Sans filtre - Triangle of Sadness : Non mais à l'eau ?

A l'écran en septembre / En recyclant Le Bûcher des vanités, Titanic et Sa Majesté des Mouches, Ruben Östlund (re)découvre la vacuité des apparences et la tyrannie du capitalisme. Le triomphe de la bonne morale consensuelle emballée dans une esthétique papier glacé, plus inoffensif que subversif, visiblement en adéquation avec le besoin de purification morale de festivaliers endimanchés sur la Croisette.

Jeunes mannequins très actifs sur les réseaux sociaux, Yaya et Carl sont invités à participer à une croisière de luxe en échange d’une “couverture médiatique“ de leurs vacances. Mais à l’insouciance initiale de leur voyage, vont succéder la panique puis l’horreur lorsqu’une tempête frappe leur yacht, faisant échouer les survivants sur une île déserte. Une nouvelle hiérarchie sociale s’instaure entre passagers et équipage…

 lire aussi : Rentrée ciné 2022 : À manger, à boire… et à vomir aussi

La ficelle du concept de Sans filtre est un peu grosse, au point que — le sympathique — Ruben Östlund pourrait placer en épigraphe cet extrait de Molière : « De l'amour sans scandale et du plaisir sans peur » (Tartuffe, acte III, scène 3). Car de scandale, de peur (ou de prise de risque), il n’est point question ici : qui diable trouverait à redire de taper sur la vanité, l’égoïsme, l’avidité, la laideur, l’intempérance, le mensonge, la luxure, en bref, sur tous les péchés capitaux et véniels apparaissant à l’écran — surtout si ce sont de riches privilégiés occidentaux satisfaits d’eux-mêmes qui s’en rendent coupables ? Avec une plaisante complaisance, des puissants sont dépourvus de leurs atours scintillants et des symboles matériels de leur empire terrestre. Longuement étrillés par les éléments, enlaidis pour correspondre à leur intériorité (coucou Dorian Gray), recouverts d’un flot de merde et de vomi, ravalés à leur animalité.

L’intention est politique ? L’effet seulement comique, et bien anodin là où Daumier risquait sa liberté en croquant avec férocité les puissants de son temps ; là où Pasolini faisait frémir en métaphorisant le fascisme ; là où Ferreri tendait à ses spectateurs le miroir déplaisant de leur embourgeoisement durant les Trente Glorieuses. Dans cette croisière en forme de parabole — où « les premiers seront les derniers et les derniers seront les premiers » —, Östlund ne dépasse guère le niveau de la punition ou de la pénitence judéo-chrétienne. Le fait que ce soit à nouveau autour d’une table qu’il fasse cristalliser le drame (le naufrage intervient ici après l’avalanche sur la terrasse de Snow Therapy et le happening au banquet de The Square) interroge sur ses rapports avec le cérémoniel de l’alimentation : il y a plus d’ascèse que de plaisir chabrolien au menu du cinéaste.

 lire aussi :  Revoir Paris : Et la vie continue

Spectacle à la gorge

Si son propos manque de cruauté et se dilue, Sans filtre  effectue toutefois une mise à jour — ou paraphrase — des constats de Debord : Östlund fixe ici une « Société du spectacle » superlativée agrégeant ceux qui, depuis une trentaine d’années, en sont les promoteurs successifs : super-modèles, candidats/aventuriers de la télé-réalité, influenceurs de réseaux sociaux…

Autant de coquilles vides et de nouveaux opiums dispensés au peuple ; de marchandises humaines à consommer comme spectacle. Autant de diversions abrutissantes qui prolifèrent alors que la culture recule et que l’École n’est plus ce lieu sacralisé dont on sort, d’où que l’on vienne, assuré d'avoir reçu les mêmes bases. De quoi rire jaune, à défaut d’en pleurer ; on conservera les larmes pour les proches de Charlbi Dean Kriek.

La soudaine disparition de la comédienne fin août a en effet déchaîné des rumeurs malsaines de la part de vautours numériques pour qui chaque événement — peu leur chaut qu’il soit tragique ou qu’ils n’en aient qu’une vision biaisée — peut s’instrumentaliser au profit de leur intérêt. Dans la « Société du spectacle », tout fait ventre. À vomir.

★★☆☆☆De Ruben Östlund (Su.-G.-B.-É.-U.-Fr.-Gr., 2h29) avec Harris Dickinson, Charlbi Dean Kriek, Woody Harrelson…

 lire aussi

derniers articles publis sur le Petit Bulletin dans la rubrique Ecrans...

Lundi 5 septembre 2022 Bien qu’il atteigne cette année l’âge de raison avec sa 7e édition, le Festival du film jeune de Lyon demeure fidèle à sa mission en programmant l’émergence des (...)
Mercredi 17 ao?t 2022 Et si Forrest Gump portait un turban et dégustait des golgappas plutôt que des chocolats ? L’idée est audacieuse mais aurait mérité que le réalisateur indien de Laal Singh Chaddha se l’approprie davantage. Si l’intrigue réserve forcement peu de...
Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Vendredi 13 mai 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mardi 26 avril 2022 Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout...
Mardi 26 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été, Amanda…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Mardi 29 mars 2022 Retour sur Deathloop, sorti en septembre 2021 et récemment sacré meilleur jeu vidéo français lors de la troisième cérémonie des Pégases.
Mardi 29 mars 2022 Une compétition de huit films (dont le prometteur I’m your man venu d’Allemagne et l’Espagnol El buen patrón), un Panorama 2022 qui balaie jusqu’en (...)
Mardi 15 mars 2022 S’il y a une date à ne pas oublier, c’est bien celle du vendredi 17 mars à 20h — tant que vous y êtes, ajoutez le lieu, l’Aquarium Ciné-Café — jour où sera (...)
Mardi 1 mars 2022 Pour faire cesser les coups de son mari, une fan de kung-fu s’initie auprès d’un maître. Mabrouk El Mechri signe une proposition culottée (et forcément clivante) mêlant son amour du cinéma de genre à son intérêt pour les personnages déclassés. Un...
Mardi 1 mars 2022 Elle fut la dernière des manifestations d’envergure à se tenir à Lyon avant l’impromptu du premier confinement. Deux ans plus tard, alors que le spectre covidien semble refermer sa funeste parenthèse, Écrans Mixtes s’apprête à ouvrir une très...
Mardi 1 mars 2022 Tant qu’il y aura des livres, il y aura des films — le cinéma aimant autant la littérature qu'Alexandre Dumas l’Histoire. Pour preuve, voyez le soir (...)
Mardi 15 février 2022 Une semaine tout pile avant la cérémonie des César, le Lumière Terreaux propose vendredi 18 février à 20h15 de découvrir les cinq films concourant pour la (...)
Mardi 15 février 2022 Avec un regard de sociologue (et non de militant), Emmanuel Gras suit des Gilets jaunes à Chartres tout au long de leur engagement, signant un document édifiant sur les mécanismes paradoxaux animant n’importe quel groupe. Une étude de cas, une leçon...
Mardi 1 février 2022 Un ancien acteur X retourne dans son Texas natal et navigue entre son ex et une jeune serveuse. Une métaphore douce-amère d’une Amérique vivant dans la dèche, sur sa réputation et l’espoir permanent de se refaire la cerise sur le dos des autres…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !