"Licorice Pizza" de Paul Thomas Anderson : sweet seventies

Licorice Pizza
De Paul Thomas Anderson (ÉU, 2h13) Avec Alana Haim, Cooper Hoffman, Sean Penn

Comédie dramatique / Deux jeunes gens que près de dix ans séparent apprennent à s’aimer, non sans peine. À la fois roman picaresque et d’apprentissage, une balade sur la carte américaine du tendre à l’aube des 70’s. Une carte postale datant de l’époque du pétrole illimité, des waterbeds et des cols pelle à tarte confiée à d’inattendues têtes d’affiche.

San Fernando, L.A., 1973. À la fois lycéen, comédien et à l’affût de la moindre opportunité entrepreneuriale, le jeune Gary Valentine tombe sous le charme d’Alana, l’assistante du photographe de l’école. Le fait qu’elle ait la vingtaine ne l’arrêtant pas, l’ado culotté engage une opération de séduction qui ne laisse pas totalement insensible sa putative dulcinée. Chronique de leur histoire, entre hauts et bas…

à lire aussi : Robert Guédiguian : « je refuse de monter dans une voiture s’il n’y a pas Otis Redding ! »

Ne vous attendez pas à découvrir dans ce film la recette (ni la moindre apparition) de la pizza à la réglisse promise par le titre ! Cette espèce de chimère culinaire, que les papilles peinent d’ailleurs à conceptualiser — quand bien même elles auraient tâté de l’improbable Hawaïenne — doit se comprendre comme l’équivalent alimentaire doux-amer de notre mariage entre la carpe et le lapin. Une sorte d’attelage improbable entre deux caractères davantage susceptibles de créer une discordance qu’une harmonie, mais que la force de l’imagination (ou de la conviction !) permet d’apparier. Rien de bien neuf devant la caméra de Paul Thomas Anderson, qui filme volontiers les romances comme des parcours semés d’obstacles pour marathoniens sado-masochistes. Si l’entreprise de séduction de Gary constitue l’amorce de l’histoire, l’asynchrone réciprocité des sentiments mutuels en est le carburant ; en résulte fatalement un voyage cahoteux permettant d’admirer le paysage — une toile de fond historico-sociologique dont on est persuadé qu’elle forme le réel centre de gravité du projet andersonien, tant minutieuse s’avère sa peinture.

Nostalgie de la lumière

Paul Thomas Anderson porte un regard empreint d’une bienveillance nostalgique sur cette époque où, traumatisme du Vietnam savamment occulté, la jeunesse pouvait encore rêver à un avenir d'épanouissement sans entrave — avant de se fracasser sur les murs de la récession économique, du sida et du terrorisme, pour n’évoquer que la fin du XXe siècle. À l’instar de Boogie Nights (1997) ou de Inherent Vice (2014), il nimbe ses images d’une lumière diaprée, suridéalisant même l’esthétique des séquences ayant pour protagonistes des personnages en représentation croisant la route d’Alana et Gary — et il y en a beaucoup à Los Angeles : acteurs émergents ou se ringardisant (Sean Penn, en mixte de William Holden et Steve McQueen recuit dans l’alcool de ses souvenirs), agent d’artistes, producteur psychopathe (Bradley Cooper, en décalque de Jon Peters), candidat à la mairie (Ben Safdie, potentiel clone de Harvey Milk), patron de restaurant japonais singeant l’accent nippon… Cette galerie de référents grotesques ou pathétiques (auxquels la jeunesse d’alors était censée se soumettre et/ou s’identifier), justifie pleinement la rébellion des baby-boomers.

Amateur des personnages en demi-teinte ou affligés d’une part d’ombre plus ou moins dévorante, PTA privilégie la plausibilité plutôt que la façade lorsqu’il compose sa distribution. En clair, elle vise davantage un réalisme conforme à la vibration de l’époque qu’un glamour factice. À raison : les débutants Cooper Hoffman (fils de son défunt comédien fétiche) et Alana Haim (chanteuse du trio homonyme dont il a signé de nombreux clips) n’auraient pas pu jouer dans Le Lagon bleu selon les canons des studios ; ils forment en revanche le duo adéquat pour ces deux heures et quelques minutes de flirt sur la B.O. de jadis. Le plus long slow du monde…

★★★★☆ Licorice Pizza
Un film de Paul Thomas Anderson (É-U, 2h13) avec Alana Haim, Cooper Hoffman, Sean Penn…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 13 mars 2018 Après Much Loved, Nabil Ayouch poursuit son auscultation des fractures du Maroc contemporain. Derniers instants avant le cataclysme dans un Casablanca qui n’a plus rien à voir avec l’image idéalisée par Curtiz.
Lundi 12 février 2018 Derrière le voile d’un classicisme savamment chantourné, l’immense Paul Thomas Anderson renoue avec le thème du “ni avec toi, ni sans toi” si cher à Truffaut de La Sirène du Mississippi à La Femme d’à côté. Un (ultime) rôle sur mesure pour l’élégant...
Mardi 3 mars 2015 En adaptant "Vice caché" de l’immense Thomas Pynchon, Paul Thomas Anderson prouve, après "The Master", qu’il n’aime rien tant qu’aller à l’encontre de sa maîtrise, éprouvée et incontestable. De fait, ce polar pop, enfumé et digressif est un plaisir...
Mardi 17 décembre 2013 Ben Stiller passe à la vitesse supérieure en tant que réalisateur avec ce modèle de comédie romantique d’une classe visuelle permanente, où il s’agit de faire d’un héros du quotidien le vestige d’une époque en train de disparaître. Christophe...
Jeudi 31 octobre 2013 Une semaine après Scarface, le Cinéma Lumière propose de redécouvrir son pendant tourné dix ans plus tard, L’Impasse, toujours avec De Palma derrière la caméra et (...)
Mardi 29 janvier 2013 De Ruben Fleischer (ÉU, 1h52) avec Josh Brolin, Ryan Gossling, Sean Penn…
Mercredi 2 janvier 2013 Après «There will be blood», Paul Thomas Anderson pousse un cran plus loin son ambition de créer un cinéma total, ample et complexe, en dressant le portrait d’un maître et de son disciple dans une trouble interdépendance. Un film long en bouche mais...
Mercredi 6 juillet 2011 Sean Penn en rocker glam vieillissant et déprimé qui part à la recherche du tortionnaire nazi de son père mort : c’est l’improbable, déroutant et en fin de compte attachant nouveau film du réalisateur d’Il Divo. Christophe Chabert
Vendredi 29 avril 2011 Paul Thomas AndersonSes premiers films (Boogie nights et Magnolia surtout) étaient sous forte influence Scorsese, mais Paul Thomas Anderson s’est avéré le (...)
Mardi 26 octobre 2010 De Doug Liman (ÉU, 1h46) avec Sean Penn, Naomi Watts…
Jeudi 26 février 2009 Un Sean Penn irrésistiblement solaire illumine ce biopic en définitive assez convenu, paisible renoncement consensuel d’un Gus Van Sant en petite forme. François Cau
Mercredi 20 février 2008 Attention, chef-d’œuvre ! Cette fresque nihiliste sur la quête de l’or noir par un entrepreneur sans scrupule au début du XXe siècle confirme que Paul Thomas Anderson est un cinéaste majeur, et Daniel Day Lewis un acteur époustouflant. Christophe...
Mercredi 23 janvier 2008 Même s'il dilue la force de ses premiers films dans une mise en scène parfois attendue, Sean Penn confirme qu'il est un cinéaste important avec ce road-movie existentiel sur les traces du cinéma américain des 70's. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !