“Bergman Island” de Mia Hansen-Løve : île en faut peu pour être Fårö

Bergman Island
De Mia Hansen-Løve (Fr, 1h52) avec Mia Wasikowska, Tim Roth, Vicky Krieps

Cannes 2021 / Une réalisatrice sur l’île d’un réalisateur autofictionne sa relation avec un autre réalisateur et signe un film faisant penser à un autre réalisateur. On préfère le cinéma de Mia Hansen-Løve quand il s’intéresse aux histoires des autres qu’aux récits à peine transformés de sa propre existence.

Chris et Tony, un couple de cinéastes, débarque sur Fårö, l’île où vécut Ingmar Bergman (et où demeure son empreinte) pour écrire, chacun s’attelant à son projet personnel. Entre les obligations liée à la résidence artistique de l’un, le désir (ou la nécessité) d’explorer l’univers bergmanien, les impasses narratives de l’autre, le couple perd un peu de son harmonie et la fiction contamine le réel…

Un vent de déjà-vu traverse ce bien sage ego-fan-trip où Mia Hansen-Løve ne se donne pas vraiment la peine de dissimuler les visages derrières les personnages : Tony, c’est Assayas et Chris… eh bien c’est elle. Deux artistes ensemble, unis par le métier et une enfant, mais dissociés par l’impossibilité de construire conjointement une famille équilibrée et chacun leur œuvre. Une incapacité qui les rapproche de Bergman, ou du moins que Fårö semble révéler à Chris : quand Tony avance dans son écriture et est célébré par les insulaires, elle se trouve en proie aux doutes, aux atermoiements, son stylo tombant régulièrement (et symboliquement) en panne sèche…

Resnais suédé

Ce vieux sujet (qui bouge encore) des affres de la création débouche naturellement sur une mise en abyme : Chris bloquant sur la fin de son projet va le raconter à Tony (qui l’écoute d’une demi-oreille distraite) et peu à peu une histoire dans l’histoire apparaît, s’inscrivant dans le décor de Fårö, dont les personnages vont se confondre avec la réalité. La référence à Bergman se dissout et celle à Providence de Resnais surgit, en moins tourmenté. Avec hélas moins de prise de risque dans le montage et la narration : on l’a dit au début, Bergman Island est un film sage, de surface, où même les auteurs représentés à l’écran n’osent pas trop s’abandonner à leurs fantasmes. À quoi bon en avoir, serait-on tenté de leur demander.

Pourtant… Pourtant il y avait deux ou trois belles idées, à commencer par l’histoire d’amour entre les personnages de Chris. Peut-être parce cette romance est désespérée, qu’il s’agit d’une passion contrariée, d’un rendez-vous manqué, qu’on ne sait pas comment elle finit et qu’elle est filmée du point de vue d’un cœur brisé, elle aurait pu vivre sa vie autonome de mélodrame, débarrassée de toutes les scories nombrilistes. Et puis il y a ce regard éminemment critique et sarcastique sur la personne de Bergman émis par l’un des protagonistes, assez révélateur du rapport complexe que les Suédois peuvent entretenir avec cet encombrant Commandeur. Il empêche aussi le film de tomber dans une complaisance trop dévote. Même sur une île, il faut savoir garder un peu de distance.

★★★☆☆ Bergman Island
Un film de Mia Hansen-Løve (Fr-Bel-All-Suè-Mex, 1h52), avec Mia Wasikowska, Tim Roth, Vicky Krieps…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 12 février 2018 Derrière le voile d’un classicisme savamment chantourné, l’immense Paul Thomas Anderson renoue avec le thème du “ni avec toi, ni sans toi” si cher à Truffaut de La Sirène du Mississippi à La Femme d’à côté. Un (ultime) rôle sur mesure pour l’élégant...
Mardi 16 mai 2017 Réalisateur de Old Boy et plus récemment du délicat autant que tarabiscoté Mademoiselle, Park Chan-Wook a brillamment réussi son transfert hollywoodien : c’était (...)
Mardi 10 mars 2015 Avec cette évocation du combat de Martin Luther King pour la reconnaissance du droit de vote des noirs dans les états du sud américain, Ava DuVernay réalise un honnête film à Oscars, qui ménage la chèvre didactique et le chou romanesque avec un...
Mardi 20 mai 2014 David Cronenberg signe une farce noire et drôle sur les turpitudes incestueuses d’Hollywood et la décadence d’un Los Angeles rutilant et obscène. Un choc ! Christophe Chabert
Mardi 18 février 2014 Retour en grande forme de Jim Jarmusch avec ce film à la force tranquille qui imagine des vampires dandy, rock’n’roll, amoureux et dépressifs, gardiens d’une culture mise en péril par la révolution numérique. Christophe Chabert
Mercredi 28 ao?t 2013 On en sait désormais un peu plus sur la programmation du festival Lumière 2013 où, faut-il le rappeler, Quentin Tarantino sera à l’honneur. Bergman, Verneuil, Ashby, des films noirs rarissimes, des projections événements, des raretés restaurées et...
Mardi 23 avril 2013 Après avoir croisé "Thérèse Raquin" et un film de vampires dans "Thirst", Park Chan-wook se délocalise en Australie pour passer "L’Ombre d’un doute" au filtre de l’horreur gothique. Le résultat, ultra stylisé et plutôt distrayant, se présente comme...
Lundi 18 février 2013 D’Éric Rochant (Fr, 1h43) avec Jean Dujardin, Cécile De France, Tim Roth…
Vendredi 13 juillet 2012 De Rufus Norris (Ang, 1h30) avec Tim Roth, Eloïse Laurence, Cillian Murphy…
Jeudi 15 septembre 2011 Deux adolescents flirtent avec la mort avant de flirter tout court dans ce beau film, sensible et pudique, d’un Gus Van Sant revenu de ses expérimentations arty. Christophe Chabert
Mercredi 21 novembre 2007 De Francis Ford Coppola (Fr-Roum-All, 2h20) avec Tim Roth, Bruno Ganz...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !