Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

Balade entre le lac Léman et Chablais

Haute-Savoie / Un bon quart des rives du lac Léman se trouvent en France. Cap sur les tranquilles (au printemps) Yvoire, Thonon et Evian. Et sur le massif du Chablais auxquelles ces cités s’adossent et qui n’est pas par hasard classé Geoparc UNESCO.

72 km de long, jusqu’au 13 de large, le lac Léman est une petite mer au cœur de l’Europe et le plus grand de la partie occidentale du continent. 58 km de ses rives sont en France (contre 142 en Suisse). Réserve d’eau douce il fournit 90% de l’eau potable du canton de Genève. Particulièrement habité sur ses bords, son eau n’en reste pas moins d’un bleu translucide stupéfiant.

à lire aussi : Visiter le Bugey ancestral

Yvoire

Toute petite cité en proie à un tourisme très dense dès le retour du soleil, Yvoire se visite rapidement mais avec un vrai plaisir dans ses quelques ruelles piétonnes et pavées datant du début du XIVe siècle. Échoppes d’artisans, restaurant, café et vendeurs de glaces occupent les pas de portes avant que ne se dévoile le lac sur lequel il est possible d’avancer grâce à une courte jetée.

Un château privé est toujours préservé ainsi que des morceaux de remparts. Le châtelain a ouvert à ses pieds un jardin des 5 sens, promenade au milieu de bosquets bien taillé avec plantes alpines, médicinales ou encore un camaïeu de bleus (14€ par adulte) classé Jardin Remarquable par le Ministère de la Culture.

à lire aussi : Par monts et par volcans


Thonon-les-Bains

Ville la plus peuplée du Léman côté français (35 000 habitants), Thonon se découpe entre son haut (la vieille ville, les commerces) et le bas (les résidences privées mais aussi son port et les restos attenants qui lui donnent des airs de bord de mer). Il est possible de relier de l’un à l’autre à pied via la place Jean-Moulin. Un funiculaire part également de la belle esplanade de l’encorbellement de la rue Michaud et débarque sur le port du pêcheur, d’où l’on peut rejoindre Lausanne en 50 minutes via le bateau N2 de la Compagnie générale de Navigation (Suisse) pour 15€ l'aller. C’est sur ce port que les pêcheurs vendent au petit matin les ombles chevalier, féras et perches attrapées au large.

La ville est marquée par les réhabilitations architecturales du XXe siècle quand elle devient une station thermale renommée. C’est, entre autres, un certain Maurice Novarina qui va lui donner ses atours, notamment en dessinant la maison de la culture (actuelle scène conventionnée dite Maison des Arts du Léman). Père de l’écrivain Valère Novarina, il a aussi imaginé le Viaduc de Nantua. Ce Thononais s’est vu confier dans les années 60 le défi de construire un quartier neuf sur les anciens habitats vétustes et rasés : le quartier central de la Rénovation entre la Grande rue et l’avenue du Léman : des ilots en ligne brisées autour d’espaces verts.

à lire aussi : Se surex-poser à Lélex


Évian-les-Bains

Distante de seulement 10 km de sa voisine de l’ouest, Evian regorge de trésors architecturaux mais n’en reste pas moins abordable, même financièrement. Ici la vieille ville lèche le lac et le funiculaire mène sur les hauteurs et les grands hôtels des curistes. Remis en service récemment, il fonctionne gratuitement de mai à septembre.

Sur la promenade ultra fleurie, se trouve l’une des maisons de Louis Lumière, père des fameux frères qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celles de Lyon. Elle abrite la mairie depuis 1927. Juste à côté, le somptueux Palais Lumière, établissement thermal jusqu’en 1984 qui s’est mué en espace culturel accueillant des expos d’art contemporain. Picasso et Chagall sont passés par là. C’est le peintre et directeur artistique des films de Cocteau, Christian Bérard (1902-1949), qui est à l’affiche jusqu’au 22 mai. La suivante sera consacrée aux dessins des collections du Musée d’Orsay, Les Arpenteurs de rêves, du 25 juin au 1er novembre.

Ce Palais est un bijou d’Art nouveau avec ses vitraux classés à l’inventaire des Monuments historiques. Et pour les amoureux de ce courant de la Belle Époque, la visite mène aussi à la Buvette Cachat (en rénovation au moins jusqu’à fin 2023), splendide salle toute en courbes inaugurée en 1905 et vitrine mondiale des eaux d’Évian qui coulent à diverses fontaines mosaïquées attenantes où vous pouvez remplir vos bouteilles.

Cette source Cachat porte le nom du propriétaire du jardin dans laquelle elle coulait fin XVIIIe. Aujourd’hui cette eau minérale appartient au groupe Danone. L’usine d’embouteillage se visite.

Palais Lumière
Quai Besson
T. 04 50 75 04 26
Ouvert tous les jours de 10h à 18h sauf lundi et mardi matin ; 6€ à 8€

Hôtel de Ville
2 rue Source-de-Clermont
Visite libre du hall, du grand salon et du salon doré de 9h à 11h et de 13h30 à 17h en semaine toute l'année


Balades dans le Chablais

Le Géoparc du Chablais est l’un des sept que l’UNESCO a repéré sur le territoire métropolitain français. Il présente la particularité d’être le sol de la formation des Alpes il y a 245 millions d’années. Pas besoin d’aller bien loin dans le Chablais pour avoir une vue spectaculaire sur le lac et les Alpes. Pas même besoin de voiture parfois. C’est le cas pour deux randonnées que l’on vous conseille car elles se font essentiellement en pâturage. Notre ami Visorando vous précisera tout.

  • Mont d’Hermones et montagne des sœurs. Départ à Vailly au lieu-dit La Côte. 480 mètres de dénivelé et 4h de marche, 9, 15 km durant lesquelles bien suivre les indications de l’appli. Pause pique-nique idéale à la chapelle des Hermones à 1326 m qui permet de s’abriter du vent. Vue imprenable sur le lac et la Suisse. Départ accessible aussi avec le bus Y03 ou Brev’bus Bellevaux-Thonon, arrêt La Côte HLM. Il faut grimper un kilomètre sur le bitume avant d’arriver au point de départ réel.
  • Pointe de Miribel en boucle à partir de la Glappaz. Départ du hameau de la Glappaz, à côté de la commune d’Habère-Poche. 393 m de dénivelés et 3h de marche pour 7, 5 km. Cette boucle, plus fléchée que la précédente, conduit à la pointe de Miribel ou le panorama s’ouvre à 360° notamment sur la dent d’Oche qui a inspiré le logo de l’eau d’Evian. Le Mont-Blanc n’a jamais paru si proche et le lac est à 20 km à vol d’oiseau. Redescente par un chemin de croix et à travers les champs !

Où manger ?

À l’ombre des marronniers. Resto du Logis de France où l’on peut dormir aussi. Deux menus imparables 100% maison à manger sous la verrière ou dans la salle. Pour 28€, des rillettes de saumon ultra copieuses, un pavé de cabillaud avec des légumes de saison fondant ou un filet de canette et un choix de desserts, tous énormes ! Possibilité aussi de la jouer savoyard avec une fondue (19€) ou cette spécialité qu’est le Berthoud (19€). What else ?
17 place de Crête, Thonon
T. 04 50 71 26 18

Les Cochonneries du Général. Moins gastro que sa maison-mère voisine La Brasserie du Général, ce bar à vin sert aussi de copieux plats dont bien sûr le Berthoud, des salades et des pizzas. Parfait pour dépanner quand tout est complet.
68 Grand rue, ​Thonon
T. 04 50 16 80 16


Où dormir ?

À l’ombre des marronniers. Ce logis de France est parfait. Pas annexé par une chaine hotellière sans âme, avec ses escaliers recouverts de moquette et l’odeur du bois, chambre petite mais très agréable à prix tout doux (72€ la nuit). À une minute à pied de la gare avec parking gratuit si besoin.
17 place de Crête, ​Thonon
T. 04 50 71 26 18


Où acheter des produits locaux ?

Fromagerie du Noyer. Paradis du fromage dans cette région de Savoie qui compte 10 AOP et IGP à commencer par l’Abondance (16, 90€/kg) mais aussi de la tomme de Savoie maigre au lait cru ou le vacherin fribourgeois voisin.
8 Grand rue, ​Thonon
T. 04 50 81 35 02

76 rue Nationale, Évian
T. 04 50 04 98 86


Comment y aller ?

En train : Lyon-Thonon (TER, 2h51 via Bellegarde-sur-Valserine, entre 33, 80€), Thonon-Evian (TER 8 min, 2, 70€)

En voiture : Lyon-Thonon-les-Bains (2h16, 183 km et 17, 10€ de péage ; 3h57 et 186 km sans autoroute)


Où se renseigner ?

Évian : Place de la porte d’Allinges / T. 04 50 75 04 26 / En mai, juin, septembre, du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 18h30, samedi de 9h à 12h30 et de 14h à 18h, dimanche de 10h à 12h et de 15h à 18h ; juillet-août du lundi au vendredi de 9h30 à 18h30, samedi et dimanche de 10h à 18h

Thonon : 2 rue Michaud, Château de Sonnaz / T. 04 50 71 55 55 / Ouvert en avril, mai, juin et septembre, octobre, du lundi au samedi de 9h à 12h15 et de 13h45 à 18h30 ; juillet-août, du lundi au samedi de 9h à 18h30

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 21 juin 2006 Musique / Cette année encore, chouette panorama sonore proposé par le festival. Des acrobaties de platines de Birdy Nam Nam aux collages cinématico-hip-hop (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter