Mumu

ECRANS | De Joël Séria (Fr, 1h30) avec Sylvie Testud, Jean-François Balmer…

Christophe Chabert | Mercredi 17 mars 2010

Un culte entoure les grands films tournés par Joël Séria dans les années 70 et 80, notamment ses comédies avec Jean-Pierre Marielle. Sa disparition du grand écran pendant deux décennies créait une réelle curiosité envers ce Mumu. C'est en effet un film de retour, modeste et encore marqué visuellement par les scories de la mise en scène télévisuelle, où la patte du cinéaste s'impose discrètement. L'histoire de ce môme qui, dans les années 60, passe d'un collège à l'autre, élève difficile mal aimé par ses parents, sent l'autobiographie. Le film, lui, ne sent ni la naphtaline, ni la nostalgie : la vision de Séria est lucide, dure et cruelle, l'empathie pour ses personnages n'est jamais un sauf-conduit pour excuser leurs actes. C'est aussi, et avant tout, un beau film d'acteurs : Testud n'a pas été aussi bien depuis longtemps, mais chaque second rôle (Galabru, grandiose, mais aussi Bruno Lochet, Helena Noguerra et même Antoine De Caunes, dans une des meilleures séquences du film) donne à Mumu une certaine santé. On a envie de dire à Joël Séria : à suivre…

CC

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Xabi Molia : « Je place Kad Merad au même rang que Denis Podalydès »

Comme des rois | Dans la peau d’un petit escroc à l’aura pâlissante, Kad Merad effectue pour Comme des rois de Xabi Molia une prestation saisissante, troublante pour lui car faisant écho à sa construction d’acteur. Propos glanés entre les Rencontres du Sud d’Avignon et Paris.

Vincent Raymond | Lundi 30 avril 2018

Xabi Molia : « Je place Kad Merad au même rang que Denis Podalydès »

Xabi, quelle a été la genèse de ce film ? Xabi Molia : L’idée est venue d’une manière assez amusante. Il faut savoir que j’ai le profil du bon pigeon : j’adore qu’on me raconte des histoires. Je me suis donc fait arnaquer assez régulièrement, et notamment une fois à la gare Montparnasse. Pendant que j’attendais le départ de mon train, un type est monté et m’a raconté une histoire très alambiquée… Je ne saurais la raconter, mais l’enjeu c’était 20€. Je me souviens m’être méfié et l’avoir poussé dans ses retranchements ; mais lui retombait sur ses pattes, trouvait de nouveaux trucs pour que son histoire tienne debout. Bref, il me prend ces 20€ et je ne le revois évidemment jamais. J’ai d’abord été déçu de m’être fait délester de 20€. Mais finalement, il les avait quand même gagnés de haute lutte ! Et j’ai imaginé le matin que ce type avait peut-être dit à sa femme : « bon bah moi aujourd’hui je vais Gare Montparnasse, j’ai un nouveau truc ». Et le soir, peut-être qu’elle lui a demandé comment ça s’est passé et qu’il lui a répondu « oh bah aujourd’hui difficile j’ai fait 60 / 80 eur

Continuer à lire

L’embrouille en héritage : "Comme des rois"

Le Film de la Semaine | Un bonimenteur de porte-à-porte à la rue donne malgré lui le virus de la comédie à son fils… Xabi Molia signe une splendide comédie sociale aux accents tragiques, portée par Kacey Mottet Klein et Kad Merad, touchants dans l’expression maladroite d’une affection mutuelle.

Vincent Raymond | Lundi 30 avril 2018

L’embrouille en héritage :

Volubile embobineur, Joseph a connu des jours meilleurs dans l’escroquerie. Pour se sortir de cette période un peu délicate, il pense pouvoir compter sur sa famille, en particulier sur Micka, son fils qu’il a patiemment formé. Mais ce dernier rêve d’exercer ses talents ailleurs : sur scène. Aspirer à être comme un roi, c’est un peu construire des châteaux en Espagne : viser un objectif prestigieux, tout en sachant inconsciemment en son for intérieur qu’il est d’une essence incertaine. On ne pourrait mieux résumer le personnage de Joseph, artisan-escroc à l’ancienne dont les talents de hâbleur ne lui permettent plus que de ramasser des miettes dans un monde contemporain le dépassant chaque jour davantage. Bateleur sans public, il demeure seigneur révéré d’une famille soudée dans le délit, mais assiste impuissant à la rébellion paradoxale de son fils dont il réprouve les choix et déplore l’absence de conscience criminelle. Un fils qui, de surcroît, le surpasse dans sa branche. Art, niaque et arnaques Xabi Molia avait entre ses

Continuer à lire

Une chanson pour ma mère

ECRANS | De Joël Franka (Fr, 1h35) avec Sylvie Testud, Patrick Timsit, Dave...

Jerôme Dittmar | Jeudi 21 mars 2013

Une chanson pour ma mère

Survivant d'une époque plus lointaine mais qui ne fait pas plus rêver que celle de l'affreux Stars 80, Dave avait su résister jusqu'ici à la réhabilitation par voie cinématographique ; sa présence sur les canaux télé et son aura plus mineure justifiant sans doute l'absence de nécessité. Son nom au générique d'Une chanson pour ma mère, comédie à l'anglaise réunissant une famille de bras cassés kidnappant le fameux chanteur pour faire plaisir à leur maman malade et en sursis, avait de quoi faire peur. Si le film ne fait pas de miracles, s'évertuant à enchaîner des situations un peu trop improbables et pataudes aux moyens de personnages commodément stupides, Dave se révèle de loin le meilleur acteur du casting et une vraie surprise. Sans trop sombrer dans la complaisance kitsch, Joël Franka observe avec une réelle tendresse un Dave attachant qui, transformé malgré lui en levier d'une grande réconciliation familiale, devient un joli héros ordinaire. Jérôme Dittmar

Continuer à lire

La Vie d'une autre

ECRANS | De Sylvie Testud (Fr-Lux-Bel, 1h37) avec Juliette Binoche, Matthieu Kassovitz...

Jerôme Dittmar | Vendredi 10 février 2012

La Vie d'une autre

Pour son premier film, Sylvie Testud adapte La Vie d'une autre de Frédérique Deghelt, roman sous influence américaine à en juger par son pitch : alors qu'elle termine ses études et tombe amoureuse, une jeune femme se réveille quinze ans plus tard, mariée, mère, aux commandes d'une multinationale et dans un appartement parisien à dix millions d'euros. Soit le script de Big ou de 30 ans sinon rien, en plus bourgeois et maquillé à la française. Quels enjeux une fois rigolé avec le gap spatio-temporel et cet autre moi (facile quand le personnage est blindé) ? Le comique s'évaporant, sans génie et plombé par Juliette Binoche à moitié folle, le film dévoile son intrigue : le couple en crise, situation difficile quand la veille on rencontrait l'autre. Il y avait de quoi s'amuser ou tirer une leçon de philosophie avec si peu. Testud tente le coup, mais se limite à un laïus flou sur le temps qui passe pour dire qu'il faut profiter de la vie. Bah oui, l'eau ça mouille.Jérôme Dittmar

Continuer à lire

Lourdes

ECRANS | De Jessica Hausner (Autriche-Fr, 1h35) avec Sylvie Testud, Léa Seydoux, Bruno Todeschini…

Christophe Chabert | Jeudi 7 juillet 2011

Lourdes

En matière de film sur Lourdes, Le Miraculé de Jean-Pierre Mocky paraissait indépassable, pour peu qu’on goûte les farces énormes et anticléricales. On pouvait craindre que Jessica Hausner, disciple d’Haneke et réalisatrice du glacial Hôtel, en prenne le contre-pied absolu. En fait, pas tant que ça, et c’est la bonne surprise de Lourdes. Les cadres implacables d’Hausner ne sacralisent rien, mais renvoient les rituels à leur dimension ridicule, inquiétante ou absurde. Elle retrouve même l’ambiance de complot paranoïaque de son film précédent, le miracle qui touche la paralytique Sylvie Testud étant interprétable de multiples façons : coup de foudre amoureux ou simulacre orchestré par la vieille femme qui partage sa chambre ? Toujours sur le fil (la post-synchronisation tue tout naturel dans le jeu des acteurs), parfois un peu ostentatoire dans sa mise en scène, Lourdes trouve toutefois un ton singulier, un comique de l’étrangeté permanente pas désagréable. Christophe Chabert 

Continuer à lire

Gamines

ECRANS | D’Éléonore Faucher (Fr, 1h47) avec Amira Casar, Sylvie Testud…

Christophe Chabert | Mercredi 9 décembre 2009

Gamines

Après "Gamines" le livre, "Gamines" la pièce de théâtre, voici la déclinaison cinématographique de la vie rêvée de Sylvie Testud, avec Éléonore Faucher derrière la caméra. On n’a pas tellement envie de blâmer la réalisatrice du beau "Brodeuses" pour la médiocrité du résultat, tant on a le sentiment qu’elle honore ici une commande de l’actrice, dont le narcissisme est carrément gênant. Au présent : Sylvie Testud attend de rencontrer son père dans une chambre d’hôtel puis à l’avant-première d’un film ("Les Blessures assassines", grossièrement déguisé et dont, ça n’est pas très élégant, elle partage désormais seule l’affiche — Julie-Marie Parmentier appréciera…) ; au passé (avec flou avant flashback, un procédé tellement éculé qu’on croit rêver en le voyant sur l’écran !), sa mère et ses deux sœurs vont à l’école, en colo, en Italie, dans un océan de clichés et une esthétique Ripolin à faire passer "Le Petit Nicolas" pour un documentaire réaliste. Les gamines parlent comme des livres (l’enfant singe savant a, après "Le Hérisson", encore frappé !), et on reste interloqué par la prestation pour le moins binaire de Jean-Pierre Martins. Dire qu’il joue dans "La Horde" de notre maître Y

Continuer à lire

«Un film qui m’a libéré»

ECRANS | Entretien / Joël Séria, réalisateur de «Mais ne nous délivrez pas du mal» et invité de L’Étrange festival. Propos recueillis par CC

Dorotée Aznar | Mercredi 19 mars 2008

«Un film qui m’a libéré»

Petit Bulletin : D’où est venue l’idée de Mais ne nous délivrez pas du mal ?Joël Séria : J’étais pensionnaire dans les années 50, dans des collèges religieux. J’ai eu des mauvais rapports avec mes parents parce que je refusais la scolarité, et en 1952 ou 53, j’avais lu dans un journal un fait-divers, avec la photo d’une fille : elle avait tué sa mère avec une de ses copines. C’était une histoire très particulière, et j’avais été marquée par la photo de cette fille, très jolie, je l’avais découpée et gardée dans mon portefeuille. Ce fait-divers a eu un écho chez moi, même si je n’ai pas eu plus d’informations dessus. J’ai fini ma scolarité, je suis monté à Paris, j’ai d’abord été comédien puis j’ai décidé de me diriger vers la réalisation. J’écrivais des poèmes, même un premier roman non publié, et tout d’un coup j’ai voulu être réalisateur ; dans ma famille on adorait le cinéma, mais le cinéma du samedi soir ! J’ai fait deux courts-métrages, dont un avec Jean Seberg qui m’avait prêté de l’argent pour le tourner, sur l’entraînement des boxeurs. Et après cela, je me suis lancé dans l’aventure de Mais ne nous délivrez pas du mal, avec un producteur

Continuer à lire