Alexandre Cazac : « il n'y a pas de gens de droite chez Infiné, c'est clair ! »

Les 15 ans de Infiné Music / Infiné s'est installé durablement dans la famille des labels dont on suit aveuglément les choix au fil des sorties, sans se soucier du style — musiques électroniques, classique ou maloya — puisque l'on sait qu'une cohérence se construit sur la durée au sein d'un label comme celui-ci, comme chez Warp ou en France feu F Communication, et que les bonnes surprises seront nombreuses. À l'occasion des 15 ans du label, fêtés à Heat, rencontre avec le boss Alexandre Cazac, dans une bruyante brasserie de République à Paris. Magnéto.

Alexandre Cazac : C'est bizarre de célébrer un anniversaire en cette période. Le Covid nous a fait grandir, chez Infiné. Pourquoi ? Parce qu'on s'est un peu transformé en refuge pendant la pandémie, après ce moment de sidération générale au début. Mais après, des artistes sont venus nous voir en nous disant que vu qu'ils ne tournaient plus, ils avaient d'autres projets en cours. On a accueilli tout ça : on a vu que l'on avait un rôle à tenir, que c'était bien car le temps, c'est le bien le plus précieux pour un artiste. Pouvoir offrir du temps ? Merci le Covid !

à lire aussi : Encore : entre Rone et Saône

Ensuite, ceux qui avaient disparu — dans notre équipe, chez les artistes —, il a fallu leur dire : eh ! C'est pas parce que la tournée est annulée qu'il ne faut rien faire, viens, on va lancer quelque chose. Diverses, ces choses : des albums, des projets de bandes originales de films, des bandes sonores pour de la danse. Du coup, on a dû faire grandir notre équipe, parce qu'on s'est retrouvé avec beaucoup plus de projets que prévu.

Cette bizarrerie que j'évoque est encore renforcée par la situation en Ukraine : nous n'avons rien fait, pour l'instant, mais parce que nous ne savons pas quoi faire. Il y a quelque chose de très profond qui s'est passé qui ne nous laissera pas tels que nous étions. Ce qui nous réunit chez Infiné, avant tout c'est la musique bien sûr, mais tous, nous partageons des valeurs.

à lire aussi : Arandel, Bach to the future

Il y a quelques années, nous avions lancé les compilations Music Activists — aujourd'hui, c'est banalisé cet activisme dans la musique —, mais à l'époque ce n'était pas le cas et ça voulait dire notre engagement. C'est toujours ce qui nous unit, l'équipe comme les artistes. Nous croyons en l'apport de la création. C'est ce que l'on veut défendre et ce qui nous regroupe. Pour l'Ukraine, on n'a rien fait de visible, on n'a rien dit de fort, mais je sens que ce sont ces valeurs qui nous unissent encore sur ce sujet. En plus, à la veille d'un premier tour d'élection présidentielle. Mais ça va plus loin qu'un simple positionnement politique, même s'il n'y a pas de gens de droite chez Infiné, c'est clair !

Par contre, il y a plein de couleurs, des plus ou moins activistes, énervés. On croit en l'importance de la diversité, même si c'est devenu un gros mot, il mérite beaucoup plus de considération et de réflexion. Comme dans le milieu de la musique, au sein duquel des choses très troubles se passent : nous, petits indépendants de la culture, nous avons intérêt à nous serrer les coudes et à nous armer, nous protéger pour résister. Par exemple, sur le droit d'auteur, un énorme pilier sur lequel repose beaucoup de choses, ça fait longtemps que les GAFAM veulent s'y attaquer et là une grosse attaque est en train de se préparer. Car le métavers, il n'aime pas le droit d'auteur ! Et les NFT...

Parlons NFT et métavers. Certains artistes foncent, organisent des concerts dans le métavers. D'autres s'y opposent comme Nils Frahm ou Brian Eno qui a déclaré que « les NFT me semblent juste un moyen pour les artistes de participer un peu au capitalisme mondial. (...) Maintenant les artistes aussi peuvent devenir des petits cons capitalistes. »
Je suis club Brian Eno. Dans l'édition, il y a un contrat : on peut négocier un certain nombre de choses. Mais il y a aussi un certain nombre de choses qui sont non négociables. Comme les droits d'auteur en France, qui appartiennent aux ayants-droits jusqu'à 70 ans après la mort de l'artiste. Ça, on ne peut pas le négocier.

L'Europe devrait se bouger très vite sur le sujet. La blockchain, pourquoi pas : c'est intéressant, philosophiquement et intellectuellement. Mais il faut vite définir un cadre et intervenir là-dedans, parce que s'il y a des gens bien autour de ces sujets, il y a aussi des gros cow-boys.

L'autre gros sujet : l'artiste, depuis une quinzaine d'années, vit dans une espèce de trouble. Auparavant pour lui c'était assez simple : il sortait un disque, il avait un relevé des ventes physiques des disques vendus, il prenait un pourcentage. Aujourd'hui c'est compliqué : le physique existe toujours, le CD reprend du galon, il y a le digital — tout le monde parle du grand méchant Spotify — et maintenant les NFT.

Beaucoup de gens troublent la vision des artistes qui ne sont pas forcément des experts ni des hommes d'affaire. Quand Kanye West dit qu'il a trouvé un moyen de retrouver sa liberté en vendant un petit player à 250 $, dans lequel il y a son nouvel album... Son discours c'est : "les artistes se font exploiter, je me libère de ça". C'est nul ! Mais ça trouble un tout jeune artiste qui peut avoir envie de se lancer dedans.

Le futur de la création est mis en péril. Parce que ça manque de cadre. Tu es ado, tu n'as pas de perspective pour te dire que tu vas vivre de ton art, beaucoup moins qu'avant. C'est très flou, car beaucoup trop de gens parlent. Comme Daniel Ek le patron de Spotify qui dit des conneries au kilomètre. Dès qu'il ouvre la bouche c'est une connerie. Sauf que j'ai changé d'avis : Spotify n'est pas le grand méchant loup.

Spotify a créé un business là où il n'y en avait plus. Bien sûr qu'il est débile et qu'il y a certainement mieux à faire. Mais il y a des règles chez eux : un titre diffusé touche quelque chose. Il respecte le droit d'auteur. Les nouveaux venus qui arrivent, eux, ne respectent rien : ils veulent créer leurs propres règles. Le Covid a révélé, en grande partie, une chaîne de production qui s'était désarticulée, notamment avec le live qui avait pris une énorme importance. On pensait que la partie production, c'était pour faire briller la vitrine pour les concerts...

Vous parler de Kanye West qui décide de vendre son disque seul. C'est l'inverse de Infiné où des artistes vendent, ont du succès, restent chez vous et permettent de financer les jeunes pousses que vous repérez. Une forme de financement vertueux ? Est-ce que c'est compliqué, aujourd'hui, de garder ces artistes à succès ou, comme pour un club de football, ces joueurs phares partent toujours chez un plus gros ?
C'est un très bon sujet. Premier truc, Kanye West c'est aussi politique : car Spotify, ça reste ultra démocratique. J'ai signé des Nigérians : ils connaissent certaines musiques qu'ils n'auraient jamais connues, il y a dix ans, car ils ont une plateforme qui leur donne accès à toute la musique. C'est à l'opposé de tout ce que proposent les petits gars capitalistes dont parle notre ami Brian Eno. C'est intéressant, personne n'en parle. Et c'est génial : le digital a tout rendu accessible, y compris aux gens qui n'ont pas d'argent !

Ensuite, garder les artistes. On a bénéficié de chance, bien entendu. Mais c'était dans ma volonté initiale quand j'ai monté ce label. J'avais travaillé, avant, dans d'autres gros labels où il y avait une stabilité et une vraie fidélité. Les choses se construisaient dans la durée. On ne l'a pas réussi à tous les coups chez Infiné : on a perdu Francesco Tristano. Il est parti chez Deutsche Grammophon : comment tu veux que je dise non à un jeune pianiste ? Nous aussi on a pris un peu de lumière grâce à ça. J'étais fier pour lui.

Apparat, il est parti chez Mute, le label de Depeche Mode et de Nick Cave, à l'époque où nous étions tout bébé. C'était notre deuxième album... Après, on a eu la chance de grandir et d'accompagner certains de nos artistes : Rone est notre moteur, bien évidemment. On a grandi avec lui. Je suis sûr que l'on se tire les uns et les autres. Moi je vais le pousser à tenter des choses, il a alors son petit sourire et laisse faire, comme pour notre première Philharmonie ou pour aller au Théâtre du Châtelet.

Quand ça marche et qu'il ramène un César à la maison, on est ravi et ça tire tout le monde vers le haut ! Nous avons la chance d'avoir cet artiste qui a le sens de l'échange ultra vertueux. C'est vrai avec beaucoup d'autres de nos artistes même si c'est Rone qui nous ouvre beaucoup de portes. C'est grâce à des réussites de cet ordre que l'on peut rester dans notre postulat de départ qui est la diversité : on n'accueille pas vingt clones de Rone sur le label.

Il y a des lignes qui nous portent

Est-ce que vous avez déjà refusé des artistes que vous trouviez très bons, uniquement parce qu'ils ressemblaient à d'autres déjà présents sur votre catalogue ?
Oui. Il y a deux ou trois trucs qui sont devenus connus, mais je n'ai jamais eu de gros dilemne au moment du choix. Je reviens sur notre ADN : on avait cette idée de faire quelque chose qui dure, d'être de bons artisans, comme on l'a fait dès le premier disque avec Francesco Tristano. C'est pour ça qu'il a été le déclencheur de notre histoire. Ce mec-là, un pianiste qui fait une cover de Autechre et une autre de Derrick May, à l'époque c'était surprenant et vraiment quali — maintenant, des covers, il y en a partout.

Mais ce sont ces rencontres qui nous construisent : on n'avait pas prévu d'avoir Gaspar Claus et Pedro Soler, ce n'était pas écrit dans notre programme. Par contre, c'était dans la logique de réunir des gens avec qui on partage des valeurs et je suis très fier de ces deux disques hors du temps.

Aujourd'hui on continue : on a démarré avec un pianiste, on continue d'avoir du piano, de la musique électronique, on travaille aussi sur des albums vocaux, ce qui était impensable à nos débuts. On y est venu doucement. Tristano, grâce à lui on a eu Aufgang. Parce qu'on a eu Aufgang, on a eu Bachar Mar-Khalifé, grâce à lui on a eu Deena Abdelwahed et par elle, on a eu Sabrina Bellaouel... Il y a des lignes qui nous portent.

On veut rayonner dans le monde

Léonie Pernet, son disque devait sortir chez Kill the DJ qui a fermé, avant d'atterrir chez vous : vous suiviez déjà cette artiste ?
On aimait beaucoup Kill the DJ. Léonie, j'avais repéré son premier EP. Et elle est arrivée avec cet album presque fini à 80%. J'ai juste ramené Butterfly qu'elle ne voulait pas mettre. Ça faisait sens, c'était très électronique avec un son très 1990 post The Hacker, que forcément on aime bien. Elle nous a emmenés, de là, vers son dernier album... et c'est là que l'on grandit avec nos artistes : elle nous a dit qu'elle avait beaucoup de titres chantés en français. C'est vrai qu'il y a dix ans, on n'aurait pas dit oui alors que là, si.

Dans notre ADN, il y a "famille", "artisans" et aussi "international". On est petit mais on veut rayonner dans le monde, à l'image de nos grands frères comme Warp et Ninjatune. C'est notre ambition, mais on n'y arrive pas toujours.

Qui sont ces labels grands frères et comment vous ont-ils inspirés ?
Il y a ceux avec qui j'ai travaillé et que j'aime toujours, Ninjatune et Warp. J'en profite pour saluer la mémoire de Mira Calix qui vient de nous quitter. Elle était là, tout le temps, nous envoyait un petit mot sur certains de nos disques. Elle nous a éclairé aussi, via son electronica avec des petits nœuds dans la musique classique. Elle nous avait encouragé par ce qu'elle avait fait en tant qu'artiste et avait continué à le faire par des petits signes.

ECM a toujours été un label de référence, car ils ont fait des ponts, ils ont osé des transversales. Ou encore CTI Records, le label de Creed Taylor, sur lequel on retrouve les titres reggae de Nina Simone par exemple. C'était un producteur qui avait son studio et le travail sur le son était primordial. C'est là qu'il nous inspire : le son est toujours très important chez nous, on a une grosse exigence.

J'ajoute "innovation" à notre ADN : ça fait bien longtemps que l'on travaille sur la multi-diffusion, le binaural, on travaille avec l'IRCAM. On a sorti notre premier album en Dolby Atmos avec Vanessa Wagner, l'un des plus dingues que l'on ait sorti au niveau du son.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 3 mai 2021 Oui – trois fois youpi ! – les Nuits de Fourvière auront bien lieu cette année en juin et juillet. Avec au menu, une édition quelque peu adaptée – horaires, jauges, mesures barrières – mais surtout une édition en vrai, avec des gens. On vous...
Mardi 10 mars 2020 Hormis un spectacle d’ouverture sans grand suspens ("Message in a Bottle"), la programmation arts vivants de cette édition des Nuits de Fourvière s’annonce de très haut vol avec notamment la crème de l’émergence en théâtre et deux pépites absolues...
Mardi 21 janvier 2020 En donnant sa vision personnelle et électro-pop de la musique de Bach, Arandel livre, avec InBach une sublime profession de foi de ce que doit être la musique : une matière vivante, un phaéton temporel autant qu'une créature mutante. Et au passage...
Mercredi 6 février 2019 La programmation de Nuits sonores est presque intégralement dévoilée, et l'on note une nouvelle évolution avec l'arrivée de la pop au sein du festival, avec Charlotte Gainsbourg et Flavien Berger. La révélation Nova Materia, le duo Tony Allen &...
Mardi 8 janvier 2019 Revoici Rone, décidemment sensible au public lyonnais, qui cette fois vient fêter les six ans du promoteur Encore, l'agitateur de nuits technophiles (...)
Jeudi 12 juillet 2018 Un brave toiletteur pour chiens et une brute qui le traite pis qu’un chien sont au centre de "Dogman", le nouveau conte moral de Matteo Garrone. Une histoire italienne d’aujourd’hui récompensée par le Prix d’interprétation masculine à Cannes pour...
Mardi 3 avril 2018 Tout semblait les opposer mais tous les a ramenés l'un vers l'autre, à commencer par une troublante histoire familiale aux ramifications portugaises. Le violoncelliste Gaspar Claus et le chanteur danois d'Efterklang Casper Clausen en ont tiré un...
Lundi 30 octobre 2017 La première édition du Petit Bulletin Festival s'est achevé ce dimanche 29 octobre en La Chapelle de la Trinité. Une première réussie avec trois concerts complets mais surtout trois moments hors-du-temps dans la droite ligne de l'ambition du...
Mardi 13 juin 2017 C'est décidé ! Nous lançons notre propre festival, en partenariat avec nos amis de Rain dog productions et en coréalisation avec Les Grands Concerts ! La suite logique des PB Live itinérants, qui se sont baladés dans la cité depuis novembre 2013,...
Mardi 15 novembre 2016 À l’occasion des 6e Journées Cinéma et Psychiatrie organisées par la Ferme du Vinatier, le Comœdia accueille une projection-débat autour d’un film collant (...)
Lundi 31 octobre 2016 C’est l’une des nouveautés de la rentrée dans les CNP-Cinémas Lumière (on ne sait plus comment les appeler) : le retour des projections du samedi minuit aux (...)
Mardi 27 septembre 2016 On a trouvé un remède à la morosité ambiante : L’île fleurie, une fable illustrée ultra-joyeuse contant les aventures rock’n’roll de personnages tous plus barrés les uns que les autres, à lire dès le 1er octobre.
Mardi 12 janvier 2016 À force d’ausculter le travail, les rapports de hiérarchie et les questions de libre arbitre, il fallait bien qu’un jour Joël Pommerat ose affronter les prémices de la liberté et de l’égalité des droits. En 4h30, il revient aux origines de la...
Mardi 29 septembre 2015 De mémoire de rats de salle de concert, cette rentrée musicale est l'une des plus chargées que la ville ait connue. Qu'à cela ne tienne, ce ne sont pas dix concerts que nous vous avons tagués comme "incontournables" cette année, mais une vingtaine....
Mercredi 1 juillet 2015 De Matteo Garrone (It-Fr-Ang, 2h13) avec Salma Hayek, Vincent Cassel, Toby Jones…
Mardi 12 mai 2015 Le troisième album de Rone, "Creatures", est exaltant et passionnant en tous points. Production très soignée, collaborations étincelantes, ambiances musicales féériques, il confirme qu'il est le diamant brut de l'électro française du XXIe siècle. On...
Mercredi 11 février 2015 Ouvert sur le monde et recentré sur la musique électronique. Tel s'annonçait Nuits Sonores 2015 à la découverte de sa programmation de jour. Tel s'affirme le festival à l'heure de dévoiler son pendant nocturne. Benjamin Mialot
Mardi 20 mai 2014 David Cronenberg signe une farce noire et drôle sur les turpitudes incestueuses d’Hollywood et la décadence d’un Los Angeles rutilant et obscène. Un choc ! Christophe Chabert
Mardi 18 mars 2014 Points culminants d'une édition d'A Vaulx Jazz centrée sur le piano et la voix, ce sont quatre volcans monumentaux de l'histoire musicale qui rendront A Vaulx Jazz visibles de très loin. Éruption imminente, dans un Centre Charlie Chaplin qui promet...
Jeudi 10 octobre 2013 Au sein de sa pléthorique programmation, et grâce à l’implication de son Prix Lumière Quentin Tarantino, le festival Lumière fait la part belle aux redécouvertes. Cinéastes, acteurs et même chefs opérateurs, voici quelques-uns de ces soldats...
Jeudi 4 juillet 2013 Séquence émotion au cours du dernier festival de Cannes : en séance de clôture de Cannes Classics, Alain Delon vient présenter la version restaurée de Plein Soleil (...)
Mercredi 20 février 2013 Au moment de lever le voile sur le volet diurne de Nuits Sonores 2013, les équipes d'Arty Farty étaient si ric-rac que c'est avec des valises oculaires éligibles à une "franchise bagages supplémentaires" qu'elles ont animé la conférence de presse...
Jeudi 7 février 2013 Les héros tchekhoviens par définition s’ennuient. Mais plutôt que d’étirer le temps, l’Argentin Daniel Veronese l’accélère jusqu’à l’étourdissement dans une version énergique et vivace de "La Mouette" rebaptisée "Les Enfants se sont...
Mardi 5 février 2013 De Brandon Cronenberg (Canada, 1h48) avec Caleb Landry Jones, Sarah Gadon…
Vendredi 4 janvier 2013 La rentrée théâtrale 2013 démarre sous des auspices dont aucun curieux (amateur ou – et surtout - réfractaire) n’osait rêver : Robert Lepage puis Thomas Ostermeier sont parmi nous en janvier. S’ensuivront de bons restes d’Avignon, des argentins...
Jeudi 15 novembre 2012 Hourra ! C’est le retour de L’Épouvantable vendredi cette semaine à l’Institut Lumière, dans une formule allégée à deux films au lieu de trois. Pour cette (...)
Vendredi 5 octobre 2012 Alors que son deuxième album sortira trois jours après son live à La Plateforme, Rone nous confirme déjà que la musique électronique est toujours capable d’immenses surprises. Et que le label InFiné sait décidément en flairer les plus beaux...
Mardi 25 septembre 2012 Entre satire de la télé réalité, comédie napolitaine façon Pietro Germi et portrait stylisé d’un individu au bord de la folie, le nouveau film de Matteo Garrone séduit par ses qualités d’écriture, de mise en scène et par la performance hallucinée de...
Vendredi 14 septembre 2012 Des lieux reliftés, de nouvelles soirées périodiques, des anniversaires, des parties pour happy few... Le calendrier de la rentrée rock a beau être chargé, il passe, à côté de celui de la rentrée électro-urbaine, pour l'agenda d'un garde-forestier...
Vendredi 25 mai 2012 Après A dangerous method, David Cronenberg signe une adaptation fidèle et pourtant très personnelle de Don De Lillo. Entre pur dispositif, théâtralité assumée et subtil travail sur le temps et l’espace, un film complexe, long en bouche et au final...
Vendredi 25 mai 2012 Les frères Weaver, Nathan et Aaron de leurs prénoms, ne sont pas nés dans un coin reculé de Norvège, mais dans la verdoyante capitale de l'État de Washington, (...)
Dimanche 6 mai 2012 Même si son œuvre monumentale à la Sucrière a nécessité 6 000 pelotes de laine, tout ne tient qu’à un fil chez Chiharu Shiota : celui que les Anciens disaient relier l’âme à l’au-delà et qu’aujourd’hui on pourrait voir comme constituant le réseau...
Jeudi 16 février 2012 Ceci n’est pas un classique mais presque un soap-opéra théâtral qui emporte tout sur son passage. Avec "Le Cas de la famille Coleman", Claudio Tolcachir démontre une nouvelle fois que le théâtre argentin ne manque pas d’air. Nadja Pobel
Dimanche 29 janvier 2012 La synergie entre Positif et l’Institut Lumière, devenue co-éditrice de cette excellente revue, continue avec la nouvelle programmation de la rue du (...)
Mercredi 14 décembre 2011 La rivalité entre Freud et son disciple Carl Gustav Jung, un sujet complexe mais idéal pour David Cronenberg, qu’il rend passionnant pendant 45 minutes, avant de laisser la main à son scénariste, l’académique Christopher Hampton. Christophe Chabert
Dimanche 20 novembre 2011 Dans le cadre des journées professionnelles «Cinéma et psychiatrie», l’Institut Lumière organise une soirée ouverte à tous le mardi 29 novembre à 20h. Heureuse (...)
Vendredi 25 mars 2011 Film du mois dans la Ciné-collection du GRAC, "Le Feu follet" de Louis Malle (à qui l’Institut Lumière rendra aussi hommage ce trimestre) est un magnifique portrait de son acteur, Maurice Ronet, aussi énigmatique que mésestimé. Christophe Chabert
Jeudi 4 décembre 2008 Héritiers des Gauchos argentins, les treize centaures masculins de la Compagnie Pampa Argentina déboulent au galop au Toboggan jusqu’au 13 décembre. Ils y (...)
Mercredi 20 septembre 2006 Musées / Le Musée des Confluences verra-t-il le jour avant le 3e Millénaire ? Telle est la question que l'on peut légitimement se poser à propos d'un musée annoncé (...)
Mercredi 14 novembre 2007 Analyse / Avec Les Promesses de l'ombre, Cronenberg pose pour la deuxième fois sa caméra en terre anglaise, après son glacial et radical Spider. Pourtant, (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter