Dans l'oeil et l'oreille des Micro Mondes au TNG

Les aveugles

TNG - Les Ateliers-Presqu'île

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Théâtre / Dix ans que le festival Micro Mondes bouscule le spectateur en l’immergeant dans des dispositifs scéniques non conventionnels. Avec un casque, souvent loin des gradins, place à un imaginaire débridé.

Fondatrice de ce festival des arts immersifs en 2011 avant qu’elle ne soit directrice adjointe du TNG, Céline Le Roux croit d’autant plus à la nécessité de laisser leur chance à des formes éloignée d’un rapport scène-salle traditionnel que la crise sanitaire a secoué notre rapport à l’autre, à la proximité. Elle fait simplement le constat que ce qui est proposé cette année relève d’une pratique plus numérique et individuelle que précédemment lorsque par exemple, Chiara Guidi invitait cinquante personnes à prendre place dans les dortoirs d’une maisonnée de bois pour ressentir Le Petit Poucet (Buchettino). C’est en revanche l’occasion de retrouver des artistes-chercheurs doués déjà croisés, notamment dans cette manifestation comme le collectif Invivo. Avec Les Aveugles de Maeterlink, ils convient douze spectateurs dans une forêt, équipés de casques audio et réalité virtuelle pour « découvrir un univers parallèle photogrammétrique, fait de microparticules noires et blanches en apesanteur et de sons spatialisés ».

Dans l’autre salle du TNG-Ateliers, et après son concert performance survolté (un peu trop ?) au Transbo début octobre, Alain Damasio revient sur les plateaux, pas en chair et en os mais par l’intermédiaire du compositeur Philippe Gordiani et du concepteur des dispositifs scéniques de Joris Mathieu (entre autres !) Nicolas Boudier qui s’appuient sur La Horde du contrevent pour proposer une expérience très immersive notamment par le son, À l’origine fut la vitesse. Muni de casque VR (pour Vision Rétinienne et non Virtual Reality) le spectateur revit, via le personnage de Sov Strochnis, la sensation oubliée du vent qui a disparu. Il n’est pas, dans un premier temps, question d’images mais « d’entendre à 360° » comme le dit Philippe Giordani, c’est au commencement « une purge des yeux » pour les 44 personnes de ce public devenu « horde ».

Micro jauges

Pour les plus petits, voyage sous une table et tête qui dépasse à peine pour coller à la nature qui pousse en pop-up à la surface (Au jardin des potiniers par les compagnies Ersatz et dans la chambre). Enfin, la performeuse libanaise Tania El Khoury propose au TNG-Vaise d’explorer une salle des consignes pour interroger la vision faussement (?) généreuse de l’Occident sur le Moyen-Orient (Cultural Exchange Rate) et inviter chaque spectateur individuellement à dialoguer, séparé par un mur, avec un réfugié palestinien de Syrie (As Far As My Fingertips Take Me).

Festival Micro Mondes
Au TNG (Ateliers-Presqu’île et Vaise) du mardi 16 au dimanche 28 novembre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !