Vengeance(s) ! Quatre films de revanche à découvrir en salles

On-Gaku : Notre Rock !
De Kenji Iwaisawa (Jap, 1h11) avec Shintarô Sakamoto, Ren Komai, Tomoya Maeno

Cinéma / À l’occasion du retour de la revanche des salles obscures, la vengeance est servie comme plat de résistance au menu de bien des séances. Vous en reprendrez bien un peu ?

Savoureux plat pour qui la cuisine, amer pour qui la déguste froide, la vengeance est en général plaisante à observer à l’écran. Si l’on a pu se délecter durant le confinement de l’excellent (et dépaysant) The Nightingale, la réouverture nous offre une sélection éclectique à dévorer ces trois semaines. En tête de gondole, une étrange fausse comédie noire (mais au vrai sous-texte féministe) signée Emerald Fennell, Promising Young Woman (le 26 mai, photo). Carey Mulligan y campe sous différents avatars une jeune femme feignant d’être ivre dans des bars ou des boîtes afin de piéger les hommes tentant d’abuser de son apparent état de faiblesse, histoire de les vacciner à tout jamais contre leurs comportements de sanglier. Consécutive à un traumatisme d’adolescence, sa croisade connaîtra un spectaculaire finale. Construit comme une rom-com alternative, où Cendrillon serait vêtue de conscience sociale et perdrait la vie au lieu d’un soulier de vair, ce premier film use d’une fausse perversité pour dénoncer celle ordinairement admise par le modèle dominant. L’Oscar du scénario n’a pas été usurpé : Emerald Fennel s’avère elle aussi une jeune femme prometteuse.

à lire aussi : “The Nightingale“ de Jennifer Kent : il était une fois… en Tasmanie

Autre talent à suivre, le prolifique Jérémie Guez qui avec Sons of Philadelphia (le 26 mai) place face à face deux cousins de la mafia philadelphiennes jusqu’alors unis comme des frères. En cause, un événement ressuscitant les cadavres de la “famille“… Imprégné de l’esprit douloureux et de l’image bistre du Parrain, ce film noir comme de l’encre antipathique se révèle digne de cette tragédie contemporaine de référence faite de trahisons, violences, dollars et sang — à l’instar de Blood Ties, le meilleur Canet. S’il est porté par un Matthias Schoenaerts, masse mutique, et un Joel Kinnaman effrayant en chien fou, on décerne une mention spéciale à Maika Monroe, silhouette d’espérance balayant les remugles de testostérone.

Un formidable anime de Kenji Iwaisawa

Cette testostérone qui circule dans les veines du héros-titre de Nobody (le 2 juin) réalisé par Ilya Naishuller. En apparence père tranquille menant une vie routinière de petit comptable, Hutch s’avère un ancien “nettoyeur“ d’une agence para-gouvernementale qu’un cambriolage à domicile va réveiller, et conduire à affronter l’équivalent du parrain dépositaire des fonds de pension de la mafia russe. Campé par Bob Odenkirk (alias Saul de Better Call Saul), Hutch s’engage dans une mécanique du talion aussi exponentielle que jouissive, avec force craquements d’os, gnons et pièges vicieux joliment montés. En bonus, un répertoire de seconds couteaux bien affutés (de Connie Nielsen à Michael Ironside en passant par Christopher Lloyd) et — déjà — la promesse d’une séquelle alors que notre “nobody” n’a pas encore cicatrisé… Vivement le retour de bâton !

Et puis il y a ce formidable anime de Kenji Iwaisawa, On-Gaku : Notre Rock ! (le 19 mai) où trois lycéens à la fois délinquants, apathiques et no-life oublient leurs rivalités stériles avec la bande d’en face en découvrant la musique. Pétri de nonsense, d’esprit punk, de références à la naissance du rock progressif comme aux grands-messes de la fin des années 1960, ce film illustre (au sens propre) la diversité des émotions que la musique peut procurer en modulant l’esthétique de la sobriété aux effets rotoscopiques. On lui pardonnera de faire passer la vengeance au second plan : il fait un effet bœuf.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 5 juin 2018 Si par miracle vous aviez raté Festen au cinéma, le film dogme sorti en 1998, alors filez aux Célestins du 12 au 16 juin, et vous aurez la chance de découvrir (...)
Mardi 9 janvier 2018 Avec des monstres de la scène internationale fidèles à la France (Van Hove, Ostermeier, Simon Stone), l'immense succès - mérité - d'Avignon (Saïgon) et un chef d’œuvre (Festen), la deuxième moitié de la saison théâtrale se fera à un pas cadencé.
Mardi 6 juin 2017 Son nom est Personne. Et probablement que le nôtre aussi. Dans cette performance filmique captant un open space déshumanisé, Cyril Teste renvoie dos à dos et face caméra celles et ceux qui travaillent, ordonnent, obéissent. Vertigineux.
Mardi 3 janvier 2017 Quelques grands noms du panthéon théâtral et de nombreux trentenaires au talent cru : voilà de quoi remplir la deuxième moitié de saison qui, espérons-le, sera plus nourrissante que la première.
Jeudi 12 mai 2016 La prochaine saison, tout juste annoncée,  contient des pépites : sélection. Acceso (du 8 au 19 oct) : monologue inoubliable, violent et (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !