“On vous ment” prêche le vrai par le faux

Documenteur / Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout prendre pour argent comptant dans ce que l’on nous fait voir ici ou là ?

Faisons amende honorable : lors du lancement de ce festival lyonnais du documenteur au printemps 2016 — année qui allait voir l’élection de Donald Trump et le triomphe de la post-truth, des “vérités alternatives” et du complotisme le plus grossier avec l’aide de canaux médiatiques dévolus à la fabrique de l’idiocratie — on doutait un peu de sa faculté à se renouveler, une fois le fonds patrimonial exploré.

à lire aussi : "Les Passagers de la nuit" de Mikhaël Hers : bonnes ondes

Et puis, le genre a prospéré en ces temps propices à la manipulation des images, où le deepfake n’en est qu’à ses balbutiements. De “kolossal” canular, le mokumentaire/documenteur s’est transformé en outil critique commun, interrogeant par l’absurde ou la causticité la conscience du spectateur "en même temps" que le sujet qu’il explore.

Sa seule limite repose sur la crédulité grandissante de certaines foules promptes à prendre pour argent comptant et sans le moindre recul toutes les images allant dans le sens de leurs obsessions. Puisse le titre sulfureux de ce festival les attirer… et les faire réfléchir !

à lire aussi : Le Paradox, un lieu d'échange

La vérité, c’est dense

Tête de gondole et soirée d’ouverture de cette édition le jeudi 5 mai, l’immarcescible C’est arrivé près de chez vous (1992) fêtera ses trente années d’humour noir et belge en compagnie de l’un de ses trois auteurs, le réalisateur André Bonzel — dont Et j’aime à la fureur avait été présenté l’an dernier. Ce portrait d’un tueur en série namurois n’a pas pris une ride et reste aussi féroce que désopilant.

Suivront dans un calendrier chargé de deux jours : la première française de M.O.M (Mother of Monsters) de Tucia Lyman, The Medium de Banjong Pisanthanakun (produit par le Coréen Na Hong-jin), La Estrella Roja de Gabriel Lichtmann, Extro de Naoki Murahashi et en clôture un slasher, Behind the mask de Scott Glosserman.

On n’omettra pas une carte blanche accordée à Éric Peretti autour du Long Shot (1978) de Maurice Hatton — un “métafilm“ dans lequel sont crédités notamment Wim Wenders, Stephen Frears et Alan Bennett —, ni la compétition de courts-métrages départagés par un éclectique jury où figurent l’archéologue Clotilde Chamussy et deux comédiens : Roxane Bret ainsi que l’excellent Philippe Morier-Genoud.

On notera pour finir qu’en sus des projections, des rendez-vous débat et musique se tiendront dans un bar associatif au nom bien trouvé, Le Paradox (Lyon 1er), désigné comme QG du festival.

On vous ment !
Au Comœdia, au Zola et aux Cinémas Lumière ​du jeudi 5 au dimanche 8 mai

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Ecrans...

Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Vendredi 13 mai 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mardi 26 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été, Amanda…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Mardi 29 mars 2022 Retour sur Deathloop, sorti en septembre 2021 et récemment sacré meilleur jeu vidéo français lors de la troisième cérémonie des Pégases.
Mardi 29 mars 2022 Une compétition de huit films (dont le prometteur I’m your man venu d’Allemagne et l’Espagnol El buen patrón), un Panorama 2022 qui balaie jusqu’en (...)
Mardi 15 mars 2022 S’il y a une date à ne pas oublier, c’est bien celle du vendredi 17 mars à 20h — tant que vous y êtes, ajoutez le lieu, l’Aquarium Ciné-Café — jour où sera (...)
Mardi 1 mars 2022 Pour faire cesser les coups de son mari, une fan de kung-fu s’initie auprès d’un maître. Mabrouk El Mechri signe une proposition culottée (et forcément clivante) mêlant son amour du cinéma de genre à son intérêt pour les personnages déclassés. Un...
Mardi 1 mars 2022 Elle fut la dernière des manifestations d’envergure à se tenir à Lyon avant l’impromptu du premier confinement. Deux ans plus tard, alors que le spectre covidien semble refermer sa funeste parenthèse, Écrans Mixtes s’apprête à ouvrir une très...
Mardi 1 mars 2022 Tant qu’il y aura des livres, il y aura des films — le cinéma aimant autant la littérature qu'Alexandre Dumas l’Histoire. Pour preuve, voyez le soir (...)
Mardi 15 février 2022 Une semaine tout pile avant la cérémonie des César, le Lumière Terreaux propose vendredi 18 février à 20h15 de découvrir les cinq films concourant pour la (...)
Mardi 15 février 2022 Avec un regard de sociologue (et non de militant), Emmanuel Gras suit des Gilets jaunes à Chartres tout au long de leur engagement, signant un document édifiant sur les mécanismes paradoxaux animant n’importe quel groupe. Une étude de cas, une leçon...
Mardi 1 février 2022 Un ancien acteur X retourne dans son Texas natal et navigue entre son ex et une jeune serveuse. Une métaphore douce-amère d’une Amérique vivant dans la dèche, sur sa réputation et l’espoir permanent de se refaire la cerise sur le dos des autres…
Mardi 18 janvier 2022 Portant sur la mécanique pernicieuse du harcèlement scolaire et interprété par deux enfants déchirants de vérité, ce premier film miraculeux est une merveille de délicatesse autant qu’un tour de force de réalisation. Un choc absolu et sans nul...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter