Fagor-Brandt, ce sera jusqu'en novembre 2023

Politique Culturelle / L'utilisation temporaire de Fagor-Brandt est prolongée jusqu'en novembre 2023, à la demande des acteurs culturels occupant le lieu. Mais rien n'est résolu pour la suite qui, au contraire, semble se compliquer, la Métropole n'ayant rien anticipé.

Toutes et tous étaient arrivés à la réunion de concertation du lundi 4 octobre au matin avec un mot d'ordre commun : obtenir la prolongation de l'utilisation de Fagor-Brandt jusqu'à fin 2023, et non janvier comme voulu par le président de la Métropole. Histoire de se laisser un peu de temps pour trouver une solution de repli, Bruno Bernard ayant mis tout le monde devant le fait accompli. Tout le monde, c'était : Vincent Carry (Nuits sonores), Émeric Richard (Lyon Street Food Festival), Isabelle Bertolotti (Biennale d'Art Contemporain), Dominique Hervieu (Biennale de la Danse) et le régisseur des Biennales. Du côté de la Métropole, étaient présents trois membres du cabinet du président, mais aucun élu : Julien Rolland (directeur général adjoint du Grand Lyon), Cyrielle Chatelain (conseillère culture) et Ludovic Chambe (conseiller urbanisme et logement au cabinet). La réunion fut cordiale, des excuses furent prononcées du côté Métropole sur l'absence de concertation préalable (les organisateurs du Lyon Street Food avaient ainsi appris la mauvaise nouvelle... pendant l'inauguration de leur dernière édition !). Mais rien de concret ne fut prononcé ni ne découla de ce rendez-vous. Si ce n'est la décision entérinée quelques jours plus tard de pérenniser le site jusqu'en novembre 2023, ce qui permet à chacun d'envisager une édition supplémentaire sur Fagor-Brandt avant de plier bagage.

à lire aussi : Grégory Doucet : « je trouve ça très bien que la ville se réinvente en permanence »

Pour où ? Personne ne le sait. Et plusieurs problèmes se posent. Bruno Bernard rêve d'envoyer tout le monde à Oullins, à La Saulaie, mais là-bas tout bloque : ça n'avance pas avec SNCF Immobilier, le coût des travaux à engager pour la collectivité sont beaucoup plus importants que prévu, et certaines structures elles-mêmes doutent : décentraliser ok, mais quid des subventions importantes accordées par la Ville de Lyon si elles partent à Oullins ? Pour Nuits sonores, le débat existe, pour Reperkusound aussi qui quitte le Double Mixte de Villeurbanne. Niveau délai, vu les travaux, s'y installer en 2024 paraît illusoire à tous les protagonistes du dossier, sauf à la Métropole. Qui cite aussi les anciennes usines Bobst, près de La Soie, qui deviendront certainement dans le futur un lieu d'urbanisme transitoire. Mais dans un futur... lointain, car là-bas le site n'en est qu'au tout début des études nécessaires.

Reste que c'est aussi un gros problème pour la Ville de Lyon et son adjointe à la Culture Nathalie Perrin-Gilbert, qui ne veut pas voir la cité désertée par ses acteurs culturels durant son mandat — mais se retrouve mise en difficulté par ses alliés écologistes, même si Grégory Doucet (à lire ici) promet des solutions, tout en laissant nettement perler que pour l'instant, il n'en a aucune sous la main. Également présidente de la Halle Tony-Garnier, qu'elle veut ouvrir sur un nouveau projet — et ce d'autant plus que l'Arena de Jean-Michel Aulas, concurrente, sortira de terre en cette même année 2023 —, NPG veut rencontrer prochainement les dirigeants de Nuits sonores et du Lyon Street Food Festival pour leur proposer d'utiliser la salle emblématique. Pour le Lyon Street Food, ce pourrait être une solution. Pour Nuits sonores, ça paraît beaucoup plus illusoire : le festival de musiques électroniques n'a occupé ce spot que pour sa première édition en 2003, et c'était symbolique car c'était là que la fameuse rave Polaris annulée par les autorités devait se tenir quelques années plus tôt, point d'orgue d'une répression honteuse que Gérard Collomb tout juste élu comme les organisateurs avaient à cœur de renvoyer au passé. Depuis, Nuits sonores s'est construit par l'occupation de lieux du patrimoine comme de friches, mais plus vraiment par l'utilisation de salles de musiques actuelles : ce serait sans doute alors rentrer dans le rang des festivals lambda que d'y retourner.

à lire aussi : David Kimelfeld : « il est encore temps de revenir sur votre décision ! »

Les Verts avaient promis un lieu de culture à Fagor-Brandt

En résumé, aucune solution ne se détache pour l'instant et du côté de la Métropole, on n'a clairement pas envisagé de solution de secours pour les acteurs culturels qui ne sont là qu'une variable d'ajustement. Côté politique, ce n'est pas non plus le coup du siècle : Bruno Bernard a réussi à sortir David Kimelfeld de la naphtaline, le piquant au vif, lui qui avait fait de l'urbanisme transitoire comme de la culture des enjeux majeurs de son programme en cas de victoire. Ce dernier n'a pas manqué de rappeler les investissements importants accordés pour ce lieu. Pour rien, donc. Et pointe l'absence de solution de recours. En commission culture de la Métropole, l'ex maire du 7e et vice-présidente à la Culture Myriam Picot a aussi clashé la majorité, provoquant le désarroi de son successeur Cédric Van Styvendael, silencieux publiquement et pas à l'aise avec cette décision qu'il ne semble pas approuver.

Du côté de la Métropole, on refuse toujours de communiquer officiellement. Hormis un bref communiqué envoyé lundi 18 au soir : « la Métropole travaille à un projet d’occupation pérenne de cette friche industrielle. Si les arbitrages sur la vocation définitive de ce site ne sont pas encore définitivement pris, un premier calendrier se dessine en concertation avec les utilisateurs actuels du site. Un usage temporaire du site pourra être réalisé jusqu’à novembre 2023 permettant à l’ensemble des évènements prévus de se dérouler et de renouveler l’expérience Fagor qui fut un véritable succès. La force de l’urbanisme transitoire est d’ouvrir les possibles et de permettre de réinventer un lieu. Cela nécessite du temps et un travail technique permettant d’accueillir les artistes et le public dans les meilleures conditions. Ainsi, la Métropole de Lyon a d’ores et déjà entrepris un travail partenarial avec les acteurs culturels afin de trouver, pour les éditions 2024, un nouveau lieu d’accueil pour ces évènements incontournables à la vie culturelle métropolitaine et lyonnaise. »

Il faut dire que le sujet est d'autant plus sensible qu'une vidéo de Fanny Dubot, l'actuelle maire EELV du 7e arrondissement, est remontée à la surface où elle déclarait en ce 20 juin 2020, en pleine campagne électorale — le temps des promesses : « nous avons pour ambition de réhabiliter cet endroit et d'en faire un vrai lieu de vie dans le sud de l'arrondissement pour que Gerland ne devienne pas un quartier dortoir. La première chose que l'on voudrait y faire, c'est rendre la fonction de production à ces anciennes usines (...) en y installant une cité de l'artisanat (...), la deuxième chose que l'on veut y faire c'est un lieu de culture (...), bref faire un lieu ouvert sur l'arrondissement. » Un entrepôt pour tramways, donc.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 4 novembre 2021 La Ville de Lyon a décidé de remettre en jeu le label des huit Scènes découvertes de la cité. Pour chacune d'entre elles, l'enjeu est important tant l'aide financière et la mise en réseau bénéficient à ces structures souvent fragiles mais au travail...
Jeudi 4 novembre 2021 La Ville de Lyon vient de lancer une série d’appels à projets concernant les théâtres des 3e et du 8e arrondissements (actuels Théâtre des Asphodèles et NTH8). Ils seront ainsi peut-être confiés à de nouvelles équipes. Arbitrage prévu en...
Mardi 7 septembre 2021 Le futur de la Cité de la Gastronomie ? Rendez-vous dans deux ans pour savoir. En attendant, on teste et on resserre le prisme sur l'alimentation pour en faire non plus un musée, mais un « lieu totem de la filière alimentaire ».
Mercredi 25 ao?t 2021 Food Society, l'une des deux nouvelles extensions gastronomico-cool de la Part-Dieu, en envoie plein la vue. Côté goût, ce n'est pas encore ça, par contre.
Lundi 21 juin 2021 Alors, Fête de la Musique ou pas ? Au-delà des errances du ministère de la Culture, de la contre-communication de la Ville de Lyon qui désire s'ériger en défenseur des artistes, entre annulations diverses, lundi soir et jauges vite...
Dimanche 6 juin 2021 Des voies cyclables comme il y a des tracés de tramway, de métro ou même de randonnées. C’est l’objectif de la Métropole de Lyon qui annonçait ce vendredi 4 juin la création de la première ligne du Réseau Express Vélo : 17 km entre...
Jeudi 29 avril 2021 Nuits sonores aura lieu pour la première fois en été, fin juillet, avec un format adapté, assis ou couché — mais bel et bien à Fagor-Brandt. L'European Lab se déroulera en juin uniquement sur Internet.
Vendredi 19 mars 2021 L'ancien adjoint à la Culture de Raymond Barre, Denis Trouxe, donne à son tour son avis sur la décision de flécher une partie — 500 000€ — de la subvention municipale de l'Opéra de Lyon vers de nouveaux projets.

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !