Pour un instant, la liberté

ECRANS | D’Arash T. Riahi (Fr-Autriche, 1h53) avec Navid Akhavan, Pourya Mahyari…

Christophe Chabert | Mardi 20 janvier 2009

Coproduction internationale, Pour un instant, la liberté est en définitive un film iranien, au sens où son auteur et ses acteurs sont tous des déracinés ayant fui ce pays. C'est aussi l'histoire du film : comment une poignée de personnages de tous âges quittent, pour des raisons diverses ayant en commun une envie de liberté, un régime répressif. La surprise de ce beau film tient au souffle qui anime sa mise en scène : la première partie a un côté western moyen-oriental assez surprenant et très maîtrisé formellement. La suite se présente comme un film choral entre tragédie et comédie où les espoirs sont vite brisés par le cynisme des fonctionnaires et les conditions précaires de l'accueil des migrants. Si on se serait passé des relances scénaristiques du dernier tiers et d'une sous-intrigue peu crédible avec des agents iraniens infiltrés, Pour un instant, la liberté est très loin de l'auteurisme mondialisé qui forme l'ordinaire de ce type de films : on est ici face à du vrai cinéma, populaire et sincère. CC

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter