Yann Nicol : « se contenter d'attendre le retour à la normale n'est pas raisonnable »

Fête du Livre de Bron / Passé entre les gouttes l'an dernier en se tenant un mois plus tôt que d'habitude, la Fête du Livre de Bron a attendu 2021 pour être rattrapée, comme tout le monde, par le Covid. Et à dû renoncer à se tenir autrement que virtuellement. L'occasion pour le festival brondillant de se repenser pour le présent et pour l'avenir et d'être au final plus... présent. Son directeur Yann Nicol nous explique comment.

Le 2 février, la Fête du Livre a annoncé qu'elle se tiendrait en numérique. Une annonce qui a mis par terre plusieurs mois de préparation d'une édition qui se voulait adaptée à la situation sanitaire.
Yann Nicol : Nous avons poussé jusqu'au bout pour essayer de tenir les choses mais au bout d'un moment la persévérance devient de l'entêtement. On a essayé de se mettre en situation de pouvoir répondre, d'être prêt avec une formule "en présentiel", comme on dit, plus adaptable. On avait notamment décidé de ne pas organiser le festival à l'hippodrome de Parilly parce que c'était un lieu très vulnérable à la fermeture, qui nous coûte cher, comme les locations de chapiteaux. Je ne voulais pas mettre de l'argent dans un lieu qui aurait trois chances sur quatre d'être fermé, ça me semblait complêtement déraisonnable. Et ouvrir l'hippodrome avec une jauge de 500 personnes, ça promettait d'être absolument sinistre. Mieux valait repenser totalement la formule, au moins il n'y aurait pas eu d'effet de comparaison.

à lire aussi : La Fête du Livre de Bron jette l'éponge et se réfugie à son tour dans le virtuel

Où devait donc se dérouler cette édition ?
L'idée c'était de faire la programmation adulte à l'Espace Albert Camus et la programmation jeune à la médiathèque Jean Prévost. Ça nous permettait d'être dans une formule totalement nouvelle pour tout le monde dans des lieux qui sont déjà équipés. Là on pouvait attendre jusqu'au dernier moment, allumer la lumière et s'installer. On a fabriqué une programmation et quand ça s'est durci en novembre-décembre, on s'est dit : on va attendre janvier-février, et on sera prêt pour y aller. Mais avec le couvre-feu à 18h, le moment où on nous annonçait le confinement comme imminent, on a tout changé. Parce que même dans le cas où on aurait pu ouvrir, on aurait eu tellement de contraintes qu'on n'allait pas pouvoir faire un événement qualitatif. Le but n'était pas de faire une édition complètement trouée.

Vous n'avez pas songé à un report ?
Je n'étais pas pour. Les incertitudes sont tellement grandes que reporter c'est se mettre dans la situation de rejouer l'échec une seconde fois. Et il y a déjà un embouteillage impossible au mois de juin, par exemple. Se retrouver le même week-end que Livre Paris, Étonnants Voyageurs à Saint-Malo et le festival d'Angoulème c'est impossible. J'avais aussi envie d'être présent sur nos dates. On est donc parti sur un festival en ligne avec le principe de dire qu'au fil de l'année 2021 en fonction des contextes, de l'année éditoriale, on va pouvoir compléter cette offre... On a envie d'être davantage un producteur de contenus et on n'a pas toujours eu la latitude pour le faire. On s'est dit que dans une année comme celle-ci, il était bon d'apporter quelques transformations à notre outil, à notre vision des choses pour avoir un peu plus de pérennité au delà du festival, avec une programmation de saison ou sur un média du festival — avec un nouveau site Internet — qui nous permette d'être présent de manière plus durable. Cette énergie nous permet de partir avec l'idée que ce qu'on fait n'est pas juste un palliatif et de repenser les rapports au public et au contenu. C'est une année charnière pour peut-être modifier de manière plus durable des choses qui nous intéressent depuis un moment.

Comment avez-vous concrètement dessiné cette formule ? La durée du festival notamment est rallongée...
D'une part, on avait une programmation qui était ficelée. Avec une quarantaine d'auteurs contre 70 à 80 habituellement. On va travailler avec des auteurs qu'on avait invités, mais on va changer le mode de fonctionnement. On voulait que cette édition ne soit pas qu'une transposition filmée de ce qu'on propose habituellement. Entre le 10 et le 28 mars, le festival se tiendra sur trois week-ends au lieu d'un, du mercredi au dimanche à chaque fois, avec des rubriques récurrentes. L'autre dimension qu'on veut mettre en place avec humilité, c'est de proposer des événements live, des temps de rencontres virtuels. Mais aussi des contenus audiovisuels, des mini docs, des ateliers interactifs, des choses de nature différente susceptibles de prendre en compte l'outil numérique et audiovisuel. Le principe est de dire qu'avec ce festival de trois semaines, on va poser les bases de modes de fonctionnement notamment autour des produits audiovisuels, que l'on pourra poursuivre tout au long de l'année.

Quelques mots sur ce rubriquage, justement...
Il y a un mélange de formats qu'on avait l'habitude de présenter — comme le grand entretien avec un écrivain français, ou des dialogues d'auteurs. Il y aura du podcast, du live et du "tourné-monté" du type "dans l'atelier de...", à la rencontre d'auteurs, des cartes blanches à des écrivains. Une manière d'amener du fond avec les outils d'aujourd'hui et pas simplement de travailler sur de la rencontre filmée. La Fête du Livre proposera un menu, toujours le même, pour chaque week-end : un grand entretien le mercredi soir ; un coup de fil à un écrivain étranger le jeudi baptisé "Vu d'ailleurs" qui témoignera du temps présent depuis l'endroit où il est ; pour le vendredi on est en train de monter un temps de parole sur les livres et l'actualité éditoriale avec les journalistes critiques qui travaillent avec nous ; le samedi matin, ce sera, "Les Mots de la crise", où il s'agira de faire réagir un intellectuel sur les mots issus du lexique du temps présent ; le samedi en fin de journée, "Comment ça s'écrit", une discussion avec un auteur, entièrement consacrée à la construction d'un livre ; le dimanche matin, un podcast "Regards croisés", un dialogue d'auteurs comme on a l'habitude de le faire ; le dimanche soir une carte blanche à un auteur autour d'un temps de lecture ou de performance....

Concernant le programme jeunesse ?
Ce qui nous guide en la matière, c'est de mettre en place des formats adaptés aux jeunes lecteurs. On va essayer d'adapter ce qu'on fait d'habitude, c'est-à-dire des choses assez interactives, des ateliers. Faire dialoguer des auteurs, ça ne va pas intéresser un enfant de huit ans. Il faut des choses comme "l'atelier du mercredi" où un auteur-illustrateur va proposer une sorte de tutoriel pour les enfants, avec la possibilité d'aller tourner chez les auteurs.

On s'est aussi beaucoup posé la question des spectacles, de reproposer des lectures musicales qui ont déjà tourné ailleurs et sont disponibles sur le net mais ça n'a aucun intérêt dans ce cadre là.

On a donc travaillé à la création d'un spectacle qui s'appelle Loup d'or, autour d'auteurs-illustrateurs-artistes qui l'ont mis en scène — qui sera capté et retransmis en live. On a préféré ce spectacle, qui n'a jamais été joué nulle part et qu'on a produit avec ces artistes.

Enfin, On va aussi travailler en partenariat avec la médiathèque pour des pastilles vidéos sur les grands classiques de la littérature jeunesse. On essaie de trouver les formes les plus adéquates pour mettre en avant cette littérature et s'adresser au jeune public.

Un mot sur le thème de cette année, "L'invincible été", tiré d'une célèbre citation de Camus : "au milieu de l'hiver, j'ai découvert en moi, un invincible été" ?
Je l'ai choisi quand je pensais qu'on allait s'installer à l'Espace Albert Camus. Cette petite phrase me semblait dire beaucoup de choses de notre monde et de la manière dont la littérature, les idées, les sciences humaines, l'imaginaire constituent cet été invincible. Une manière de dire aussi qu'on est là malgré tout, qu'on tient.

A long terme, le festival lui-même, en tant qu'événement, en ressortira-t-il changé ?
On reste très attaché au festival tel qu'il était, on se doit de ne pas le fragiliser et de préserver son caractère évenementiel et humain. L'idée à terme c'est d'avoir un festival, une saison et un média. C'est comme ça qu'on a envie d'envisager les choses, dans l'optique de développer une dynamique autour de l'événement qui passe par de la pérennité dans l'année et par un nouveau média. Il y a une vraie nécessité à se repositionner. Nous sommes dans un tel temps d'incertitude et de durcissement qu'on se dit qu'il n'est plus raisonnable de mettre tous ses œufs dans le même panier. L'an dernier on a eu une chance monumentale en passant entre les gilets jaunes, les grèves et le Covid, mais on voit bien que prévoir un événement pour dans un an et attendre que tout soit réuni pour que ça marche, c'est une vraie folie. Il faut arriver à trouver cet équilibre autrement et ces nouvelles dimensions sont nécessaires. C'est peut-être une bonne chose de se dire que cette année n'est pas qu'une parenthèse terrible pendant laquelle on va serrer les dents en attendant que ça passe. Il faut en retirer qu'on est peut-être dans une mutation des fonctionnements et des comportements qui est à anticiper. Se contenter d'attendre simplement le retour à la normale ne me semble pas raisonnable.

Fête du Livre de Bron
Sur www.fetedulivredebron.com ​du mercredi 10 au dimanche 28 mars

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 4 janvier 2022 S'il faut être prudent avec la recrudescence des cas de Covid, il est prévu que cette année, les grands raouts littéraires se tiennent de manière classique – comme on les aime. Avec, pour certains, des pré-programmations croustillantes.
Mardi 9 juin 2020 Camille de Toledo, écrivain et chercheur, repense sa résidence croisée initiée à Lyon en un rendez-vous de conversations à distance, chaque mardi. Toujours sous l'égide de l’École Urbaine de Lyon, la Fête du Livre de Bron et l’European...
Mercredi 12 février 2020 Avec Le Ghetto intérieur, Santiago H. Amigorena livre le roman qui planait sur toute son œuvre. Où l'auteur franco-argentin brise le silence hérité d'un grand-père juif accablé par la peine d'avoir survécu, parce qu'exilé, à l'Holocauste qui emporta...
Mardi 5 novembre 2019 Depuis 1997 et jusqu'à ce Jour de courage paru cet automne, l'écrivaine Brigitte Giraud tisse une très fine toile de l'intime en sondant les corps et les sensations de ses personnages. Esquisse de portrait en quatre points cardinaux.
Dimanche 8 septembre 2019 Chaque année, La Fête du Livre de Bron remet son prix littéraire au moment du Festival qui aura lieu cette année du 12 au 16 février. Le prix Summer, c'est son (...)
Mardi 5 mars 2019 Deux frères et leur sœur se retrouvent dans une calanque isolée par l’hiver, dans la villa où vit leur père très diminué. Des retrouvailles amères, lestées par le (...)
Mardi 8 janvier 2019 Avant la saison des festivals d'été, il y a celle des festivals littéraires, nourrie des centaines de livres parues en quelques mois et des milliers d'idées qui les composent. Tour d'horizon des événements littéraires majeurs du printemps.
Mardi 23 janvier 2018 Donnant au départ dans le polar, l'écrivain et scénariste Pierre Lemaître connut la consécration en 2013 avec le roman Au revoir là-haut, sa première incursion hors (...)
Mardi 9 janvier 2018 Après les deux rentrées littéraires de l'année, riches de plus d'un millier d'œuvres, et avec le printemps, revient la saison des salons et autres manifestations littéraires d'envergure dans l'agglomération. Avant-programme à l'usage du lecteur...
Mardi 7 mars 2017 Comédienne, ayant étudié l'art dramatique à la Royal Académie de Londres, poète, chanteuse et écrivain, on connaît Marie Modiano pour un recueil de poésie, Espérance (...)
Mercredi 2 mars 2016 Invité à réfléchir au(x) "Devenir(s) de la littérature", William Marx est l'auteur du savoureux La Haine de la Littérature où, de Platon le chasseur de poètes à Sarkozy l'allergique à La Princesse de Clèves, cet historien des Lettres recense,...
Vendredi 6 mars 2015 Après avoir remporté le prix interallié en 2012 avec "Oh...", le prolixe Philippe Djian revient en forme avec un roman rocambolesque que lui seul pouvait orchestrer : "Chéri-chéri", dont il est invité à débattre à la Fête du livre de...
Vendredi 6 mars 2015 En général, lorsqu'un journaliste se déplace dans un village, c'est parce qu'il s'y est produit une catastrophe. Florence Aubenas y est allée pour rencontrer des français normaux, sans histoire. Ou peut-être que si justement : des histoires à...
Mardi 3 mars 2015 L'écrivain Tatiana Arfel et l'artiste Julien Cordier publient Les "Inconfiants", fruit d'une résidence à l'hôpital psychiatrique du Vinatier. La Ferme éponyme leur consacre une rencontre et une exposition. Jean-Emmanuel Denave
Mardi 3 mars 2015 Ça n'est peut-être qu'un événement pour ses thuriféraires, mais c'en est surtout un pour la littérature tout court et pour la Fête du Livre. Car Eugène Savitzkaya (...)
Jeudi 13 février 2014 A l’occasion de la 28ème édition de la Fête du livre de Bron, qui se tiendra ce week-end à l’Hippodrome de Parilly, le festival et Le Petit Bulletin vous ont proposé un concours d’écriture sur le thème de cette année : "plan B". L'heure est venue...
Mardi 11 février 2014 Eric Chevillard publie un jouissif Abécédaire, "Le Désordre Azerty", alors même que paraît "Pour Eric Chevillard", ouvrage critique collectif décomposant l’œuvre du plus singulier des écrivains français, méta-romancier et faux auto-fictif poussant...
Mardi 11 février 2014 «Accomplir quelque chose (…) même en étant nul». C'est ce qu'essaie de faire Gaëlle Obiégly tout au long de son dernier roman, Mon prochain. «Mon prochain», (...)
Mardi 11 février 2014 En 1977, Paul Otchakovsky-Laurens souhaitait déjà publier les journaux de Charles Juliet. Las, personne chez Flammarion, où il travaillait alors, ne (...)
Mardi 11 février 2014 Retournant au charbon du réel, la littérature propose de le percevoir et de le vivre autrement. La Fête du Livre de Bron en prend acte et, avec ses soixante-dix invités (écrivains, intellectuels, poètes...), sort du sillon pour mieux nous inviter à...
Vendredi 8 février 2013 Sous l'enseigne «L’époque et moi», la Fête du Livre de Bron questionne la manière dont le contemporain interagit avec la manière de le penser et donc de l'écrire, passant les évolutions politiques, économiques, culturelles, médiatiques de nos...
Vendredi 24 février 2012 Pour sa 26e édition, du 1er au 4 mars 2012 à l’hippodrome de Parilly, la Fête du Livre de Bron continuera d’effeuiller la littérature française contemporaine pour en saisir les perpétuelles mutations autour d’un thème à la Magritte : «Ceci n’est pas...
Jeudi 23 février 2012 Le grand entretien réservé à Régis Jauffret, titré «Ceci n'est pas un fait divers» est sans doute la mise en abyme la plus parlante du thème de la Fête du Livre (...)
Lundi 2 janvier 2012 Panorama / Où l’on parle pêle-mêle de rencontres citoyennes, de festivals, de littérature et de cinéma, de grands événements incontournables et de manifestations que l’on vous implore de ne pas contourner. Christophe Chabert
Mardi 8 février 2011 Dans un monde littéraire où le roman est un monarque absolu, se faire remarquer avec un recueil de nouvelles est déjà une façon de... se faire remarquer. (...)
Mardi 8 février 2011 On pourrait présenter Linda Lê à la manière dont elle évoque trois Grâces, salvatrices d'un aveugle, dans son roman Les Aubes : «elles portent haut les couleurs (...)
Mardi 8 février 2011 Le monde selon Will Self, c'est plusieurs galaxies dans un seul cerveau. C'est un monde où les singes ont le pouvoir (Les Grands Singes), où les morts (...)
Lundi 7 février 2011 Présentation / Comment évoquer 25 ans de littérature française à la Fête du Livre de Bron ? Les organisateurs ont choisi de proposer, en ouverture de la Fête, une (...)
Vendredi 4 février 2011 Dans le premier roman de Pierric Bailly, "Polichinelle", il n'y avait guère de Polichinelle. Et dans ce "Michael Jackson", sorti en janvier, il n'y a (...)
Jeudi 3 février 2011 «Car la poésie, c'est rechercher le contact avec ce que la vie a d'immédiat dans des rapports avec d'autres êtres qui en deviennent de l'absolu, et cette (...)
Jeudi 2 décembre 2010 Écrivain, conseillère littéraire auprès de la Fête du livre de Bron, directrice de la collection de littérature "La forêt" chez Stock. NP
Lundi 1 mars 2010 Les dates : du vendredi 5 au dimanche 7 mai Le lieu : l’hippodrome de parilly Les invités : 39 auteurs et 8 auteurs jeune public Le programme : des (...)
Lundi 1 mars 2010 Peut-être comme il le dit «par peur de l’hérédité», Didier Eribon choisit la mort de son père, des suites de la maladie d’Alzheimer, pour s’intéresser à son (...)
Lundi 1 mars 2010 Sur les conseils d’une institutrice, Sébastien, un enfant taciturne et en échec scolaire, est placé dans une institution spécialisée, loin du domicile familial. (...)
Dimanche 28 février 2010 Il y a quatre ans, avec "Dans la foule", Laurent Mauvignier signait un des plus beaux romans évoquant le football jamais écrit. Il n’y avait pourtant pas (...)
Vendredi 26 février 2010 La justice serait de ce monde, Riad Sattouf et son "Pascal Brutal" ne seraient pas repartis d'Angoulême en janvier avec le Prix du meilleur album. Car (...)
Vendredi 26 février 2010 S’il est un écrivain qui a questionné récemment la notion de mémoire, c’est bien Yannick Haenel avec «Jan Karski», livre consacré à ce résistant polonais de la (...)
Jeudi 26 février 2009 La 23e Fête du livre de Bron met le cap sur l'ailleurs, cet espace loin de nos contrées mais également ce repli intime qui permet d'aller au devant du monde comme au devant de soi. Nadja Pobel
Jeudi 26 février 2009 Colette Gruas, directrice de la Fête du livre de Bron depuis sa création en 1987. Propos recueillis par Nadja Pobel
Vendredi 19 décembre 2008 Printemps des poètes, Fête du Livre de Bron, Quais du Polar, Assises Internationales du Roman… Petit inventaire des manifestations littéraires à ne pas manquer lors du premier semestre 2009. YN

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !