Le Netflix Film Club à l'Institut Lumière

Clair-obscur

Institut Lumière

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Écrans / Après de rocambolesques péripéties, l’Institut Lumière accueillera bien du 7 au 14 décembre les neuf films du “Festival Netflix“ et sa pluie de grands auteurs, dans un contexte houleux. Récit du feuilleton qui a tourneboulé les “professionnels de la profession”…

Vendredi 8 octobre 2021, Halle Tony-Garnier, ouverture du 13e Festival Lumière. Ted Sarandos jubile. Le directeur des contenus de Netflix n’a pas fait le déplacement à Lyon pour rien. Sur scène, Thierry Frémaux vient de saluer publiquement sa présence. Plus tôt dans la journée, Sarandos a visité l’école CinéFabrique. À la clef, une rencontre avec les étudiants et l’octroi de bourses, comme à la Fémis, l’école des Gobelins et Kourtrajmé. Avec ses 200 millions d’abonnés dans le monde (dont plus 8 millions sur notre sol), la société qu’il représente peut être généreuse : elle n’a payé en France que 728 033 € d’impôts en 2020, soit 0, 6% de de ses bénéfices estimés.

Seulement, la France demeure un problème pour son modèle de développement, car elle dispose d’un bouclier protégeant l’exploitation et la distribution des films en salles : la chronologie des médias. Une ligne Maginot attaquée de toutes parts, traversées parfois à la faveur d’exceptions dérogatoires (notamment durant la pandémie), mais qui tient encore bon. Une frontière délimitant, dans son pays de naissance, l’exception du spectacle cinématographique du flux vidéo. Cette prééminence de la salle sur le petit écran avait conduit le conseil d’administration du Festival de Cannes à décider que les films de la compétition devraient sortir en salle, après le tollé suscité par la sélection de Okja et The Meyerowitz Stories en 2017 du côté des exploitants — Netflix prévoyant de ne rien changer à sa stratégie de streaming immédiat.

« C’est une règle qui se respecte, avait dit Thierry Frémaux l’année suivante à Lyon. Je trouve normal que la fédération des exploitants [la FNCF — La Fédération Nationale des Cinémas Français, NdlR] proteste contre ça, mais le sélectionneur que je suis doit faire son travail. » Fin 2017, ledit sélectionneur ne pouvait retenir Roma d’Alfonso Cuarón (acquis par Netflix) et se trouve « pénalisé par rapport à Alberto Barbera, qui lui a récupéré le film à Venise et le Lion d’Or ». À la veille du Festival Lumière 2018, Thierry Frémaux observait, pragmatique : « il est en train de se passer un truc extrêmement important (…) : pour la première fois, le cinéma est attaqué sur ses supports. Bien sûr qu’il y a eu la télévision, mais là c’est autre chose. Une “œuvre de cinéma”, c’est l’œuvre qui sortait en salles, c’est ça qui marquait le territoire. Aujourd’hui, c’est plus flou, le territoire ».

Mais pour Netflix, le Festival Lumière est un autre terrain où il vient depuis 2017 dans les salles (et la projection de Five Came Back de Laurent Bourreau). Un lieu neutre pour discuter, également. « Le contact n’est jamais rompu avec Netflix, expliquait Thierry Frémaux en 2018. Mon travail, c’est de continuer à ce que leur désir de venir à Cannes soit toujours aussi fort. Parce que c’est eux qui financent le cinéma mondial ».

Oui, non et puis oui quand même

Trois ans et une pandémie plus tard, Lumière 2021. Est-ce pendant ce festival que sont finalisés les contours du “Netflix Film Club” — une sélection d’avant-premières de prestige de la plateforme dans des salles art et essai courant décembre ? À peine dix jours après la remise du Prix Lumière à Jane Campion, des syndicats de distributeurs (le DIRE et le SDI) montent au créneau pour en dénoncer le principe avant même son officialisation, rejoints le 27 octobre par une foule d’organisations professionnelles dont l’AFCAE (Association Française des Cinémas Art et Essai) qui s’élève contre la tenue de l’événement auquel les réseaux MK2, Utopia, les cinémas Lumière de Lyon, le Méliès de Saint-Étienne et la Cinémathèque française semblent vouloir participer.

Coup de théâtre le lendemain : seuls l’Institut Lumière et la Cinémathèque diffuseront les films Netflix — deux lieux symboliques du cinéma qui plus est, ce qui ne calme pas les opposants. Mais si la Cinémathèque (qui a par ailleurs noué un partenariat avec Netflix pour la restauration du Napoléon de Gance) annonce rapidement son programme, l’Institut Lumière le divulgue le 26 novembre seulement : « vu les réactions, Netflix nous a demandé d’attendre. Nous avons plus de souplesse que la Cinémathèque (…) De fait, on a lu dans la presse des choses très fantaisistes » nous explique Maelle Arnaud, responsable de la programmation Rue du Premier-Film qui insiste par ailleurs sur l’indépendance de l'Institut Lumière vis-à-vis de la plateforme : « l’Institut Lumière ne bénéficie de rien de Netflix. Il travaille avec tous ceux qui proposent des films, toujours curieux d'œuvres qui ne sortent pas en salles, quand notre credo est le grand écran. Nous sommes même là pour ça. (…) Nous n’aurions pas accueilli cette programmation dans nos cinémas Lumière, car il faut défendre les films qui sortent, mais l’Institut est le lieu adapté pour cela. »

D’autres exploitants auraient aimé toutefois l'accompagner. Dont Sylvain Pichon, programmateur au Méliès de Saint-Étienne, qui ne cache pas son amertume : « ce projet s’est arrêté tout seul, au moment où tout le monde a commencé à s’agacer, avant même que je voie les films. On voulait diffuser ceux de Sorrentino, de Jane Campion, d’Adam McKay sur grand écran, qu’ils soient Netflix ou pas. Parce que c’est notre boulot de les partager avec les spectateurs dans NOS salles. Je suis choqué et malheureux que les distributeurs, avec qui on travaille toute l’année, soient allés se plaindre sans nous consulter et stigmatisent les salles. À mon avis, c’est totalement contre-productif. Alors oui, je comprends qu’il faut que ces grosses boîtes paient des impôts en France et participent au système français ; je comprends les angoisses des distributeurs, mais c’est nous qui choisissons ce que nous mettons dans nos salles. Et si leurs films sont moins bons que ceux de Netflix, qu’ils se remettent en question. »

Au finale, qui sera le grand gagnant ? Pour Maelle Arnaud, sans nul doute « La salle de cinéma. Netflix exprime un désir de grand écran, nous prenons. Ces films-là, comme le Scorsese ou le Cuarón que nous avons montrés, seront magnifiés par des conditions de projection qu’un poste de télévision n’offre pas. »


Les films

— Clair-obscur de Rebecca Hall le mardi 7 à 20h30

—The Guilty d’Antoine Fuqua le mercredi 8 à 18h30

— Malcolm & Mary de Sam Levinson le jeudi 9 à 20h30

— La Main de Dieu de Paolo Sorrentino le vendredi 10 à 18h30

— Pieces of a Woman de Kornél Mundruczó le vendredi 10 à 21h

— The Harder They Fall de Jeymes Samuel le samedi 11 à 15h

— The Power of the Dog de Jane Campion le samedi 11 à 21h

— The Lost Daughter de Maggie Gyllenhaal le dimanche 12 à 18h45

— Don’t Look Up : Déni cosmique d’Adam McKay le mardi 14 à 20h45

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 18 novembre 2021 Imaginez la migraine pour les Anglo-saxons : la première cinéaste de l’histoire s’appelait Guy — bon, d’accord de son nom de famille, Alice (1873-1969) (...)
Lundi 5 juillet 2021 Hommages et déserts au menu de l’Été en Cinémascope 2021, avec en sus de somptueux plats de résistance. Réservez tout de suite un mardi et sept jeudis ; en plus, c’est gratuit !
Vendredi 30 avril 2021 Puisque les cinémas vont rouvrir le 19 mai et que vous allez enfin pouvoir revoir des films sur grand écran, célébrez proprement votre rupture avec vos plateformes de VOD. Et justement, avec trois œuvres l’un des maîtres de la question, Ingmar...
Vendredi 26 mars 2021 Un mois avant son quatre-vingtième anniversaire, le jour du centenaire de Simone Signoret, Bertrand Tavernier est décédé dans sa propriété de Sainte-Maxime. C’est davantage qu’un cinéaste ou que le président de l’Institut Lumière qui disparaît avec...
Jeudi 25 mars 2021 On vient d’apprendre la disparition à 79 ans du cinéaste, scénariste et producteur Bertrand Tavernier, par ailleurs président de l’Institut Lumière depuis sa création en 1982. Une perte immense.
Vendredi 26 février 2021 Avant les tapis rouges, Thierry Frémaux a longtemps foulé avec une respectueuse gravité les tatamis de judo. Dans "Judoka", un récit où rien ne fait écran à cette part d’intime, le directeur général de l’Institut Lumière/délégué général du Festival...
Jeudi 16 juillet 2020 Deux fois deux Palmes d’Or succèdent donc au double palmé Francis Ford Coppola, et recevront donc le Prix Lumière le vendredi 16 octobre à Lyon. Croisons-les doigts pour que rien n’entrave cette prophétie…
Mercredi 29 avril 2020 Un mois et demi après la fermeture des salles, l’exploitation cinématographique traverse la pire crise de son histoire. En attendant une reprise dont nul ne se risque à fixer la date, des salles maintiennent le contact avec leurs spectatrices et...
Mardi 31 mars 2020 La fermeture des salles de cinéma en France, comme sur la quasi totalité de la planète n’est qu’un aspect (un symptôme) de la vitrification de l’industrie du 7e Art — tous les tournages s’étant stoppés. Cette mise en sommeil a des répercussions...
Mardi 10 décembre 2019 Plus le temps passe, plus la place de Matrix dans l’Histoire du cinéma se consolide. La chose s’avère même troublante : rares sont en effet les films à jouir (...)
Mardi 15 octobre 2019 Au cœur du Festival Lumière se tient pour la septième année un rendez-vous dédié aux professionnels : le Marché International du Film Classique. L’occasion de se pencher sur la “grandeur (et la décadence ?) des petits commerces de cinéma“ pour...
Mardi 30 avril 2019 L’Institut Lumière célèbre Christopher Nolan qui, en moins de vingt ans, s’est affirmé comme l’un des auteurs qui comptent à Hollywood et ailleurs : dix (...)
Mardi 11 décembre 2018 Voici le genre de soirée auquel on aimerait convier Martin Solveig. Surtout pas pour le charger d’ambiancer les séances — il serait capable de demander (...)
Mardi 17 avril 2018 C'est lundi prochain, le 23 avril, que seront choisis les quatre dossiers (maximum) retenus pour la reprise de la Salle Rameau suite à l'appel à candidatures, le projet gagnant sera lui dévoilé à l'automne prochain à l'issue d'un second tour. Point...
Mardi 3 avril 2018 Avec son récurrent programme Cinématokid, l'Institut Lumière soigne les mirettes de notre progéniture en leur donnant accès au meilleur de l'animation internationale.
Mardi 19 décembre 2017 Tant pis pour les plus jeunes ! L’Institut Lumière n’ayant toujours pas, à l’heure où nous écrivons ces lignes, divulgué les films retenus pour ses “séances (...)
Mardi 28 novembre 2017 Son importance dans le paysage cinématographique contemporain n’a d’égale que son infinie discrétion. Humble mais résolu, il se révèle capable d’audaces inouïes (...)
Mardi 29 ao?t 2017 Même si la soirée d’ouverture de la rétrospective Andreï Tarkovski (1932-1986) est prévue mardi 5 septembre autour de L’Enfance d’Ivan, cinq des six films (...)
Mardi 13 juin 2017 La très réussie exposition consacrée aux frères Lumière s'installe dès cette semaine au Musée des Confluences, légèrement revisitée : une plongée dans l'histoire d'une famille, mais surtout aux origines du cinéma comme de la photographie couleur.
Mardi 4 octobre 2016 Bibliothèque : bondée. Café du coin : bruyant. Atelier de co-working : complet. Pas de panique : on a déniché les meilleurs lieux pour réviser votre dernier cours de macroéconomie et booster votre créativité.
Mardi 20 septembre 2016 De tous les super-héros capés, Batman est celui auquel chacun(e) s’identifie le plus aisément, puisque sa force réside dans ses faiblesses. Ni extraterrestre, (...)
Mardi 21 juin 2016 Précurseur de la manifestation pluriculturelle Tout l’monde dehors, le rendez-vous estival de l’Institut Lumière joue chaque année à fond la carte de la (...)
Mardi 15 mars 2016 Sans un bruit, un nouveau festival a vu le jour à l’Institut Lumière. Une discrétion toute naturelle, puisqu’il est dévolu au muet — vaste pan de l’histoire (...)
Vendredi 5 février 2016 L’information, publiée par Tribune de Lyon, s’est propagée dans la ville comme une traînée de poudre ces derniers jours : l’emblématique Thierry Frémaux, (...)
Mardi 16 février 2016 Après deux quintuples vainqueurs du Tour, Bernard Hinault et Eddy Merckx, le festival Sport, Littérature et Cinéma rend hommage à une autre légende du cyclisme : Raymond Poulidor, éternel second et perdant paradoxal, car unique coureur de l'Histoire...
Mardi 19 janvier 2016 Séparément,  chacun exerce sur le public une attraction confinant à la fascination : que dire alors d’une rencontre entre sport, (...)
Jeudi 10 décembre 2015 Deux ans après Eddy Merckx, c'est un autre cycliste qui donnera le coup d'envoi de la troisième édition des passionnantes rencontres Sport, Cinéma et (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !