Armadillo

ECRANS | De Janus Metz (Danemark, 1h40) documentaire

Dorotée Aznar | Jeudi 9 décembre 2010

Récemment, le cinéma de genre a usé et abusé du “style documentaire“ pour renforcer l'efficacité de la fiction, avec des résultats plus ou moins convaincants. Le film de Janus Metz renverse ce postulat : embarqué aux côtés de jeunes recrues détachées au camp d'Armadillo en Afghanistan, il choisit de mettre sciemment en scène chaque séquence, peaufine ses cadres et éclairages, avec en prime une immersion totale, sans voix-off ou commentaires sur le vif. Témoin forcé de cette ambiance où l'on rivalise d'attitudes bravaches pour tenir le coup, le spectateur est forcément de plus en plus crispé. Un premier dommage collatéral survient, et le malaise grandit, pour atteindre son apogée lors d'un raid sur une position taliban. Le film de Janus Metz ne peut pas reculer, éluder le chaos et l'atrocité qui s'ensuivent. Révulsé par ce qu'on vient de voir, Armadillo nous emmène encore plus loin dans les séquences “d'analyse“ de cet épisode traumatisant. Le propos du film, au-delà de toute la colère qu'il peut susciter, est limpide : la guerre est là, elle existe. Et son impact sur ses acteurs de premier plan nous en dit plus long que n'importe quel discours. FC

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Gazon béni : "Borg/McEnroe"

Le Film de la Semaine | Janus Metz autopsie le parcours de deux totems du sport contemporain à l’occasion du non moins légendaire match les opposant en 1980 sur le green britannique. Trop de la balle pour mesurer en cinq sets la tragique gravité du tennis et sa haute cinégénie.

Vincent Raymond | Mardi 7 novembre 2017

Gazon béni :

Wimbledon, 1980. Quadruple tenant du titre et n°1 mondial, Björn “Ice” Borg est défié en finale par son dauphin au classement ATP, un jeune Étasunien irascible réputé pour son comportement de voyou sur les courts. Contrairement aux apparences, les deux se ressemblent beaucoup… Si l’on parle volontiers du terrain de sport comme d’une arène ou d’un “théâtre”, le court de tennis est, au même titre que le ring, apte à cristalliser des dramaturgies hautement cinématographiques. Quant à cette finale opposant Borg à McEnroe, elle va bien au-delà de l’épithète “anthologique” : Serge Daney écrivait que l’on touchait ici aux « beautés de la raison pure. » Le film ne se cantonne pas à une reconstitution méthodique du match épique. Sa réalisation rend justice à la grâce et la pugnacité des deux athlètes, sculptant par un montage acéré l’incomparable chorégraphie des échanges. Le bouillant Shia LaBeouf s’empare de la raquette de l’explosif gaucher avec un mimétisme raisonnable : nul autre que lui n’aurait été crédible dans ce rôle. Q

Continuer à lire