En maître, William Klein l'a vu

William Klein

Galerie Le Réverbère

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Photographie / Enfant terrible du monde de la photographie, William Klein n’a eu de cesse d’en bousculer les codes et les pudeurs. Jetant son corps dans la bataille du réel, ses images en conservent l’énergie, la violence, la vie. Retour sur les apports et le parcours de cet artiste impétueux.

Un direct du droit sur l’arcade sourcilière. C’est ça une photographie de William Klein. Soit une charge physique, un souffle d’énergie, un déchirement de la rétine qui rendent groggy un certain temps, avant de pouvoir reprendre ses esprits et découvrir les détails et la construction touffue de ses images. L’analogie avec la boxe (et avec le sport en général, William Klein étant un fana de sports ayant pratiqué le tennis à haut niveau) n’est pas ici sans fondement puisque l’artiste a longtemps travaillé, entre 1971 et 1974, sur un vaste film consacré à Mohamed Ali. Et qu’il se place lui-même dans une très grande proximité (comme deux boxeurs sur un ring) avec les sujets qu’il saisit, en utilisant souvent un objectif grand angle. « L’acte photographique c’est moi ! » aurait-il même entonné lors d’un colloque à la Sorbonne en 1982, selon Jacques Damez (photographe et co-fondateur de la galerie Le Réverbère), présent ce jour-là dans l’amphithéâtre. « Toute photographie est une mise en scène de l’espace, poursuit Jacques Damez, mais avec Klein le photographe devient un acteur lui-même de cette mise en scène, comme un performeur ». Bref, Klein ne se contente pas de déclencher l’obturateur, il déclenche, catalyse la scène par sa présence physique engagée. Il attise le feu du réel qui n’attendait, sans doute, qu’une étincelle, un coup de flash, un souffle.

à lire aussi : Catherine Dérioz et Jacques Damez : « William Klein est une icône »

Klein danseur

William Klein apporte ainsi à l’histoire de la photographie une énergie et une physique nouvelle. Avec un aspect rude et percutant derrière lequel se cache un point de vue sur le monde plus délié et complexe. D’après ceux qui l’ont côtoyé, les images de Klein ressemblent à sa personnalité. L’artiste est réputé direct, rapide, tranchant, tout en étant aussi, en second rideau, attentionné et doté d’une grande intelligence sensible. Il y a comme cela, chez Klein comme dans ses œuvres, des couches successives et une fois le choc amorti, on distingue : de l’empathie, de l’humour, du ludique, de la tendresse. Provoquer le réel, c’est aussi jouer avec lui (notamment avec les enfants), danser avec lui…

Les images de Klein sont pleines de mouvements, de flux, de déséquilibres, et l’artiste a beaucoup photographié des danseurs, des performeurs, s’intéresse au butô japonais. L’utilisation de l’open flash lui perme, par exemple, des effets de "bougé" et une hystérisation dramatique des scènes enregistrées, que ce soit des mannequins en backstage d’un défilé de mode, des danseurs dans une rame de métro parisien ou des vitrines de magasins à Moscou… « Le geste de photographier est pour moi un moment de transe où l’on peut saisir plusieurs centaines de choses qui se passent en même temps et que l’on sent, que l’on voit, consciemment ou non » déclare Klein dans le Photo Poche qui lui est consacré aux éditions Actes Sud.

à lire aussi : L’expo : Klein en 100 photographies

Klein anar

« Chaque fois que Klein entre dans un espace, il le bouscule, il en change les règles » analyse Jacques Damez. Catalyseur-performeur, Klein fait bouger les lignes : il provoque (et n’attend pas !) « l’instant décisif » cher à Cartier-Bresson. Il bouscule les codes de la photographie en se rendant dans la rue et en se confrontant à l’âpreté de la vie urbaine (il est l’un des initiateurs de la Street Photography des années 1950 aux côtés de Robert Frank et de quelques autres), il invente de nouvelles manières d’éditer des livres de photos, avec notamment un ouvrage fondateur en la matière, New York publié au Seuil en 1956 (suivront ensuite Rome, Moscou, Tokyo, Paris). Il transgresse les frontières entre les disciplines passant de l'une à l'autre avec liberté : peinture, mode, publicité (les bas Dim lui doivent une pub TV fameuse), graphisme, cinéma (l’essentiel de son activité avec l’engagement politique de la fin des années 1960 à la fin des années 1970), photographie, édition… C’est comme peintre (abstrait) qu’il entre dans le monde de l’art après des études de sociologie aux États-Unis, un service militaire effectué en Allemagne et son installation à Paris en 1948 (ville qu’il ne quittera plus). Alex Libermann, directeur de Vogue, lui permet de financer ses activités photographiques et un séjour à New York en 1954, dont il reviendra avec un journal photographique qui sera refusé par les éditeurs américains mais accepté par Chris Marker, directeur de collection au Seuil et cinéaste. « J’ai grandi en lisant Dos Passos et je rêvais de parler de l’Amérique comme il l’écrivait (...) New York avait des comptes à me rendre. La ville m’avait toujours paru moche et inconfortable. Mes souvenirs étaient gris. J’ai eu l’idée de faire un journal photographique sur ce retour, pour confronter mon regard d’ex-New-Yorkais devenu Parisien à ma ville natale… » précise William Klein dans son livre rétrospectif William+Klein.

Il partira ensuite à Rome comme photographe pour le tournage d’un film de Fellini mais s’y ennuie et compose alors un nouveau livre, Rome, sorti en 1957. À partir de là, tout s’enchaîne pour l’artiste : projets de livres photographiques, expositions, films, commandes pour la mode…

Klein tenseur

Impulsif et perfectionniste, abstrait et figuratif, performeur et enregistreur de réel, alchimiste des corps et lecteur des signes symboliques des sociétés contemporaines, âpre et empathique, attiré par les foules mais lui-même anarchiste très individualiste (rejetant règles, groupes d’appartenance…), Américain et Européen… Klein échappe aux cases et son existence artistique est comme une ligne sous (haute) tension, une tentative d’organisation-révélation du chaos, un montage des contraires, une coupe dans le flux apparemment absurde et turbulent du vivant humain, urbain et social. Il est aussi celui (il n’est pas le seul, mais parmi les premiers, en photographie) qui jette une lumière crue et impudente sur l’inconscient de notre réalité, le rebut du monde et des villes : les gangs de jeunes, les fous, les mendiants, les quartiers mal famés, les bouches de métro, les dessous du monde de la mode… La vie est un tourbillon de signes, de corps, de visages et de forces antagonistes. Pour les saisir et les comprendre, ne serait-ce qu’un peu, il faut se mettre au diapason.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Dimanche 3 avril 2022 Voici notre sélection de cinq expos à découvrir ce mois-ci gratuitement en galeries, qui ose le choc des générations et des styles : de l’école lyonnaise de peinture au street-art, en passant par la photographie de William Klein. Un point...
Jeudi 3 mars 2022 Mars arrive et la création contemporaine repart dans les musées et les galeries avec quelques belles affiches : William Klein, Christian Lhopital, Tania Mouraud, Thameur Mejri…
Mardi 4 janvier 2022 Notre sélection de dix événements dans les musées et les galeries de Lyon. On y croisera quelques figures connues (William Klein, Andy Warhol, Valère Novarina…) et surtout un grand nombre d’artistes français et internationaux méconnus à...
Jeudi 18 novembre 2021 Depuis 40 ans, à Lyon, Le Réverbère défend la photographie en général et certains photographes en particulier. Pour fêter cela, la galerie a proposé à plusieurs de (...)
Mercredi 15 juillet 2020 Picasso en tête, les musées et les galeries proposent cet été nombre de belles expositions. Nous en avons sélectionné cinq, mais la liste est loin d'être exhaustive !
Mardi 3 mars 2020 Utopies, expériences sonores, souffles peints, voyages photographiques : sous le signe de la diversité des sens, voici cinq bonnes expos à découvrir ce mois-ci.
Mardi 18 février 2020 Le Réverbère réunit quatre photographes qui ont le voyage dans le sang de leur création : Thomas Chable, Serge Clément, Jacques Damez et Bernard Plossu.
Mardi 6 novembre 2018 Cinq des photographes défendus par la galerie Le Réverbère ont fait paraître récemment un livre : Beatrix Von Conta, Denis Roche (1937-2015), Géraldine Lay, (...)
Lundi 3 septembre 2018 Septembre sera un mois particulièrement photographique à Lyon, avec notamment la nouvelle édition du Festival 9 PH dans plusieurs galeries. Notre sélection est, ce mois-ci, 100 % photo.
Mardi 25 avril 2017 La rue Burdeau qui s’agite ? Cela n’arrive que cinq fois par an, malheureusement, lors du vernissage commun (ou presque) des galeries. Nous y étions le 19 janvier dernier. Récit.
Mardi 28 octobre 2014 Le photographe lyonnais Jacques Damez présente au Réverbère la suite récente de son travail sur le nu féminin, ainsi que d'autres séries d'images. Une œuvre qui fait de la photographie tout à la fois un acte de réflexion, un acte d'émotion et un...
Mardi 30 septembre 2014 «Vous pouvez, si vous le désirez, regarder, écouter, prendre conscience de vos sensations et de ce que ces œuvres évoquent pour vous» lit-on à l'entrée de la (...)
Mardi 16 septembre 2014 Des images du corps au corps des images, les expositions de la rentrée font vaciller, danser, se métamorphoser la figure humaine. Et certains artistes, comme Céline Duval ou Erro, vont jusqu'à insuffler une seconde vie aux images...
Jeudi 26 janvier 2012 La galerie photo Le Réverbère réunit six de ses artistes pour une exposition consacrée à des œuvres récentes, décalées ou rarement montrées. Simple et efficace. Jean-Emmanuel Denave
Mercredi 4 janvier 2012 Le projet urbain Lyon Confluence est l'un des plus importants depuis belle lurette à Lyon et ne pouvait au départ qu'être excitant... Concrètement, un grand (...)
Vendredi 30 septembre 2011 Expositions / Des collectionneurs privés s’invitent dans les musées et les galeries, proposant trois expositions très réussies au Musée des Beaux-Arts, au Réverbère et à la galerie Henri Chartier. Jean-Emmanuel Denave
Jeudi 8 septembre 2011 Il est l’une des grandes figures de l’histoire de la photographie moderne, l’un des pionniers de la «photographie de rue» américaine, l’un des (...)
Jeudi 19 juin 2008 William Klein Arte Vidéo
Mercredi 11 avril 2007 Expo / Les galeristes Jacques Damez et Catherine Dérioz exposent leur collection personnelle au Réverbère. Un régal pour les amateurs de photographie. Jean-Emmanuel Denave
Mercredi 13 juin 2007 Expo / Le photographe Jacques Damez plonge son objectif dans le corps nu et mystérieux des femmes. Une traversée à la fois charnelle et métaphysique. Jean-Emmanuel Denave
Mercredi 28 novembre 2007 Expos / Belle exposition à la Bibliothèque de la Part-Dieu où quatre photographes du Réverbère présentent des travaux récents. Parmi eux : Julien Guinand ou le temps suspendu, et Arielle Bonzon ou le temps accéléré, urgent. Jean-Emmanuel Denave

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !