Carpenter est vivant !

ECRANS | L’Épouvantable vendredi, rendez-vous mensuel de l’Institut Lumière destiné aux amateurs de cinéma fantastique, rend hommage à l’immense John Carpenter en trois films singuliers dans son parcours exceptionnel. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 6 mai 2009

Le cinéma de John Carpenter nous manque. Depuis Ghosts of mars, il n'a plus tourné pour le grand écran, se contentant de signer deux épisodes de la série Masters of horror (voir encadré). Régulièrement, les sites internet promettent son retour, mais telle la sœur Anne de Barbe-Bleue, nous ne voyons rien venir. Reste donc son œuvre passée. Multidiffusée sur le câble, championne de l'édition DVD, elle forme un ensemble indémodable qui légitime l'emploi du terme pourtant galvaudé d'auteur. Les films de Carpenter, c'est la quintessence de ce qui fait qu'on aime le cinéma : personnels et divertissants, porteurs de valeurs et portés par un regard unique. Le regard de Carpenter lave celui du cinéphile, abîmé par trop de sophistications et rayé par le cynisme. Revoir du Carpenter, c'est se redonner une virginité ; grâce à L'Épouvantable vendredi de l'Institut Lumière, on pourra le faire cette semaine sur grand écran où l'art de ce génie du cinémascope trouve sa juste dimension.

Horreur et épistémologie

Quand Carpenter tourne en 1987 Prince des Ténèbres, il sort d'une énorme crise : l'échec des Aventures de Jack Burton entraîne son licenciement des studios hollywoodiens, qui l'avaient accueilli à bras ouverts cinq ans plus tôt pour y tourner The Thing. Il trouve alors refuge chez un producteur indépendant et réalise pour une poignée de dollars une série B en huis clos racontant le retour du Diable sur terre dans une église d'un quartier pauvre de Los Angeles. Dès le générique (huit minutes !), les notes de synthétiseurs entêtantes pianotées par Carpenter lui-même et l'exposition d'une dizaine de personnages (jeunes scientifiques et vieux prêtre interprété par un compagnon de longue date, Donald Pleasance) en une série de vignettes à l'économie figurative fulgurante, disent l'ambition du cinéaste : le retour aux fondamentaux du genre, esthétiques d'abord, thématiques ensuite. Le mal guette et la peur s'installe en un crescendo flippant où clochards menaçants, cuve remplie de liquide verdâtre et humains contaminés se déchirant les chairs sous l'emprise du malin dessinent une épure de film d'horreur. À ceci près qu'aux antiques croyances religieuses, Carpenter appose la rigueur de la physique quantique. Science et foi devront s'unir dans l'action, comme le flic et le hors-la-loi devaient joindre leurs efforts pour repousser l'Assaut sur le central 13 dans son deuxième film. Disciple d'Howard Hawks, Carpenter pense comme lui que l'homme ne se transcende pas face à l'ennemi, mais qu'il optimise ses talents et affirme ses valeurs dans l'adversité.

Angoisse et littérature

Après des hauts (Invasion Los Angeles, brûlot politique phénoménal) et des bas (Les Aventures d'un homme invisible, qu'il reniera au point de ne pas y poser sa signature), Carpenter s'empare d'un scénario écrit par Mike De Luca qu'il transforme en réflexion sur son propre cinéma. L'Antre de la Folie (1994) montre un inspecteur cynique (Sam Neill) enquêter sur la disparition de Sutter Cane, auteur de romans d'horreur, jusqu'à découvrir que le monde inventé dans ses fictions est en train de devenir une réalité effrayante. La fascination des lecteurs pour son œuvre se transforme en folie meurtrière, et l'écrivain lui-même finit par n'être qu'une page déchirée ouvrant sur un outre-monde lovecraftien d'où se déversent des monstres terrifiants. Le film pose subtilement la question de la juste distance entre la fiction et le spectateur : du scepticisme critique à la croyance fanatique, les deux personnages du film finiront enfermés dans un même récit, à savoir un film de John Carpenter !

Fantastique et religion

Avant-dernier film en date de Carpenter, Vampires (1998) réalise un fantasme du cinéaste : tourner un western. Certes, celui-ci est peuplé de vampires gothiques et blafards, mais de Hawks à Leone en passant par Peckinpah, Vampires regorge de références explicites au genre préféré de Carpenter. La bande de mercenaires emmenés par un chef individualiste et couillu (James Woods) vont rencontrer en cours de route un danger bien plus grand que celui de ces créatures de la nuit. Un cardinal qui, las d'attendre le jugement dernier, succombe à la promesse d'immortalité faite par les vampires. Carpenter règle ainsi ses comptes avec l'Église, montrant l'alliance objective entre le «Bien» et le «Mal». Dans les interviews qu'il donnait à l'époque, le cinéaste laissait entendre que ce coup de griffe trouvait sa source dans un événement traumatique survenu durant son enfance. Ultime pirouette en forme de retour à zéro : l'œuvre de Carpenter n'est peut-être que le long exorcisme d'une blessure fondatrice.

L'Épouvantable vendredi : hommage à John Carpenter
À l'Institut Lumière, vendredi 15 mai.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Une rentrée en C majeurs

Institut Lumière | Cassavetes, Coppola, Carpenter, Clint… Étrange convergence d’initiales, mais surtout de prestigieuses signatures à l’affiche de l’Institut Lumière en ce mois de septembre, où l’on joue avec vertiges du rétroviseur et de la lorgnette.

Vincent Raymond | Mardi 3 septembre 2019

Une rentrée en C majeurs

Navigant entre passé, futur — l’avant-première des Misérables le 25 — et anticipation d’un retour vers le futur (la reprise de films de Francis Ford pour annoncer sa venue lors du Prix Lumière), la programmation ressemble en effet à un délicieux travelling compensé. À force de sauts temporels, on en finirait presque à se prendre pour l’héroïne de Peggy Sue s’est mariée, l’un des films sélectionnés avec le rétro Outsiders et le palmé Conversation secrète en guise d’apéritif ! Du Festival Lumière, il en sera question aussi avec Mystic River de Clint Eastwood projeté en hommage aux 10 ans de la remise du Prix à son premier récipiendaire (jeudi 5). Tout aussi mélomane (mais dans un autre registre) que Clint et aussi féru de westerns que lui, John Carpenter sera également à l’honneur pour un format adapté à ses atmosphères : une nuit comptant quatre titres. The Thing, Fog, Les Aventures de Jack Burton et, pour finir, son prophétique chef-d’œuvre

Continuer à lire

Zombie Zombie : Stranger things

CONNAITRE | Entre électro psychédélique et krautrock allemand, Zombie Zombie navigue en eaux sombres. Formé par Étienne Jaumet et Cosmic Néman (le batteur d’Herman Düne), (...)

Lisa Dumoulin | Mardi 6 septembre 2016

Zombie Zombie : Stranger things

Entre électro psychédélique et krautrock allemand, Zombie Zombie navigue en eaux sombres. Formé par Étienne Jaumet et Cosmic Néman (le batteur d’Herman Düne), récemment rejoints par Dr. Schonberg, on peut dire que la magie noire opère entre ces trois touche-à-tout. Fans de cinéma d’horreur, ils ont sorti en 2010 un magistral et hypnotique album hommage aux films de Carpenter, sobrement intitulé Zombie Zombie Plays John Carpenter. Mais ce n’est que la facette visible de leur planète noire. Écoutez l’entêtant Rocket number 9, reprise de Sun Ra, jazzman mystique du siècle dernier. Ou encore Land for Renegades, épopée cosmique en col pelle à tarte sous LSD. Tenez-vous prêts pour le décollage. Samedi 10 septembre au vélodrome d

Continuer à lire

The Ward

ECRANS | John Carpenter (Metropolitan video)

Dorotée Aznar | Mercredi 18 janvier 2012

The Ward

On oscille entre joie et tristesse face à cette sortie directement en DVD du dernier film de John Carpenter (qui vient de fêter ses 74 printemps, tout de même), immense cinéaste dont la postérité aura vraiment commencé au moment où plus personne ne voulait de ses films (sinon pour en faire des remakes généralement idiots). Cela faisait neuf ans (si on excepte les deux segments de la série Masters of horror) que le maître n’avait pas tourné, et The Ward est plus un retour sur la pointe des pieds qu’en fanfare. Le scénario, pas très original, voit une jeune fille internée dans un hôpital psychiatrique où rôde une présence menaçante qui finit par trucider les pensionnaires. La délicieuse Amber Heard apporte au personnage ce mélange de féminité et de virilité dont Carpenter raffole (de Jamie Lee Curtis dans Halloween à Natasha Henstridge dans Ghosts of mars) et on ne doute pas que l‘existence du film doit beaucoup à cette rencontre féconde. Pour le reste, si on enlève une fin complètement ratée, il faut reconnaître que Carpenter a gardé une certaine maestria pour faire surgir l’angoisse d’un couloir vide ou d’une pièce plongée dans la pénombre. Fo

Continuer à lire

Politique (science) fiction

CONNAITRE | Ciné-concert / Promenez-vous autour de la gare de Perrache (en vous rendant au Marché Gare, par exemple), et vous verrez sous certains ponts des tentes de (...)

Dorotée Aznar | Vendredi 30 septembre 2011

Politique (science) fiction

Ciné-concert / Promenez-vous autour de la gare de Perrache (en vous rendant au Marché Gare, par exemple), et vous verrez sous certains ponts des tentes de fortunes où s’abritent les exclus de la société libérale et productiviste. Achetez votre quotidien national le matin, et lisez-y le récit de la dernière intervention policière pour démonter un camp de gens du voyage installés au cœur d’une grande ville française. Allumez votre télévision, et regardez le dernier divertissement de Marc-Olivier Fogiel vous expliquant avec son sourire Colgate fresh que la réussite tient au nombre d’entrées et que l’échec se mesure à vos maigres revenus. Ensuite, allez voir le ciné-concert de Robert Le Magnifique autour du film de John Carpenter They Live (dont le titre français, Invasion Los Angeles, est une honte !). Vous y verrez un ouvrier du bâtiment débarquer à Los Angeles avec ses outils sous le bras (musclé), se faire jeter un peu de partout parce que «c’est la crise», trouver refuge dans un bidonville posé au pied des buildings, avant d’assister, impuissant, à son démantèlement par un assaut particulièrement violent des forces de sécurité. Ce serait déjà troublant, mais Carpenter, alors (1

Continuer à lire

Carpaccio de Carpenter

MUSIQUES | John Carpenter ne doit pas être mécontent de voir que ses films et BO continuent d’inspirer, 35 ans après le séminal Assault On Precint 13, bon nombre d’électro (...)

Dorotée Aznar | Vendredi 18 février 2011

Carpaccio de Carpenter

John Carpenter ne doit pas être mécontent de voir que ses films et BO continuent d’inspirer, 35 ans après le séminal Assault On Precint 13, bon nombre d’électro freaks biberonnés au krautrock et aux synthés analogiques. Après Tim Simenon pour Bomb The Bass, puis Terranova et Tricky sur l’inoxydable Bombing Bastards, voilà deux ans que le duo formé par Neman (batteur d’Herman Düne) et Etienne Jaumet (saxophoniste, entre autres, pour Married Monk), rend hommage à son réalisateur fétiche sous la casquette idoine de Zombie Zombie. Et quand on dit hommage, on est gentils, parce que plus on écoute leur Zombie Zombie plays John Carpenter, et plus on a l’impression d’avoir un autel sonore entre les oreilles. Les deux ouailles se prosternent devant le monstre sacré : nul massacre à la tronçonneuse, donc, en ce qui concerne les thèmes revisités. Leurs relectures se font plutôt dans une forme de soumission, de dévotion, qui rend religieusement à John Carpenter ce qui lui appartient, à savoir un talent hors pair p

Continuer à lire