Bruno Bernard transforme Fagor-Brandt en entrepôt TCL, les Biennales, Lyon Street Food et Nuits sonores sont SDF

Politique Culturelle / La Biennale de la Danse et celle d'Art Contemporain, Nuits sonores et le Lyon Street Food Festival : quatre institutions culturelles de grande envergure se retrouveront SDF en 2023 et sont à l'heure actuelle sans solution de repli, suite à la décision du président de la Métropole Bruno Bernard de transformer Fagor-Brandt en entrepôt TCL, sans concertation préalable avec les occupants culturels pour les reloger ailleurs.

Les anciennes usines Fagor-Brandt transformées en local technique du Sytral, afin de stocker les tramways, entre autres. C'est ce qui va se passer à horizon début 2023. Mauvaise nouvelle pour le milieu culturel et événementiel lyonnais, qui avait posé son empreinte sur ce lieu immense depuis quelques années maintenant : Nuits sonores, Lyon Street Food Festival et les Biennales de la Danse et d'Art Contemporain se déroulaient là-bas. Bien sûr, la réhabilitation de Fagor-Brandt, qui est une friche industrielle, était dans l'esprit de tous. Mais pas si vite. Et pas sans concertation préalable. Surtout en ce qui concerne les Biennales, qui avaient investi financièrement pour réhabiliter les lieux et pensaient rester quelques années sur place.

C'est une surprise

Isabelle Bertolotti, directrice du Musée d'Art Contemporain et de la Biennale d'Art Contemporain, est très claire lorsque nous lui posons la question : « nos bureaux sont là-bas, pas seulement nos événements. La Biennale d'Art Contemporain se déroulera bien en 2022 à Fagor-Brandt, mais pour la Biennale de la Danse, ce sera impossible. Nous avons eu un premier contact avec la Métropole, récemment : ce n'est pas négociable. La Métropole s'engage à nous trouver de nouveaux locaux, mais il n'y a aucune piste pour le moment. Tout doit déménager : nos locaux et nos deux événements. Pourtant, Fagor-Brandt c'était parfait : central, de plain pied, accessible pour les camions, à proximité des gares, etc. Ce sera difficile de trouver aussi bien. On établit ces jours-ci un cahier des charges pour que le cabinet du président Bruno Bernard comprenne. Je ne sais pas s'ils ont bien conscience des enjeux... On pensait être engagés sur plusieurs années à Fagor, c'est une surprise ! Et on ne l'a pas appris de gaîté de cœur. On a investi financièrement dans ces locaux. C'était un endroit idéal : ça fait partie des grands équipements qu'une ville doit avoir aujourd'hui : adapté aux nouvelles pratiques culturelles, modulable. »

Du côté du Lyon Street Food Festival, c'est la douche froide quelques jours après une première édition à succès dans ce lieu, alors que le festival avait déjà dû quitter Les Subs où il se déroulait précédemment et essuyer la crise du Covid. Emeric Richard, l'un des deux fondateurs de Nomad Kitchens qui organise l'événement, nous explique : « on a fait notre première exploitation à Fagor-Brandt il y a quinze jours, le site est ultra-adapté à notre festival. Le changement de destination de Fagor-Brandt nous pose problème, évidemment... Lundi prochain, nous aurons une première réunion avec la Métropole pour écouter et donner nos besoins. Évidemment, nous sommes inquiets ! On a besoin d'un an et demi pour produire et organiser notre événement, 2023 on commence à le préparer dans quelques semaines et du coup nous ne savons pas où nous serons... Aucun lieu en vue ! »

Pas de concertation préalable

C'est bien là le problème : Bruno Bernard avait évoqué dès le début de son mandat la possibilité d'installer un local pour les TCL sur ce site. Mais il n'a pas été clair avec tout le monde, promettant un temps un usage mixte avec de la culture ou a minima un calendrier pour reloger tout le monde avant d'entériner la décision. Mais la méthode Bruno Bernard — "je décide d'abord, vous discutez ensuite" — s'applique à tout le monde, y compris au maire de Lyon Grégory Doucet et à l'adjointe à la Culture de ce dernier. Ou à son propre vice-président en charge de la Culture, Cédric Van Styvendael, que l'on imagine peu ravi par la situation dont il hérite — il n'a pas donné suite à nos demandes d'entretien.

Nathalie Perrin-Gilbert, contactée par nos soins le samedi 25 septembre, défend son territoire : « que cette décision soit prise, vous me l'apprenez. En tant qu'adjointe à la Culture de Lyon, je n'ai été ni prévenue ni associée à cette décision. Je savais que l'idée d'installer un entrepôt TCL à Fagor-Brandt était envisagée depuis quelques mois, je l'avais appris par Cédric Van Styvendael. J'étais immédiatement montée au créneau auprès de Bruno Bernard pour lui faire part de ma préoccupation, l'une des rares fois où j'ai pu le voir. Tout ceci était à l'oral, mais il m'avait assuré que si la décision était prise d'installer un entrepôt TCL, ce serait compatible avec les Biennales et que le site de Fagor-Brandt ne serait pas intégralement changé. OK, c'est la Métropole qui gère les Biennales mais ça impacte le Musée d'Art Contemporain et la Maison de la Danse qui sont sur le territoire lyonnais. »

Dans l'entourage du maire de Lyon, on atténue le propos sans pour autant pouvoir nier le fond du problème : oui, depuis son élection Bruno Bernard dit qu'il veut utiliser Fagor-Brandt pour en faire un local technique TCL — les mobilités étant un axe fort du mandat écologiste, Grégory Doucet ne peut qu'approuver. Oui, les Biennales peuvent s'y dérouler en 2022. Mais il semble que ce soit la suite qui pose question : dès janvier 2023, les lieux devront être vidés et du calendrier et de la concertation promises auprès de la Ville de Lyon, il n'y a point de trace, même si les cabinets du maire et du président ont pris langue ces derniers jours — après que la décision de Bruno Bernard fut entérinée et donc bien avant qu'un embryon de solution ne soit évoqué pour les structures culturelles. Ce qui met tout le monde en difficulté, mairie comprise : « la décision a été prise avant que la Métropole n'établisse un calendrier et trouve des solutions pour les acteurs culturels et ça c'est un problème oui » nous souffle-t-on tout en défendant la décision de Bruno Bernard.

Aucun lieu ne se détache à Lyon intra-muros pour accueillir toutes ces structures culturelles. Et d'autres sont aussi en quête, comme le festival Reperkusound organisé par Mediatone, également SDF à cause de la fin du Double Mixte à Villeurbanne et qui avait un temps lorgné sur l'ancien Ikéa à Parilly, avant que le promoteur Ceetrus ne fasse volte-face et n'enterre ses promesses de tiers-lieu culturel pour en revenir aux fondamentaux : de la grande surface commerciale. Avec Nuits sonores, ce sont donc les deux plus gros festivals de musiques électroniques qui sont dans l'incertitude pour 2023. Ce qui paraît loin au spectateur lambda, mais qui en réalité s'apparente à demain pour les organisateurs, tant la logistique est importante pour mettre en place des événements d'une telle ampleur. Pour le Reperkusound et Nuits sonores, un site est cependant visé, à Oullins : l'ancien technicentre de la SNCF situé dans le quartier de La Saulaie, vers lequel convergent tous les regards lyonnais (et où le Ninkasi va installer son siège et ouvrir un nouveau lieu hybride). Rien n'est fait : là-aussi les discussions patinent pour l'instant.

Nuits sonores et Reperkusound, espoir à Oullins

Vincent Carry, directeur de Arty Farty qui organise Nuits sonores, nous explique : « un calendrier de réunions vient juste d'être posé entre la Métropole et les utilisateurs de Fagor-Brandt. Ils vont auditer le problème. On pourra utiliser Fagor en 2022 si on veut, mais pas en 2023. Deux questions se posent chez nous : celle du format de Nuits sonores post-Covid, on est passé de 140 000 spectacteurs à 30 000 en juillet dernier. Il faut réfléchir à notre format et reconstruire. Tous les festivals devraient se poser cette question ! Ensuite, le lieu. Tout est ouvert. Il nous manque des avis, notamment celui de la Métropole sur le technicentre SNCF à La Saulaie. Se pose aussi une autre question : en 2023, Nuits sonores fêtera ses vingt ans... Point important : avec Mediatone, nous tenons le fil du contact en permanence sur ce sujet de la recherche d'un lieu, on se dit tout, on avance solidaires sur ce projet. Sur La Saulaie, ça peut être important d'œuvrer avec cette intelligence collective, main dans la main. Mais comment on va articuler ça... c'est compliqué ! »

Ce qui pose un autre problème, énorme pour la Ville de Lyon : celui de l'exode possible de plusieurs événements emblématiques en dehors de la cité en 2023. Voir partir Reperkusound, Nuits sonores et le Ninkasi, mais aussi sans doute d'autres acteurs culturels vers Oullins serait un échec pour l'exécutif de Grégory Doucet. Surtout que Cédric Van Styvendael a aussi de son côté une politique volontariste à Villeurbanne où il est maire et compte bien capitaliser sur la lancée de son année Capitale de la Culture. Nathalie Perrin-Gilbert ne cache pas son inquiétude : « c'est un scénario qui ne me convient pas. Je n'arrête pas de dire qu'il faut des lieux de création intra-muros à Lyon ! Il faut absolument trouver des solutions et dialoguer avec la Métropole, avec le vice-président Cédric Van Styvendael mais aussi avec Bruno Bernard. Je n'ai pas été associée à cette décision concernant Fagor-Brandt, mais je suis prête à dialoguer avec eux. » Dans l'entourage du maire de Lyon, on précise qu'il « reste des friches dans le 7e et le 8e, mais on a cette inquiétude d'un exode pour 2023, oui. »

Dominique Hervieu, pour la Biennale de la Danse, n'a pas donné suite à nos sollicitations. Du côté de la Métropole, aucun élu ni responsable n'a souhaité s'exprimer sur le sujet Fagor-Brandt, qui semble brûler les doigts faute d'avoir été anticipé. Les deux principaux élus mis en difficulté par cette décision, Nathalie Perrin-Gilbert à la Ville de Lyon et le vice-président en charge de la Culture à la Métropole, Cédric Van Styvendael, tentent de s'organiser pour gagner du temps et laisser Fagor-Brandt à disposition des différentes structures jusqu'à décembre 2023 — afin de leur laisser le temps de se retourner. Une première réunion entre le cabinet de Bruno Bernard et les structures culturelles impactées a enfin été calée et se déroulera ce lundi 4 octobre à la Métropole. À suivre.

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Actus...

Mardi 26 avril 2022 Weavers, association villeurbannaise qui a pour ADN l’inclusion des personnes exilées, utilise les leviers d’intégration économique et sociale afin de faciliter leur recrutement. Le but : créer des liens sociaux pour les inscrire dans...
Mardi 12 avril 2022 ADOS est une association qui prône des valeurs d’inclusion et d’égalité des chances. Un lieu ressource à destination des jeunes collégiens, lycéens et de leur famille. Objectif : les accompagner au mieux dans leur scolarité.
Mardi 29 mars 2022 L’association parisienne Le Recho inaugurait, début mars à Lyon, la première étape de son Itinéraire Solidaire : un projet itinérant réunissant habitantes et habitants de plusieurs villes de France et personnes exilées, autour de la cuisine....
Mardi 1 mars 2022 Le préavis de grève aux Célestins, lancé il y a une semaine pour la journée du 1er mars, a été levé lundi 28 février. "La Mouette" de Cyril Teste et "La Ligne solaire" se joueront bien dès les mercredi 2 et jeudi 3 mars, aux dates prévues cette...
Mardi 1 mars 2022 Au Marché Gare, les travaux s'approchent de leur terme prévu en mai, avant le passage de la commission de sécurité, en juin pour une réouverture de la SMAC en septembre, avec l'inauguration suivie des premiers concerts, pour...
Mardi 1 février 2022 Ressuscité en 2007, le Comœdia est devenu le premier multiplexe Art & Essai indépendant de France, en toute discrétion. La transmission de témoin qui s’est effectuée entre ses murs durant l’été dernier ne devrait rien remettre en cause.
Mardi 1 février 2022 Dans le quartier Saint-Jean à Villeurbanne, on se bouge pour sortir les habitants du chômage de longue durée,  avec un accompagnement sur mesure et une analyse du terrain afin de créer de l’emploi utile à tous. L’association Le Booster de Saint-Jean...
Mardi 18 janvier 2022 Que faire d’un aspirateur qui n’aspire plus ou d’un grille-pain qui ne grille plus ? On ne répare plus, on jette bien sûr. Et on rachète du neuf. L’art du rafistolage n’est plus à l’ordre du jour, il a laissé place à une société de consommation...
Mercredi 1 décembre 2021 Après de rocambolesques péripéties, l’Institut Lumière accueillera bien du 7 au 14 décembre les neuf films du “Festival Netflix“ et sa pluie de grands auteurs, dans un contexte houleux. Récit du feuilleton qui a tourneboulé les “professionnels...
Vendredi 3 décembre 2021 En attendant de voyager via le métavers, pour visiter des villes, il existe toujours des audio-guides. Beaucoup sont poussiéreux, soporifiques, monocordes… D’autres, comme celui de Séverine Peurichard, nous transportent avec virtuosité dans...
Jeudi 4 novembre 2021 La Ville de Lyon a décidé de remettre en jeu le label des huit Scènes découvertes de la cité. Pour chacune d'entre elles, l'enjeu est important tant l'aide financière et la mise en réseau bénéficient à ces structures souvent fragiles mais au travail...
Jeudi 4 novembre 2021 La Ville de Lyon vient de lancer une série d’appels à projets concernant les théâtres des 3e et du 8e arrondissements (actuels Théâtre des Asphodèles et NTH8). Ils seront ainsi peut-être confiés à de nouvelles équipes. Arbitrage prévu en...
Mercredi 20 octobre 2021 Définir un tiers-lieu est ardu tant il se métamorphose. Certains embrassent l’éphémère et se projettent sur des bâtiments en attente de réhabilitation — c’était le cas des Halles du Faubourg dans le 7e,  qui ont disparu sous les...
Lundi 18 octobre 2021 L'utilisation temporaire de Fagor-Brandt est prolongée jusqu'en novembre 2023, à la demande des acteurs culturels occupant le lieu. Mais rien n'est résolu pour la suite qui, au contraire, semble se compliquer, la Métropole n'ayant rien anticipé.
Jeudi 7 octobre 2021 Vous les avez peut être aperçu sillonnant les rues du 7e et 3e arrondissements : ces drôles de vélos bleus aux allures de camionnettes du futur ont été acquis par le Foyer Notre Dame des Sans Abri qui lance son dispositif Solid’aire, un service...
Mercredi 22 septembre 2021 Modèle d'initiative citoyenne, Nettoyons Lyon, association fondée par deux amis — Nicolas Navrot et Maximilien Bouffard-Roupé —, fête sa première année d'actions concrètes, consistant à nettoyer fleuve, parcs ou places de tous leurs déchets....
Mardi 7 septembre 2021 Le futur de la Cité de la Gastronomie ? Rendez-vous dans deux ans pour savoir. En attendant, on teste et on resserre le prisme sur l'alimentation pour en faire non plus un musée, mais un « lieu totem de la filière alimentaire ».
Mardi 24 ao?t 2021 Une chambre libre, l’envie d’accueillir et de vivre une expérience interculturelle, et de la bienveillance. Ce sont les seules conditions nécessaires à l’accueil de personnes réfugiées avec le programme J’accueille de Singa.
Mardi 29 juin 2021 Lucie Campos, directrice de la Villa Gillet, vient d'intégrer, avec entre autres Bruno Messina du festival Berlioz, le comité artistique chargé de mener à bien "l'appel à manifestation d'intérêt à destination des jeunes créateurs" lancé par le...
Mercredi 30 juin 2021 L’inclusion et l’anti gaspi comme lignes directrices. En juin dernier, le collectif citoyen Graille installe pour la première fois sa cuisine éphémère dans un camp de réfugiés. Depuis, il officie en rue ou dans les squats pour...
Lundi 21 juin 2021 Une semaine après nos révélations sur la situation compliquée affectant le cinéma municipal brondillant, l’incertitude est plus que jamais à l’affiche des Alizés. Et l’inquiétude de plus en plus grande du côté des salariés, des spectateurs et des...
Lundi 14 juin 2021 L’un des plus anciens cinémas associatifs municipaux de la Métropole risque de changer de tête et de cœur : les Alizés de Bron sont jugés pas assez rentables par le nouvel exécutif, qui souhaite transformer sa gestion en les passant en DSP....
Dimanche 6 juin 2021 Des voies cyclables comme il y a des tracés de tramway, de métro ou même de randonnées. C’est l’objectif de la Métropole de Lyon qui annonçait ce vendredi 4 juin la création de la première ligne du Réseau Express Vélo : 17 km entre...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !