Jeanne du Barry : Aux marches du Palais

Cannes 2023 / D’un classicisme à peine bousculé, Jeanne du Barry suit les grandeurs et misères d’une courtisane ayant réchauffé le crépuscule d’un monarque. Maïwenn s’offre Johnny Depp, Versailles et le rôle-titre dans cette superproduction à la française taillée sur mesure pour marcher — à tout le moins sur le tapis rouge de la Croisette, où elle fait l’ouverture.

Faut-il y voir matière à sarcasmes ou une banale coïncidence ? Quelques heures seulement après avoir accueilli le sommet Choose France — consistant à faire assaut de courtisaneries auprès de nababs étrangers afin qu’ils daignent investir dans notre République —, ce théâtre de pompe et d’intrigues qu’est le Château de Versailles se retrouve projeté 900 km plus au sud sur une scène n’ayant rien à lui envier question surexposition médiatique, apparat ni hypocrisie : le tapis rouge du Palais des Festivals. On sait depuis des lustres que le film d’ouverture réclame du faste (on n’attire pas les flashes avec du vinaigre), vitrine glamour destinée à amorcer la sujétion des publics du monde entier à la magie de la Croisette durant dix jours ; il arrive même qu’un film exceptionnel y soit programmé, comme l’année dernière le savoureux Coupez ! de Michel Hazanavicius. En optant pour la présence conjointe d’un Johnny Depp semi-tricard à Hollywood et de l’un des symboles touristiques (hors Tour Eiffel) les plus emblématiques de l’Hexagone pour sa séance inaugurale, Cannes cochait deux cases sûres pour s’assurer un coup de projecteur idéal… agrémenté d’un parfum de soufre en adéquation avec le sujet du film. Une mise en abyme parfaite puisque Jeanne du Barry est traversé par la question de la transgression, de l’outrage à la bienséance, au conformisme, du scandale. Du désir de s’élever également… comme de la cruauté de la chute.

XVIIIe siècle, au Royaume de France. Fille d’une domestique, Jeanne Vaubernier bénéficie de l’éducation réservée aux enfants de haut rang, grâce au soutien du gentilhomme pour qui travaille sa mère. Mais à la fin de l’adolescence, elle est forcée de quitter ce cocon, direction Paris où elle entame une “carrière” de modèle, puis de courtisane avec un certain succès. Régulière du Comte du Barry, elle attire l’œil du Duc de Richelieu : ce fin stratège imagine aussitôt la placer dans le lit du roi Louis XV afin d’exercer une emprise indirecte sur lui. Devenue sans peine favorite d’un monarque en fin de parcours, Jeanne du Barry chamboule la cour par ses manières décomplexées. Peu soucieuse de l’étiquette, elle s’attire également la haine des princesses du sang, alors que le règne du futur Louis XVI se prépare en coulisses…

Memento mori

Nul besoin d’être grand clerc pour comprendre ce qui pouvait tant fasciner Maïwenn dans le parcours de la du Barry, ni pourquoi elle s’est sentie comme « connectée » à ce personnage (voir interview). Toutes deux partagent une irréductible indocilité et le désir de hisser au sommet — histoire de voir si l’on peut y mettre les pieds dans le plat. S’appropriant au point de phagocyter le personnage-titre, la comédienne accentue ce trouble sentiment d’identification en étant des deux côtés de la caméra, des deux côtés de l’histoire ; l’Histoire, quant à elle, étant pliée aux licences d’usage. Face à cette manière d’(auto-) biographie divergée, grande est la tentation de voir son alter ego Johnny Depp interpréter lui aussi un translaté de ce qu’il est : un quasi-sexagénaire sans fard (certes maquillé à la mode de l’époque) à la beauté sur le déclin et au règne contesté par une nouvelle génération.

Cette idée d’une décrépitude larvée, insidieuse, mettant à mal les toutes-puissances figées dans leurs certitudes dorées, contamine le film dans son entièreté, à la manière d’une vanité. Maïwenn tempère en effet en permanence la magnificence du décor, des costumes, des titres par de petits accrocs rappelant l’éphémère des choses : ici, un ciel d’orage pour déchirer un ciel trop bleu ; là un dîner baignant dans une pénombre épaisse comme pour contrebalancer les extérieurs de la scène précédente, à la clarté édénique. Le personnage de Jeanne, femme du peuple venant titiller la noblesse engoncée dans ses privilèges, ne constitue-t-elle pas à sa manière un signe avant-coureur de cette Révolution qui va emporter ce vieux monde ignorant qu’il expire ? Las pour elle, la du Barry fera aussi les frais du mouvement.

Au-delà du duo de têtes d’affiches (il y a d’ailleurs deux affiches en contrechamp pour célébrer Maïwenn et Depp), il convient de souligner dans la galaxie des visages et des rôles, la très belle interprétation du toujours juste Benjamin Lavernhe en La Borde, le “sherpa“ de Jeanne dans ce monde de convenances et de règles étriquées. Pareil au précepteur de Pu Yi campé par Peter O’Toole dans Le Dernier Empereur ou à un Jiminy Cricket en haut de chausses et livrée, il va au-delà de la fonction et demeure jusqu’au bout le plus sincère avec la détonnante roturière.

★★★☆☆ Jeanne du Barry de & avec Maïwenn (Fr.-G.-B., 1h56) avec également Johnny Depp, Benjamin Lavernhe, Pierre Richard, Melvil Poupaud…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Samedi 19 août 2023 Autopsie de la déchirure d’un couple et d’un fait divers sous le regard aveugle de la justice ainsi que d’un enfant malvoyant, Anatomie d’une chute est un film de procès où le son joue un rôle capital. Une bonne raison d’écouter la parole de Justine...
Mardi 20 juin 2023 Quand il y en a plus… ça continue ! On avait annoncé un peut hâtivement la fin de la série d’avant-premières cannoises après le cycle proposé par le Lumière Terreaux (...)
Mardi 6 juin 2023 En écho à Cannes — mais plus désormais avec le Comœdia qui programme strictement la Quinzaine des Cinéastes — le Lumière Terreaux effectue, à son tour, du 12 au (...)
Mardi 23 mai 2023 Au moment où se referme la parenthèse cannoise, l’heure est venue d’en savourer en primeur (et en rafale) quelques échantillons à l’occasion du florilège présenté sur les écrans du Pathé Bellecour pour le traditionnel Cannes à Lyon. Un premier shoot...
Mercredi 16 novembre 2022 Présenté en compétition au Festival de Sarlat après celui de Venise, le nouveau long-métrage de Roschdy Zem co-écrit par Maïwenn transcende le cadre d’un petit séisme intime pour atteindre à l’universel en embrassant la société avec générosité et...
Mercredi 16 novembre 2022 Incontournable sur les écrans depuis la rentrée, Roschdy Zem figure également à l’affiche de son sixième long-métrage en tant que réalisateur — sans doute son plus réussi —, une comédie dramatique sur le sens de la famille, parlant en creux de tout...
Mardi 1 septembre 2015 Cette rentrée 2015 ressemble à une conjonction astronomique exceptionnelle : naines, géantes, à période orbitale longue ou courte, toutes les planètes de la galaxie cinéma s’alignent en quelques semaines sur les écrans. Sortez vos télescopes !...
Lundi 18 mai 2015 "Carol" de Todd Haynes. "Mon roi" de Maïwenn. "Plus fort que les bombes" de Joachim Trier. "Green Room" de Jeremy Saulnier.
Vendredi 10 janvier 2014 Derrière une intrigue de polar conduite avec nonchalance et un manque revendiqué de rigueur, les frères Larrieu offrent une nouvelle variation autour de l’amour fou et du désir compulsif. Si tant est qu’on en accepte les règles, le jeu se révèle...
Mercredi 7 août 2013 Curieux cocktail du duo Verbinski / Depp, entre hommage sincère et pastiche façon Pirates des caraïbes, qui tente de retrouver l’esprit des westerns de série en le mâtinant de réflexion politique sur l’origine de l’Amérique. Christophe Chabert
Mardi 4 décembre 2012 De Michel Leclerc (Fr, 1h57) avec Félix Moati, Éric Elmosnino, Sara Forestier…
Jeudi 10 mai 2012 Tim Burton met un frein à la crise créative qu’il traversait depuis trois films avec cette comédie où il cherche à renouer avec la fantaisie noire de ses débuts, sans y parvenir totalement. Christophe Chabert
Jeudi 26 janvier 2012 Après À bout portant l'an dernier, c'est Polisse de Maïwenn qui recevra le Prix Jacques Deray récompensant le meilleur film policier français de l'année. Il (...)
Mercredi 23 novembre 2011 De Bruce Robinson (ÉU, 2h) avec Johnny Depp, Amber Heard, Richard Jenkins…
Mercredi 12 octobre 2011 Avec son troisième film, Maïwenn tente de sortir de l'autobiographie en mettant en scène une brigade de protection des mineurs. Mais sa fiction chorale est rattrapée par une mise en scène qui ne cherche qu'à reproduire les codes du reportage télé....
Vendredi 18 mars 2011 Un caméléon domestique doit affronter un Ouest sale, hostile et asséché, dans ce western animé boulimique qui peine à trouver sa voie, sauf quand son réalisateur Gore Verbinski le transforme en portrait assez juste de Johnny Depp. Christophe Chabert
Vendredi 3 juillet 2009 De Michael Mann (Éu, 2h11) avec Johnny Depp, Christian Bale, Marion Cotillard…
Mercredi 30 janvier 2008 Sommet de virtuosité formelle et de beauté plastique, collaboration parfaite entre un cinéaste et ses acteurs, drame macabre et sanglant d'une noirceur totale, le dernier Tim Burton a tout du grand film. Mais c'est aussi, hélas ! une comédie...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X