Thierry Demaizière et Alban Teurlai : « on a fait le portrait d'une génération dont le hip-hop est le langage »

Allons enfants
De Stéphane Demoustier (Fr, 1h) avec Cléo Demoustier, Paul Demoustier...

Allons enfants / Le duo de cinéaste est de retour avec un nouveau documentaire consacré au seul établissement en France ayant intégré une section hip-hop ouverte à tous les profils d’élèves, le lycée Turgot de Paris. Ils ont suivi les élèves de cet enseignement particulier et stimulant durant une année scolaire. Explications à l’occasion des Rencontres du Sud d’Avignon.

Les danseurs dans Relève, Rocco Siffredi dans Rocco, les flux des pèlerins dans Lourdes et maintenant Allons enfants. Qu’est-ce qui vous fascine autant dans le fait de filmer des corps ?
Thierry Demaizière :
On est surtout portraitistes : ce sont des portraits, que ce soit des portraits individuels ou rentrer dans des univers et les découvrir que ce soit celui des pèlerinages à Lourdes ou ici celui du lycée Turgot à Paris. Rentrer dans des failles pour découvrir un monde et les raconter.

à lire aussi : Cédric Klapisch : « l’audace, c’était d’accepter les choses très simples »

Comment avez-vous choisi vos protagonistes ? Vous ne pouviez pas anticiper que certains réussiraient et pas d’autres…
TD :
Le casting est assez simple parce que le prof que l’on voit d’ailleurs au début du film reçoit les gamins en début d’année et il les interrogent. Nous ce qu’on cherchait, ce n’était pas forcément des gamins qui réussissent, mais des parcours de gosses en échec scolaire et à qui par l’outil pédagogique du hip-hop, le prof et le proviseur essayent de donner le goût du savoir. On cherche plutôt des histoires de gamins en difficulté ; le hip-hop est un peu le vecteur. On a fait le portrait d’une génération dont le hip-hop est le langage.

Alban Teurlai : On se positionne comme un “grand public” : quand on est arrivé à Lourdes pour le début du tournage, on n’avait jamais mis les pieds là-bas. Quand on arrive dans un balle hip-hop, on ne savait pas ce que c’était ; notre intention et notre attention, c’était de faire un film qui va nous parler, mais surtout de ne pas faire des films de spécialistes : on veut ouvrir pour que ça puisse intéresser les gens qui aiment le hip-hop, mais pas que. On veut que ce film parle aux jeunes, aux parents… Comme le disait Thierry, le hip-hop est un peu un prétexte pour parler d’autre chose. Et c'est souvent ce qu’on fait dans nos films : le thème n’est pas forcément ce que l’on va traiter.

Un cancre génial

Comment avez-vous réussi à obtenir leur confiance ? Il y a des prises de paroles extrêmement touchantes…
TD
: C’est lié à notre façon travailler. On commence avec de longs entretiens qui vont faire l’architecture de notre film. On les interroge pour savoir d’où ils viennent, où ils vont, ce qu’ils veulent faire et tout… Le seul qu’on a interviewé en fin de parcours et pas au début, c’est Nathanaël qui était un gamin qu’on avait pas repéré : sa première interview en début d’année n'avait rien donné. Et puis au fur et à mesure de l’année, avec ses retards le personnage est apparu comme un cancre génial et on l’a réinterviewé en fin d’année où il est prolixe. Mais les interviews sont quand même, en gros, le début de notre travail.

AT : C’est aussi un moyen de rentrer en contact avec eux, c’est-à-dire que dès lors que l’interview a eu lieu, on sait qu'ils sont, ils savent qui on est et je pense que c’est aussi rassurant et réconfortant pour eux parce qu’ils voient effectivement nos intentions — qui sont bienveillantes — et ça rend beaucoup plus simple après le rapport entre nous quand il s’agit de les filmer au quotidien. Parce que il y a déjà un lien qui s’est tissé.

Vous avez insisté sur le fait que vous étiez portraitistes. Il y a des portraits des lycéens à deux degrés : individuels lorsqu’ils présentent leurs freestyles, et puis des portraits de groupe quand le collectif se construit, apprend à travailler ensemble. Comment avez-vous observé cette fusion — qui se cristallise beaucoup autour du mot “déter“ ?
TD
: Le gros intérêt dans la danse quand il y a une création, c’est qu'au fur et à mesure que le processus créatif, avance le groupe se soude, il se passe des choses et à la fin, il y a un groupe qui danse. On l’avait vérifié avec avec Relève et ça s’est vérifié là aussi. Surtout avec ceux qui allaient au Championnat.

À quel moment s’opère la bascule ? Est-ce tangible ?
TD
: On le montre au montage mais c’est très lent.

AT : Il y a beaucoup de préseelctions avant la compétition et si on rentrait là-dedans, c’était presque un film à part entière. On a un peu accéléré la réalité de la situation parce qu’on avait besoin que le récit avance.

Avez-vous trouvé des similitudes entre les danseurs de l’Opéra de Paris et ces lycéens dans la manière d’aborder le travail du corps, la discipline, l’engagement ?
TD
: Je n’y ai pas pensé comme ça, mais non. Parce que les danseurs de l’Opéra, c’est des athlètes… (il hésite)

AD : Et ce sont des pros, déjà. Là, on est quand même avec des gens qui ont 15 ans. Ce qui nous avait frappé à l’Opéra, c’est qu’il y avait une sorte de de formatage des corps et l’idée que l’excellence passait par la souffrance, par la contrainte. C’est tout le contraire du process avec David — ce prof donc génial qu’on voit pendant tout le film — puisqu’il leur dit très tôt au début du film : « il faut que vous soyez heureux ». C’est d’abord un libératoire, on n'est pas là pour se faire mal, ni pour souffrir, mais pour “kiffer“, comme il dit.

TD : Nous on est admiratifs de ce prof. D’ailleurs, ils ne s’en sont pas rendu compte à quel point David était un prof aussi exceptionnel que ça. Maintenant, ils ont grandi, ils ont deux ou trois ans de plus et ils se rendent compte qu’ils ont eu un bol énorme de tomber sur lui. Il est sur toutes les balles ; même dans la compét’.

AD : Il est héroïque, vraiment. Et l’année où l’on a tourné avec lui, il n’a jamais perdu patience — et pourtant parfois quand il y a 20 ou 30 mômes qu’il faut tenir, je me disais qu’il allait s’énerver. Et jamais.

TD : Il est investi, il aime son métier, il aime les gamins. Même le proviseur : quand une élève décroche, il en est malade. C’est comme un échec personnel. C’est un grand proviseur en fin de carrière, lui a pris le risque des enfants comme ça dont il n’est pas sûr qu’ils iront jusqu’au bac (alors que les proviseurs sont notés sur les résultats au bac). Lui se fout de sa propre note.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 19 juin 2018 Sur les hauteurs de Lyon, dans un cadre champêtre et bucolique, la quatorzième édition du festival Démon d’Or prône la mixité et l’éclectisme. Au programme : les incontournables scènes dub et techno. Petit nouveau cette année, le hip-hop...
Mardi 20 juin 2017 Le festival de Miribel-Jonage a pris l’habitude de tabler sur des programmations éclectiques où le hip-hop règne en maître. C’est devenu une marque de fabrique. Tour d’horizon des rappeurs et beatmakers prêts à retourner les scènes de cette 19e...
Mardi 4 octobre 2016 Dans le creux de la grande vague électronique qui agite la France depuis un moment, le hip-hop reprend peu à peu ses aises sur la scène musicale. Père fondateur du genre, Ghostface Killah poursuit sa riche carrière, encore et toujours ancrée dans...
Mardi 21 avril 2015 ​Pionniers oubliés du jazz rap, les Jungle Brothers sont cette semaine en concert au Transbordeur. L'occasion de leur rendre une légitimité qu'ils ont eu la classe de ne jamais réclamer. Benjamin Mialot
Mardi 17 février 2015 La politesse commande que l'on tourne sept fois sa langue dans sa bouche avant de s'exprimer. Thimothy Parker, The Gift of Gab de son nom de scène, doit (...)
Vendredi 30 mars 2012 Hip hop / Pas besoin de s'appeler Olivier Cachin (le spécialiste français du rap, qui, pour l'anecdote, a fait ses premières armes chez Picsou Magazine) (...)
Jeudi 27 mars 2008 Pour sa cinquième édition, marquée par l'absence de géants du rap en guise de produit d'appel, le Festival hip-hop l'Original semble avoir revu ses ambitions à la baisse, même si la programmation, recentrée sur l'essentiel, reste dense, éclectique...
Mercredi 20 avril 2005 Musique / Sous la pression de quelques activistes américains, le rap a connu une poussée expérimentale qui a régénèré par contagion tous les autres genres, donnant naissance à des artistes hors-norme et des labels aventureux. État des forces en...
Mercredi 11 avril 2007 Festival / Le festival hip-hop l'Original entre dans la deuxième semaine, riche en événements, de son édition 2007. L'occasion de faire un point sur le combat mené par l'un des festivals hip-hop les plus complets et intègres de l'Hexagone. Stéphane...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter