Alain Françon : « Godot c'est Godot. Point. »

En attendant Godot

Théâtres romains de Fourvière

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Théâtre / C’est un des plus grands metteurs en scène français encore en activité. Remis miraculeusement d’une attaque à l’arme blanche dans les rues de Montpellier il y quatorze mois, Alain Françon retrouve Beckett et cette pièce immense qu’est En attendant Godot. Rencontre avant la création aux Nuits de Fourvière.

Vous avez monté Fin de partie en 2011, pourquoi se pencher maintenant sur Godot ?
Alain Françon : Beckett est un auteur qui m’accompagne depuis très longtemps. Quand j’étais jeune, la première mise en scène que j’ai faite dans un groupe moitié amateur, moitié professionnel, c’était déjà Fin de partie. Ça remonte à loin ! Quand j’étais au Théâtre de la Colline, j’ai beaucoup travaillé sur des auteurs comme Edward Bond qui détestait particulièrement Beckett pour des tas de raison que je n’ai pas le temps d’expliquer. Donc, je me suis éloigné de Beckett.

 lire aussi : Nuits de Fourvière : Tartuffe, droit au but

Et il y a eu la proposition d’un théâtre privé [NdlR : La Madeleine] de remonter Fin de partie, Luc Bondy l’a vu et a voulu le reprendre quand il a ouvert sa première saison à l’Odéon. Le spectacle a donc joué dans le privé et dans un théâtre national. Ensuite j’ai remonté La Dernière bande et j’ai fait deux versions du Dépeupleur.

Quel Godot avez-vous en tête ? Beckett dit lui-même que tout est déjà dans le texte.
Beckett a mis en scène lui-même ses pièces et j’ai eu la chance d’avoir accès à toutes ses notes. C’est très important pour moi de savoir comment Beckett regardait sa pièce. Ce qui est publié aux éditions de Minuit n’est donc pas juste, car quand Beckett a eu fini de monter Godot, il a dit « c’est ça le texte qu’on doit jouer ». Il y a énormément de coupes, toutes les didascalies sont différentes. C’est tout à fait autre chose. C’est l’objet de son travail final et c’est d’une intelligence absolument sublime. Je trouve que c’est un peu paresseux qu’on ne le republie pas, mais bon je ne suis pas éditeur…

J’ai rien à dire de Godot. Un des textes fondamentaux de Beckett s’intitule Mal vu, mal dit ; il a passé sa vie à mal voir et mal dire, volontairement, comme si c’était sa véritable éthique et sa véritable esthétique. Donc c’est très difficile d’avoir aujourd’hui une idée en surplomb. Godot c’est Godot. Point.

Il faut complexifier la chose au maximum

Est-ce que la présence des didascalies très précises et nombreuses ne vous entravent pas trop ?
Non, au contraire c’est inspirant. Il ne dit jamais ce qu’il faut faire. Il dit de belles choses sur les personnages. Vladimir c’est plutôt l’arbre, la hauteur et la pensée et Estragon c’est la pierre, la terre mais ça reste mal vu et mal dit. C’est profondément abstrait. Il n’arrive pas à dire des choses. Quand il dit blanc, c’est blanc sombre, quand c’est noir c’est noir clair. Quand il parle du décor, il dit « terre et ciel confondus ». C’est avec ça qu’il faut travailler sinon on simplifie. Or il faut complexifier la chose au maximum.

On a qualifié ce théâtre de tous les noms. On a dit que ça appartenait au théâtre de l’absurde, au théâtre du désespoir. C’est ça et en même temps c’est le théâtre d’une excessive lumière. Affirmer une chose et trois lignes plus tard dire son contraire. Toute son écriture est là. Aujourd’hui on voit des spectacles qui veulent parler politique et qui parlent des migrants mais ils font effet boomerang, ils reviennent dans la gueule et ne disent rien car le problème c’est la forme. Beckett s’est posé les problèmes de la forme, il n’a pas pris la tradition d’un théâtre boulevardier en intérieur ou bourgeois comme Ibsen. D’où il vient ? De rien. Il n’y a pas d’écrivain qui l’annonce. Et quand il s’en va, il fait table rase.

Quand le dernier mot de cette pièce est prononcé, qu’est-ce qui vous envahit ?
Il dit toujours sur la lumière que c’est « entre-deux ». C’est ça son abstraction. D’un coup la nuit tombe et la lune monte. Dès lors, on peut rêver. C’est tout ce qu’on peut dire.

Comment travaillez-vous avec vos fidèles acteurs (André Marcon, Gilles Privat…) ?
Il ne faut pas rater le comique. Mais il faut le trouver en dehors de la forme clownesque. Je pense que la plus belle bêtise qu’on ait pu dire sur cette pièce est que c’était les Pensées de Pascal jouées par les Fratellini. C’est peut-être les Pensées de Pascal mais quand Beckett s’est mis en scène il a oublié les Fratellini et c’est très important. Ce sont que des idées qui circulent.

En attendant Godot
Aux Nuits de Fourvière (Odéon) du jeudi 16 au dimanche 19 juin

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Mardi 20 février 2018 Avec son deuxième livre, C'est moi, Marion Guillot continue, au croisement de Beckett et du roman noir, d'évoquer la manière dont l'inanité de la vie quotidienne peut faire basculer dans la radicalité. Ou comment l'existence ne tient qu'à un...
Mardi 30 mai 2017 Il sera au TNP cette semaine avec Qui a peur de Virginia Woolf ?, il était la semaine dernière l'invité d'honneur du festival Théâtre en Mai à Dijon. Le metteur en scène Alain Françon, 72 ans, y évoquait les auteurs très divers qu'il a monté et le...
Mardi 26 janvier 2016 Cinq mois après la version magistrale de Godot par Jean-Pierre Vincent, Lyon reçoit celle du stéphanois Laurent Fréchuret : si le casting est plus inégal, la vivacité et la férocité de l’époustouflant texte de Beckett sont bien là. Nadja Pobel
Vendredi 2 octobre 2015 Parfois, une très grande mise en scène fait entendre un classique comme pour la première fois. C’est le cas de ce ’"Godot" par Jean-Pierre Vincent. Un travail humble et de haute précision au service d’une œuvre-monstre. Nadja Pobel
Mardi 2 juin 2015 Toujours plus internationale et comptant 8 créations et 9 co-productions, la nouvelle saison des Célestins, au cours de laquelle sa co-directrice Claudia Stavisky se mesurera au très caustique "Les Affaires sont les affaires" de Mirbeau, s'annonce...
Mardi 3 juin 2014 Après "Animal Kingdom", David Michôd pratique un étonnant hara-kiri commercial avec ce film post-apocalyptique qui tient autant de Beckett que de "Mad Max", c’est-à-dire une véritable provocation au divertissement-roi. Christophe Chabert
Vendredi 3 janvier 2014 Et si on misait sur la relève en ce début d’année ? Les grands noms du théâtre auront beau être à Lyon tout au long des six mois à venir, c’est en effet du côté des jeunes que nos yeux se tourneront prioritairement. Nadja Pobel
Jeudi 14 février 2013 Bien sûr le décor éclairé de différentes nuances de gris et troué de deux lucarnes à jardin et à cour, avec ses deux poubelles plantées en devant de scène, nous plonge (...)
Vendredi 24 février 2012 Entre cirque, danse, théâtre et musique, le nouveau spectacle de Zimmermann & De Perrot fait chavirer les identités et tourner les têtes avec humour, poésie et virtuosité Jean-Emmanuel Denave
Samedi 21 janvier 2012 S'il fait référence à un roman de l'écrivain yiddish Isaac L. Peretz et à En attendant Godot de Beckett, c'est surtout pour la qualité fougueuse de sa danse et (...)
Vendredi 19 juin 2009 Après avoir tout récemment lâché les rênes du théâtre parisien de la Colline avec un Jean-Paul Roussillon au cœur de sa Cerisaie, Alain Françon travaille avec les (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !