de tout ce qui touche à l'art chorégraphique dans la cité — et ce, avec un talent indéniable. Mais la voici challengée, de nouveau : son projet de Maison de la Danse à Confluence avait déjà été retoqué — non pas par les politiques locaux emmenés alors par Georges Képénékian et Gérard Collomb, qui défendaient le projet, puisque c'est le Ministère de la Culture qui avait refusé de suivre financièrement comme nous l'avait expliqué en juin dernier Georges Képénékian pendant la campagne électorale : « on n’a pas fait la Maison de la Danse à 100M€ en 2014 — je me souviens d’un rendez-vous au ministère, avec le DRAC de l’époque et Dominique Hervieu, et on m’a regardé en me disant : "monsieur l’adjoint, est-ce que vous pensez vraiment qu’après la Philharmonie à Paris, qu’après le Musée des Confluences, on va encore lancer des projets à 100M€ ?". Fin de l’aventure. C’est là qu’on avait proposé la Fabrique, on pouvait le faire à 25M€, et l’Atelier de la Danse est un prolongement de ça ».

à lire aussi : Les Ateliers de la Danse n'iront pas à Guimet

À quelques encablures de la Maison de la Danse

Mais ce sont désormais ces Ateliers de la Danse prévus dans les murs de l'ancien Musée Guimet, dont le permis de construire n'avait jamais été signé, qui sont abandonnés par le nouvel édile EELV, Grégory Doucet. Cinq ans de travail qui s'évanouissent, mais avec des arguments côté bourreau : le coût, déjà, qui a grimpé jusqu'à 40M€ et qui peut paraître énorme en pleine crise du secteur — car même au niveau de la Maison de la Danse, il va falloir compenser les pertes en billetterie dûes à la crise de la Covid-19. Des soucis d'acoustique, également, en ces lieux non prévus pour de la diffusion sonore amplifiée, comme l'a écrit Le Progrès. Cartes rebattues, donc. Mais pas de mise hors-jeu : si le projet initial porté par Dominique Hervieu et ses équipes a été jugé « déjà daté » par certains dans la nouvelle équipe, il reste pertinent sur le fond — le besoin d'un lieu de création pour les artistes et d'espace pour la pratique amateur restant criant. Il est donc toujours défendu par le maire Grégory Doucet et son adjointe à la Culture, Nathalie Perrin-Gilbert. Qui ont demandé à ce que ce dossier soit redimensionné. Et ont rapidement alloué un nouveau lieu : le foncier trouvé sera dans le 8e arrondissement, comme révélé par Le Petit Bulletin, et nous pouvons affirmer aujourd'hui que ce sera celui du groupe scolaire Kennedy, situé rue Jean Sarrazin, dans le 8e donc, à quelques encablures de la Maison de la Danse comme voulu désormais par la Ville. Ce groupe scolaire va être reconstruit — avec création d'un gymnase —, et à côté sera créé cet équipement dédié à la danse. C'est désormais une priorité de la PPI, la programmation pluriannuelle d’investissements de la Ville de Lyon, qui définit les grands projets du mandat et leur budget. Les services de la Ville ont commencé à travailler sur ce projet en attendant le vote prochain de la PPI, de manière à ce que tout soit prêt en amont côté études et administratif.

Pas contente

L'opposition a vertement réagit à l'annonce de cet abandon. Georges Képénékian, pour le groupe Progressistes & Républicains, appuie ainsi sur le manque de concertation et de dialogue de la nouvelle équipe municipale : « le groupe P&R exprime sa stupéfaction sur la méthode employée et son inquiétude sur les conséquences de cette décision. Cette annonce du maire de Lyon est faite sans aucune information aux élus municipaux et sans que l'on sache si toutes les parties prenantes ont été concertées. Ce sujet pourtant d'importance au vu du montant de l'investissement, n'a jamais été abordé par l'adjointe en charge de la Culture, ni lors de la commission culture ni lors du dernier Conseil Municipal. Alors que l'actuelle majorité avait fait sa priorité d’une gouvernance plus démocratique, plus ouverte au dialogue, les faits traduisent malheureusement l'inverse​. L'arrêt de la réhabilitation de l'ancien Musée Guimet risque de replonger ce bâtiment auquel les Lyonnais sont très attachés dans l'abandon et l'oubli au lieu de le valoriser en lui permettant d'accueillir des ateliers de danse et les bureaux, laboratoires et réserves du service municipal d’archéologie. »

Yann Cucherat et Gérard Collomb s'en sont également indignés : « le Groupe Pour Lyon manifeste son regret quant à cette décision hâtive, prise sans aucune concertation. Elle est en effet lourde de conséquences pour le secteur de la culture, déjà fortement impacté par la crise sanitaire. Si la Ville de Lyon est une métropole attractive, c’est notamment grâce à ses précieuses institutions culturelles : l’Opéra de Lyon, la Maison de la Danse, l’Orchestre National de Lyon, qui lui permettent un rayonnement international. C’est dans ce contexte que les Ateliers de la Danse devaient voir le jour, avec une ambition forte : élargir l’offre culturelle avec un nouvel espace de travail et de création moderne et faire de notre Ville, la Capitale Européenne de la danse ! Pour rappel, le budget de rénovation, passé de 26 à 31 millions d’euros, est pris en charge par l’État (DRAC) à hauteur de 4, 5M€ et par la Région Auvergne-Rhône-Alpes, à hauteur d'1M€. Suite au besoin de débloquer 5M€ supplémentaires sur le projet, la DRAC s’est engagée à accompagner ses nouveaux travaux à hauteur de 1, 5M€. Si la mairie de Lyon a le droit d’abandonner un projet d’envergure elle se doit d’assumer ses choix. La directrice de la Maison de la Danse doit désormais trouver un autre bâtiment pour accueillir ses Ateliers. Ce bouleversement engendre nécessairement un premier coût. La mairie doit également reloger les services archéologiques dans un deuxième lieu adapté à ses besoins et trouver une destination pour l'ancien bâtiment de l'École des Beaux-Arts, dont la destruction en partie devait permettre de dégager l'église du Bon Pasteur, d'aménager une terrasse avec une vue magnifique sur l'amphithéâtre des Trois Gaules et sur la ville et de réaliser des logements en accession à la propriété et des logements sociaux. Cela ne se fera sans doute pas. Par ailleurs va se reposer la problématique de la rénovation du Musée Guimet et de sa destination future. En additionnant l’ensemble des financements nécessaires pour réaliser ces changements majeurs, on s’aperçoit que les coûts prévus pour la rénovation du Musée Guimet seront probablement dépassés. Nous aurons alors perdu l’occasion de faire émerger un projet artistique d’exception dans un bâtiment dont le nom est connu dans le monde entier. »

Quid du Musée Guimet et de l'ancienne ENSBA

Se pose donc aussi le devenir des services archéologiques de la Ville, qui devaient quitter l'ancienne ENSBA où ils occupent actuellement le rez-de-chaussée et les sous-sols, pour aller eux aussi sur un étage du Musée Guimet — ils ont besoin de 1500m2. Rien n'a encore été arbitré, mais leur maintien au sein de l'ancienne ENSBA, en lien avec l'amphithéâtre des Trois Gaules, est possible. Le devenir de ce spot emblématique de la culture lyonnaise, qui a formé nombre d'artistes et d'enseignants, n'a toujours pas été arbitré non plus — le bâtiment attise toutes les convoitises : 7000m2 en pleine Croix-Rousse, au cœur d'une crise jamais vue dans la culture, au vu de l'histoire du lieu... évidemment il paraitraît judicieux de le garder en lien direct avec cet univers pour faire sens, tout en le reconnectant avec les habitants des Pentes qui ont ardemment milité contre sa vente au privé. Ce qui correspond au discours public des nouveaux élus qui ont régulièrement pestés contre la grande braderie du patrimoine lyonnais opérée par Gérard Collomb ces dernières années.

La future destination du Musée Guimet n'est elle non plus pas encore définie, même si plusieurs idées parcourent les têtes des élus et élues. Mais il faudra déjà voir dans le cadre de la fameuse PPI quellle est l'ampleur des moyens restant qui pourraien être alloués à un futur projet pour ce lieu et à sa rénovation préalable — nécessaire, au vu de son état actuel après des années d'abandon.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 6 octobre 2020 Grégory Doucet et Nathalie Perrin-Gilbert retoquent le projet d'installer des Ateliers de la Danse dans l'ancien musée Guimet — trop coûteux — sans pour autant remettre en question le concept de Dominique Hervieu en lui-même, qui sera installé...
Lundi 10 septembre 2018 Festival international reconnu, la Biennale de la Danse s’inscrit aussi dans un dispositif lyonnais voué à la danse contemporaine en pleine ébullition. Retour sur ce contexte stimulant, et sur les grands axes de l’édition 2018.
Lundi 17 juillet 2017 C'est fait ! Après 16 ans de règne à la mairie de Lyon, Gérard Collomb a cédé sa place à Georges Képénékian. Et ce, jusqu'à la fin du mandat en 2020 - sauf si Gérard Collomb quitte le gouvernement et décide de reprendre son poste. Les délégations...
Mardi 7 mars 2017 Confrontée aux baisses de subventions, l'équipe de 6e Continent menée par son emblématique directeur Mohamed Sidrine tente de trouver des solutions. La mairie est à l'écoute, mais souhaite un projet revu et corrigé.  
Mardi 6 septembre 2016 Même si les jeunes chorégraphes ont encore du mal à se faire une place à l'ombre de leurs aînés, la saison danse 2016-2017 s'annonce ouverte, riche et diverse. La fraîcheur des idées n'y sera pas forcément fonction de l'âge du capitaine...
Mardi 8 septembre 2015 Si priorité est donnée dans ces colonnes aux spectacles et aux artistes, impossible de faire l’impasse sur les gels ou amputations de budgets culturels annoncés par la Ville en juin. Explications avec Georges Képénékian, 1er adjoint au maire délégué...
Mardi 26 mai 2015 Á l'initiative de la Maison de la Danse, Babel 8.3 invite des habitants des 8e et 3e arrondissements à se familiariser avec les univers d'une dizaine de chorégraphes. Coup de projecteur sur un projet innovant qui cultive à la fois proximité et...
Lundi 27 avril 2015 De New York à Séoul, du conte philosophique à la relecture de ghetto movie, de la rumba au baroque : à la rentrée, la volonté de Dominique Hervieu de présenter la danse sous ses formes les plus variées ne faiblira pas. Benjamin Mialot
Mardi 10 avril 2012 15e Biennale de la danse et première biennale sans Guy Darmet, son fondateur, mais sous la houlette de Dominique Hervieu. Pour son premier opus très attendu, la chorégraphe a mis l'accent sur la création (une vingtaine environ) et poursuit par...
Jeudi 1 septembre 2011 Comme dans les théâtres, de nouvelles têtes apparaissent à la direction des structures chorégraphiques. Un vent frais dont on ne percevra les effets que progressivement dans le temps… Jean-Emmanuel Denave

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X