Caméra d'Or à Cannes, Murina est porté par la révélation Gracija Filipović

Drame / Né sous les auspices de la Cinéfondation cannoise, coproduit par Scorsese, primé à Avignon, Murina est reparti de la Croisette avec la Caméra d’Or. Une pêche pas si miraculeuse que cela pour ce premier long-métrage croate brûlé par le sel, le soleil et le désir de liberté d’une jeune sirène s’affranchissant de la tutelle tyrannique d’un père rétrograde.

Sur une île de Croatie, la jeune Julija vit sous la coupe d’Ante, un pater familias autoritaire avec lequel elle plonge chaque matin afin de chasser la murène. L’arrivée pour quelques jours de Javier, un richissime ami de la famille dont son père aimerait faire un associé dans un projet de complexe hôtelier de luxe, lui fait entrevoir un autre futur, hors de sa prison insulaire…

à lire aussi : Des classiques du bis et du genre pour Les Intergalactiques

Quelles que soient l’époque et la latitude, la recette demeure identique : c’est dans les vieux pots que l’on réussit les meilleures soupes — de poisson ou d’autres ingrédients. Ainsi, au cinéma, un scénario a-t-il de bonnes chances de toucher juste, voire à l’universel, en empruntant ses trames ou ses thèmes à l’immarcescible répertoire des contes. Antoneta Alamat Kusijanovic l’a bien compris pour Murina, où se mêlent avec pertinence plusieurs motifs familiers d’œuvres de Perrault, Grimm ou Andersen. Telle la figure de la jeune princesse cherchant à se libérer d’un paternel abusif enclin à gouverner sa destinée et la retranchant du monde en la conservant à ses côtés (Peau d’Âne), celle de l’ondine voulant quitter son milieu marin pour la terre ferme (la Petite Sirène) ; ou encore celle de la seule âme pure renvoyant un village entier à son attitude hypocritement servile devant un puissant (Les Habits neufs de l’Empereur).

Pour couronner le tout, la cinéaste transpose en version sous-marine cet authentique morceau de bravoure du romantisme allemand qu’est l’incontournable fuite nocturne en forêt de l’héroïne dans une magistrale séquence sombre et oppressante, offrant un contrepoint visuel absolu au reste du film, baigné par la lumière bleue et blanche de l’été adriatique. Elle constitue un moment d’angoisse particulièrement immersif, d’une rare intensité : on suffoque avec la jeune apnéiste.

à lire aussi : L'Institut Lumière lance un cycle de films muets accompagnés au piano

Un homme est passé

Si la narration de Murina se déroule strictement dans un présent réel ramassé correspondant au séjour de Javier, ce bref laps convoque en permanence deux niveaux temporels supplémentaires bien distincts, lui conférant une singulière profondeur. La ré-apparition de celui qui fut jadis à la fois le patron d’Ante et le soupirant malheureux de la mère de Julija contamine le présent, renvoyant tous les protagonistes à un passé hors champ, à un non-dit habituellement enfoui.

De la même manière que les plongeurs conduisent les murènes à se manifester en s’agitant autour de leur terrier, la seule présence de Javier donne lieu à l’évocation (ou l’exhumation) de drames anciens et de vieilles rancœurs : une tragédie ayant frappé l’île convoitée pour la création du complexe hôtelier ; les jalousie et frustrations de Ante — lequel exhibe pathétiquement sa discrète épouse comme le seul “trophée” que son rival n’aura pas eu. Parallèlement, la course des aiguilles semble s’accélérer pour Julija : cette parenthèse la voit évoluer et passer d’ado soumise à jeune femme rebelle, changeant de peau (et de maillot de bain) comme un animal mue. Ce qui aurait dû ou pu prendre des mois est catalysé en quelques jours grâce à l’irruption de cet oncle d’Amérique providentiel, et père idéal fantasmé.

Dévoilant une nouvelle autrice sur la carte du cinéma mondial, Murina révèle également un nouveau talent prometteur : Gracija Filipović, quasiment de tous les plans sur et sous l’eau. On serait très étonné que cette Caméra d’Or ne se transforme pas pour elle en billet transatlantique. Sans aucune inquiétude pour sa personne, vu son maniement du fusil-harpon : elle saura se défier des requins hollywoodiens.

★★★☆☆ Murina
Un film de Antoneta Alamat Kusijanovic (Cro-Slo-Bré-É-U, 1h36) avec Gracija Filipović, Danica Curcic, Leon Lucev… (sortie le 20 avril)

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Ecrans...

Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Vendredi 13 mai 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mardi 26 avril 2022 Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout...
Mardi 26 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été, Amanda…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Mardi 29 mars 2022 Retour sur Deathloop, sorti en septembre 2021 et récemment sacré meilleur jeu vidéo français lors de la troisième cérémonie des Pégases.
Mardi 29 mars 2022 Une compétition de huit films (dont le prometteur I’m your man venu d’Allemagne et l’Espagnol El buen patrón), un Panorama 2022 qui balaie jusqu’en (...)
Mardi 15 mars 2022 S’il y a une date à ne pas oublier, c’est bien celle du vendredi 17 mars à 20h — tant que vous y êtes, ajoutez le lieu, l’Aquarium Ciné-Café — jour où sera (...)
Mardi 1 mars 2022 Pour faire cesser les coups de son mari, une fan de kung-fu s’initie auprès d’un maître. Mabrouk El Mechri signe une proposition culottée (et forcément clivante) mêlant son amour du cinéma de genre à son intérêt pour les personnages déclassés. Un...
Mardi 1 mars 2022 Elle fut la dernière des manifestations d’envergure à se tenir à Lyon avant l’impromptu du premier confinement. Deux ans plus tard, alors que le spectre covidien semble refermer sa funeste parenthèse, Écrans Mixtes s’apprête à ouvrir une très...
Mardi 1 mars 2022 Tant qu’il y aura des livres, il y aura des films — le cinéma aimant autant la littérature qu'Alexandre Dumas l’Histoire. Pour preuve, voyez le soir (...)
Mardi 15 février 2022 Une semaine tout pile avant la cérémonie des César, le Lumière Terreaux propose vendredi 18 février à 20h15 de découvrir les cinq films concourant pour la (...)
Mardi 15 février 2022 Avec un regard de sociologue (et non de militant), Emmanuel Gras suit des Gilets jaunes à Chartres tout au long de leur engagement, signant un document édifiant sur les mécanismes paradoxaux animant n’importe quel groupe. Une étude de cas, une leçon...
Mardi 1 février 2022 Un ancien acteur X retourne dans son Texas natal et navigue entre son ex et une jeune serveuse. Une métaphore douce-amère d’une Amérique vivant dans la dèche, sur sa réputation et l’espoir permanent de se refaire la cerise sur le dos des autres…
Mardi 18 janvier 2022 Portant sur la mécanique pernicieuse du harcèlement scolaire et interprété par deux enfants déchirants de vérité, ce premier film miraculeux est une merveille de délicatesse autant qu’un tour de force de réalisation. Un choc absolu et sans nul...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !