Vilaine

ECRANS | De Jean-Patrick Benes et Allan Mauduit (Fr, 1h33) avec Marilou Berry, Frédérique Bel…

Dorotée Aznar | Vendredi 7 novembre 2008

Altruiste forcenée dont la gentillesse est exploitée sans vergogne par tout son entourage, Mélanie finit par craquer et plonge tête la première dans la méchanceté la plus éhontée - l'occasion rêvée pour les deux réalisateurs de se livrer à un réjouissant jeu de massacre, en forme de conte passé au broyeur de la mesquinerie ordinaire. Au sortir d'une énième cuvée cinématographique française plombée par son lot de comédies toutes plus pourries les unes que les autres, ce premier long-métrage fait un bien fou en dépit de ses faiblesses de rythme manifestes. Outre l'aspect jouissif de son argument de départ, très “anti-Amélie Poulain“ dans l'âme, les deux metteurs en scène parviennent à donner chair à un univers louvoyant sans vergogne du côté de la comédie régressive américaine contemporaine, sans que les références ne se fassent trop envahissantes. Jean-Patrick Benes et Allan Mauduit réussissent là où tant de leurs collègues hexagonaux ont lamentablement foiré : verser dans la caricature exaltée (les seconds rôles sont particulièrement gratinés) tout en gardant en ligne de mire une cohérence cinématographique indispensable à la dynamique du récit. Vilaine se savoure comme une friandise un rien bourrative (on se serait volontiers passé de la voix-off) et sucrée (il ne faut vraiment pas s'attendre à des sommets de politiquement incorrect), clairsemée d'instants de pur plaisir coupable (l'arrivée des trois bad girls sur fond de Blondie, l'irrésistible déchéance du personnage de PEF…). François Cau

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter