Galerie Maron'Ages : art humaniste à Saint-Georges

Galerie d'Art / Dans le quartier de Saint-Georges, Christophe et Magaly Esclapez Ceva mettent en lumière au sein de leur galerie Maron'Ages des artistes antillais, africains et de l’Océan Indien pour faire découvrir ces arts encore peu représentés à Lyon.  

Le projet émane d’une rencontre : celle de Christophe Esclapez Ceva et de Sandrine Plante, sculptrice d’origine réunionnaise basée dans le Puy de Dôme, travaillant sur le devoir de mémoire face à l’esclavage — avec des sculptures imposantes, au souci du détail éloquent. Épris de ces œuvres, le désormais galeriste s’engage à valoriser le travail de l'artiste auprès du grand public. Le 30 octobre 2020, une nouvelle galerie d’art naît dans le Vieux-Lyon — le même jour est annoncée la fermeture des commerces jugés non-essentiels… Christophe Esclapez Ceva se voit contraint de baisser le rideau aussitôt après l'avoir ouvert. Ce n’est qu’au printemps 2021 que l’activité débutera réellement pour la galerie Maron’Ages.

Des thématiques engagées

Maron’Ages : un nom qui descend directement du marronnage, du nom de ces esclaves reprenant leur liberté que l'on nommait des "marrons". Christophe Esclapez Ceva explique : « "marron", pour le côté engagé, avec à l'esprit ces esclaves rebelles, et "âge" afin de représenter l’intemporalité de cette volonté d’émancipation et de liberté. » Un nom qui fait sens avec les intentions de la galerie et les sujets qu’elle aborde : la condition féminine, l’histoire des ancêtres afro-descendants, l’économie circulaire, la condition humaine, l’histoire coloniale. Des thématiques abordées par une pluralité d’artistes contemporains œuvrant à travers l'art digital, la peinture (figurative, réaliste, contemporaine ou bien abstraite) et les sculptures de Sandrine Plante et dErnest Nkwocha, artiste nigérian adepte des représentations animalières par le recyclage de pneumatiques — matière la moins biodégradable et la plus polluante — récupérés dans sa ville de Lagos.

Parmi ces artistes exposés, on trouve également les peintres David Ladjah Bolo, Harouna Ouedraogo, Joe Okitawonya, Armel Promeneur, Isaac Azaly, Claudy Khan et Joey Aresoa.

Créer un lieu de vie et de partage

Christophe Esclapez Ceva désire « des œuvres abordables à un prix abordable ». Un art accessible : « on expose des œuvres qui sont facilement reçues. N’importe qui peut s’accaparer leur beauté et leur message, même les moins initiés ». Et abordables financièrement : autour de 300€ pour la majeure partie de la galerie et allant jusqu’à 2 500€ pour certaines œuvres de Sandrine Plante.

Refusant l'élitisme, le responsable de la galerie préfère parler d’un lieu de vie et de partage : « l’idée est vraiment d’ouvrir au grand public en accueillant des enfants, afin de leur donner envie de s’intéresser à l’art, ou bien par le biais de partenariats avec des associations comme Africa 50 pour organiser des journées bibliothèques. L’intention est de faire vivre la galerie autrement qu’en demandant exclusivement aux gens s'ils désirent acheter une œuvre. »

Pas un mémorial

Les responsables de la galerie Maron’Ages ne veulent pas qu'elle soit confondue avec un mémorial. Les œuvres de Sandrine Plante autour de l’esclavage en représentent le point de départ mais le couple désire l’inscrire progressivement dans une idée plus large, en créant un lieu de diffusion artistique mettant en avant de talentueux artistes émergents et ce, dans une démarche de partage culturel, de découverte : « j’ai connu le monde Noir très jeune, donc je suis bercé par lui. J’avais envie de faire découvrir cet art à Lyon. À Paris on est habitué, ici pas encore. Je souhaite mettre cet art sur un pied d’égalité avec la culture artistique française. Ce sont des artistes qui ont, eux aussi, suivi une formation, qui ont parfois les mêmes influences, qui sont dans la même démarche que nous, ici, en France. Toutefois, ils n’ont pas les mêmes moyens financiers, ce qui leur complique l’accès au marché français. » Transmettre et faire découvrir des artistes issus d'autres cultures, telle est la ligne de conduite de la galerie Maron’Ages.

Galerie Maron'Ages
11 bis rue du Doyenné, Lyon 5e
Du mardi au vendredi de 14h30 à 19h, le samedi de 11h à 18h

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Expos...

Mercredi 5 octobre 2022 Kashink détonne dans le paysage du street art depuis une quinzaine d’années. Sa pratique engagée se met au service d’un discours sur l’identité. À travers ses peintures de masques, elle nous raconte notre complexité, nous invite à l’embrasser avec...
Mardi 30 août 2022 Cinq belles expositions à découvrir en galeries ce mois-ci, pour s’échauffer le regard avant (ou pendant) le grand événement artistique de la saison, la 16e Biennale d’art contemporain, qui débutera mercredi 14 septembre.
Mercredi 27 avril 2022 Un mois de mai exceptionnel pour les amateurs d’expositions, avec des photographes qui sortent de leur zone de confort, une belle collection particulière d’art contemporain au MAC, un abstrait baroque, et un Jean-Xavier Renaud qui...
Mardi 12 avril 2022 Zoom sur Elie Hammond, tatoueuse nouvelle génération qui a débuté sous l'égide de Dimitri HK avant de se forger son propre style et de devenir l'une des artistes les plus en vue du moment : la globe trotteuse sera présente à la...
Dimanche 3 avril 2022 Voici notre sélection de cinq expos à découvrir ce mois-ci gratuitement en galeries, qui ose le choc des générations et des styles : de l’école lyonnaise de peinture au street-art, en passant par la photographie de William Klein. Un point...
Mardi 15 mars 2022 Enfant terrible du monde de la photographie, William Klein n’a eu de cesse d’en bousculer les codes et les pudeurs. Jetant son corps dans la bataille du réel, ses images en conservent l’énergie, la violence, la vie. Retour sur les apports et le...
Jeudi 3 mars 2022 Mars arrive et la création contemporaine repart dans les musées et les galeries avec quelques belles affiches : William Klein, Christian Lhopital, Tania Mouraud, Thameur Mejri…
Mercredi 23 février 2022 Très loin d’être un musée de cire façon Tussaud, la nouvelle expo de La Sucrière revêt une réelle démarche artistique et permet de naviguer dans le courant de la sculpture hyperréaliste, jamais réellement structuré mais créé par des artistes...
Mardi 15 février 2022 Deux expositions personnelles, une exposition collective… Tania Mouraud connaît une forte actualité à Lyon. L’occasion de revenir sur cette figure importante de l’art contemporain.
Vendredi 4 février 2022 Du street-art australien au travail rigoureux du photographe Philippe Bazin, en passant par les espaces réinventés de Georges Rousse, on mélange tout dans notre shaker, ce mois-ci, pour vous inviter à découvrir plusieurs belles expositions à Lyon.
Mardi 1 février 2022 Pour entamer cette année qui verra la célébration de ses trente ans d’existence, le CHRD tombe le masque et offre les visages enfouis dans ses collections dont le fascinant ensemble de portraits peints au camp du Stalag en Silésie.
Mardi 18 janvier 2022 Tandis que Jean Bellorini met en scène son Jeu des ombres au TNP, l'artiste et écrivain Valère Novarina expose peintures et estampes à l’URDLA. L’agitateur des mots s’y poursuit agitateur des formes.

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !