Cate Le Bon à l'Epicerie Moderne : réduction à la Pompeii

Cate Le Bon + Mega Bog

Épicerie Moderne

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Pop / Un peu plus de deux ans après la tournée de "Reward", la Galloise Cate le Bon est de retour sur une scène lyonnaise. Avec "Pompeii", un album tout en minimalisme pop, composé et enregistré durant le grand confinement, et qui plonge dans la torpeur tout en douceur. À mille lieux de l'éclat et de la démonstration.

À la sortie de Reward, son chef d'œuvre, Cate Le Bon avait de grandes idées pour la suite à lui donner. Comme enregistrer au bout du monde dans un endroit inconnu d'elle. Idée germée pendant une retraite dans le désert de Mojave, interrompue par un confinement. C'est bien seule, mais chez elle que la Galloise a enregistré ce Pompeii, dans le contexte d'un monde figé, comme vitrifié par la soudaineté du "1, 2, 3 soleil" mondial – genre d'engloutissement de Pompeii à échelle planétaire. Et c'est un album de torpeur et de langueur qu'elle a livré sur lequel continue de se mesurer son art du cadrage-débordement (on est ici en terre galloise). À commencer par les références avec lesquelles jongler, la concernant. Il y a bien sûr, automatiques, les grandes marraines, les Statues de la Commandeuse habituelles : les Nico et autre Kate Bush.

Mais s'il fallait, ici parfois, rapprocher la Le Bon de quelques aînés, les amateurs de minimalisme sophistiqué, après lequel semble courir cet album, auraient sans doute tendance à opter, outre le Bowie de Station to Station, album de la mue pré-berlinoise, pour Robert Wyatt ou un certain David Sylvian qui, dès après Japan, se lança dans une merveilleuse autant qu'ascétique carrière solo faite d'expérimentations et de dissonances pop. Pour Mark Hollis aussi d'une certaine façon qui consacra ses années solitaires à se couler dans l'abstraction jusqu'à faire de sa réduction volontaire au silence un geste musical.

Goutte-à-goutte

Pourtant après l'ouverture aride en trompe l'œil – rythmique sidérurgique, harmonies de suspense horrifique – Cate Le Bon livre ici sans doute son album le plus accessible, porté en continu par une basse ronde comme une queue de pelle, des synthés bien crémeux (de bons vieux DX7 d'école tels que le Top 50 en regorgeait il y a 35 ans), des saxophones ébouriffés – qui confèrent à l'album son côté très Talk Talk nouvelle génération – et de gros clins d'œil vers la city pop japonaise des 80's – matière malaxée par le précité Sylvian. Et surtout par une production, un sound design de haute volée qui font flirter la jeune femme avec le pastiche musical sans jamais tomber dans l'éventuel travers qui en découle : au mieux, dans l'exercice de style, au pire, dans la caricature.

Pompeii se tient ainsi sur une sublime crête et c'est ce qui fait son sel. Car si nous disions qu'il s'agit là de son disque le plus accessible, il faudra en chercher les tubes pendant de longues heures – et malgré tout, on se dit que ce Moderation ferait bien l'affaire. Mais c'est précisément cette écoute répétée qui fait mesurer la valeur d'un disque dont les qualités s'apprécient subtilement en goutte-à-goutte. Les œnologues parleraient de belle longueur en bouche. On opterait davantage pour quelque chose de l'ordre de l'empoisonnement lent. Contrairement à ce que son titre pourrait évoquer d'une catastrophe volcanique qui surprit le monde antique dans son sommeil, cet album décidément tout en faux-semblants et en fausses pistes, est bien un volcan à éruption prolongée. Peu de chance de vous faire vitrifier mais de fondre en douceur, ça oui.

Cate Le Bon
À l'Épicerie Moderne ​le jeudi 31 mars

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Musiques...

Lundi 25 avril 2022 Toujours curieux et singulier, le festival Superspectives accueille cette année quelques grands noms de la musique contemporaine et expérimentale : Gavin Bryars, Alvin Curran, Charlemagne Palestine…
Mardi 26 avril 2022 Il est libre, Iggy Pop. Bon, y en a quand même pas qui disent qu'ils l'ont vu voler, mais continuer de se trémousser torse-poils devant (...)
Mardi 29 mars 2022 Alors qu'il remonte sur scène pour présenter son dernier objet d'artisanat, La Vraie vie de Buck John, Jean-Louis Murat est l'objet d'une belle rétrospective menée par l'agence musicale lyonnaise Stardust et une vingtaine d'artistes aurhalpins.
Mardi 1 mars 2022 Événement du côté du Ninkasi avec la venue du commandant en chef de feu Sonic Youth, qui depuis la séparation du groupe phare de l'indie rock américain multiplie les saillies solo comme pour mieux combler et dérouter ses fans éplorés.
Mardi 1 mars 2022 2021 aura été l'année de l'avènement pour Tedax Max. Douze mois pour sortir trois albums et se hisser au premier plan de la scène rap locale. Avant son passage du côté de Vénissieux à Bizarre!, le vendredi 18 mars, on a échangé...
Mardi 15 février 2022 1913, quelle année ! La modernité artistique y éclate dans toute sa superbe et aussi dans toutes ses surprises qui désarçonnent le public. C’est par exemple : les premiers ready-made de Marcel Duchamp, la publication à compte d’auteur...
Jeudi 17 février 2022 Les Parisiens de Bryan’s Magic Tears ont sorti mi octobre leur troisième album, "Vacuum Sealed". Le groupe signé sur Born Bad sera au Périscope ce jeudi 17 février.
Mardi 15 février 2022 Membre du collectif Under Rave de u.r.trax, Vel incarne la relève de la scène techno française. L’artiste et ingénieure — qui semble dotée d’une jauge d’énergie infinie — nous invite dans ses sets intenses à une transe...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !