"The Father" de Florian Zeller : ça tourne pas daron

The Father
De Florian Zeller (EU, 1h38) avec Anthony Hopkins, Olivia Colman, Mark Gatiss

Drame / Florian Zeller s'empare de l’adaptation britannique de sa pièce à succès en embarquant une distribution et une équipe technique expérimentées. Le résultat s’avère conforme aux craintes : un aimant à Oscar lisse et propret ayant plus à voir avec le théâtre que le cinéma…

Octogénaire vivant dans un vaste appartement londonien, Anthony sombre dans la démence. Pour lui, le temps se diffracte : il confond présent et passé, sa fille Anne avec l’assistante de vie, oublie jusqu’à la mort de sa cadette… Sa perception relative de cette altération affecte son humeur, le rendant agressif et paranoïaque. D’ultimes protections avant le lâcher prise final…

à lire aussi : Au Comœdia, Chloé Zhao en avant-première

Tant de dithyrambes ont déjà été dites et écrites sur Le Père (pièce et film) que porter un avis contraire semble tenir d’une posture stérilement provocatrice façon Kaganski époque Amélie Poulain ; tentons toutefois d’avancer quelques arguments… S’il n’est pas rare qu’un triomphe de la scène trouve une prolongation “naturelle” sur les écrans, métamorphoser un matériau théâtral en projet cinématographique n’en demeure pas une affaire aisée. S’affranchir de la contrainte du huis clos que la scène impose généralement constitue la principale préoccupation des réalisateurs : certains s’en accommodent en créant d’artificielles “aérations“ visuelles, d’autres laissent le flux et la tension verbale sculpter les séquences ; d’autres encore créent des objets hybrides jouant sur les deux tableaux (Rohmer, Resnais, Ruiz…) très adaptés à l’exploration onirique, à la déréalisation du réel ou aux pièces épousant des structures non linéaires. Ce qui est ici assez logiquement le cas, Le Père dépeignant la confusion spatio-temporelle du personnage-titre.

Pièce manquante

Sauf que Zeller n’en fait pas grand-chose, ou en tout cas pas assez. Il placerait des caméras devant une représentation théâtrale interprétée par cette distribution de prestige qu’il obtiendrait peu ou prou le même résultat, la même restitution des surfaces (gros plans en moins), les mêmes morceaux de bravoure d’écriture ou de jeu, séparés par des fondus au noir comme autant de rideaux réclamant par un silence soudain l’applaudissement compassionnel d’un public servile, histoire de saluer une “performance“. Belle affaire que ces performances gravées dans le marbre, millimétrées, éculées de déchéance bourgeoise propre sur elle, dans une dignité en velours côtelé ! De la mise en scène peut-être, dans l’extorsion des sentiments et la conception de ce film dont l’affiche évoque une empilement d’ingrédients de luxe ; un prétexte pour faire pleurer et glaner du trophée. Mais pas de réalisation. On en viendrait presque à rattraper malgré son esthétique de téléfilm la précédente et lointaine adaptation boiteuse du Père, Floride de Philippe Le Guay avec Jean Rochefort.

Le constat est d’autant plus terrible que le hasard du calendrier offre au Père deux points de comparaison qui lui sont plus que défavorables. Tout d’abord, l’excellent Falling où Viggo Mortensen, partant d’un argument comparable (la perte d’autonomie d’un père célibataire devenant sénile et la nécessité de lui trouver un nouveau foyer), restitue avec une extraordinaire poésie audio-visuelle l’égarement entre les strates du temps de l’ancêtre revêche — investi en profondeur par Lance Henriksen, qui dispose avec ce repoussoir d’un personnage autrement plus nuancé et complexe que celui d’Anthony Hopkins, lequel cabotine en pantoufles jusqu’à la grande scène de l’Acte III. Si loin d’Hannibal Lecter et de ses prestations sur Instagram !

Enfin, pour le contrepoint paritaire, on citera également le film croate Mère et fille où une fille revient au pays s’occuper de sa mère en fin de vie. Une trame bergmanienne mais que Jure Pavlović traite sur un mode réaliste, sans le conformiste cosmétique de Zeller.

The Father
Un film de Florian Zeller (G-B, 1h36) avec Anthony Hopkins, Olivia Colman, Rufus Sewell, Imogen Potts…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 30 janvier 2013 Quand il entreprend de tourner Psychose, Alfred Hitchcock sort du triomphe de La Mort aux trousses, un projet qu’il a longuement mûri et qui marque (...)
Vendredi 14 décembre 2012 Entre supposées prédictions mayas, sortie de "4h44, dernier jour sur terre", le nouveau film d'Abel Ferrara, et soirées labellisées «fin du monde», tout semble converger vers un 21 décembre apocalyptique – même si on ne fera que s'y bourrer la...
Jeudi 19 avril 2012 Au fin fond de la misère sociale britannique, un homme cuve sa misanthropie et cherche une impossible planche de salut dans ce premier film de l’acteur Paddy Considine, impressionnant de noirceur, pas exempt de complaisance, mais très...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !