Fanny Ruwet : « jamais de ma vie je le raconte à qui que ce soit »

Fanny Ruwet

Salle Molière

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Humour / Quand Fanny Ruwet ne délivre pas sa chronique sur France Inter, elle crée des podcasts ou écrit des courts-métrages. Actuellement, l’humoriste belge — reine du malaise — joue en tournée son spectacle Bon Anniversaire Jean : un recueil introspectif des doutes, des peurs et des hontes d’une misanthrope assumée, orné de sujets plus profonds (la santé mentale, le non-désir d'enfant, sa bisexualité...) Rencontre.

Quel est le point de départ de votre spectacle Bon anniversaire Jean ?
Le fil rouge, c’est l'anniversaire de Jean, un garçon qui m'avait invitée par erreur à son anniversaire quand j'avais douze ans. Quand je suis arrivée sur place, on a réalisé qu'il avait interverti deux numéros de téléphone. C’était très gênant. Je prends ça comme base pour parler de plein de choses, pour aborder les moments où tu n’es pas à ta place, où tu ne sais pas t’intégrer ou comment agir…

à lire aussi : Élodie Arnould : « le monde de l’humour est encore très sexiste »

Vous parlez aussi de bisexualité, du non-désir d'enfant, du malaise en société et vous êtes associée à Night Line, une association qui s’engage pour la santé mentale des étudiants. Votre art revêt-il un rôle didactique?
Ce n'est pas le but. Il y en a qui le font très bien, mais ce n’est pas mon truc. Je raconte mes petites histoires d'amour avec des garçons et des filles… J'ai plutôt envie de faire passer ça dans la normalisation des choses. Le fait d'entendre parler de ces sujets sur la radio publique française, ça fait déjà un peu son taff je crois. Par contre, j’appuie un peu plus sur le sujet de la santé mentale des étudiants car c'est une période où on en a besoin. C’est encore un peu mal considéré.

Ces sujets sont-ils toujours abordés par le prisme de votre histoire personnelle ?
C’est seulement du vécu que j’essaye de faire passer à travers des émotions universelles. Je n'ai pas de connaissances claires en santé mentale. Je préfère vraiment passer par mon histoire car je ne peux pas avoir tort.

à lire aussi : Les punchlines de Waly Dia à la Bourse du Travail

Personne ne saura que c’est moi

Vous avez récemment coécrit la partie stand-up de la série Drôle de Fanny Herrero sur Netflix. Comment avez-vous vécu l’exercice d’écrire des vannes pour des autres ?
C’était la première fois. Pour la première saison, c'était assez difficile. Les personnages n'étaient pas encore créés, on découvrait leurs personnalités au fur et à mesure. Les stand-up qu'on écrivait permettaient de raconter leur vie. C'est curieux, il faut à la fois mettre des choses de soi pour sonner juste, et à la fois, on peut se permettre des choses qu'on n'oserait jamais dire. Il y a un truc qui m'est arrivé, je me suis dit : « jamais de ma vie je le raconte à qui que ce soit » et là, ce sera sur Netflix. Parce que cette anecdote sera dans la bouche de quelqu'un d'autre. Et personne ne saura que c’est moi.

On a pourtant l’impression que celle que l’on appelle "la reine du malaise" ne s’interdit rien. Comment prendre plaisir à créer ce malaise ?
Le fait de pouvoir jouer avec, ça permet de reprendre le contrôle. J'ai fait un jeu de quelque chose qui, à la base, était un défaut. Ça m'arrivait tellement de fois d’être en situation de malaise parce que je n’avais pas les codes, etc. En reprenant le contrôle, je passe de victime à protagoniste.

Pourquoi la misanthrope revendiquée que vous êtes s'inflige-t-elle de jouer devant des centaines d’êtres humains ?
C’est parce qu’ils ne peuvent pas répondre. Là est la subtilité. C’est beaucoup plus facile d’être dans un cadre codifié "je joue, vous écoutez, vous rigolez, je m’en vais" plutôt que dans une conversation spontanée. Quand tout est scénarisé c'est très simple.

La déformation du comique existe-elle vraiment ?
De ouf. Et c’est problématique. J’ai énormément de choses à écrire (Drôle, les chroniques, le stand-up...). Dès qu’il se passe un truc dans ma vie, je pense à où est-ce que je pourrais le mettre ? C'est fatiguant.

Vous êtes à l’origine de plusieurs podcasts, dont Les gens qui doutent.
J’ai peur du vide, il faut toujours que je fasse plein de choses. Là, je voulais une excuse pour rencontrer des gens que j'aime bien (auteurs, réalisateurs, humoristes…). Quand j'ai commencé le stand-up, j’avais beaucoup de questions à poser, particulièrement aux humoristes, sur comment on fait un spectacle, comment on gère ce milieu. On parle de légitimité, de remise en question… Je peux projeter mes questionnements du moment sur l'art, sur l'écriture. En général, ce sont des gens qui sont mes obsessions du moment, d’un point de vue artistique. Le prochain est avec Alexis Michalik. Je veux aller gratter dans son cerveau.

En Belgique, le statut d’humoriste appartient au secteur de l’événementiel. Il n’est pas reconnu officiellement. Cette dénégation n’est-elle pas dangereuse pour la légitimité des humoristes ?
Heureusement, c’est en train de bouger avec la Fédération Belge des Professionnels de l’Humour. J’ai eu la chance que ça devienne très vite mon métier dans le sens où ça payait mon loyer et c’était ma seule activité professionnelle. Donc, ça légitime ton travail.

à lire aussi : Haroun : « c'est l'humour noir qui m'a choisi »

Vous souvenez-vous d’un bide marquant ?
Trois jours avant Montreux, j'avais mon texte et je voulais le roder sur quelques dates à Paris. Au Fridge, ça a été un bide monumental, incroyable. Ça met la pression, tu te dis : « je vais le jouer devant 1 200 personnes et douze caméras, ça va être horrible ». Je devais faire huit minutes, j'en ai fait trois. Les gens n'avaient pas l'air de comprendre quand je parlais. C'est ce qui est horrible et génial à la fois. Tu remets tout en jeu à chaque fois.

Sur votre Instagram, on découvre beaucoup de photos de concerts. Quel lien entretenez-vous avec la musique ?
L’humour, c'est assez récent. Pendant toutes mes études, j'allais à trois concerts par semaine. J'avais un webzine musical, je faisais plein d’interviews. Je pensais bosser dans la musique. J’ai fait des études de relations publiques pour pouvoir être attachée de presse et bosser avec des groupes puis j'ai réalisé que je détestais ça.

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/r6azlwh1954" title="YouTube video player" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; clipboard-write; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen></iframe>

Fanny Ruwet
À la Salle Molière samedi 12 mars

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Scènes...

Lundi 5 septembre 2022 Impossible d’attaquer la saison 2022-23 sans regarder dans le rétroviseur de la saison précédente qui a permis de constater que les spectateurs ne sont pas tous revenus dans les salles et encore moins démultipliés face à l’offre exponentielle. De...
Mardi 26 avril 2022 Sur les planches ou au cinéma (Au poste, Problemos…), Marc Fraize est un artisan. Auteur, acteur, humoriste, clown tendre et jubilatoire, il porte le rire loin des standards et  de l’enchaînement de blagues surfant sur l’actualité. Son...
Mardi 12 avril 2022 Non labellisé Scènes Découvertes, mais enfin aidé par la Ville, le Théâtre de l’Uchronie, au cœur de la Guill’, défend depuis 2014 des récits imaginaires et oniriques. Les pieds beaucoup plus sur terre que satellisés.
Mardi 29 mars 2022 Dans un spectacle dérangeant et éblouissant, Alice Laloy renverse les codes du roman de Pinocchio et s’attache au moment de sa transformation. Un des grands spectacles du dernier Festival d’Avignon ; de surcroît accessible aux enfants.
Mardi 15 mars 2022 Après son premier one-man-show dans lequel le prince des potins, Tristan Lopin, nous comptait ses déboires amoureux, l’humoriste revient avec un seul en scène brut, décapant et authentique, le 1er avril, à la Bourse du Travail.
Mardi 15 mars 2022 Pas simple de restituer Pialat au théâtre tant il a éclaboussé le cinéma de son génie à diriger les acteurs. Dans ce spectacle énamouré adossé à À nos amours, Laurent Ziserman parvient à saisir l’infinie justesse qui émanait des films du...
Mardi 1 mars 2022 Avant de présenter Un Sacre aux Célestins en mai, Lorraine de Sagazan propose au Point du Jour une plus petite forme, La Vie invisible, conçue avec le même auteur Guillaume Poix. Où il est question de la perception d’une pièce par un malvoyant....
Mardi 18 janvier 2022 C’est un art que le metteur en scène Renaud Rocher maîtrise à merveille. Celui de faire théâtre d’un recueil de témoignages. En 2020, il invitait à suivre les méandres du parcours d’un demandeur d’asile. Voici qu’avec Comme une image, il se...
Mardi 4 janvier 2022 L’année 2022 sera l’occasion de réviser ses classiques de la danse contemporaine : Maguy Marin, Jiří Kylián, Ohad Naharin, Pina Bausch… Et entre deux révisions, de découvrir aussi nombre de jeunes talents internationaux.
Mardi 4 janvier 2022 Dans Le Jeu des ombres, pensée pour la cour d’honneur du Festival d’Avignon 2020 annulé, Jean Bellorini, avec Valère Novarina et Monteverdi, embrasse en musique et en mots, le monde des morts, plus vivant qu’on ne le croit.
Mardi 4 janvier 2022 Après une première moitié de saison d’une densité inédite, les théâtres attaquent 2022 sans baisser de rythme. Les six mois à venir seront riches comme rarement de découvertes et de grandes figures pour se clore sur la venue d’Ariane Mnouchkine.
Jeudi 16 décembre 2021 Créée en 1981, représentée plus de 800 fois à travers le monde, la pièce May B de la chorégraphe Maguy Marin est un monument de la danse contemporaine, et même (...)
Mercredi 15 décembre 2021 Dans son petit cabaret, Johanny Bert, auteur, chanteur, marionnettiste, metteur en scène fait souffler un vent de liberté incroyable grâce à sa figurine queer en mousse. Intelligent, tendre, drôle, follement enthousiasmant, Hen est aux Célestins et...
Jeudi 30 décembre 2021 Immuable tradition pour certains, baptême du feu pour d’autres, le réveillon est une belle occasion d’assaillir les café-théâtres. Tour d’horizon de la programmation du 31 décembre pour mettre en boîte 2021 et saluer 2022.
Mercredi 17 novembre 2021 Christiane Jatahy, brésilienne, surestimée star du théâtre en France, vient au TNP avec sa dernière création en date, très aboutie. Dans Entre chien et loup, variation sur le film Dogville, elle parvient à mêler avec virtuosité ce que jusqu'ici elle...
Mercredi 17 novembre 2021 Originaire du Brésil, formée à la danse dans son pays puis à Bruxelles, Vania Vaneau a été interprète pour certains des plus aventureux des chorégraphes (...)
Mercredi 17 novembre 2021 Le roi de la punchline et chroniqueur sur France Inter Waly Dia sera à l'affiche de la Bourse du Travail le vendredi 26 novembre avec son dernier spectacle, Ensemble ou Rien : 1h20 de one-man-show bien rodé, dynamique et incisif.
Jeudi 4 novembre 2021 La gamine de la Croix-Rousse prolo a bien grandi. À 70 ans sonnés, la pause du confinement aidant, la comédienne Myriam Boyer fait dans une biographie tout juste parue un retour arrière sur ses vies de cinéma et de théâtre. Où l’on croise...
Mercredi 6 octobre 2021 Bouleversant, intimidant par tant de sensibilité, Love est un immense spectacle de théâtre dans lequel Alexander Zeldin nous convie dans un foyer d’urgence de l’aide sociale britannique.
Mercredi 8 septembre 2021 100 ans en plein Covid, 101 ans cette année. Enfin le TNP peut convoquer son histoire lors d’un mois de septembre dense et réjouissant. De Paris à Villeurbanne, de Firmin Gémier à Jean Bellorini,  l’aventure du théâtre national populaire...
Jeudi 9 septembre 2021 Ces Invites retrouvées (du mercredi 15 au samedi 18 septembre à Villeurbanne) sont d’une densité folle. Et d’une qualité remarquable. Gratuit, as usual pour ce festival des arts de la rue.
Jeudi 9 septembre 2021 Entre la Maison de la Danse et l'Opéra de Lyon, trois rendez-vous aguicheurs sont proposés cet automne en compagnie du maître néoclassique qu'est William Forsythe. 

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !