Béatrice Vessiller : « on veut que cette Presqu'île soit à vivre »

Urbanisme / 545 000 déplacements (dont 48% à pied) sont observés quotidiennement sur cette Presqu’île que la Ville de Lyon et la Métropole veulent « apaiser ». Plus de place pour les piétons et les vélos, des couloirs de bus modifiés et des voitures mieux rangées : éléments d’explication avant l’ouverture à la concertation publique avec la vice-présidente chargée de l’Urbanisme, Béatrice Vessiller (EELV).

De quel constat partez-vous pour apaiser la Presqu’île ?
Béatrice Vessiller :
La Presqu’île est très encombrée par les voitures et même sur un des secteurs où il y en a moins (Terreaux, Hôtel de Ville), il y a une densité de transports en commun importante qui engendre des conflits d’usage avec les piétons — notamment les rues Serlin et République. Par ailleurs, elle n’est pas très végétalisée. Il faut contribuer à mieux supporter le réchauffement climatique. On va améliorer l’accessibilité aux vélos avec le réseau des Voies Lyonnaises avec 13 lignes numérotées comme des bus. Il y a un enjeu environnemental mais aussi de sécurité routière — tout le monde se souvient de l’accident mortel d’une jeune fille renversée par un C3.

On veut que cette Presqu’île soit à vivre. Cela s’accompagne d’une politique volontariste de logements (encadrement des loyers, encadrement des meublés touristiques et acheter des immeubles pour les confier à des bailleurs sociaux). On veut maintenir du logement abordable. Enfin, c’est un cœur battant commercial que l’on veut préserver, comme le caractère patrimoine de ce quartier touristique classé à l’UNESCO.

Quels sont les deux scénarii que vous mettez à la concertation ?
Il s’agit de mesurer jusqu’à quel niveau d’apaisement on va aller. Est-ce qu’on fait des grandes aires piétonnes, des zones à trafic limité ou on modifie simplement le plan de circulation pour dissuader les traversées de quartier en voiture ? Il y a une gradation possible.

On met à la concertation les deux scénarii d’organisation des transports en commun. Plus de 1300 bus par jour traversent la place des Terreaux aujourd’hui. Donc, dans un scénario, le moins transformateur, on va dissocier les travées de bus entre la rue du Bât d’Argent et la rue Serlin dans un sens et dans l’autre. Dans l’autre scénario, on enlève les bus des Terreaux et de la rue de la République et on les fait passer sur les quais de Saône ; du coup on enlève la circulation des voitures rue Grenette.

Dans les deux scénarii, on améliore la circulation des bus autour de la place Bellecour. On enlève les bus sur le côté nord de la place. Ceux qui arrivent de la Guillotière par la rue de la Barre tournent rue Antonin Poncet, ceux qui arrivent par le Val de Saône restent à l’ouest de la place Bellecour. Entre la rue de la Barre et le pont Bonaparte, le couloir de bus devient la Voie Lyonnaise n° 12. Mais la différence majeure entre les deux scénarii concerne le secteur Terreaux-République.

Un troisième volet est à la concertation : on a listé neuf secteurs où faire des aménagements en 2023-24 (montée Saint-Sébastien, rue Martinière / Place Rambaud, rue Platière / Longue / Meissonier, Garet / Bât d’argent, Ferrandière / Tupin / 4 chapeaux, rue de l’Ancienne Préfecture, place Gourju, rue Emile Zola, Antoine Vollon / Sainte-Hélène / rue du Plat). On demande aux gens si on fait une aire piétonne, si on enlève du stationnement, si on végétalise… On tirera le bilan de cette concertation à la fin de l’année.  Ça concerne tout le monde, les habitants bien sûr mais aussi les visiteurs — un Grand Lyonnais sur deux se rend en Presqu’île au moins une fois par mois — et aussi les commerçants. La question de l’approvisionnement est importante et nous allons dans ce sens mettre en place une halte fluviale sur le quai du Rhône au niveau du pont Lafayette.

Privilégier les quais

L’idée est de supprimer la voiture de toutes les rues transversales de la Presqu’île ?
Si on enlève les bus de la rue de la République, ça permet de faire une aire piétonne assez vaste entre Bellecour et Terreaux. On laisse la traversée de la place Bellecour en voiture et aussi vers la place Carnot, mais entre les deux, le niveau d’interdiction sera mis en concertation. Ce seront soit des voies piétonnes, soit des zones à trafic limité où on ne laisse entrer que les riverains et des ayant-droits (pas les visiteurs) avec ou sans stationnement sur voierie. Nous allons réglementer ceux qui ont le droit d’y pénétrer. Tout ça est à discuter.

Dans les deux scénarii, le but est de réduire l’usage de la voiture au profit de la végétalisation et des aménagements d’espaces publics pour la détente. Il y aura sans doute beaucoup d’idées formulées par les habitants.

Mais où allez-vous mettre ces voitures ? Gérard Collomb a fait creuser un grand nombre de parkings souterrains durant ses mandats. Est-ce que cela suffira ?
Il y a du potentiel de stationnement dans ces parkings qui sont pour la plupart accessibles depuis les quais. Certains pourraient être réservés aux résidents uniquement.

Réfléchissez-vous à une politique tarifaire ? Garer sa voiture a un coût élevé. Est-il envisagé que les tarifs soient en fonction des revenus ou du quotient familial ?
Pour l’instant, la réflexion n’est pas engagée dans ce sens mais la voiture coûte cher et quand on habite un secteur aussi bien desservi par les autres modes de transport, peut-être qu’il faut songer à ne plus être propriétaire d’une voiture mais avoir recours à l’auto-partage. La Presqu’île nous parait l’endroit idéal pour vivre sans voiture.

Mais ce n’est pas très équitable entre les propriétaires de SUV qui ont les moyens de circuler dans ce périmètre et les propriétaires d’une vieille Clio ?
La vielle Clio, à terme, avec la zone à faible émission, ne pourra plus rentrer dans le périmètre de la Métropole. Il faut qu’on enlève les voitures les plus polluantes et qu’on aide les ménages les plus modestes à s’acheter une voiture moins polluante.

Les voies de co-voiturage du quai Gailleton créées fin 2021 sont peu ou pas utilisées. Comment comptez-vous les promouvoir ?
C’est vrai que ce n’est pas très utilisé, car sans doute qu’on peut encore suffisamment bien circuler ! Il y a aussi un défaut d’information. C’est encore très récent. Il faut un peu de temps pour changer les comportements. Il ne faut pas baisser les bras trop vite.


 Le calendrier

20 juin 2022 : Ouverture de la concertation préalable

Début juillet : Réunion publique

Fin 2022 : Restitution de la concertation réglementaire sur le projet "Presqu’île à vivre"

Printemps / été 2023 : Poursuite de la concertation Rive droite

2023 / 2024 : Premières interventions sur la Presqu’île

2025 : Redéploiement des transports en commun et démarrage des travaux sur Rive droite

2025 / 2030 : Travaux d’espaces publics structurants

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Actus...

Mardi 26 avril 2022 Weavers, association villeurbannaise qui a pour ADN l’inclusion des personnes exilées, utilise les leviers d’intégration économique et sociale afin de faciliter leur recrutement. Le but : créer des liens sociaux pour les inscrire dans...
Mardi 12 avril 2022 ADOS est une association qui prône des valeurs d’inclusion et d’égalité des chances. Un lieu ressource à destination des jeunes collégiens, lycéens et de leur famille. Objectif : les accompagner au mieux dans leur scolarité.
Mardi 29 mars 2022 L’association parisienne Le Recho inaugurait, début mars à Lyon, la première étape de son Itinéraire Solidaire : un projet itinérant réunissant habitantes et habitants de plusieurs villes de France et personnes exilées, autour de la cuisine....
Mardi 1 mars 2022 Le préavis de grève aux Célestins, lancé il y a une semaine pour la journée du 1er mars, a été levé lundi 28 février. "La Mouette" de Cyril Teste et "La Ligne solaire" se joueront bien dès les mercredi 2 et jeudi 3 mars, aux dates prévues cette...
Mardi 1 mars 2022 Au Marché Gare, les travaux s'approchent de leur terme prévu en mai, avant le passage de la commission de sécurité, en juin pour une réouverture de la SMAC en septembre, avec l'inauguration suivie des premiers concerts, pour...
Mardi 1 février 2022 Ressuscité en 2007, le Comœdia est devenu le premier multiplexe Art & Essai indépendant de France, en toute discrétion. La transmission de témoin qui s’est effectuée entre ses murs durant l’été dernier ne devrait rien remettre en cause.
Mardi 1 février 2022 Dans le quartier Saint-Jean à Villeurbanne, on se bouge pour sortir les habitants du chômage de longue durée,  avec un accompagnement sur mesure et une analyse du terrain afin de créer de l’emploi utile à tous. L’association Le Booster de Saint-Jean...
Mardi 18 janvier 2022 Que faire d’un aspirateur qui n’aspire plus ou d’un grille-pain qui ne grille plus ? On ne répare plus, on jette bien sûr. Et on rachète du neuf. L’art du rafistolage n’est plus à l’ordre du jour, il a laissé place à une société de consommation...
Mercredi 1 décembre 2021 Après de rocambolesques péripéties, l’Institut Lumière accueillera bien du 7 au 14 décembre les neuf films du “Festival Netflix“ et sa pluie de grands auteurs, dans un contexte houleux. Récit du feuilleton qui a tourneboulé les “professionnels...
Vendredi 3 décembre 2021 En attendant de voyager via le métavers, pour visiter des villes, il existe toujours des audio-guides. Beaucoup sont poussiéreux, soporifiques, monocordes… D’autres, comme celui de Séverine Peurichard, nous transportent avec virtuosité dans...
Jeudi 4 novembre 2021 La Ville de Lyon a décidé de remettre en jeu le label des huit Scènes découvertes de la cité. Pour chacune d'entre elles, l'enjeu est important tant l'aide financière et la mise en réseau bénéficient à ces structures souvent fragiles mais au travail...
Jeudi 4 novembre 2021 La Ville de Lyon vient de lancer une série d’appels à projets concernant les théâtres des 3e et du 8e arrondissements (actuels Théâtre des Asphodèles et NTH8). Ils seront ainsi peut-être confiés à de nouvelles équipes. Arbitrage prévu en...
Mercredi 20 octobre 2021 Définir un tiers-lieu est ardu tant il se métamorphose. Certains embrassent l’éphémère et se projettent sur des bâtiments en attente de réhabilitation — c’était le cas des Halles du Faubourg dans le 7e,  qui ont disparu sous les...
Lundi 18 octobre 2021 L'utilisation temporaire de Fagor-Brandt est prolongée jusqu'en novembre 2023, à la demande des acteurs culturels occupant le lieu. Mais rien n'est résolu pour la suite qui, au contraire, semble se compliquer, la Métropole n'ayant rien anticipé.
Jeudi 7 octobre 2021 Vous les avez peut être aperçu sillonnant les rues du 7e et 3e arrondissements : ces drôles de vélos bleus aux allures de camionnettes du futur ont été acquis par le Foyer Notre Dame des Sans Abri qui lance son dispositif Solid’aire, un service...
Mercredi 22 septembre 2021 Modèle d'initiative citoyenne, Nettoyons Lyon, association fondée par deux amis — Nicolas Navrot et Maximilien Bouffard-Roupé —, fête sa première année d'actions concrètes, consistant à nettoyer fleuve, parcs ou places de tous leurs déchets....
Mardi 7 septembre 2021 Le futur de la Cité de la Gastronomie ? Rendez-vous dans deux ans pour savoir. En attendant, on teste et on resserre le prisme sur l'alimentation pour en faire non plus un musée, mais un « lieu totem de la filière alimentaire ».
Mardi 24 ao?t 2021 Une chambre libre, l’envie d’accueillir et de vivre une expérience interculturelle, et de la bienveillance. Ce sont les seules conditions nécessaires à l’accueil de personnes réfugiées avec le programme J’accueille de Singa.
Mardi 29 juin 2021 Lucie Campos, directrice de la Villa Gillet, vient d'intégrer, avec entre autres Bruno Messina du festival Berlioz, le comité artistique chargé de mener à bien "l'appel à manifestation d'intérêt à destination des jeunes créateurs" lancé par le...
Mercredi 30 juin 2021 L’inclusion et l’anti gaspi comme lignes directrices. En juin dernier, le collectif citoyen Graille installe pour la première fois sa cuisine éphémère dans un camp de réfugiés. Depuis, il officie en rue ou dans les squats pour...
Lundi 21 juin 2021 Une semaine après nos révélations sur la situation compliquée affectant le cinéma municipal brondillant, l’incertitude est plus que jamais à l’affiche des Alizés. Et l’inquiétude de plus en plus grande du côté des salariés, des spectateurs et des...
Lundi 14 juin 2021 L’un des plus anciens cinémas associatifs municipaux de la Métropole risque de changer de tête et de cœur : les Alizés de Bron sont jugés pas assez rentables par le nouvel exécutif, qui souhaite transformer sa gestion en les passant en DSP....

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !