Avec "Le Monde d'hier" et "En même temps", les cinéastes Diastème et Kervern & Delépine percutent la morne campagne électorale

Le monde d'hier
De Diastème (Fr, 1h29) Avec Léa Drucker, Denis Podalydès, Alban Lenoir

Politique / Au moment d’accomplir son devoir civique, le citoyen trouve avec Le Monde d’hier et En même temps deux films entrant spectaculairement en résonance avec les problématiques politiques et politiciennes hexagonales. Quand le cinéma raisonne davantage que le débat public…

Deux œuvres, deux ambiances. Mais une même stupéfiante clairvoyance pour décrire le marasme politique contemporain, la crise des convictions, jusqu’à la géopolitique actuelle. D’un côté, Le Monde d’hier un thriller dans lequel la présidente de la République sortante, ne se représentant pas, est informée à quelques jours du scrutin que le candidat de son parti va être compromis par une affaire de corruption ourdie par la Russie (!) facilitant l’arrivée au pouvoir du candidat d’extrême-droite. Le secrétaire général de l’Élysée l’enjoint à prendre des mesures d’exception pour sauver la démocratie…

à lire aussi : Gustave Kervern : « on a quand même l’espoir que les gens changent »

Difficile de ne pas être troublé par ce film extrapolant à peine le contexte présent et reposant sur une connaissance acérée des institutions, où nombre de clefs rendent les situations comme les personnages très familiers — la présence de Gérard Davet et Fabrice Lhomme au scénario n’y est pas étrangère. S’engageant de manière statique sous les ors de la République, histoire de marquer le spectaculaire et le pompeux de l’exercice du pouvoir hexagonal, Le Monde d’hier s’échappe de son apparence de (fausse) pièce théâtrale pour s’ouvrir progressivement à de nouveaux décors et gagner inversement en profondeur et en intériorité. S’il fait explicitement référence à Stefan Zweig pour bien souligner les dangereux échos entre les prolégomènes à la Seconde Guerre mondiale et notre époque, ce scénario tient de l’hypothèse d’école et du cas de conscience ; les tensions internationales actuelles le rendent davantage complexe et pertinent. Avec Féroce (2002), Président (2006), Le Candidat (2007), L'Exercice de l’État (2011) ou Oranges sanguines (2021), Le Monde d’hier s’inscrit dans le sillon de ces très rares thrillers politiques français explorant les arcanes de la Ve République et de ses conseillers faiseurs de rois — pardon, de présidents. Podalydès, en vague Grossouvre et Léa Drucker en présidente, étincellent à la tête d’une distribution parfaite. Cerise sur le Château : la B.O. de Valentine Duteil est excellente.

En même temps sur les écrans…

De l’autre, la fable caustique En même temps où deux maires de bords opposés (un écolo et un opportuniste de droite) devant négocier un accord autour d’un projet d’aménagement local, se retrouvent littéralement cul et chemise, collés à la glu extra forte par un groupe de féministes activistes. Cette cohabitation inopinée d’une nuit va les rapprocher plus qu’ils ne l’auraient pensé. Buddy movie politique dans l’esprit de La Chaîne (1958) de Stanley Kramer, En même temps étrille par l’absurde et la dérision la parole politicienne (en tant que langue de bois creuse) comme la novlangue féministe et les moutons bêlant leurs dogmes. Renvoyant dos à dos (si l’on ose) les professionnels du pouvoir comme les mouvements plus ou moins structurés, le film serait, avec sa fin en forme de tract, de nature à inciter à réfléchir à deux fois avant de confier sa voix au premier marchand de soupe venu — ça tombe bien : il sort quatre jours avant le premier tour de la présidentielle — voire, susceptible de convaincre les citoyens de reprendre concrètement leur destin en mains.

D’une inépuisable richesse narrative (chaque plan abrite sa sous-histoire particulière), ce qui pourrait n’être qu’une somme de sketches et de trognes-personnages compose une mosaïque aussi valable d’une circonscription électorale qu’un sondage réalisé auprès d’un “échantillon représentatif”… la fantaisie surréaliste en plus. Kervern et Delépine signent ici l’un de leurs meilleurs films depuis Saint-Amour (2015), en intégrant, au passage, de nouvelles têtes à leur prodigieux cheptel. Macaigne et Cohen ont certes la gueule de l’emploi mais ils transcendent leurs personnages. Preuve que la colle ne doit pas forcément être utilisée avec modération sur les plateaux grolandais.

★★★★☆ Le Monde d'hier
Un film de Diastème (Fr, 1h30) avec Léa Drucker, Denis Podalydès, Benjamin Biolay…

★★★★ En même temps
Un film de Gustave Kervern & Benoît Delépine ​(Fr, 1h41) avec Vincent Macaigne, Jonathan Cohen, India Hair...

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Ecrans...

Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Vendredi 13 mai 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mardi 26 avril 2022 Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout...
Mardi 26 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été, Amanda…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Mardi 29 mars 2022 Retour sur Deathloop, sorti en septembre 2021 et récemment sacré meilleur jeu vidéo français lors de la troisième cérémonie des Pégases.
Mardi 29 mars 2022 Une compétition de huit films (dont le prometteur I’m your man venu d’Allemagne et l’Espagnol El buen patrón), un Panorama 2022 qui balaie jusqu’en (...)
Mardi 15 mars 2022 S’il y a une date à ne pas oublier, c’est bien celle du vendredi 17 mars à 20h — tant que vous y êtes, ajoutez le lieu, l’Aquarium Ciné-Café — jour où sera (...)
Mardi 1 mars 2022 Pour faire cesser les coups de son mari, une fan de kung-fu s’initie auprès d’un maître. Mabrouk El Mechri signe une proposition culottée (et forcément clivante) mêlant son amour du cinéma de genre à son intérêt pour les personnages déclassés. Un...
Mardi 1 mars 2022 Elle fut la dernière des manifestations d’envergure à se tenir à Lyon avant l’impromptu du premier confinement. Deux ans plus tard, alors que le spectre covidien semble refermer sa funeste parenthèse, Écrans Mixtes s’apprête à ouvrir une très...
Mardi 1 mars 2022 Tant qu’il y aura des livres, il y aura des films — le cinéma aimant autant la littérature qu'Alexandre Dumas l’Histoire. Pour preuve, voyez le soir (...)
Mardi 15 février 2022 Une semaine tout pile avant la cérémonie des César, le Lumière Terreaux propose vendredi 18 février à 20h15 de découvrir les cinq films concourant pour la (...)
Mardi 15 février 2022 Avec un regard de sociologue (et non de militant), Emmanuel Gras suit des Gilets jaunes à Chartres tout au long de leur engagement, signant un document édifiant sur les mécanismes paradoxaux animant n’importe quel groupe. Une étude de cas, une leçon...
Mardi 1 février 2022 Un ancien acteur X retourne dans son Texas natal et navigue entre son ex et une jeune serveuse. Une métaphore douce-amère d’une Amérique vivant dans la dèche, sur sa réputation et l’espoir permanent de se refaire la cerise sur le dos des autres…
Mardi 18 janvier 2022 Portant sur la mécanique pernicieuse du harcèlement scolaire et interprété par deux enfants déchirants de vérité, ce premier film miraculeux est une merveille de délicatesse autant qu’un tour de force de réalisation. Un choc absolu et sans nul...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !