"Les Fantômes de Séville" : on refait le match

Euro 2021 / Tronchet se penche dans une fiction très réaliste sur le traumatisme du Mundial 82 : la demi-finale sévillane de sinistre mémoire qui vit la Mannschaft écrabouiller les Bleus… À lire en ces temps d'Euro pas glorieux pour la bande à Deschamps.

Non, Tronchet n’est pas obsessionnel ; disons qu’il a de la suite dans les idées. Quand il ne pédale pas sur sa monture, il théorise ou dessine sur la bicyclette (Petit Traité de vélosophie) ; s’il n’est pas en train d’écrire un roman, il en signe l’adaptation BD ou cinématographique ; lorsqu’il ne part pas à la recherche de Jean-Claude Rémy, auteur-compositeur-interprète qu’il idolâtrait dans les années 1970, il métaphorise sa quête dans l’album Le Chanteur Perdu et enregistre un titre avec lui. Et quand il ne joue pas au foot (autre passion de sa prolifique existence), il écrit sur… un match ! Mais pas n’importe lequel : la mère de toutes les défaites amères ou, si l’on est optimiste, le combat épique ayant valu à l’équipe de France d’échouer pendant une demi-génération avant de vaincre son signe indien germanique et d’accéder au Graal suprême en 1998 face au Brésil.

à lire aussi : "Tom Foot" de Bo Widerberg : joue-la comme Johan

Battiston bastonné !

Le RFA-France du 8 juillet 1982 est en effet bien davantage qu’un match : vécue en direct comme une tragédie, un monument d’injustice sportive ruinant les rêves d’une nation de sélectionneurs persuadée de son bon droit, cette rencontre hors du commun s’est s’inscrite année après année comme un “moment historique“ cristallisant la mémoire blessée de tout une génération de spectateurs. Suivant un scénario dramatique digne des plus térébrants thrillers, le match offrit la victoire à l’Allemagne à l’issue des tirs aux buts. Alors que la France avait mené 3 à 1 durant les prolongations ; alors que le gardien teuton Harald Schumacher s’était rendu coupable d’une agression d’une violence inouïe sur Patrick Battiston en route vers ses cages ; alors que l’arbitre Charles Corver s’était montré d’une coupable négligence (ou indulgence pour la Mannschaft)… Il y avait de quoi friser l’incident diplomatique, compromettre la réconciliation franco-allemande — voire la stabilité de la CEE !

Près de quarante ans plus tard, Didier Tronchet use d’un nouvel alter ego de papier (et d’une nouvelle collaboration avec deux éminents confrère et consœur, les Jouvray) pour réduire cette fracture morale. Footballeur des dimanches efflanqué et atrabilaire, le héros des Fantômes de Séville avec lequel il partage, outre son prénom, quelques qualités physiques — va en effet porter un regard inédit sur ce drame national en mettant au jour un détail pourtant évident survenu à 50e minute du jeu, soit moins de dix minutes avant le funeste tacle prodigué par « Choumachère » au niveau de la carotide de Battiston. Didier réussit à convaincre son pote Fred qu’il tient là un scoop et tous deux partent enquêter, à la rencontre des survivants du match : le Bordelais Battiston, l’Allemand Schumacher, le Batave Corver, Hidalgo le Marseillais et Platini l’ermite…

Chaque passe doit être un but

Si la fiction s’invite beaucoup entre les lignes de l’Histoire pour l’enjoliver, la quête se révèle authentique. Et comme à l’accoutumée chez Tronchet, elle se nourrit d’une substantifique nostalgie pour habiter le présent. La double touche des Jouvray fait à cette enseigne merveille : le trait, léger, et la couleur comme passée, bleuie, donnent une texture évanescente à cette poursuite chimérique d’une réparation de surface… sans faire obstacle à la recherche plus intime sous-tendant l’intrigue. Dans les profondeurs du récit, Didier parle de l’enfant qu’il était et du rapport à son fils, rongé par le secret espoir de réussir la passe décisive à chaque phase de jeu. Et là, n’en déplaise à Gary Lineker, à la fin, c’est le père et le fils qui gagnent.

Didier Tronchet, Jérôme & Anne-Claire Jouvray, Les Fantômes de Séville (Glénat)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 9 juin 2015 Baru, Loisel, Peeters, Schuiten, Trondheim... Nous avons, au fil des saisons, déjà largement commenté l’œuvre des invités les plus illustres de Lyon BD 2015. Profitons plutôt des dix ans du festival pour louer autant d'auteurs qui comptent ou vont...
Mardi 15 avril 2014 Que se serait-il passé si Didier Tronchet, plutôt que de sauver ses albums photos de l'incendie qui menaçait de ravager son immeuble, avait écouté les consignes (...)
Dimanche 3 novembre 2013 Une cinquantaine de dessinateurs, scénaristes et coloristes en dédicace, une exposition de planches et crayonnés de Lincoln, l'excellent western (...)
Jeudi 26 septembre 2013 L'an passé, la rentrée BD nous était apparue tristement routinière. Cette saison, c'est tout le contraire : de dédicaces majeures en initiatives éditoriales de niches, il y a d'ores et déjà de quoi légitimer pas mal de RTT. Benjamin Mialot
Dimanche 2 juin 2013 Qui, de Michael Phelps ou de Ian Thorpe, serait le plus à même de succéder à Johnny Weissmuller dans le rôle de Tarzan ? En voilà une bonne question. On ne sait si (...)
Dimanche 7 avril 2013 Qui trop embrasse mal étreint. Exemple : les smartphones et leurs médiocres fonctions non-téléphoniques, qui n'ont d'intelligent que leur conception par (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X