Opéra de Lyon : l'ancien directeur dépensier et les tutelles absentes

Politique Culturelle / Ce rapport était attendu. Une partie de la ville bruissait de rumeurs à son sujet, suite aux révélations de Médiacités, qui avait dévoilé en mai 2017 les largesses que s'octroyait Serge Dorny, alors directeur, avec ses notes de frais. Il est arrivé, il fait 78 pages et sans surprise, il est cinglant : nous parlons du rapport d'observations de la Chambre Régionale des Comptes concernant le fonctionnement de l'Opéra National de Lyon et couvrant la période allant de 2010 à 2019.

Élu “Meilleure Maison d'Opéra de l'année 2017" deux jours avant les révélations de Médiacités, l'Opéra de Lyon doit beaucoup à Serge Dorny : une reconnaissance mondiale, des créations acclamées — y compris avec des personnalités non issues du sérail que l'ancien directeur aimait convaincre, tels Régis Debray en 2016 ou Wajdi Mouawad —, un public qui s'est diversifié largement au-delà des idées reçues et plus si élitiste qu'autrefois, et bien sûr cet Opéra Underground d'abord confié à Oliver Conan puis à Richard Robert pour servir de laboratoire aux musiques de traverse et ramener de la jeunesse dans ces murs reconstruits post-incendie en 1831 par Antoine-Marie Chenavard et Jean-Marie Pollet avant d'être pimpés par Jean Nouvel entre 1989 et 1993. Dès l'introduction, les juges insistent sur ces réussites en termes d'artistique et de fréquentation : « par la recherche de la diversité sur le plan artistique et par la qualité de ses productions, l’Opéra de Lyon a acquis une reconnaissance indéniable auprès du public, mais aussi de ses pairs, sur le plan national et international. Au-delà du respect des engagements pris avec les financeurs afin de rendre la scène lyrique accessible au plus grand nombre, la diversité des publics, celle des répertoires et des créations, les orientations stratégiques du directeur général ont concouru au développement d’une identité propre et de choix artistiques reconnus. La réalisation des objectifs chiffrés va au-delà de ce qui est prévu dans les conventions, à l’exception notable d’une diffusion des œuvres sur le territoire régional qui gagnerait à être renforcée. » Mais à quel prix ?

à lire aussi : La Ville de Lyon supprime 500 000 euros par an de subvention à l'Opéra

La Chambre Régionale des Comptes pointe les coûts engendrés par le train de vie d'un directeur devenu tout puissant et n'ayant pas bénéficié des garde-fous nécessaires — on va y revenir. Et ceci, alors que Serge Dorny (aujourd'hui directeur de l'Opéra National de Bavière) insistait auprès de ses équipes pour qu'elles se serrent la ceinture : une partie des salariés et salariées avaient vivement réagi en 2017 en dénonçant le fait que leur chef ne montrait pas l'exemple.

Ces frais qui font jaser

« La justification des frais engagés par le directeur général fait l’objet d’une vérification régulière par le trésorier seulement depuis 2018 » est-il ainsi noté, soit l'année suivant les révélations de Médiacités, qui ont déclenché pour la première fois une attention sur ce sujet de la part des tutelles finançant à hauteur de 78% le budget de 38, 3 M€ de l'Opéra en 2019. Il n'existait auparavant aucun réel contrôle ni surtout de « politique de voyages et déplacements adoptée officiellement, mais seulement des "règles implicites" ». Parmi ces règles implicites, « l’association prévoyait des remboursements de notes de restaurant "en fonction de l’invité", limités à 50€, 70€ ou 90€, l’audit met en évidence 40 repas supérieurs au plafond (dont quatre supérieurs à 165€ par personne), sur les 203 repas pris en charge par l’opéra en 2014 (directeur général et invités compris). (...) Ont été en outre remboursés des dépenses très variées : consommations diverses, presse et livres "avec parfois un lien avec l’Opéra difficile à établir". » Si l'abus est manifeste, pour qui fréquente ces milieux, il ne paraît pas non plus complètement farfelu qu'un directeur d'une structure internationale invite un grand mécène ou une soprano star dans un restaurant plus huppé : la concurrence avec les autres opéras est rude et ces petites attentions font la différence. Les notes de taxis, exorbitantes, et les nuitées dans des hôtels de luxe sont aussi justement épinglées. Les frais de déplacement se sont élevés, à leur summum en 2014, à... 156 312€ ! Avant de revenir à un montant plus raisonnable dès les révélations publiées, descendant jusqu'à 62 375€ en 2019. Il a donc fallu qu'un média pointe ces dérives au sein d'une structure pourtant déjà fragile financièrement pour que les autorités de tutelle, Ville de Lyon en premier lieu mais aussi Région, État et Métropole s'emparent du sujet.

à lire aussi : De l'agitation à l'Opéra

Le rapport le pointe : « dans la mesure où la nature de ces dépenses n’a jamais été cachée mais au contraire systématiquement justifiée, sans que les administrateurs y prêtent véritablement attention, ces remboursements ne vont toutefois à l’encontre d’aucune règle interne qu’il revenait d’ailleurs aux administrateurs d’établir. Ces derniers ne disposaient donc pas d’un document de référence qui leur aurait permis de contester, malgré les justificatifs présentés, le remboursement de certains frais. » Serge Dorny, dont le salaire annuel était de 291 000€, a peut-être profité de la situation, mais il n'est pas le seul responsable. Où étaient passées les tutelles ?

Les juges expliquent — alors que chaque assemblée générale ordinaire de l'association est précédée d’une réunion du conseil d’administration et d'une du comité de suivi —, que « pour toute la période sous revue, aucune des réunions de trois instances ne s’est tenue en présence de tous les membres qui les composent. (...) En moyenne, trois membres du conseil d’administration sur dix et neuf membres de l’assemblée générale sur 19 donnent pouvoir ou sont absents ou excusés. Au moins un des deux représentants de la région n’a pas assisté à 17 des 19 réunions de l’assemblée générale. Cette proportion est en moyenne de deux membres sur trois pour l’État, trois membres sur sept pour la Ville de Lyon. (...) Cet absentéisme marqué n’empêche pas d’atteindre le quorum nécessaire à la tenue des réunions grâce aux pouvoirs que les membres peuvent attribuer pour se faire représenter. » Le rapport indique qu'en l'absence d'un conseil d'administration jouant son rôle, c'est Serge Dorny qui le fait : « le conseil d’administration exerce insuffisamment ses pouvoirs de direction et de décision, qui le sont de fait par le directeur général. » La responsabilité de la Ville de Lyon, alors dirigée par Gérard Collomb, n'est pas engagée seulement pour ces notes de frais.

Illégal depuis 1993

La chambre Régionale des Comptes pointe ainsi les nombreux personnels mis à disposition de l'Opéra par la Ville : « comme l’opéra est une association, ces mises à disposition sont en toute hypothèse proscrites. Aucune convention entre la commune et l’opéra ne saurait faire écran à l’application de la loi. L’association ne remet pas en cause ces constats, et précise que "la situation de la mise à disposition des contractuels a été plusieurs fois évoquée dans les discussions entre l’Opéra et ses partenaires publics, et tout particulièrement avec la Ville de Lyon". La situation des non-titulaires mis à disposition de l’opéra est donc illégale depuis 1993 alors même que ces derniers (...) représentent 70 à 73 % de l’effectif mis à disposition. Dans sa réponse aux observations provisoires de la chambre, le maire de Lyon a reconnu que "la ville ne pouvait plus continuer (...) à s’appuyer sur une convention de 1993 pour réglementer une partie importante de sa relation avec une association". »

Autre problème important pointé par la Chambre : « la commune se comporte en fait, comme si l’association était une régie municipale dotée de la personnalité morale et de l’autonomie financière. (...) Au-delà du risque juridique encouru, la gestion par une association de droit privé, créée à l’initiative de la ville de Lyon, d’un service public culturel pérenne de première importance, dont les membres sont publics, le financement assuré quasi-exclusivement sur fonds publics, et qui emploie 70% d’agents publics mis irrégulièrement à disposition, ne saurait perdurer et doit retrouver rapidement un cadre de gestion publique adapté. L’adoption de ce nouveau cadre est d’autant plus urgente que la sécurité juridique des financements publics n’est pas totalement assurée. » Rappelons qu'à l'initiative de Nathalie Perrin-Gilbert, le nouvel exécutif a retiré 500 000€ de subvention à l'Opéra cette année. Les juges concluent ainsi : « les nombreux risques juridiques et financiers qui caractérisent la gestion de ce service public culturel par une association doivent conduire à revoir sa forme juridique et à étudier notamment la possibilité d’une transformation en un établissement public de coopération culturelle (EPCC). » Richard Brunel, tout nouveau directeur de l'Opéra depuis septembre, aurait sans doute apprécié une prise de fonction plus tranquille.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 19 mars 2021 L'ancien adjoint à la Culture de Raymond Barre, Denis Trouxe, donne à son tour son avis sur la décision de flécher une partie — 500 000€ — de la subvention municipale de l'Opéra de Lyon vers de nouveaux projets.
Vendredi 10 juillet 2020 Avec son quatrième roman, Nina Hagen interprète Bertolt Brecht, l'auteur lyonnais Lilian Auzas poursuit une œuvre singulière qui se penche sur les destins de grandes figures féminines berlinoises. Et les délivre d'un certain nombre de malentendus.
Jeudi 12 mars 2020 Les annulations et reports s'accumulent dans presque toutes les structures de la métropole, impactant durement tout un écosystème déjà fragile. Voici ce qui nous a été communiqué. Nous mettrons cet article à jour au fur et à mesure. (dernière mise à...
Mercredi 27 mars 2019 Actuellement sur la scène de l'Opéra de Lyon dans une relecture décapante de "Didon et Enée" par le metteur en scène David Marton, la chanteuse américano-suisse Erika Stucky y fait sensation. Une prestation dans la droite ligne d'une carrière...
Mardi 3 juillet 2018 Pour qui se souvient du marin brésilien qui transformait du David Bowie en poésie carioca sur le pont d'un rafiot dans La Vie Aquatique de Wes Anderson, alors la venue de Seu Jorge à Fourvière, dans le cadre d'une tournée hommage au Thin White...
Mardi 24 avril 2018 C'est un classique de Jiří Kylián (créé en 1991), un classique pour le Ballet de l'Opéra (entré au répertoire en 1997) et un classique de la danse (...)
Mardi 19 décembre 2017 La Cenerentola proposée par l'Opéra de Lyon en cette fin d'année est un véritable enchantement. Certes, cette version de Cendrillon par Rossini sur un livret (...)
Mardi 21 novembre 2017 L'Opéra de Lyon en cette rentrée a embauché un tout nouveau programmateur en charge des concerts jazz et sono mondiale, mais pas que : le moins que (...)
Mardi 17 octobre 2017 C’est dans un climat tendu que s’est ouverte la saison lyrique de l’Opéra de Lyon. Après une déclaration des personnels, sur scène, concernant leurs rémunérations (...)
Mercredi 20 septembre 2017 De l’exigence, des chemins de traverse, des voix royales, tonitruantes aussi. Du léger, des œuvres rares, des interprètes au talent fou et surtout beaucoup d’audace. Sur le papier, la saison classique lyonnaise fait plaisir à voir… de l’émotion au...
Mardi 23 mai 2017 Les notes de frais de Serge Dorny ont été dévoilées et épluchées par le pure player Médiacités. Une partie des salariés s'est offusqué de leur contenu, dans un communiqué.
Mardi 28 février 2017 Mettez trois œuvres mythiques dans un même espace temps, ajoutez trois metteurs en scène encore plus mythiques, laissez passer quelques décennies et faites les revivre dans un Festival Mémoires.
Mardi 15 novembre 2016 Gilbert Amy a 80 ans. Compositeur, pédagogue, chef d’orchestre, ancien directeur du CNSMD de Lyon, il est célébré un peu partout en France et l’on redécouvre avec son œuvre tout un pan de la musique contemporaine, un univers expressif, complexe,...
Mardi 11 octobre 2016 De passage à Lyon pour un concert à l'Opéra, Martial Solal propose de redécouvrir le jazz à travers sa formation la plus emblématique : le trio. Comme toujours avec lui, le voyage s'annonce fascinant.
Mercredi 6 janvier 2016 Au fil de la saison 2015/2016, l’Opéra de Lyon et le Petit Bulletin vous invitent à découvrir le Ballet de l’Opéra dans l’intimité des coulisses et à (...)
Mardi 10 novembre 2015 Le Ballet de l'Opéra s'aventurant habituellement sur les terres de la danse contemporaine, il est surprenant de le découvrir au milieu d'une (...)
Mardi 22 septembre 2015 Cette saison, tous les lieux lyonnais consacrés aux musiques dites savantes affichent un programme qui ose, qui revendique, qui dénonce une époque contemporaine en plein repli. De belles expériences en perspective.
Samedi 14 mars 2015 Fort d'un solide casting de nouvelles têtes (Wouajdi Mouawad, Dominique Pitoiset, Jeanne Candel...) et d'habitués (Olivier Py, Laurent Pelly, David Marton...) et fidèle à sa volonté de donner à voir à la fois la modernité du répertoire et la...
Jeudi 12 mars 2015 Il ne prendra ses fonctions qu'en septembre 2017 (pour un mandat de cinq ans), mais son nom est déjà sur toutes les lèvres : Daniele Rustioni vient (...)
Mardi 13 janvier 2015 Les Candidatures pour la prochaine Brigade du ballet (mercredi 18 février pour le programme Forsythe) sont ouvertes ! Au fil de la saison, l’Opéra de (...)
Mardi 22 avril 2014 «Le costume est devenu un acteur déterminant de la scénographie d'un opéra. On voit d'abord avant d'entendre» lance Maximilien Durand, directeur du Musée des (...)
Lundi 14 avril 2014 Revenu de Dresde sans jamais être parti de Lyon, Serge Dorny a présenté sa douzième saison à la tête de l’Opéra de Lyon, placée sous le thème "Au-delà du réel". Decryptage. Nadja Pobel
Lundi 25 mars 2013 De tous les festivals qu’il a tricoté depuis son arrivée à la tête de l’opéra, Serge Dorny livre le plus spectaculaire, le plus visionnaire et le plus culotté : Justice/Injustice, qui réunit une création mondiale, trois œuvres contemporaines, des...
Jeudi 19 janvier 2012 Savoureuse idée que ce festival "Puccini Plus" à l'Opéra de Lyon, marathon de trois semaines où l'œuvre du compositeur est confrontée à celle de ses contemporains, dessinant un début de XXe siècle foisonnant d'idées nouvelles. Entretien avec le...
Jeudi 8 décembre 2011 En regardant l'impressionnant répertoire du Ballet de l'Opéra de Lyon, on se dit qu'il n'y manque pas beaucoup des grands chorégraphes du XXe Siècle. George (...)
Jeudi 15 septembre 2011 De l’audace dans les deux grandes maisons lyonnaises, du culot et de l’inattendu : l’Opéra et l’Auditorium se transcendent. Il faut le redire, Lyon a su se doter de deux orchestres à rayonnement international ; c’est rare et c'est bon. Pascale...
Dimanche 6 mars 2011 Lorsqu’on entre dans le bureau de Serge Dorny, directeur de l’Opéra de Lyon, on ne sait jamais quand on en ressort. L’homme entre en scène et raconte son Festival. Propos recueillis par PC
Vendredi 23 avril 2010 À l’Opéra de Lyon, chaque printemps, un Festival éclot. Impulsé par Serge Dorny dès 2003, ce rendez-vous séduit par son originalité, ses prises de risques artistiques et la variété des propositions musicales. Pascale Clavel
Jeudi 11 mars 2010 La programmation 2010-2011 de l’Opéra de Lyon s’annonce riche, généreuse, abondante et surprenante. De la Trilogie mozartienne au très attendu Tristan de Wagner, Serge Dorny propose du lourd, mais pas uniquement. Pascale Clavel
Jeudi 17 septembre 2009 Orchestre / Pour l’un, Laurent Langlois, nouveau directeur général de l’Auditorium/ONL, c’est une première saison, celle de tous les dangers. Pour (...)
Jeudi 17 septembre 2009 Opéra / Depuis quelque temps, Serge Dorny, directeur général de l’Opéra, affectionne les fils conducteurs. Une année ‘le héros perdu’, une autre, ‘l’amour (...)
Jeudi 15 janvier 2009 Musique / Le festival Héros Perdus proposé par l'Opéra de Lyon regroupe trois œuvres atypiques et musicalement très différentes, réunies par leurs thèmes et les trajectoires de leurs personnages. Pascale Clavel
Jeudi 15 janvier 2009 Entretien / Serge Dorny, directeur de l'Opéra National de Lyon. Propos recueillis par Pascale Clavel
Dimanche 14 septembre 2008 Opéra / Serge Dorny jubile, le directeur général de l’Opéra National de Lyon a trouvé chaussure à son pied. Kazushi Ono, chef japonais est nommé pour cinq saisons, l’orchestre a retrouvé un guide. Le chef permanant ressuscite à l’opéra. Pascale...
Jeudi 10 avril 2008 Opéra / Quoi de nouveau ? Et bien, y’a d’la joie, voilà le printemps et avec lui la traditionnelle période où l’opéra annonce, dévoile, révèle sa future et remarquable saison. Pascale Clavel

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !