"Mourir peut attendre", un dernier James Bond pour Daniel Craig : mourir et laisser vivre

Mourir peut attendre
De Cary Joji Fukunaga (EU, 2h43) avec Daniel Craig, Rami Malek, Léa Seydoux

Espionnage / Sorti de sa retraite pour contrer une pandémie terroriste (et se venger de Blofeld), Bond se découvre de nouveaux ennemis… et des alliés et alliées inattendues. Retardé depuis 18 mois, l’ultime épisode interprété par Daniel Craig clôt par un feu d’artifice inédit son cycle d’aventures dans la peau de l’agent britannique. Défense de spoiler !

Après avoir porté un sérieux coup à l’organisation criminelle Spectre et capturé son chef Ernst Stavro Blofeld, James Bond s’octroie une escapade italienne en compagnie de Madeleine Swann. Leur tête-à-tête romantique va être contrarié par plusieurs fantômes de leurs passés respectifs, les contraignant à une rupture brutale. Cinq ans plus tard, Bond est tiré de sa retraite par son ami Felix Leiter de la CIA, après qu’un savant russe retourné par le MI6 a été enlevé avec une redoutable arme biologique de sa confection…

Tourné et finalisé avant la pandémie, retardé à cause d’icelle, Mourir peut attendre traite donc d’une… pandémie. Ou du moins du combat de James Bond contre une puissance terroriste cherchant à déclencher une attaque bactériologique (pour faire simple) à l’échelle planétaire. Un argument réactualisant celui de Au Service Secret de Sa Majesté (1969) de Peter Hunt, lui-même produit au moment de l’épidémie de grippe de Hong Kong. La fatalité a de ces ironies… Seul épisode interprété par George Lazenby et Diana Rigg, Au Service Secret de Sa Majesté est sans doute le meilleur des Bond parce qu’il forme le pivot dramatique de la série — Bond se marie et perd son épouse en dix minutes —, scelle la fin des années 1960, est porté par une partition géniale d’un John Barry en état de grâce et une chanson d’anthologie de Louis Armstrong que l’on retrouve ici, We Have All The Time In The World. Ce n’est pas anodin…

Pour sa première incursion dans l’univers bondien, Cary Joji Fukunaga rompt avec l’approche “sensorielle” développée par Sam Mendes sur Skyfall et Spectre : à la froideur hivernale, métallique et nocturne des images de Hoyte van Hoytema succède la colorimétrie plus organique de Linus Sandgren. Quant au son, sa dimension subjective est enfin considérée — et rendue avec insistance. Montrer que le héros subit douloureusement l’épreuve assourdissante d’un blast, c’est aussi le renvoyer à ses limites physiques et compléter le portrait esquissé dans les épisodes précédents définissant ses frontières psychologiques ou affectives. Bref, le ravaler à sa singularité : une fragile condition humaine quand triomphent sur tous les écrans d’insubmersibles mutants surhumains. Cela n’empêche pas Bond d’exceller dans les poursuites et combats, notamment le corps à corps en suivant une progression de jeu vidéo devant atteindre le boss final. On notera au passage que le villain de Mourir peut attendre, campé par Rami Malek, est certainement celui dont la présence à l’écran est proportionnellement la moins importante de toute la série. Et cependant la plus décisive car elle permet après vingt-cinq opus de continuer à innover.

Meurs un autre jour

À ses débuts, la franchise Bond a donné le tempo de la production cinématographique mondiale, créant des modes et gimmicks (le film d’espionnage, les génériques à tubes et les séquences pré-génériques ultra-travaillées, les gadgets, l’iconisation du héros etc.), avant de succomber au suivisme au tournant des années 1970. En préférant satisfaire aux goûts du public, et le conforter dans ses habitudes, la série a longtemps vécu sur sa rente, flirtant parfois avec une auto-parodie presque gênante — rendue plus risible encore par d’authentiques spoofs tels qu’Austin Powers. Dans le même temps, de sérieux concurrents sur le segment action/espionnage (Mission : Impossible, Fast and Furious et autres Jason Bourne) l’ont contrainte à opérer une cure de jouvence pour éviter la banqueroute de la ringardise. Celle-ci coïncide avec l’arrivée en 2006 de Daniel Craig (quoi que l’on pense du choix du comédien) dans le smoking de 007 et surtout d’une relecture/récriture du personnage, en assumant de chambouler ses codes internes jusqu’alors intangibles.

Ni tout à fait suite des épisodes précédents (bien qu’il reprenne des personnages apparus précédemment et ne cesse d’adresser des clins d’oeil à la série matricielle), ni totalement reboot (alors qu’il refonde le passé et l’environnement du héros en profondeur), ce “cycle craiguien“ tranche radicalement en faisant de chaque film le complément des précédents, dessinant au bout du compte un serial autonome (et bouclé) en cinq volets à l’intérieur de la saga. Une continuité portée par un arc dramatique de plus en plus affirmé, trouvant dans le dénouement de Mourir peut attendre une apogée jamais atteinte depuis Au Service Secret de Sa Majesté auquel il se réfère volontiers, on l’a vu, et dont il constitue une manière de double inversé.

À nouveau principaux architectes de ce script, Neal Purvis et Robert Wade ont poussé l’audace à un cran supérieur en osant le réalisme, là où la tradition bondienne avait toujours refusé ce carcan, au risque de tomber dans des incohérences grand-guignolesques. Grâce à leur travail accompli durant quinze ans, le personnage aura en somme bénéficié d’une totale résurrection, et s’offre ici le finale le plus spectaculaire (et imprévisible) de la série, distinguant à tout jamais Mourir peut attendre parmi les vingt-cinq aventures de 007 sous label EON productions. Il ne reste aux auteurs qu’à se remettre au travail rapidement, puisque comme le veut la coutume (qu’il n’ont pas torpillée, celle-là) de fin de générique : James Bond reviendra…

★★★★☆ Mourir peut attendre
Un film de Cary Joji Fukunaga (É-U-G-B, 2h43) avec Daniel Craig, Léa Seydoux, Rami Malek…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 29 décembre 2021 Adaptation d’un roman de Philip Roth qui lui trottait depuis longtemps en tête, la tromperie de Desplechin est aussi un plaidoyer pro domo en faveur du droit de l’artiste à transmuter la vérité de son entourage dans ses œuvres. Quitte à...
Jeudi 26 ao?t 2021 Être spectateur de cinéma, c’est comme la bicyclette : ça ne s’oublie pas. Et s’il faut un traitement de choc pour se remettre en selle ou en salle, le programme prévisionnel des sorties de cette fin 2021 en a sous la pédale. Reste à espérer que la...
Jeudi 5 mars 2020 Pour se consoler du décalage de la sortie du cinquième et ultime opus de la saga 007 à être interprété par Daniel Craig, Mourir peut attendre — qui porte (...)
Mardi 14 janvier 2020 Cinq Oscar d’un côté, un seul en face ; le cinéma de Spielberg, Lucas, mais aussi l’univers d’Harry Potter ou de Superman d’une part, de l’autre celui de (...)
Mardi 20 ao?t 2019 Arnaud Desplechin retourne dans son Nord natal pour saisir le quotidien d’un commissariat de police piloté par un chef intuitif et retenu. Un polar humaniste où la vérité tient de l’épiphanie, et la parole du remède. Le premier choc de la rentrée...
Mardi 30 octobre 2018 De la fondation du groupe Queen au légendaire concert de Wembley lors du Live Aid de 1985, la vie de son leader charismatique, chanteur et auteur principal, Farrokh Bulsara dit Freddie Mercury, entre ses inspirations géniales, ses caprices et ses...
Mardi 7 février 2017 Au générique de plus de 250 films et téléfilms pour lesquels il a signé un éventail hallucinant de mélodies, Vladimir Cosma est le prolifique compositeur d’Yves Robert, Francis Veber, Gérard Oury... Il en dirige aujourd’hui l’exécution, à la tête...
Mardi 17 mai 2016 En mettant ses mutants aux prises avec le premier d’entre eux, Apocalypse, Bryan Singer boucle une seconde trilogie des X-Men épique. Et montre que, de tous les réalisateurs de productions Marvel déferlant sur les écrans ces temps, c’est bien lui le...
Mardi 29 mars 2016 Les diamants ne sont pas seuls à être éternels. Non contentes de survivre à leurs créateurs, les grandes figures du roman policier ou d’espionnage s’offrent même des prolongations en se faisant adopter par de nouveaux parents : de quoi reconsidérer...
Mardi 19 janvier 2016 Célèbre pour son commandement bicéphale, le gang londonien des frères Kray donne à Tom Hardy l’occasion de faire coup double dans un film qui, s’il en met plein les yeux, se disperse dans une redondante voix off.
Mardi 10 novembre 2015 24e opus de la franchise officielle, "007 Spectre" n’a rien d’une fantomatique copie. À la réalisation comme pour "Skyfall", Sam Mendes poursuit son entreprise subtile de ravalement du mythe, consistant à jouer la continuité tout en reprenant le...
Mardi 31 mars 2015 Même si elle traduit un certain regain de forme de la part de Benoît Jacquot, cette nouvelle version du roman d’Octave Mirbeau a du mal à tenir ses promesses initiales, à l’inverse d’une Léa Seydoux épatante de bout en bout. Christophe Chabert
Mercredi 2 octobre 2013 Pendant solaire de son précédent "Vénus Noire", "La Vie d’Adèle" est pour Abdellatif Kechiche l’opportunité de faire se rencontrer son sens du naturalisme avec un matériau romanesque qui emmène son cinéma vers de nouveaux horizons poétiques. Ce...
Mercredi 10 juillet 2013 Après "Belle épine", Rebecca Zlotowski affirme son désir de greffer le romanesque à la française sur des territoires encore inexplorés, comme ici un triangle amoureux dans le milieu des travailleurs du nucléaire. Encore imparfait, mais souvent...
Lundi 29 octobre 2012 C’était à prévoir : avec Sam Mendes aux commandes, ce nouveau James Bond n’est ni efficace, ni personnel, juste élégamment ennuyeux et inutilement cérébral. Christophe Chabert
Jeudi 12 avril 2012 Sur la piste des frères Dardenne, Ursula Meier invente un récit où un gamin choisit de résoudre à sa manière, radicale, la fracture sociale. La fiction est pertinente, même si elle est rattrapée par un excès de scénario et quelques scories...
Mercredi 14 mars 2012 À la fois crépuscule de la monarchie française et triangle amoureux entre la Reine, sa maîtresse et sa liseuse, le nouveau film de Benoît Jacquot réussit à secouer l’académisme qui le guette en se rapprochant au plus près du désir de ses...
Mercredi 11 janvier 2012 Avec cette version frénétique du best-seller de Stieg Larsson, David Fincher réussit un thriller parfait, trépidant et stylisé, et poursuit son exploration d’un monde en mutation, où la civilisation de l’image numérique se heurte à celle du...
Jeudi 7 juillet 2011 De Jessica Hausner (Autriche-Fr, 1h35) avec Sylvie Testud, Léa Seydoux, Bruno Todeschini…
Mardi 21 octobre 2008 De Marc Forster (ÉU, 1h57) avec Daniel Craig, Matthieu Amalric, Judi Dench…
Jeudi 9 octobre 2008 de Christophe Honoré (Fr, 1h30) avec Léa Seydoux, Louis Garrel...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !