Emmanuelle Nicot & Zelda Samson : « un film sur la reconstruction où l'inceste est la partie submergée de l'iceberg »

Dalva
De Emmanuelle Nicot Avec Zelda Samson, Alexis Manenti, Marie Denarnaud

Dalva  / Présenté à la Semaine de la Critique de Cannes en 2022 où il a remporté le Prix FIPRESCI, "Dalva" marque le double début de la réalisatrice Emmanuelle Nicot et de sa jeune interprète Zelda Samson autour d’un sujet tabou. Rencontre avec ce duo à l’aube de la sortie…

Dans quelle mesure le travail que vous avez effectué auparavant comme directrice de casting a pu modeler, influencer votre écriture de scénariste et de réalisatrice ?
Emmanuelle Nicot : En effet quand je suis sortie de l'école en 2012, pour obtenir mon statut d'intermittente du spectacle, j'ai travaillé en tant que directrice de casting sur plusieurs longs et courts-métrages — je continue par moment à faire du casting de courts. J’adore surtout le casting sauvage, avec des gens non professionnels parce que ça me permet de rester en lien avec les gens de la “vraie vie“ et avec la complexité du réel. C’est peut-être là qu’il y a une influence dans mon écriture : j’essaie de ne jamais être dans des stéréotypes. Par exemple, depuis le début de l'écriture, j’ai toujours voulu pour le père de Dalva un homme complexe — pas un monstre parce que je pense que les monstre purs et durs ça n'existe pas. Et tous les autres personnages que j’ai essayé de dépeindre au mieux, même si certains ont moins de place que d'autres pour exister, en faisant qu’ils ne soient pas “simples“.

à lire aussi : Cinéma : les films qui sortent à Lyon le mercredi 22 mars 2023

Comment ce casting sauvage se déroule-t-il ? Zelda est-elle issue de cette approche ?
EN : Pour ce film, je me suis occupée du casting dans toute la Belgique et c'est ma collègue Stéphanie Doncker qui s'est occupée du casting enfant. Ma façon de fonctionner, c'est de partir avec un cahier des charges de ce que je cherche chez la personne que je dois trouver. J'essaie de trouver quelqu'un qui dégage le plus possible ce que j'ai écrit chez mon personnage. Pour Dalva, je cherchais une jeune fille issue d'un milieu social moyen voire aisé, ayant une certaine maîtrise du langage, avec de l'aplomb et qui n’ait pas d’âge — qui puisse avoir dix comme quinze ans — et surtout, qui soit extrêmement gracieuse. Quand on fait du casting sauvage, l'idée d'aller directement voir les gens dans la rue, le métro ou dans un supermarché et de leur dire qu’ils ont un profil qui vous intéresse et leur demander de faire votre film, ça ne marche jamais. Il faut poser une annonce, la personne la voit et vient vers vous. Je ne sais pas vous expliquer pourquoi ; je pense qu’il y a besoin d'un recul chez la personne qui va dire oui ou non à un casting et qu’il ne marche pas quand on vient voir quelqu'un dans la rue.

J’ai donc décidé de mettre des annonces dans des endroits bien ciblés dans lesquels je pouvais potentiellement trouver le profil de Dalva : des centres équestres, des écoles de danse classique, de gymnastique, des académies de musique et de théâtre. Entre la France et la Belgique, j'ai reçu quasi 5000 candidatures et j'ai retenu 300 jeunes filles sur la base de photos à qui j’ai demandé de m'envoyer une petite vidéo de présentation où elles se filmaient seule dans leur chambre. C’est là que j’ai vu celle de Zelda qui avait onze ans à l’époque, elle en avait douze pour le film, quatorze aujourd’hui. Elle expliquait avec un vocabulaire extrêmement riche qu’elle voulait devenir astrophysicienne spécialisée dans la matière noire, qu’elle se voyait Prix Nobel. Elle était aussi très critique par rapport aux garçons de sa classe, un peu féministe. C’était un ovni, il fallait que je la rencontre. Et je me suis trouvée face à une jeune fille beaucoup plus sauvage et introvertie que celle que j’avais rencontrée sur la vidéo. Mais dès que j’ai allumé ma caméra, wow ! j’avais ce que ce cherchais : un visage magnétique à la Romy Schneider : de face elle avait dix ans, de profil vingt, sans maquillage. J’ai su que c’était elle.

Et vous, Zelda, comment avez-vous abordé cette première rencontre ?
Zelda Samson : Quand j'ai rencontré Manue pour la première fois, elle n’était pas comme la majorité des autres adultes : elle était accueillante. Quand je suis sortie du casting, j’ai dit à mes parents « elle est trop gentille ! ». Pour le rôle, c’était la première fois que je jouais dans un film, je n’avais même pas fait de pubs, de court-métrage, donc chaque jour de tournage j'ai découvert des nouveaux métiers, des nouveaux trucs…

Et ça a marché

Pourquoi avoir postulé ?
ZS : J’ai beaucoup de grosses passions. Quand j'avais à peu près dix ans, ma passion, c’était le cinéma. Et j’avais un peu abandonné. En voyant l’annonce, je ne me suis jamais dit que ça pourrait marcher, mais que ça pourrait être une une belle expérience au moins de faire les castings. Et ça a marché…

Connaissiez-vous l’histoire ?
EN : Ce que je peux préciser, c’est que j’avais décidé de ne pas mettre le mot “inceste” sur la petite annonce parce que j'avais peur de n'avoir aucune candidature. J’ai donc j'ai expliqué que ça racontait l'histoire d'une jeune fille de douze ans dans un foyer après avoir été sous l'emprise de son père et qui se reconstruisait. Avant de voir les jeunes filles en présentiel, j'ai appelé tous les parents un à un pour leur expliquer ce dont le film parle. Sur 300 parents de jeunes filles entre dix et treize ans, j’ai eu 300 parents qui me disaient toujours : « en fait notre fille ne sait pas ce que veut dire le mot inceste, donc on va devoir lui en parler ». Je me suis pris une sacrée réalité en plein visage à ce moment-là ! C'était il y a deux ans, au moment où une statistique terrible sortait en France : deux enfants par classe souffrent d’inceste. Comment dénoncer un mal qu'on ne sait pas nommer ? Ça m’a donné encore plus envie de faire ce film !

ZS : Je n’avais jamais entendu parler de ça. Parmi mes amis, dans ma classe, personne ne savait ce que c’était. Du coup, en classe, on en a parlé avec les profs : on a eu un cours sur le sujet, c’est déjà ça.

EN : Ce mot a une charge pour nous adultes qu’il n'a absolument pas chez les enfants. Pour les enfants qui ont tourné dans le film, la magie d’un premier tournage l’a emporté. Pour les adultes, certains moments étaient plus compliqués parce que le sujet est lourd. Je tiens quand même à préciser que dans mon film, l’inceste est la partie submergée de l’iceberg et que la partie émergée, c’est vraiment la reconstruction, l’émancipation, l’apaisement. Le film ne raconte pas ça non plus de plein fouet. Je n’ai pas l’impression que la thématique a pesé sur les épaules de Zelda. Et il y a eu un suivi psychologique qui a été mis en place pendant le tournage. Si elle le souhaitait, Zelda pouvait voir une psychologue comme elle le voulait.

ZS : Une ou deux fois. Et il y avait des coaches. Avant le tournage, elle m’a préparée : elle m’a appris à me tenir droite, à marcher droit, à bien tenir mes couverts, à danser… 

EN : C’est une ancienne danseuse. On a beaucoup travaillé avec Zelda sur la posture  en amont du tournage.

Zelda est quand même très cérébrale

Pour que ça soit conforme au personnage de Dalva se prenant pour une adulte, ou parce qu’elle se serait issue d’un milieu social particulier ?
EN : Pour moi, c'est Dalva se prenant pour une jeune femme, parfaitement à l'aise avec des costumes, des chaussures à talons… Zelda a beaucoup travaillé en amont du tournage avec sa coach tout ce qui était postural ; la coach a aussi passé beaucoup de temps avec Zelda sur le tournage, du matin ou soir. De mon côté, trois mois en amont du tournage, Zelda et moi on s’est vues une fois par semaine et on a beaucoup parlé du personnage de Dalva, dans ce qu'elle vit AVANT avec son père — tout ce qui ils ont partagé ensemble, sa vie en solitaire, où ils déménagent, où elle ne va pas à l’école, où il lui fait l’école…  Et sur le fait de ne pas voir d’amis, de ne pas avoir d’autre référence que son père qui est la seule personne à lui apporter de l’affection. On fait aussi beaucoup de lectures du scénario pour parler des tenants  et des aboutissants psychologiques et émotionnels de Dalva, de tout le cheminement qu'elle fait jusqu'à sa prise de conscience — Zelda étant très mature et intelligente, elle comprenait aussi beaucoup de choses. Et puis on a répété toutes les scènes, avec Fanta Guirassy qui joue le rôle de Samia. C'était vraiment important pour moi de faire jouer les filles : comme elles n'avaient jamais joué, il fallait que je comprenne la clé chez chacune d’elles. Zelda est quand même très cérébrale, Fanta c’est tout l’inverse : il faut mettre la caméra sur elle dès le début ; Zelda la mettre après un certain moment… Ensuite, on a fonctionné de manière assez simple : l'idée est de ne pas intellectualiser quand on travaille avec des gens non pro — avec des gens proches c'est exactement la même chose, il ne faut pas qu'on parte dans des délires de direction d’acteurs.

Je bosse sur un état dans lequel on commence la scène : est-ce qu'on est fatigué, en colère, angoissé ? Je mettais Zelda dans des états physiques pour qu’elle soit dans cet état. Je travaille sur le but : dans cette scène, Dalva veut ça, donc elle utilise tous les moyens qu’elle veut pour l’obtenir et moi je la regarde pour voir si elle y arrive.  Si elle n’y arrive pas, je lui donne des pistes pour y arriver. Je ne voulais absolument pas briser la spontanéité de Zelda ni de tous les autres. Je voulais qu'ils soient eux-mêmes.

Samia est l’un des piliers sur lesquels Dalva va se reconstruire. Étant donné la différence de “fonctionnement“ des deux comédiennes et l’évolution des rapports entre les deux personnages, avez-vous pu vous reposer sur un tournage chronologique pour faciliter cette progression ?
EN : On n'a pas du tout pu tourner dans l'ordre chronologique à cause d’une histoire de cheveux qui a déterminé tout l'ordre du tournage. Au début ça m’embêtait beaucoup et au finale, je suis très très contente qu’on ait tout fait dans le désordre parce que clairement Zelda et Fanta elles ont éclos pendant le tournage en tant qu’actrices. La scène qui ouvre le film, par exemple, c'est la dernière qu’on a tournée et je pense que tourner une scène pareille en tout début de film, c'était impossible pour Zelda. Un tel lâcher-prise,  crier comme ça devant autant de gens, se débattre, sortir complètement de son corps alors qu’elle est très fort dans le contrôle, ça aurait été très compliqué. C’est très bien qu'on ait fait les choses comme ça. Pareil pour la scène de rencontre avec le père, je n’en dirais pas plus pour ne pas spoilier le film.

Du fait de l’âge de vos interprètes, votre temps de tournage “efficace” quotidien a dû être limité…
EN : On a fait les choses parfaitement dans les clous parce qu’on a eu plus d'argent que ce que l’on avait prévu, c’est rare ! On avait prévu un million d’euros et on en a trois sur la base du scénario — qui avait été écrit en quatre ans et demi, donc il était bien béton. Il y a eu une confiance assez magnifique parce qu'en plus tout le monde a mis de l'argent sur la table avant qu'on ait trouvé Zelda : c’était quand même un sacré pari parce que donner de l'argent à un film d'une première réalisatrice complètement inconnue au bataillon, avec l'idée d'une enfant de douze ans qui va tenir tout le film et être de tous les plans...

On a décidé de dépenser cet argent en jours de tournage, soit 42 jours, ce qui est beaucoup pour un premier long. Et on faisait des journées de 8h parce qu'il fallait aussi que Zelda tienne dans la longueur, parce que c'était énorme pour elle, ça a duré une très grosse partie des vacances d'été et ça a débordé ensuite sur la rentrée. Mais il n’y a pas de moment où je l’ai sentie épuisée.

à lire aussi

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 6 mai 2024 Un conte mythologique imparfait mais à la direction artistique sans faille (Les 4 âmes du coyote), un coup d'essai étonnant à la fois solaire et orageux (Les trois fantastiques), et un film pas toujours évident à appréhender, mais souvent fascinant...
Mardi 31 octobre 2023 Le festival Lumière vient de refermer ses lourds rideaux, les vacances de la Toussaint lui ont succédé… Mais ce n’est pas pour autant que les équipes de (...)
Mardi 31 octobre 2023 Si le tourisme en pays caladois tend à augmenter à l’approche du troisième jeudi de novembre, il ne faudrait pas réduire le secteur à sa culture du pampre : depuis bientôt trois décennies, Villefranche célèbre aussi en beauté le cinéma francophone....
Mardi 5 septembre 2023 C’est littéralement un boulevard qui s’offre au cinéma hexagonal en cette rentrée. Stimulé par un été idyllique dans les salles, renforcé par les très bons débuts de la Palme d’Or Anatomie d’une chute et sans doute favorisé par la grève affectant...
Mardi 29 août 2023 Et voilà quatre films qui sortent cette semaine parmi une quinzaine : N° 10, La Beauté du geste, Alam puis Banel & Adama. Suivez le guide !
Lundi 5 septembre 2022 Bien qu’il atteigne cette année l’âge de raison avec sa 7e édition, le Festival du film jeune de Lyon demeure fidèle à sa mission en programmant l’émergence des (...)
Mercredi 17 août 2022 Et si Forrest Gump portait un turban et dégustait des golgappas plutôt que des chocolats ? L’idée est audacieuse mais aurait mérité que le réalisateur indien de Laal Singh Chaddha se l’approprie davantage. Si l’intrigue réserve forcement peu de...
Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Vendredi 13 mai 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mardi 26 avril 2022 Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X