"Boîte noire" de Yann Gozlan : crime en bande réorganisée

Boîte noire
De Yann Gozlan (Fr, 2h09) avec Pierre Niney, Lou de Laâge, André Dussollier

Thriller Politique / Un analyste opiniâtre du BEA ayant découvert que les enregistrements d’un crash aérien ont été truqués, se trouve confronté à l’hostilité générale… Yann Gozlan creuse le sillon du thriller politique, lorgnant ici le versant techno-paranoïde et transposant l’esprit du ciné US des années 1970 aux problématiques contemporaines. Brillamment réalisé.

Après le crash du vol Dubaï-Paris, un jeune analyste prodige détecte que les pistes sonores des boîtes noires ont été trafiquées. Au fur et à mesure d’une enquête qui l’isole de plus en plus et mine son couple, il réalise la compromission de responsables industriels et politiques. Et que sa propre vie paraît, elle aussi, en danger…

� lire aussi : Les sorties cinéma de la quinzaine à Lyon

Toute incursion dans le thriller politique — jadis domaine régalien du cinéma américain, un peu en déshérence depuis une vingtaine d’années — est la bienvenue. À condition évidemment qu’il y ait à la fois en enjeu politique cohérent et un traitement suffisamment rythmé pour répondre aux exigences de ce registre : les barbouzeries et collusions entre officines para-gouvernementales avaient ainsi permis à Coppola (Conversation secrète), Pollack (Les Trois jours du Condor), Pakula (The Parallax View) ou De Palma (Blow Out) de placer haut la barre au milan des années 1970, avant que le genre ne s’hybride définitivement avec des problématiques technologiques depuis Clancy, Crichton et consorts, signant l’avènement inéluctable du monde globalisé et multipolaire décrit par le Snowden de Stone. C’est dans cet univers d’intrications et de réseaux (mot-clef de son intrigue, à bien des égards) que Yann Gozlan situe Boîte noire où l’on vole (terme ici étonnamment polysémique lui aussi) sans se soucier des frontières, des lois, de la morale. Le cinéaste joue avec les sens… mais aussi avec les sens.

Car du son, élément germinatif du récit, Gozlan crée un étonnant matériau donnant à voir ce qu’une bouillie de fréquences hachées évoque à une oreille aguerrie — on croirait les flashes du médium de Dead Zone. Sa réalisation, ample et fluide, servie par des plans-séquences hallucinants, dont celui d’ouverture, transforme chaque écoute en nouvelle hypothèse et conduit à interroger la validité des images par la vue autant que l’ouïe. À l’époque du deep-fake, inutile de dire à quel point cette précaution est salutaire, même si elle transforme le spectateur en clone de son héros campé par Pierre Niney : en obsessionnel paranoïaque…

� lire aussi : Lyon : Retour en septembre du festival de science-fiction Les Intergalactiques

Du virtuel et de la mort

Autre grand axe exploré par Boîte noire, celui d’une solitude paradoxale dans la mesure où elle est sans cesse parasitée par des spectres — encore une fois, dans tous les sens du terme. Des manifestations vocales de trépassés hantant, dans un cercle vicieux, jusqu’à la folie celui qui les sollicite afin de les arracher à leur mort injuste prématurée, mais qui de fait se prive à son tour de repos. Ce thème d’une impossibilité — du refus — d’accomplir un deuil trouve un écho (!) dans l’hypnotique Serre Moi fort de Mathieu Amalric (15/09), où le personnage joué par Vicky Krieps ayant perdu mari et enfants dans une avalanche, projette la poursuite de leur existence dans une vie parallèle ; un dérivatif à son chagrin pour retarder l’acceptation de l’inéluctable.

Mais ce faux-semblant s’avère aussi une prison l’enfermant dans la sur-présence obsédante du passé et de “ses“ absents, dont elle va traquer la silhouette chez d’autres enfants… Là encore, le refus de la perte expose à un vertigineux abandon de sa propre personne — accentué par l’omniprésence des simulacres (enregistrements, photos etc.) entretenant une permanence illusoire et délétère des défunts. Carpe diem se conjugue au présent, pas avec des fleurs séchées, ni numérisées…

★★★★☆ Boîte noire
Un film de Yann Gozlan (Fr, 2h09) avec Pierre Niney, Lou de Laâge, André Dussollier…

★★★★☆ Serre Moi Fort
Un film de Mathieu Amalric ​(Fr, 1h37) avec Vicky Krieps, Arieh Worthalter…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 27 novembre 2018 Le parcours d’un pompier parisien, de l’adrénaline de l’action à la douleur du renoncement après l’accident. Une histoire de phénix, né à nouveau par le feu qui faillit le consumer, marquant (déjà) la reconstruction d’un cinéaste parti de guingois...
Mardi 14 février 2017 Désireux d’éveiller les consciences en période pré-électorale, Lucas Belvaux fait le coup de poing idéologique en démontant la stratégie de conquête du pouvoir d’un parti populiste d’extrême-droite. Toute ressemblance avec une situation...
Mardi 29 mars 2016 de et avec Igor Gotesman (Fr, 1h42) avec également Pierre Niney, François Civil, Margot Bancilhon, Idrissa Hanrot…
Mercredi 10 février 2016 Anne Fontaine, qui apprécie toujours autant les sujets épineux et a pris goût aux distributions internationales, en a débusqué un en Pologne : l’histoire de religieuses enceintes après avoir été violées par des soudards soviétiques…
Mardi 19 mai 2015 Conçu comme un prequel à "Comment je me suis disputé...", le nouveau et magistral film d’Arnaud Desplechin est beaucoup plus que ça : un regard rétrospectif sur son œuvre dopé par une énergie juvénile, un souffle romanesque et des comédiens...
Mardi 17 mars 2015 À cause d’une imposture littéraire devenue succès de librairies, un jeune auteur est entraîné dans une spirale criminelle ; Yann Gozlan signe une réussite inattendue du thriller hexagonal, avec un Pierre Niney excellent en héros négatif. Christophe...
Mardi 13 mai 2014 Comme un contre-pied à "Tournée", Mathieu Amalric livre une adaptation cérébrale, glacée et radicale d’un roman de Simenon, où l’exhibition intime se heurte au déballage public, laissant dans l’ombre le trouble d’un amour fou et morbide....
Mardi 25 mars 2014 Pour sa troisième adaptation d’Alan Ayckbourn et, donc, son tout dernier film, Alain Resnais choisit de laisser en sourdine ses ruminations crépusculaires pour une comédie qui célèbre la vie et la vieillesse, les artifices du théâtre et la force du...
Mardi 4 mars 2014 En tournée pour la sortie de "Diplomatie" de Volker Schlöndorff, rencontre avec le grand André Dussollier autour du film, mais aussi du prochain film d’Alain Resnais, "Aimer, boire et chanter" dont, au moment de l’entretien, on ne savait pas encore...
Mardi 25 février 2014 De Volker Schlöndorff (Fr-All, 1h24) avec Niels Arestrup, André Dussollier, Charlie Nelson…
Mardi 25 février 2014 Avec "The Grand Budapest Hotel", Wes Anderson transporte son cinéma dans l’Europe des années 30, pour un hommage à Stefan Zweig déguisé en comédie euphorique. Un chef-d’œuvre génialement orchestré, aussi allègre qu’empreint d’une sourde...
Mardi 25 février 2014 De Sophie Fillières (Fr, 1h42) avec Emmanuelle Devos, Mathieu Amalric…
Vendredi 10 janvier 2014 Derrière une intrigue de polar conduite avec nonchalance et un manque revendiqué de rigueur, les frères Larrieu offrent une nouvelle variation autour de l’amour fou et du désir compulsif. Si tant est qu’on en accepte les règles, le jeu se révèle...
Lundi 6 janvier 2014 De Jalil Lespert (Fr, 1h40) avec Pierre Niney, Guillaume Gallienne, Charlotte Le Bon…
Mercredi 6 novembre 2013 Une actrice, un metteur en scène, un théâtre et "La Vénus à la fourrure" de Sacher-Masoch : un dispositif minimal pour une œuvre folle de Roman Polanski, à la fois brûlot féministe et récapitulatif ludique de tout son cinéma. Christophe Chabert
Mercredi 4 septembre 2013 Changement d’époque et de continent pour Arnaud Desplechin : dans l’Amérique des années 50, un ethnologue féru de psychanalyse tente de comprendre le mal-être d’un Indien taciturne. Beau film complexe, Jimmy P. marque une rupture douce dans l’œuvre...
Mardi 2 avril 2013 De Danièle Thompson (Fr, 1h40) avec Kad Merad, Éric Elmosnino, Monica Bellucci, Lou de Laâge…
Vendredi 21 octobre 2011 Dans Poulet aux prunes, Marjane Satrapi fait mieux que transformer l’essai de Persépolis : avec son comparse Vincent Paronnaud, ils retranscrivent en prises de vue réelles l’imaginaire débordant de ses bandes dessinées, en gorgeant les images...
Jeudi 1 septembre 2011 Une saison de théâtre, c’est aussi, n’en déplaise aux puristes, une saison d’acteurs exceptionnels à découvrir sur scène. D’Arestrup à Catherine Frot, de Cantona à Romain Duris, passage en revue des «stars» de cette rentrée. Christophe Chabert
Mardi 28 septembre 2010 De Yann Gozlan (Fr, 1h25) avec Zoé Félix, Éric Savin…
Mercredi 23 juin 2010 Débordant de vie, avec tout ce que cela comporte d’euphorie, de déprime, de coups de cœur et de coups de gueule, Tournée est avant tout un film de flux et (...)
Mercredi 23 juin 2010 Acteur prodige dont la réputation déborde aujourd’hui les frontières françaises, Mathieu Amalric signe avec "Tournée" son quatrième — et meilleur — film en tant que réalisateur. Rencontre. Propos recueillis par Christophe Chabert
Jeudi 4 mars 2010 De Yasmina Reza (Fr, 1h24) avec André Dussollier, Emmanuelle Seigner…
Mardi 16 février 2010 Jacques Bral revient à l’Institut Lumière pour présenter la copie restaurée d’"Extérieur nuit", film culte fonctionnant sur l’entre-deux : entre deux décennies, entre la nuit et le petit matin, entre l’utopie et la désillusion… CC
Mardi 17 novembre 2009 De retour en France, le réalisateur de 'Maléfique' Eric Valette signe un polar politique intègre, noir, violent et efficace, en hommage au cinéma populaire des années 70. Christophe Chabert
Mercredi 28 octobre 2009 D’Alain Resnais (Fr, 1h44) avec André Dussollier, Sabine Azéma…
Vendredi 10 juillet 2009 D’Arnaud et Jean-Marie Larrieu (Fr, 2h10) avec Mathieu Amalric, Karin Viard… (sortie le 19 août)
Vendredi 14 novembre 2008 de Jean-Michel Ribes (Fr, 1h33) avec Michel Blanc, Muriel Robin, André Dussollier…
Mardi 27 mai 2008 De Claus Drexel (Fr, 1h30) avec André Dussollier, Miou-Miou, Hanke Kodja…
Mercredi 21 mai 2008 Avec cette tragi-comédie familiale aux accents mythologiques, Arnaud Desplechin démontre à nouveau qu’il est un immense cinéaste, entièrement tourné vers le plaisir, le romanesque et le spectacle. Christophe Chabert
Mercredi 19 septembre 2007 de et avec Sam Karmann (Fr, 1h35) avec Karin Viard, André Dussollier, François Cluzet...
Mercredi 19 septembre 2007 L'adaptation par Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval du livre de François Emmanuel en diminue un peu l'impact, mais conserve l'essentiel : sa réflexion sur la naissance d'une langue technique au service de toutes les injustices. Christophe Chabert
Mardi 30 novembre 1999 Arnaud Desplechin creuse la veine romanesque de son cinéma avec ce double récit aux connexions discrètes où cohabitent tragédie et comédie, fantaisie et rigueur, pur plaisir de la mise en scène et virtuosité du langage. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !