Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

Au Musée des Beaux-Arts, une exposition sur la brièveté de la vie

A la mort, à la vie !

Musée des Beaux-Arts

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Vanités / Ludmila Virassamynaïken, conservatrice en charge des peintures et sculptures anciennes au Musée des Beaux-Arts, est commissaire de l’exposition À la vie, à la mort ! : rencontre.

Quelle est l’origine de cette exposition sur la vanité ?
Ludmila Virassamynaïken : la stimulation principale a été donnée par une collection particulière privée — les propriétaires ont souhaité garder l’anonymat —, dont la vanité constitue l’un des axes très forts avec des œuvres signées Jim Dine, Paul Rebeyrolle… Sur les quelque 160 œuvres présentées, une trentaine provient de cette collection. D’autre part, le contexte de la pandémie a bousculé notre programmation d’expositions, et nous a rappelé dans le même temps notre condition de mortels.

à lire aussi : Toutes les couleurs des vanités au Musée des Beaux-Arts

Vous insistez sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une exposition sur la mort…
La mort y apparaît seulement sous forme d’allégorie et jamais de façon frontale. Les œuvres exposées font toujours un pas de côté dans leur réalisation en soulignant les dimensions esthétiques, humoristiques… Il est davantage question dans cette exposition de l’existence bornée par la mort. On y voit surtout la vie et des vivants, au sens large puisque cela va des êtres humains aux animaux et jusqu’aux végétaux et aux fleurs.

Vous avez écrit un article pour le catalogue sur la peinture de fleurs, et l’on est surpris de retrouver ce motif dans une section de l’exposition…
Tous les bouquets de fleurs peints ne sont pas des vanités, mais on peut lire dans certains, à travers un certain nombre de symboles et d’éléments clefs, le fait que ce soient des vanités. Mon article porte sur la peinture de fleurs qui a une place dans le genre de la vanité, jusqu'à la photographie de fleurs contemporaine…

à lire aussi : Les visages de Philippe Bazin au Musée des Beaux-Arts

Comment pourrait-on définir une vanité ?
Il existe de multiples définitions dans les domaines de la philosophie et des religions. En histoire de l’art, le registre de la vanité concerne des œuvres qui interrogent l’existence et la brièveté de la vie. De manière plus resserrée, la vanité, sous la forme de natures mortes, au XVIIe siècle en Europe était un agencement d’objets précis à connotation symbolique. Ces objets étaient alors liés au contexte calviniste, à l’urbanisation de l’Europe, au développement du commerce… Avec une dimension critique et un rappel à l’ordre moral et à la modération.

Il y a toujours une double dimension dans les natures mortes

Est-ce que les artistes du XVIIe siècle ne détournaient pas un peu la commande et le rappel à la morale pour exalter au contraire la jouissance de la nourriture, de la chaire, du luxe ?
Oui, il y a toujours une double dimension dans les natures mortes, avec aussi un rappel à la jouissance des biens terrestres par les artistes. A l’époque la nature morte faisait florès et constituait un véritable marché : les artistes, souvent, dépassent et se libèrent de la dimension morale sous-jacente au genre.

Parmi les vanités du Musée des Beaux-Arts avant l’époque moderne, il y a très peu d’œuvres d’artistes connus et emblématiques du musée ?
En effet, la vanité n’est pas un marqueur de nos collections. Ce serait plutôt la peinture d’Histoire par exemple. Ce travail sur la vanité a été une révélation pour nous-mêmes au musée : beaucoup d’œuvres ont été pour l’occasion sorties de nos réserves et restaurées, des peintures, mais surtout un grand nombre d’estampes exposées pour la première fois.

Comment avez-vous sélectionné les œuvres ?
Le critère principal a été la qualité, avec bien sûr une part de subjectivité inhérente à tout accrochage. Ensuite, il y a eu des allers et retours fructueux entre les deux musées : Hervé Percebois du MAC a proposé par exemple le Singe de Carmelo Zagari, ce qui nous a amené à faire des recherches sur les singeries et on a découvert plusieurs estampes sur ce motif dans nos collections ! Les deux collections se complètent bien, les choses se sont faites assez naturellement. À partir de là, on a dégagé plusieurs typologies de vanités, comme autant d’étapes thématiques du parcours de l’exposition, avec un dialogue entre les œuvres. Ces typologies ne sont pas exhaustives sur la question des vanités.

Il y a une œuvre hors typologie, l’installation vidéo de Bill Viola ?
Tiny deaths a été produite et acquise par le MAC à l’occasion de la Biennale d’Art Contemporain de 1993 et n’avait jamais été remontrée depuis. C’est un monde en soi, une œuvre très à part.

Qu’est-ce qu’apporte de nouveau ou de surprenant cette confrontation de l’ancien et du contemporain ?
D’abord, nous nous sommes permis des libertés d’accrochage que l’on se permet peu habituellement. D’autre part, la confrontation apporte un nouveau regard sur les œuvres, et ça va nourrir notre pratique dans l’avenir. Enfin, la grande surprise, c’est que le thème de la vanité ne connaît pas vraiment de rupture à travers les médiums et les époques. Il y a surtout des filiations et des continuités !

Pouvez-vous donner quelques exemples de rapprochements surprenants ou rafraîchissants ?
L’espace où voisinent des œuvres modernes de Rebeyrolle, Bacon et Étienne-Martin, donne un nouveau regard sur les dessins d’Antoine Berjon (un coq et un lièvre suspendus, datant de 1810). L’accrochage de la vanité de Picasso avec des natures mortes du XVIIIe et XIXe siècles est assez osée. Enfin des rapprochements que nous avons pu effectuer sur des critères purement formels entre des toiles de Erro, de Armand Avril, des sculptures du Nigéria et des estampes anciennes (danses macabres, triomphes de la mort) se sont avérés pertinents du point de vue de l’histoire de l’art : ces artistes modernes s’étaient en effet inspirés de ce type de représentations anciennes pour leurs œuvres !

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 11 septembre 2020 Des grands noms avec Picasso ou Doisneau, des méconnus comme Edi Dubien, de l'Histoire et du vinyle, le graphiste du label 4AD ou encore les nouvelles expos du Musée des Confluences : on vous dévoile tout ce qui va se passer dans les...
Mercredi 8 juillet 2020 L’exposition Picasso, baigneuses et baigneurs réunit quelque 150 dessins, sculptures et peintures de Picasso sur ce motif et… de nombreux autres artistes l’ayant influencé (Ingres, Cézanne, Manet, Degas...) ou ayant été influencés par lui...
Mardi 19 décembre 2017 Au début du XXe siècle, de nombreux artistes français et mexicains ont dialogué, au sens propre comme au sens figuré : par le biais de voyages ou par écho des pratiques artistiques. Une fascination mutuelle qui a métissé la production picturale et...
Mardi 4 juillet 2017 Dans un petit village de la Drôme que rien ne prédestinait à la renommée, Ferdinand Cheval, modeste facteur, a érigé pierre après pierre un palais devenu symbole précurseur de l’art brut. Chaque année, près de cent mille visiteurs viennent admirer...
Mardi 27 janvier 2015 Paul Raguenes a réuni au sein de sa galerie trois artistes féminines, héritières peu ou prou du minimalisme au sens large. Et autant d'univers éthérés à découvrir... Jean-Emmanuel Denave
Mardi 4 novembre 2014 Le Musée d'art contemporain consacre une grande rétrospective au peintre d'origine islandaise Erró. Un glouton d'images, un génie du montage et un témoin kaléidoscopique de son temps. Jean-Emmanuel Denave
Mardi 4 novembre 2014 En amont de la rétrospective que lui consacre le MAC, Erró nous a reçu dans son atelier. L'occasion d'évoquer avec lui ses influences et sa méthode. Propos recueillis par Jean-Emmanuel Denave
Mardi 16 septembre 2014 Des images du corps au corps des images, les expositions de la rentrée font vaciller, danser, se métamorphoser la figure humaine. Et certains artistes, comme Céline Duval ou Erro, vont jusqu'à insuffler une seconde vie aux images...
Mercredi 18 septembre 2013 Il ose tout, et c’est hilarant car très mal-pensant. Avec une ironie mordante, Florent Peyre ne fait pas dans la demi-mesure et sera l’artiste à ne pas (...)
Dimanche 8 septembre 2013 Une nouvelle salle l'an passé, un nouveau festival cette saison : bien que tous ses acteurs ne s'y retrouvent pas, le secteur du rire confirme sa vitalité. Benjamin Mialot
Mercredi 10 juillet 2013 Avec ce portrait d’une adolescente qui découvre le désir et brave les interdits, François Ozon prouve sa maîtrise actuelle de la mise en scène, mais ne parvient jamais à dépasser le regard moralisateur qu’il porte sur son héroïne. Christophe Chabert
Dimanche 17 mars 2013 On connaissait la vraie-fausse nunuche façon Anne Roumanoff. On connaissait aussi la garçonne forte en gueule type Florence Foresti. Christine Berrou invente une troisième voie pour l'humour au féminin. Benjamin Mialot
Vendredi 4 janvier 2013 Les demi-saisons café-théâtrales se suivent et ne se ressemblent pas : là où le premier semestre de l'année 2012 se résumait à des prolongations et des big names, (...)
Vendredi 24 février 2012 Entre cirque, danse, théâtre et musique, le nouveau spectacle de Zimmermann & De Perrot fait chavirer les identités et tourner les têtes avec humour, poésie et virtuosité Jean-Emmanuel Denave
Vendredi 9 décembre 2011 Toutes les paillettes se sont évaporées dans les feux d’artifices (somptueux) du 8 décembre. Les théâtres doivent donc trouver d’autres moyens pour vous séduire. Et à l’Iris comme aux Célestins, on ne lésine pas sur un travail appliqué. Nadja Pobel
Mercredi 31 ao?t 2011 Actualité intense pour le duo suisse surdoué Martin Zimmermann (circassien) et Dimitri De Perrot (musicien et DJ) qui, en plus de Chouf Ouchouf aux (...)
Mercredi 24 ao?t 2011 De et avec Valérie Donzelli (Fr, 1h40) avec Jérémie Elkaïm, Frédéric Pierrot…
Vendredi 5 février 2010 Fantasme de geek devenu réalité, le premier film de Yannick Dahan et Benjamin Rocher n’est pas la profession de foi attendue du cinéma de genre à la française, mais une série B (et parfois Z) hargneuse, suintant à grosses gouttes l’envie d’un cinéma...
Mercredi 12 septembre 2007 Performances & cirque / Y'a pas de sot métier : c'est ce que doit se dire Steven Cohen lorsqu'il exécute certaines de ses performances un godemiché fiché dans (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter