Subventions : 500 acteurs du secteur culturel rassemblés devant la Région

Politique Culturelle / Le monde de la culture était sous les fenêtres de la Région Auvergne-Rhône-Alpes ce mardi 7 juin, avec les mêmes revendications que les soignants par ailleurs qui manifestaient eux aussi ce jour-là : l’argent public manque de façon incompréhensible sur certains secteurs-clé.

Ce mardi 7 juin à midi, 400 à 500 personnes se sont réunies devant le siège de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Ils sont directeurs et directrices de salles, acteurs et actrices, auteurs et autrices, metteurs et metteuses en scène. Ils viennent de Lyon et sa Métropole mais aussi Saint-Étienne, Échirolles, Villefranche, Annemasse, Voiron, Albertville… Ils pilotent des structures publiques ou privées, ont subi de plein fouet les baisses de subventions. Ou pas. Ils sont solidaires les uns des autres puisque, sur l'ensemble des 313 structures culturelles examinées en commission permanente de la Région, les subventions votées représentaient de 17 594 665 € en 2022 contre 21 379 698 €. Soit une baisse de 17, 7%. De nombreuses structures, petites ou grandes, urbaines ou rurales sont impactées.

à lire aussi : Laurent Wauquiez, une politique culturelle de plus en plus illisible

Ce rassemblement avait pour but d’obtenir un rendez-vous avec l’adjointe à la Culture de la Région, Sophie Rotkopf car, dénonçaient les manifestants, il n’y a aucune communication entre eux et elle : « la Région ne s’exprime que par voie de presse ». Mais une fin de non-recevoir leur a été signifiée car « la manière de poser cette demande a été jugée outrancière ».

Outre les coupes budgétaires faites alors que l’exercice concerné de l’année 2022 est déjà passé de presque la moitié, « ce qui est grave et préoccupant est que cela n’a fait l’objet d’aucune concertation, les instances de dialogue syndical ont été contournées. Il est grand temps que la Région revienne à la raison et il est indispensable que tout le monde se mette autour de la table. il faut que cet exécutif cesse de penser qu’il peut gouverner tout seul contre tous » a notamment dit Joris Mathieu au nom du Syndéac (entreprise artistiques et culturelles), des Forces musicales, du SNSP (scènes publiques) et du PROFEDIM (producteurs, festivals et ensembles et diffuseurs indépendants de musique). Par ailleurs, il s’est fait le porte-parole du fait que « qualifier de "rente" le financement public est un scandale et ça nous interroge sur la façon dont le président de la Région considère l’argent public. Si c’est de la rente, c’est que d’une certaine manière il est la main qui nourrit. Ce n’est pas entendable ». Il s’agit bien de « subventions d’équilibre qui garantissent le bon équilibre d’une structure porteuse de mission de service public et redistributrice d’argent public pour soutenir l’activité d’autres acteurs ».

à lire aussi : Subsistances, Nuits sonores, Woodstower, ONL : la liste des coupes de subvention par Laurent Wauquiez s'allonge

Rendez-vous refusé

Un autre point de désaccord rappelé lors de ce rassemblement concerne l’éducation artistique et culturelle dans les établissements scolaires. Dans les lycées, dont la Région à la charge, le SCC (syndicat des cirques et compagnies de création), Synavi (syndicat national des arts vivants) et de la Fédération des arts de la rue a rappelé que celle qui se targue d’être la Région la mieux gérée de France, conditionne désormais la présence d’artistes à de nouveaux critères adressé par courrier aux chefs d’établissement le 5 avril dernier. Les quatre critères d’intervention thématiques sont : « 1- Fier de son identité régionale, Mémoire et patrimoine, 2 – Valeurs de la République, 3 – Volonté d’entreprendre, 4 – Sport ». Soit des termes « évoquant une époque que nous pensions révolue » a ainsi commenté le représentant syndical. Le mot "culture" a disparu.

D'autres organisations étaient aussi représentées : la CGT, SNAM-CGT, la FEVIS (fédération des ensembles vocaux et instrumentaux), le Groupe des 20, France Festival, SMA (syndicat des SMAC), le Maillon et de nombreux (potentiels) élus : candidats de la NUPES, le sénateur EELV Thomas Dossus et l’adjointe à la Culture de la Ville de Lyon. Nathalie Perrin-Gilbert a interpellé il y a quinze jours le préfet au sujet de la légalité de ces baisses de dotations. Elle n’a pas encore de réponse car le haut-fonctionnaire est en période de réserve pré-législatives mais l’ancienne maire du 1er arrondissement a rappelé ce jour que « les commissions permanentes sont là pour effectuer de nombreux votes, éviter que tout le conseil se réunisse en plénière, ce qui peut être lourd étant donné la taille de la Région mais normalement elle ne peut voter que des délibérations qui appliquent des délibérations-cadre votées en séance plénière ; ça ne peut pas être des réorientations de politique globale ». Elle interroge donc le préfet non pas sur le fond mais sur une question règlementaire. « Soit il dit que c’est légal — ce qui créerait je crois un précédent — soit il dit que ce n’est pas légal, ces votes deviennent caduques et Laurent Wauquiez est obligé de repasser en séance plénière l’ensemble du dossier en expliquant son rééquilibrage que pour l’instant nous ne voyons pas. »

Le prochain rendez-vous de rassemblement du secteur est fixé au vendredi 17 juin à 10h aux amphithéâtres de Fourvière.

 

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 9 septembre 2020 Laurent Wauquiez est passé à deux doigts de se remettre l'ensemble du monde culturel à dos. Il est retombé lundi, à peu près, sur ses pattes. Mais comment a-t-il fait pour glisser ainsi sur une peau de banane, après des semaines de mesures...
Mardi 6 mars 2018 Laurent Wauquiez a décidemment bien du mal à initier un élan pour le destin national dont il rêve. Le président d’Auvergne-Rhône-Alpes, après avoir torpillé son image avec des propos tenus devant des étudiants de l’EM Lyon et enregistrés à...
Mardi 6 juin 2017 La Région a dessiné les contours d'un futur possible et désirable pour le Musée des Tissus et des Arts Décoratifs, et se montre prête à mettre la main au portefeuille de manière significative.
Mardi 28 juin 2016 C’est la compétence sur laquelle une gouvernance de droite est souvent soupçonnée des moins bonnes intentions et, par conséquent, sur laquelle elle n’a pas envie de se vautrer. En matière culturelle, Laurent Wauquiez entretient pour le moment un...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !