Malik Bentalha : « Jim Carrey est au Panthéon des acteurs légendaires »

Sonic 2 - Le film
De Jeff Fowler (ÉU, 1h50), Animation

Sonic 2 Le Film / Retour derrière le micro pour Malik Bentalha, voix française de Sonic le hérisson dans le deuxième opus de la franchise Sega-Paramount. L’occasion de poursuivre la conversation avec ce fan absolu des années 1980, débordant d’enthousiasme et de projets…

Il y a deux ans, on s’était vus pour Sonic Le Film, c’est juste avant avant le confinement, mais aussi avant votre tournée mondiale…
Malik Bentalha
: Ma tournée à la Whitney Houston ! On a fait une date à Dakar, et puis le Covid… Au finale, je n’ai pas eu à traverser le Pacifique ni l’Atlantique : on a tout annulé. Après Dakar, on sentait que ça commençait à monter. On est rentré du Sénégal et c’est là que Macron a fait la déclaration « Nous sommes en guerre ». Quel souvenir !

à lire aussi : Cinéma : les films qui sortent le mercredi 30 mars à Lyon

À l’époque, vous évoquiez l’hypothèse d’une suite pour Sonic, « pourquoi pas le deuxième ». On y est…
Alors, il faut dire « pourquoi pas le troisième, jamais deux sans trois ? » Je me suis éclaté à faire ce deuxième volet parce que je connaissais ce petit personnage, j’étais sur des rails. Le fait d’avoir de nouveaux personnages, Knuckles ou Tails, à qui donner la réplique, c’est stimulant. En plus, il y a un vrai message de valeurs, d’amitié et de vivre ensemble qui passe : on fait de sa différence une force. J’aime beaucoup ce que ça raconte pour les tout-petits. On a vit tellement dans une époque bizarre, où il est mal vu d’être gentil ; on préfère l’odeur du sang ! Les adultes s’y retrouvent aussi parce qu’il a un côté grand enfant, qu’on a tous en nous. Sonic est une madeleine de Proust pour toute une génération. On s’identifie à ce personnage parce que quand on va au cinéma, on a envie de s'évader, de penser à autre chose, de retomber en enfance. J’ai vu les yeux de mes neveux et nièces briller devant ces personnages et ces univers. Partager ce moment en famille, c’était génial et je pense que c’est ce qui a contribué au succès du premier.

Aujourd’hui, sans faire de démagogie, se déplacer au cinéma, c’est devenu un vrai luxe : tu paies l’essence, ta place, celle de ta famille… On ne paie pas 15€ une place pour ne pas s’évader. Le spectateur est devenu exigeant dans le bon sens du terme : il veut en prendre plein la vue. Alors, il faut essayer de donner le meilleur de nous-mêmes, de proposer des projets qui soient spectaculaires. C’est pour ça que tous les films américains à gros budget cartonnent.

Il y a un revival de ces films comme ET, Indiana Jones, Les Dents de la Mer ; ces films à grand spectacle (qui sont mes films de chevet) où le spectateur est scotché sur son siège. En même temps, il ne faut pas voir les plateformes comme une menace. C’est peut-être aujourd’hui l’endroit où les films qui ne pourront pas se faire au cinéma vont pouvoir exister malgré tout. C’est plus une chance qu’autre chose ; ça permet d’avoir un panel varié pour la culture française.

Personne n’est capable de prévoir le succès d’un film

La salle de cinéma serait réservée au spectaculaire ?
Je ne sais pas. À l’heure actuelle, on est tous dans une période un peu de latence, où l’on observe les choses. La pandémie est encore très proche de nous, on n’en est même pas complètement sorti. C’est comme pour la mutation de la musique : on a mis plusieurs années pour comprendre vers quoi on allait, que le CD était mort, que le streaming allait le remplacer. Au cinéma, on a encore un peu la tête dans le guidon pour comprendre où on va aller. Le cinéma ne mourra pas, parce que l’expérience cinématographique on ne la retrouvera pas ailleurs. Je ne sais plus qui disait : « pouvez-vous me citer un film qui a bousculé votre vie sur une plateforme ? »

Au cinéma, vous avez au fond de vous le souvenir d’un film qui vous a mis une claque, qui est encore en vous le lendemain ; c’est une graine. Moi, si je ferme les yeux, je me revois regarder Titanic avec mes parents au cinéma ou Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre d’Alain Chabat. Sur les plateformes, on a un côté "consommation rapide". On est sur le canap’ à la maison, et c’est bien aussi, parce qu’il en faut pour tout le monde. Donc il va nous falloir trois bonnes années pour essayer de comprendre la nouvelle restructuration ciné-audiovisuelle, d’autant qu’il y a une nouvelle chronologie des médias. Chacun sort ses théories en ce moment, mais personne n’est capable de prévoir le succès d’un film ; personne ne l’a jamais été…

Être le seul à porter la promotion de Sonic 2 Le film en France, est-ce une grosse pression ?
Ça pourrait l’être si Sonic n’était pas une marque déjà bien installée et si le premier n'avait pas marché. Donc je ressens moins la pression, mais plus comme une fierté de prêter ma voix dans un projet dans lequel on peut retrouver Jim Carrey, surtout. Il est pour moi LE génie du XXe et même du XXIe siècle. Il est au Panthéon des acteurs légendaires : Man on the Moon, Truman Show, Ace Ventura, The Mask… Il a une carrière dont on rêve tous. Se dire que c’est même acteur qui fait The Mask et Eternal Sunshine… de Michel Gondry ! Et qu’on prend au sérieux !

L’avez-vous rencontré ?
Non. On va essayer, mais pas en vrai malheureusement, grâce à la technologie.

Pour revenir à l’idée du partage, comment s’est déroulé le doublage ? En compagnie des autres voix, comme Emmanuel Curtil, le doubleur attitré de Jim Carrey ?
J’ai eu la chance de bosser avec Emmanuel sur le premier après malheureusement, c’est aussi bête que ça, mais ce sont des histoires de planning pour les uns et les autres. Si on pouvait, on le ferait tous ensemble parce que ça apporte une vraie énergie. L’avantage en revanche, c’est que quand les voix des autres personnages sont déjà posées, ça m’aide vachement dans la dynamique, la musicalité.

Dans notre manière de fonctionner, on analyse la scène avec une coach vocal (qui est fantastique), elle me demande ce que j’en pense, comment j’imagine Sonic, elle me donne son avis… Une fois qu’on est d’accord sur les intentions, on essaie de le retranscrire dans le jeu avec la voix, jusqu’à ce qu’on trouve le bon timing, la bonne musique et généralement ça ne trompe pas : que ce soit l’ingé-son, la coach ou la directrice artistique, tous les gens dans le studio, on est souvent raccord.

Au cinéma, il y a truc que j’aime quand on tourne : c’est refaire les prises tant que le perchman ou le chef-op’ n’a pas ri. C’est un peu mon premier public. Si je les vois morts de rire, je me dis OK, c’est bon.

Avec le recul, quelles sont les qualités que vous partagez avec Sonic ?
Ce serait peut-être prétentieux de le dire, mais je dirais la gentillesse et l’humour surtout parce que c’est un petit filou espiègle. Après, il a cette vivacité que j’aimerais avoir tant sur le plan physique que psychologique (rires). Il est très, très rapide, très vif et moi plutôt procrastinateur. C’est ce défaut qui me piège souvent. Si je dois démarrer quelque chose un jeudi, je vais décaler au lundi matin. Et si le lundi on est le 27 du mois, je repousse au 1er. Et ça n’en finit plus. Alors j’aime beaucoup la prise de décision assez immédiate de Sonic, qui peut parfois l’envoyer dans le mur, mais qui fait le charme du film.

C’est un hommage à Indiana Jones

Peut-on en savoir plus sur votre film ?
C’est une idée que j’avais au fond de moi depuis longtemps, que j’avais vraiment très envie de faire. Le film s’appelle Jack Mimoun et les secrets de Val Verde, et c’est un hommage à Indiana Jones. Je joue le personnage de Jack Mimoun, une espèce de croisement entre Mike Horn et Bear Grylls dans cette comédie d’aventure familiale chorale avec un casting de rêve. Je ne pouvais pas rêver mieux pour ma première réalisation : on retrouvera Benoît Magimel, François Damiens, Jérôme Commandeur et Joséphine Japy. On est parti en Thaïlande, dans un décor extraordinaire ; là je suis dans les finitions. J’ai tellement hâte de venir vous voir à Lyon vous le montrer.

La différence d’enjeu doit être perceptible quand on porte un projet aussi personnel ?
Sur un plan personnel, c’est mon bébé, c’est mon idée. Je l’ai écrit, je le réalise. C’est pas que je défends plus le film, il y a une attache particulière parce que je l’ai mis au monde. Dans ma tête, je prie pour qu’on ait l’opportunité d’en faire un deuxième. J’ai toujours été fan des OSS — c’est d’ailleurs les mêmes producteurs, les frères Altmayer — donc je me dis pourquoi pas Jack Mimoun la suite ? On s’est donné beaucoup de mal, c’est pour ça que je suis très fier.

Lyon est la ville où je m’éclate le plus sur scène

Entre Sonic et Jack Mimoun, on voit que les années 1980 constituent pour vous une sorte de "cristal magique"…
Totalement. C’est ma culture. J’ai grandi avec les films de Spielberg en tant que producteur comme Retour vers le futur ou réalisateur comme Jurassic Park, Les Dents de la mer ou Indiana Jones Pour moi, le cinéma c’est ça. Pour certains, ça va être Hitchcock ; pour d’autres, ça va des films plus auteur, moi je pense Spielberg. Il incarne tout ce que j’aime le plus dans le 7e art. Quand je vois E.T., je sors dans la rue avec un drap sur la tête et je fais du vélo en mettant ma petite sœur dans le panier. En écrivant Jack Mimoun, je rêve que les gamins en sortent avec l’envie de chercher un trésor.

À quand un prochain spectacle à Lyon ?
Lyon est la ville où je m’éclate le plus sur scène : c’est là où ça marche le mieux. J’ai beaucoup d’attaches à Lyon : je vais y roder mes spectacles, c’est une ville jeune, moderne. J’ai fait la Bourse du Travail, la Halle Tony-Garnier, le Transbordeur et le Rideau Rouge. Et j’aimerais beaucoup pour le prochain spectacle, dans quelques années, enregistrer mon spectacle à Lyon. Je m’y sens à l’aise.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 15 mars 2022 S’il y a une date à ne pas oublier, c’est bien celle du vendredi 17 mars à 20h — tant que vous y êtes, ajoutez le lieu, l’Aquarium Ciné-Café — jour où sera (...)
Mardi 9 juin 2020 Bonne nouvelle ! Lancée à la sortie du confinement, la collecte participative pour la maison d’édition lyonnaise naissante Façonnages Éditions est déjà un succès. (...)
Mercredi 12 février 2020 Exilé sur la planète Terre, le hérisson bleu Sonic vit heureux caché dans une petite ville, jusqu’au jour où il déclenche accidentellement une gigantesque décharge énergétique. Le gouvernement dépêche un savant fou, le Dr Robotnik, pour tirer les...
Mardi 18 juin 2019 En ouverture classieuse des Salons de musique proposés par les Nuits de Fourvière, le maître violoncelliste Vincent Segal et le label No Format unissent leurs talents à l'Odéon pour célébrer leur conception de la musique pas comme les autres,...
Mardi 19 juin 2018 Employé à Roissy, Sofiane excelle dans les magouilles foireuses et le baratin. Découvrant l’avis de recherche d’un nounours perdu, il espère dans un premier (...)
Mercredi 1 juin 2016 Savant fou, roi et bouffon du garage psyché, Ty Segall est l'une des "choses" les plus talentueuses et les plus folles à s'être essayé ces dernières années à faire tout et n'importe quoi. Quittant son air bonhomme de blond californien pour se...
Mercredi 24 février 2016 Reconstituant un trio de Kaïra, Franck Gastambide s’envole pour la Thaïlande, histoire de voir si la misère sexuelle est moins pénible au soleil. S’il n’entame pas son goût pour un humour trash ne se cachant pas derrière son petit doigt, l’exotisme...
Mardi 26 janvier 2016 Ancien compagnon de route d'Alain Péters, ami des Lo'Jo, le Réunionnais René Lacaille, devenu au fil du temps chantre de l'accordéon, vient inaugurer la première du festival Bretelles du Monde.
Mardi 5 janvier 2016 Après une année cinématographique 2015 marquée par une fréquentation en berne —plombée surtout par un second semestre catastrophique du fait de l’absence de films qualitatifs porteurs —, quel sera le visage de 2016 ? Outre quelques valeurs sûres,...
Mardi 1 décembre 2015 Quand deux super-puissances artistiques (les Coen et Steven Spielberg) décident de s’atteler à un projet cinématographique commun, comment imaginer que le résultat puisse être autre chose qu’une réussite ?
Mercredi 24 juin 2015 Pas facile d’imaginer été après été un festival dédié à un même compositeur sans risquer de tourner en rond. Le Festival Berlioz réussit pourtant à surprendre avec un (...)
Mardi 16 juin 2015 Le cinéma regorge de duos fameux formés par un compositeur et un metteur en scène : Bernard Hermann et Alfred Hitchcock, Philippe Sarde et Claude (...)
Mardi 2 décembre 2014 Magie du Temple Lanterne ou des deux invités de cette soirée ? Les deux sans doute. Toujours est-il que vendredi soir, lors de la première de la saison 2 du (...)
Vendredi 14 novembre 2014 En 25 ans d'une belle amitié musicale, Piers Faccini et Vincent Segal n'ont jamais cessé, dans leurs chambres ou sur scène, de revisiter les chansons des autres - mais aussi les leurs. Et viennent enfin d'en tirer un très beau disque, "Songs of Time...
Mardi 4 novembre 2014 Pour la cinquième édition de ses "nuits festives", le Conservatoire Supérieur de Musique et de Danse de Lyon entend nous faire passer une "Nuit (...)
Mardi 23 septembre 2014 En ouverture de sa saison 2, le PB Live accueillera la rencontre soyeuse entre le violoncelliste polymorphe Vincent Segal et l'Anglo-italien aux semelles de vent et à la voix de velours Piers Faccini. Le projet pour nom "Songs of Lost time". On...
Jeudi 10 juillet 2014 Le premier est un songwriter aux semelles de vent et à la voix de mirage, le second un émérite violoncelliste à tout faire, le pitre (au sein de Bumcello) (...)
Vendredi 25 janvier 2013 Qu'est-ce qui peut hanter Spielberg pour revenir plusieurs fois sur l'esclavage ? Bien avant Lincoln, La Couleur pourpre puis Amistad annonçaient déjà un (...)
Mercredi 23 janvier 2013 On pouvait craindre un film hagiographique sur un Président mythique ou une œuvre pleine de bonne conscience sur un grand sujet, mais le «Lincoln» de Spielberg est beaucoup plus surprenant et enthousiasmant, tant il pose un regard vif, mordant et...
Vendredi 12 octobre 2012 Un siècle qu'Universal a planté son drapeau à Hollywood. Si le doyen des studios encore en activité méritait bien son petit hommage, quel meilleur film que le (...)
Jeudi 13 septembre 2012 En cette rentrée musicale, Lyon a, comme tout un chacun, le blues. Sauf qu'en l'espèce, c'est plutôt très bon signe et annonciateur d'un automne riche en fibre musicale. Stéphane Duchêne
Mercredi 15 février 2012 Comme s’il avait fait de cette odyssée d’un cheval du Devon à travers la Première Guerre mondiale le prétexte à une relecture de tout son cinéma, Steven Spielberg signe avec "Cheval de guerre" un film somptueux, ample, bouleversant, lumineux et...
Jeudi 20 octobre 2011 À l’instar de James Cameron avec Avatar, Steven Spielberg s’empare d’une innovation technologique au potentiel énorme, et la plie à son imagination toujours fertile pour mieux la sublimer, au gré d’une véritable leçon de mise en scène. François Cau
Lundi 15 décembre 2008 Bumcello, alias Vincent Ségal et Cyril Atef, déroute avec son petit cirque musical. Pas d'étiquette pour ces fauves en liberté mais, dix ans plus tard, toujours le besoin vital d'improviser. Marion Quillard
Jeudi 4 septembre 2008 de Peter Segal (ÉU, 1h49) avec Steve Carell, Anne Hathaway…
Jeudi 22 mai 2008 Le quatrième volet des aventures de l’archéologue au chapeau est une bonne surprise : Spielberg et Lucas retournent à leur avantage les invraisemblances du récit et la vieillesse de leur héros pour en faire un blockbuster fier de son charme...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !