Oslo, 31 août

ECRANS | Le Danois Joachim Trier adapte dans la Norvège d’aujourd’hui "Le Feu follet" de Drieu La Rochelle, transformant son anti-héros en ex-drogué ayant perdu le goût de la vie. Une errance magistralement mise en scène, sensuelle et mélancolique. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 22 février 2012

Anders se réveille avec une fille dans son lit. Il s'habille, traverse le périphérique, s'avance dans une forêt jusqu'à une rivière. Puis il remplit ses poches de lourdes pierres et s'enfonce dans l'eau. Au dernier moment, il renonce à son projet et utilise ses dernières forces pour retourner sur la rive. Dès cette première séquence, Joachim Trier a déjà posé l'étrange contradiction qui habite son personnage : tiraillé entre pulsion de vie et tentation du néant, Anders met son existence en balance. Le souvenir de sa vie d'avant est une douleur : la fête, les rencontres, la drogue dans laquelle il a basculé, la femme aimée qu'il a perdue et qu'il tente sans succès de joindre au téléphone… Tout cela l'a conduit en cure de désintoxication et, par une belle journée d'été à Oslo, il profite d'un entretien d'embauche pour retrouver ses amis et faire le point sur son envie de vivre.

Voyage au bout de la nuit

Le spectateur français n'aura pas de mal à reconnaître la trame du Feu follet de Pierre Drieu La Rochelle, déjà génialement adapté par Louis Malle avec Maurice Ronet. Oslo, 31 août s'en inspire librement. Si l'addiction diffère, la fêlure reste la même : Anders souffre d'un sentiment de détachement mais aussi de gâchis, et face à l'embourgeoisement de ses anciens partenaires de défonce, face à la jeunesse délurée qui s'enivre au cours de nuits blanches, face à un patron qui hésite à engager un ex-junkie, il a l'impression de ne plus avoir de place sociale. Le talent de Joachim Trier, déjà auteur du remarqué Nouvelle donne, c'est d'envisager  le mal-être d'Anders à travers une mise en scène sensorielle qui crée un contraste constant entre sa mélancolie et la vie qui palpite autour de lui. Comme le prologue documentaire le laissait entendre, Oslo devient ainsi un personnage à part entière du film : le bruit de la ville (la bande-son, remarquable, en restitue toutes les ambiances), ses lieux les plus connus ou les plus secrets, la beauté de ses filles (on a rarement vu si splendide défilé d'actrices !), la joie de ses soirées… Le plaisir est à portée de main, mais Anders ne s'y engouffre jamais. Oslo, 31 août vise, avec patience, délicatesse et attention, à l'empathie totale avec lui. Sa réussite prouve qu'il faudra désormais compter avec un autre Trier au nord de l'Europe…

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Zombies et homme : "La Nuit a dévoré le monde"

BRAIIIN ! | Escape game dans les conditions d’un réel apocalyptique, ce premier long-métrage aussi sobre que maîtrisé réunit un trio brillant autour d’un scénario rigoureux. En peuplant la capitale de zombies désarticulés, Dominique Rocher gagne haut le moignon son Paris.

Vincent Raymond | Mardi 6 mars 2018

Zombies et homme :

Au lendemain d’une nuit agitée, dans un recoin de l’appartement de son ex — où il était venu chercher ses affaires en pleine soirée festive —, Sam découvre que le monde est désormais peuplé de zombies. Se pourrait-il qu’il soit l’ultime homme sur Terre ? À lui d’organiser sa survie… De son titre poétique à sa réalisation d’une efficacité à faire pâlir George A. Romero — lequel, là où il réside à présent, ne doit plus avoir le mélanocyte très vaillant —, La Nuit a dévoré le monde s’impose par sa singularité dans un paysage contemporain montrant une insatiable appétence pour le cinéma de genre, et tout particulièrement horrifique. Les séries à succès telles que The Walking Dead ou Les Disparus n’y sont sans doute pas étrangères, qui contribuent de surcroît au décloisonnement des univers, et prouvent aux derniers rétifs que Cronenberg ou Carpenter sont davantage que des seigneurs (saigneurs ?) dans leur partie gore. Naufrage, ô désespoir

Continuer à lire

La beauté sera convulsive : "Thelma"

Le Film de la Semaine | On sait depuis Spider-Man qu’un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. Mais comment les assumer si l’on a pas encore conscience d’en posséder un ? Dans Thelma, son éveil chez une jeune femme coïncidera avec la résolution radicale de son Œdipe. Hypnotique.

Vincent Raymond | Mardi 21 novembre 2017

La beauté sera convulsive :

La post-adolescence féminine a toujours suscité fascination et fantasmes : un corps qui se métamorphose et devient apte à concevoir peut bien recéler d’autres prodiges plus secrets encore. Pouvoirs supra-naturels ou appétits déviants figurent alors en bonne position — demandez à la Carrie de Stephen King, ou aux deux sœurs de Grave (2016) leur avis sur la question. Joachim Trier à son tour a succombé à la séduction janusienne de cette nouveauté, qui dans le même temps attire et effraie avec Thelma, portrait d’une jeune femme résolument différente. Issue d’une famille rigoriste vivant en marge du monde, Thelma arrive à la faculté avec sa solitude et sa timidité. Une soudaine crise épileptoïde survenue à la bibliothèque lui permet de socialiser avec Anja, qui devient son amie et l’initie à la vie : boisson, cigarette et même davantage… Pupille absente… Film fantastique qui se retient le plus longtemps p

Continuer à lire

Ce sentiment de l'été

ECRANS | De Mikhaël Hers (Fr, 1h46) avec Anders Danielsen Lie, Judith Chemla, Marie Rivière... Sortie le 17 février

Vincent Raymond | Mardi 9 février 2016

Ce sentiment de l'été

Si Mikhaël Hers situe son film successivement à Berlin, Paris, Annecy et New York, lui semble résider en ce pays plus virtuel mais transversal qu’est la nostalgie. L’inspiration qu’il en tire connaît des fortunes diverses : Memory Lane (2010), film de bande flasque, avait manqué le coche ; Ce sentiment de l’été réussit en revanche avec une remarquable délicatesse à emmagasiner toutes les promesses de son titre elliptique (telle l’impression physique de la chaleur irradiante) en évoquant comme rarement le deuil à travers l’absence. Celle d’un personnage dont la mort survient de manière inattendue et dont la cérémonie funéraire elle-même est occultée. Seuls restent les vivants, devant composer avec leur stupeur muette, avant de recomposer leur vie. Plutôt que de les montrer succombant à la déréliction et la déprime, Hers les présente pendant des phases de reconstruction. Ce parti pris se retrouve à l’écran : avec son gros grain vibrionnant, ses couleurs vives, l’image rappelle le format 16mm du cinéma son direct, avide de parcourir les rues en quête d’un souffle de vie nouveau et d’inattendu. Une pulsion d’éne

Continuer à lire

Back Home

ECRANS | De Joachim Trier (Nor/Dan/Fr, 1h49) avec Isabelle Huppert, Gabriel Byrne, Jesse Eisenberg…

Vincent Raymond | Mardi 8 décembre 2015

Back Home

Après la réussite de son Oslo 31 août, Joachim Trier s’offre une petite tranche d’europudding avec un portrait en creux d'une photographe de guerre défunte. Et surtout celui de son veuf, de ses enfants face au deuil impossible. C’est beau, c’est froid, c’est austère. C’est arty, aussi, avec plein de résonances drôlement bien pensées. Mais c’est surtout très attendu, dans les intentions, les développements et la construction.

Continuer à lire

Cannes 2015, jour 5. Oh ! Carol…

ECRANS | "Carol" de Todd Haynes. "Mon roi" de Maïwenn. "Plus fort que les bombes" de Joachim Trier. "Green Room" de Jeremy Saulnier.

Christophe Chabert | Lundi 18 mai 2015

Cannes 2015, jour 5. Oh ! Carol…

Il fait beau et chaud sur Cannes, et tandis que les plagistes ont les pieds dans l’eau, les festivaliers continuent de macérer dans une mare de sueur, brûlant au soleil de files d’attente désespérées, rabrouant les resquilleurs, espérant secrètement découvrir de beaux films. À la mi-temps du festival, on est encore dans l’expectative. Il faut dire que des films, on n’en voit moins que les années précédentes, et surtout que l’on se concentre sur les films événements. A perdre chaque jour entre trois et cinq heures à attendre, on doit forcément sacrifier la part de découverte pourtant essentielle à la manifestation. D’où l’impression d’assister à une grande preview des films importants de l’automne, plus qu’à une compétition en bonne et due forme. Carol : Tood Haynes sublime le mélodrame Si toutefois on devait jouer le jeu des pronostics, on dirait que Carol de Todd Haynes ferait une très belle Palme d’or. Ce n’est pas ce qu’on a vu de mieux dans ladite compétition — Le Fils de Saul a notre préférence — mais il marque une étape décisive dans la carrière d’un cinéaste plutôt rare, dont chaque œuvre était jusqu’ici pétrie de contradic

Continuer à lire