«D'excellents films avant tout !»

ECRANS | Entretien / Laurent Hugues, directeur du Festival du film court de Villeurbanne. Propos recueillis par CC

Christophe Chabert | Vendredi 7 novembre 2008

Petit Bulletin : Le cinéma d'animation prend une place importante dans les sélections du festival, et plus seulement dans la compétition 2D/3D…
Laurent Hugues : Les films d'animation de la compétition française sont narrativement et politiquement très différents. Un film comme Le Cœur d'Amos Klein parle de l'homme à l'origine du mur entre Israël et la Palestine, par exemple. Il y en a un autre sur Ingrid Bergman et Roberto Rossellini, sur un registre plus cinéphile.

Certains films misent ouvertement sur leur casting…

Oui, mais les cas sont là encore différents. Un court comme Madame avec Nicole Garcia, qui parle d'une femme de députée qui perd la mémoire et se rend compte qu'elle n'a pas vraiment d'existence, est vraiment porté par le personnage autant que par l'actrice. Faits divers, où l'on retrouve Pierre Richard, Michael Lonsdale, Léa Drucker ou Malik Zidi, est en revanche une carte de visite assumée pour passer au long-métrage. Mais ce sont avant tout deux excellents films ! 

Est-ce que le désengagement de l'État dans la culture affecte le festival ?
Nous avons eu une baisse de notre subvention de 2000 euros — je renvoie d'ailleurs à l'édito de Christine Albanel où elle nous souhaite bon courage ! Cette baisse n'a pas été justifiée, et il n'y a en théorie pas de diminution générale pour les lignes budgétaires de festivals. Heureusement pour nous, le Centre National de la Cinématographie n'est pas notre principal subventionneur. Tant que la Région, le Conseil Général et la Ville de Villeurbanne sont derrière nous, on pourra continuer.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter