De l'autre côté : les sorties cinéma de la quinzaine (du 22 au 29 septembre)

La voix d'Aïda
De Jasmila Žbanić (Bos, 1h44) avec Jasna Đuričić, Izudin Bajrovic, Boris Ler

Théma / Pile, la vie qui continue, l’espoir… Face, le néant. Entre les deux, l’exil, la maladie ou le combat, pour abolir le désastre ou précipiter la fin. Refuser de basculer de l’autre côté ou y courir, telle est la question… Où l'on parle de "La Voix d'Aida", "La Traversée", "I Am Greta", "Bigger Than Us", "Tout s'est bien passé" et "After Love".

Sur le fil, jusqu’au bout : au printemps dernier, La Voix d'Aida de Jasmila Žbanić (22 septembre) aurait pu valoir à la Bosnie-Herzégovine son deuxième Oscar du film international. Voire aurait dû pour sa prescience. Car s’il évoque le passé — en se déroulant durant la chute de Srebrenica en 1995, quand l’ONU laisse la ville aux mains de Mladic —, il trouve un stupéfiant écho dramatique avec l’actualité afghane. On y suit la course folle d’Aida, interprète pour les Casques Bleus, tentant d’exfiltrer son mari et ses fils alors que la milice se rapproche. Ce film glace les sangs par son tragique (et hélas historique) suspense, transmettant l’étouffement progressif saisissant Aida. Respectueux des victimes, il rappelle la réalité des épurations ethniques comme la fragilité de la paix.

à lire aussi : "Candyman" de Nia DaCosta : double crochet du droit

Sur une thématique voisine mais dans un traitement fort différent, La Traversée de Florence Miailhe (22 septembre) relate sous forme de conte atemporel l'exil de Kyona et Adriel, sœur et frère essayant de gagner un pays plus tolérant. Une route semée d’embûches inspirée par l’histoire familiale de la réalisatrice, mise en images comme à son habitude en… peinture sur verre. Au-delà du travail de bénédictin qu’il représente, de son esthétique hors normes, la portée symbolico-philosophique de ce projet en fait un futur classique.

De la Terre à la terre (à terre)

Encore faut-il qu’il y ait un futur ! Deux documentaires montrent qu'il est possible à condition de se retrousser les manches ensemble. D’abord le bienveillant (sans être hagiographique) I Am Greta de Nathan Grossman (29 septembre), tourné au plus près de Greta Thunberg dès l’aube du combat de la lycéenne suédoise pour le climat. Difficile après de douter de la sincérité de son engagement ou de son libre-arbitre ; on devine en revanche que ses épigones étrangères sont davantage guidées par l’opportunisme et l’ambition personnelle.

Plus lisse s’avère Bigger than us de Flore Vasseur (22 septembre), recueil façon catalogue d’initiatives de jeunes citoyens du monde. On comprend l’intention, on y souscrit volontiers, mais… qu’est-ce qu’on s’ennuie !

Ultime frontière, la mort. Elle est au centre dans Tout s’est bien passé de François Ozon (22 septembre) tiré du récit d'Emmanuèle Bernheim, où André Dussollier campe un père diminué par un AVC priant sa fille (alias Sophie Marceau) de l’aider à mourir. Nul doute qu’il y a là une composante affective pour Ozon, dont la feue Emmanuèle fut proche collaboratrice. Son film est ainsi un cénotaphe gigogne, un cadeau fait aux comédiens autant qu’une voix en faveur du choix de mourir dans la dignité.

After Love de Aleem Khan (29 septembre) aurait pu être lui aussi signé Ozon : cette histoire d’une veuve britannique ayant appris que son mari entretenait une autre existence à Calais et parvenant — fortuitement — à s’immiscer dans le foyer français, recoupe toutes les thématiques chères à l’auteur de Sous le sable. Une première réalisation trans-Manche qui mérite le détour. Franchissez le pas…

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Cinéma...

Lundi 5 septembre 2022 Bien qu’il atteigne cette année l’âge de raison avec sa 7e édition, le Festival du film jeune de Lyon demeure fidèle à sa mission en programmant l’émergence des (...)
Mercredi 17 août 2022 Et si Forrest Gump portait un turban et dégustait des golgappas plutôt que des chocolats ? L’idée est audacieuse mais aurait mérité que le réalisateur indien de Laal Singh Chaddha se l’approprie davantage. Si l’intrigue réserve forcement peu de...
Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Vendredi 13 mai 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mardi 26 avril 2022 Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout...
Mardi 26 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été, Amanda…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X