Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

La Taille de mon Âme : la forme et le fonds, à la bonne place

Galerie d'Art / La petite dernière des galeries d’art lyonnaises fait souffler un vent généreux à la Croix-Rousse. Familier des amateurs de rock, son nom renvoie à un album de Daniel Darc, témoin privilégié de l’histoire intime de ses propriétaires, Dominique et Guillaume Ducongé.

Là-haut, sur le Plateau… À l’écart de la place de la Croix-Rousse et de ses allures de Bellecour miniature ; à distance de celle des Tapis au relooking urbanistico-composito-patatoïdesque, la place Bertone déroule discrètement sa petite partition, s’affirmant comme l’un des pôles d’attraction tranquilles de ce nouveau 4e arrondissement, jadis village, désormais multitude de quartiers-hameaux. Plantée de bancs et de platanes, cernée par un café-théâtre, un caviste, un restau — enfin, en période normale —, elle a, il est vrai, tout pour plaire. Tout ? Davantage depuis début décembre, avec l’ouverture d’une galerie d’art : La Taille de Mon Âme.

« Là, c’est un peu le foutoir… » Guillaume Ducongé s’excuse presque de ne pas avoir encore accroché ces deux ou trois œuvres qui, à demi-recouvertes de papier de soie dévoilent dans une suggestivité botticellienne leur intimité artistique le long du mur. Elles se substitueront à celles qui — déjà — ont été vendues. Ce n’est pas que le désordre règne, loin s’en faut, mais dans cette étroite boutique tout en longueur, on devine que la place s’avère comptée. De fait, les 35m2 sous une courte mezzanine ont été ingénieusement agencés, avec la complicité de Johany Sapet : l’architecte d’intérieur a même conçu un meuble de bois clair dont les tiroirs, rappelant des installations du V&A londonien, augmentent l’espace d’exposition. Bref, le nouveau-né porte beau et marche plutôt bien pour son âge ; on peut même lui trouver une sacrée précocité par rapport à tous ces autres bébés conçus durant le premier confinement, pointant à peine le bout de leur nez dans les maternités.

Place à l’art !

Sans la réclusion forcée du printemps dernier, Dominique et Guillaume Ducongé n’auraient en effet jamais songé à ouvrir ainsi “la taille de leur âme”, ni cette galerie tenant du musée imaginaire exaucé. Un prolongement logique à leurs activités — à leur vie de couple, aussi. Tous deux baignent dans l’art depuis des années : Dominique fut notamment à l’origine de la galerie Doxart au Confluent voilà quinze ans et a longtemps été médiatrice à la Spirale de Décines ; quant à Guillaume, il a fondé et dirige Audiovisit, qui signe depuis 2002 des audioguides originaux pour les principales institutions muséales hexagonales, et fut le producteur-animateur de Radio Quenelle il y a une dizaine d’années. Durant le confinement, tous deux partagent sur les réseaux sociaux leur amour pour des œuvres en incitant leurs followers à les imiter. En coulisses, ils réfléchissent à une manière plus concrète d’agir. S’ils collectionnent un peu, ils ne s’imaginent pas pour autant se transformer ni en galeristes, ni en mécènes ; alors, pourquoi pas un peu des deux ?

Ce sera d’abord la galerie. « Un acte philanthropique en soi, qui soutient les artistes, avance Dominique. En l’occurrence, des plasticiens, graveurs, sculpteurs et/ou céramistes. Les grands noms côtoient des artistes émergents, les multiples estampes à tirage limité jouxtent les originaux. Gravures de Françoise Pétrovitch, sérigraphies de Myriam Mechita, lithographies d’Alice Gauthier, acryliques sur papier du voisin croix-roussien Séverin Millet alternent ainsi avec les porcelaines chimériques d’inspiration chinoise de Réjean Peytavin ou même les assiettes élégantes de la nivernaise Faïencerie Georges — labellisée “entreprise du Patrimoine vivant“ — aussi décoratives qu’usuelles. On note aussi ici une eau-forte de Louise Bourgeois, là une héliogravure de JR, toutes deux issues de l’atelier de chalcographie du Louvre : « elles ne sont pas signées ni numérotées, mais authentifiées par un timbre à sec », précisent les maîtres des lieux. Outre le fait qu’ils les ont amoureusement choisies — ils ne feignent donc pas l’enthousiasme lorsqu’ils les évoquent — la plupart des pièces présentent un autre point commun, leur prix, plutôt abordable : « à partir de 200-300 euros pour une œuvre sans encadrement. »

Ainsi fut le fonds…

Une “démocratisation” de l’art qui ne suffit pourtant pas aux Ducongé : en parallèle de la galerie, ils créent un fonds de dotation. « Une sorte de petite fondation », abondée à la fois par le couple et Audiovisit, mais pouvant l’être aussi par des particuliers ou des entreprises — « donnant donc droit à 66% ou 60% de crédit d’impôt » — ainsi que par les bénéfices de la galerie, toutes charges déduites. Ou encore par la vente d’œuvres éditées pour l’occasion, comme la reproduction d’une encre sur papier d’Alice Gauthier baptisée… Âme. La manne en résultant vise à financer des actions d’inclusion culturelle, de sensibilisation et d’accès à l’art pour des personnes qui en sont éloignées pour des raisons « économiques, sociales ou de santé ». Ainsi, la première consistera en l’organisation d’un cycle d’ateliers de pratique pour des familles villeurbannaises défavorisées à l’URDLA, partie prenante du projet. D’autres sont en gestation, notamment portant sur de la pratique culturelle avec l’association Singa d’aide aux migrants, ou encore autour de la médiation auprès de personnes en situation de handicap. La Taille de Mon Âme finance les projet après avoir identifié les structures, mais leur laisse toute latitude pour choisir les bénéficiaires.

Il faut avoir les reins solides pour supporter un tel concept presque désintéressé ; il faut pouvoir s’investir cette nouvelle activité non pas en dilettante, mais comme dans une passion supplémentaire, sans négliger celles du quotidien leur permettant d’exister — chacun conserve en effet ses missions professionnelles par ailleurs. C’est d’ailleurs un sacré paradoxe puisque La Taille de Mon Âme est, d’un point de vue juridique, un établissement secondaire d’Audiovisit qui a dû modifier ses statuts pour intégrer l’activité “galerie”. Et même, sur les conseils de leur banquière, ne pas trop préciser que les travaux qu’ils entreprenaient correspondaient à l’installation de ce nouveau lieu place Bertone. Compte tenu des circonstances actuelles, le défi est plutôt en passe d’être gagné : lors de l’opération “Osons les galeries” organisée mi-décembre, ce sont 87 curieux « sans compter les enfants ! » qui ont franchi les portes.

Beaucoup de visiteurs passent, du quartier ou non, ravis de se faire raconter les œuvres. D’autres, après un passage discret, reviennent trois jours plus tard, tous warnings clignotants, pour acquérir des gravures, des assiettes. « Comme je n’ai jamais été dans la partie marchande, s’amuse Guillaume, mon angoisse c’était de faire un paquet-cadeau ! » Et puis il y a cette histoire incroyable de leur première vente internationale. Grâce à Instagram, une collectionneuse a repéré une œuvre qu’elle avait loupée à New York et pu finaliser son achat à Lyon… Si Internet abolit les kilomètres, la galerie tient beaucoup au “circuit court“ : les Ducongé travaillent avec le graphiste lyonnais Mathieu Hubert, font imprimer leurs (superbes) cartes de visite chez Bouquet-Crozet, éditent leur papeterie avec Papier Merveille et, naturellement, rencontrent de jeunes artistes locaux prometteurs. Promis, ils feront une inauguration « mais quand on fêtera les un an de la galerie, en décembre 2021 ». La place Bertone mériterait d’être mise à profit pour un projet de cette taille…

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Arts...

Mercredi 27 avril 2022 Un mois de mai exceptionnel pour les amateurs d’expositions, avec des photographes qui sortent de leur zone de confort, une belle collection particulière d’art contemporain au MAC, un abstrait baroque, et un Jean-Xavier Renaud qui...
Mardi 12 avril 2022 Zoom sur Elie Hammond, tatoueuse nouvelle génération qui a débuté sous l'égide de Dimitri HK avant de se forger son propre style et de devenir l'une des artistes les plus en vue du moment : la globe trotteuse sera présente à la...
Dimanche 3 avril 2022 Voici notre sélection de cinq expos à découvrir ce mois-ci gratuitement en galeries, qui ose le choc des générations et des styles : de l’école lyonnaise de peinture au street-art, en passant par la photographie de William Klein. Un point...
Mardi 15 mars 2022 Enfant terrible du monde de la photographie, William Klein n’a eu de cesse d’en bousculer les codes et les pudeurs. Jetant son corps dans la bataille du réel, ses images en conservent l’énergie, la violence, la vie. Retour sur les apports et le...
Jeudi 3 mars 2022 Mars arrive et la création contemporaine repart dans les musées et les galeries avec quelques belles affiches : William Klein, Christian Lhopital, Tania Mouraud, Thameur Mejri…
Mercredi 23 février 2022 Très loin d’être un musée de cire façon Tussaud, la nouvelle expo de La Sucrière revêt une réelle démarche artistique et permet de naviguer dans le courant de la sculpture hyperréaliste, jamais réellement structuré mais créé par des artistes...
Mardi 15 février 2022 Deux expositions personnelles, une exposition collective… Tania Mouraud connaît une forte actualité à Lyon. L’occasion de revenir sur cette figure importante de l’art contemporain.
Vendredi 4 février 2022 Du street-art australien au travail rigoureux du photographe Philippe Bazin, en passant par les espaces réinventés de Georges Rousse, on mélange tout dans notre shaker, ce mois-ci, pour vous inviter à découvrir plusieurs belles expositions à Lyon.
Mardi 1 février 2022 Pour entamer cette année qui verra la célébration de ses trente ans d’existence, le CHRD tombe le masque et offre les visages enfouis dans ses collections dont le fascinant ensemble de portraits peints au camp du Stalag en Silésie.
Mardi 18 janvier 2022 Tandis que Jean Bellorini met en scène son Jeu des ombres au TNP, l'artiste et écrivain Valère Novarina expose peintures et estampes à l’URDLA. L’agitateur des mots s’y poursuit agitateur des formes.
Lundi 10 janvier 2022 Pour reprendre le chemin des expositions en douceur, voici notre sélection de cinq expositions à ne pas rater ce mois-ci, dans des galeries ou des petits lieux, toutes gratuites.
Mardi 4 janvier 2022 Notre sélection de dix événements dans les musées et les galeries de Lyon. On y croisera quelques figures connues (William Klein, Andy Warhol, Valère Novarina…) et surtout un grand nombre d’artistes français et internationaux méconnus à...
Vendredi 3 décembre 2021 Cinq expositions à ne pas manquer ce mois-ci et autant d’interrogations sur : la finitude humaine, l’identité aliénée, la lumière, le corps des femmes, l’écologie.
Mercredi 17 novembre 2021 Réussie tant sur le plan historique qu’artistique, l’exposition En corps elles propose à la bibliothèque de la Part-Dieu une traversée des aliénations et des émancipations à travers la place et les représentations du corps des femmes.
Jeudi 18 novembre 2021 Depuis 40 ans, à Lyon, Le Réverbère défend la photographie en général et certains photographes en particulier. Pour fêter cela, la galerie a proposé à plusieurs de (...)
Mercredi 3 novembre 2021 Remarquable, passionnante et très complète exposition que Sur la piste des Sioux proposée par le Musée des Confluences et portée par une sublime collection d'objets. Plongée terrible et magnifique dans la construction de cet Indien...
Mercredi 3 novembre 2021 Aux États-Unis, l'image des Amérindiens (et sa réhabilitation) est aussi devenue un enjeu sur les terrains de sport, où un mouvement est en marche qui tente de faire débaptiser les clubs sportifs emblématiques portant des surnoms liés à une...
Mercredi 3 novembre 2021 Alors que le Musée des Confluences s'attache, dans son exposition Sur la Piste des Sioux, à expliquer et déconstruire les clichés autour de la représentation de l'Indien d'Amérique, retour sur la manière dont cet Indien a été traité à travers les...
Mercredi 20 octobre 2021 Depuis son adolescence, Nan Goldin a voué son existence à la photographie, tablant sur ce médium pour garder traces et fracas de la vie. Son œuvre, immense et mondialement connue, est rassemblée notamment dans deux livres clefs et...
Mercredi 20 octobre 2021 Après une première vie sur les pentes de la Croix-Rousse, le lieu d’art contemporain Kommet (dirigé par Émilie d’Ornano) vient de rejoindre le quartier de la (...)
Mercredi 6 octobre 2021 La troisième mouture du festival Peinture Fraîche marque à la fois une transition et un retour de la vie culturelle. Un festival qui s’inscrit dans l’air du temps : zoom sur les innovations amenées par le directeur artistique, Cart'1.
Jeudi 7 octobre 2021 C’est le rappel de ce qu’a été le jusqu’auboutisme de la répression et de l’horreur nazie qui s’expose en quatorze panneaux dans la cour de la prison – (...)
Lundi 11 octobre 2021 Notre sélection d’octobre est comme à l’accoutumée hétéroclite, tant en ce qui concerne les lieux que les genres artistiques, mais fait ce mois-ci la part belle aux jeunes artistes.
Jeudi 9 septembre 2021 La 9e Biennale Hors les Normes propose une multitude d'expositions consacrées à l'art brut et à l'art singulier. Avec des artistes et des lieux hors des sentiers battus.
Jeudi 15 juillet 2021 Du XIXe au XXIe siècles, des frères Flandrin à Weerasethakul, voici notre sélection éclectique des expositions d’art à ne pas manquer cet été.
Mardi 29 juin 2021 Peinture Fraîche sera de retour à la Halle Debourg du 1er au 31 octobre 2021, pour une troisième édition sous le signe des nouvelles technologies, de l’écologie, des regards féminins et de l’abstraction. Les premiers noms viennent d’être dévoilés.
Mercredi 16 juin 2021 Exposition d’ampleur, aussi belle qu’anxiogène, La Terre en héritage a le mérite de remettre en perspective nos connaissances et montre comment depuis le néolithique, l'humain a dévoyé les richesses de son air, son sol, ses eaux à son seul...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter